Creep (chanson de Radiohead)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Creep.
Creep
Single de Radiohead
extrait de l'album Pablo Honey
Sortie
Durée 3:59
Genre Rock alternatif
Auteur Thom Yorke
Producteur Sean Slade
Paul Q. Kolderie
Label Parlophone
EMI

Singles de Radiohead

Creep est une chanson du groupe anglais de rock Radiohead, écrite par le chanteur Thom Yorke. Creep a été le premier single de Radiohead, sorti en 1992, et qui apparut plus tard sur leur premier album, Pablo Honey.

Creep n'est devenu un succès mondial qu'après sa réédition en 1993. Il rencontre au départ peu de succès au Royaume-Uni mais décolle aux États-Unis. La version acoustique du titre a sa propre notoriété parmi les fans.

Les droits d'auteurs et les crédits de ce titre sont partagés avec les auteurs Albert Hammond — premier interprète — et Mike Hazlewood depuis qu'il fût notifié que des similarités existaient entre certains accords de Creep et ceux de la chanson — notamment reprise par les Hollies en 1974 — The Air That I Breathe composée en 1972. Radiohead a reconnu cette similitude comme le produit d'un pur hasard[1].

Paroles et musique[modifier | modifier le code]

Thom Yorke aurait écrit cette chanson alors qu'il était étudiant. Étant tombé amoureux d'une jolie fille inaccessible car d'un milieu social bien au-dessus du sien, il l'aurait suivie sans espoir pendant quelques jours sans oser l'aborder, y compris dans des quartiers huppés où il se sentait complètement déplacé[2].

Cela correspond bien au texte de la chanson, comme le montre cet extrait du premier couplet et le refrain : « When you were here before / Couldn’t look you in the eye / You're just like an angel / Your skin makes me cry / You float like a feather / In a beautiful world / I wish I was special / You’re so fucking special / But I’m a creep / I’m a weirdo / What the hell am I doing here ? / I don’t belong here », c'est-à-dire « Quand tu étais là tout à l'heure / Je ne pouvais pas te regarder dans les yeux / Tu es comme un ange / Ta peau me fait pleurer / Tu flottes comme une plume / Dans un monde merveilleux / J'aimerais être spécial / Tu es si foutrement exceptionnelle / Mais je suis un détraqué / Je suis un zarbi / Mais qu'est-ce que je fais là, bordel ? / Je n'y ai pas ma place ».

Les thématiques abordées sont donc celles du jeune homme qui se sent à part, et qui a l'impression d'être amoureux sans espoir d'être aimé en retour. Comme on peut l'imaginer, ces thématiques ont évidemment joué un rôle important dans la popularité du titre[3]. Leur côté à la fois adolescent et intime a peut-être une part dans le hiatus entre le public, qui adorait ce morceau presque intemporel, et le groupe, qui voulait passer à autre chose et ne pas se cantonner à un seul et unique tube.

Mais il existe une autre interprétation. Le texte peut également être l'expression du dégoût de soi, l'histoire de quelqu'un qui ne s'aime pas et qui l'exprime de façon brutale, tel qu'il le ressent. Il est à noter que pour le marché américain, les paroles ont été modifiées, le You're so fucking special devenant you're so very special sur le single édité à l'occasion.

Tout le morceau est constitué d'une boucle de quatre accords : sol majeur (G), si majeur (B), do majeur (C), do mineur (Cm)[4]. La différence se fait entre les couplets, plus calmes, ou les guitares égrènent les accords en arpèges, et les refrains, lancés par un grattement de guitare saturée, où le volume monte avec les accords plaqués et les guitares distordues.

Radiohead a toujours entretenu un rapport compliqué avec cette chanson, et a même totalement cessé de la jouer en tournée dans les années 2000. En dehors d'une interprétation offerte au public du festival de Reading en août 2009[5], il faut attendre sept années supplémentaires, et le passage de la tournée mondiale 2011-2012, pour que le groupe d'Oxford égrène à nouveau les quatre accords de son vieux tube, le 23 mai 2016 au Zénith de Paris, en rappel[5],[6].

Reprises[modifier | modifier le code]

La chanson a été plusieurs fois reprise, notamment par la chorale féminine Scala & Kolacny Brothers, dont la version a été utilisée pour la bande-annonce du film The Social Network[7] (2010) ; cette reprise a également été utilisée à la fin de l'épisode 22 de la saison 11 d'Esprits criminels.

Le groupe de nu metal Korn a repris ce titre en acoustique live sur leur album MTV Unplugged (2007).

Les Pretenders sur l'album live KID[8]

La reprise la plus creepy est probablement celle des Northern Kings sur leur album Reborn sorti en 2007. L'ajout (entre autres) d'une boîte à musique volontairement entêtante y donne au titre une atmosphère très cinématographique, entre l'opéra-rock et le film d'horreur[9].

Prince a repris Creep sur scène lors du Festival de Coachella en 2008[10].

Clint Mansell a repris Creep pour la bande son du film Ordure ! (Filth), réalisé par Jon S. Baird en 2013.

Karen Souza, dans une version Jazz/Midnight club langoureuse ; ce titre apparaît d'ailleurs de façon récurrente dans Zero Theorem de Terry Gilliam (2014).

Francis Métivier reprend ce titre dans sa performance Rock'n philo. Il en fait l'analyse philosophique dans le livre Rock'n philo (vol.1) en mettant la chanson en perspective avec la critique nietzschéenne de la morale de la culpabilité.

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

Édition originale britannique
  1. Creep – 3:55
  2. Lurgee – 3:07
  3. Inside My Head – 3:12
  4. Million Dollar Question – 3:18
(Cassette)
  1. Creep – 3:56
  2. Faithless, the Wonder Boy
Réédition britannique de 1993 (CD)
  1. Creep (album version) – 3:58
  2. Yes I Am – 4:25
  3. Blow Out (remix) -
  4. Inside My Head (live) – 3:07
Réédition britannique de 1993 (vinyle 12")
  1. Creep (acoustic) – 4:19
  2. You (live) - 3:39
  3. Vegetable (live) - 3:07
  4. Killer Cars (live in Japan) - 2:17

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tim English, Sounds Like Teen Spirit: Stolen Melodies, Ripped-Off Riffs, and the Secret History of Rock and Roll, 2007, p. 149, (ISBN 9781583480236).
  2. Creep sur RadioHead.fr
  3. [1] Lors de la session MTV Unplugged de Korn, Jonathan Davis introduit ainsi leur reprise du titre «This song gave me a lot of strength every time I heard it. And I want to dedicate it to all the kids and adults out there who's ever been picked on or made to feel inadequate. » (Cette chanson me redonnait de la force chaque fois que je l'écoutais, et je veux la dédier à tous les gamins et adultes qui m'écoutent à qui c'est déjà arrivé de se faire harceler par les autres, ou bien d'être amené par les autres à se sentir nul).
  4. Tablature de Creep sur ultimate-guitar.com
  5. a et b (en) « See Radiohead Play 'Creep' Live For First Time in Seven Years », sur Rolling Stone, (consulté le 30 mai 2016).
  6. [vidéo] Vidéo de Creep en concert le 23 mai 2016 au Zénith de Paris sur YouTube.
  7. (en) http://www.nydailynews.com/entertainment/movies/2010/07/15/2010-07-15_social_network_trailer_premieres_and_represents_facebooks_ceo_mark_zuckerberg_as.html New York Daily News
  8. Creep chanté live par les Pretenders, sur Youtube
  9. (en) Creepy Radiohead Covers, UpVenue.com
  10. « "Creep" - Prince at Coachella 2008 (Uploaded via Permission from Radiohead & NPG Music Publishing) », sur YouTube (consulté le 30 mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]