Crespin (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crespin.
Crespin
Image illustrative de l'article Crespin (Tarn)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Albi
Canton Carmaux-1 Le Ségala
Intercommunalité Communauté de communes Carmausin-Ségala
Maire
Mandat
Carole Métivet
2014-2020
Code postal 81350
Code commune 81072
Démographie
Population
municipale
125 hab. (2014)
Densité 8,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 03′ 09″ nord, 2° 17′ 57″ est
Altitude Min. 291 m – Max. 595 m
Superficie 14,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Crespin

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Crespin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crespin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crespin

Crespin est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située dans le Ségala, sur la méridienne verte à l'est de Carmaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 mars 1971 Guillaume Bouyssié    
mars 1971 mars 1977 Marcel Alquier    
mars 1977 juin 1995 Roger Puech    
juin 1995 mars 2008 Serge Cuq    
mars 2008 19 juin 2012[1] Elie Pagès[2]    
août 2012 en cours Carole Métivet[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1906. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 125 habitants, en augmentation de 4,17 % par rapport à 2009 (Tarn : 2,72 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
506 410 368 356 338 311 267 250 240
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
223 183 186 140 121 122 124 125 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre d'Andouque. Moine de l'Abbaye de Conques, puis évêque de Pampelune (Espagne) de 1083 à 1115. Conseiller, très influent à la Cour de Navarre et d'Aragon, de Sanche-Ramirez, Pierre Ier (1094-1104) et Alphonse le Batailleur (1104-1135). Naissance supposée, au lieu-dit Las Planques (en bordure du Viaur) ; fils de Didon d'Andouque, seigneur des contrées situées en limite du Rouergue et de l'Albigeois. Cette famille tire son nom du château d'Andouque (ruines visibles sur les rives du Cérou), jadis sur la commune de ce nom, mais aujourd'hui commune de Crespin, canton de Valderiès (Tarn). Il fit don à l'abbaye de Conques de plusieurs prieurés en Espagne et assista à tous les conciles de son époque. Il mourut lors d'un combat entre les comtes de Poitiers et Toulouse, dans cette ville, en voulant pacifier les esprits entre ces familles, unies à l'Aragon[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décès en cours de mandat (www.ladepeche.fr 23 juin 2012)
  2. Site de l'association des maires du Tarn consulté le 24 décembre 2008
  3. Élection de l'intéressée le 3 août 2012 (www.ladepeche.fr 11 septembre 2012)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Augustin Fabre, professeur à la faculté de Théologie, supérieur du séminaire de Léon XIII à l'Institut catholique de Toulouse, Aux sources de la chanson de Sainte-Foy, Librairie ancienne Honoré Champion, 1943.