Crataegus laevigata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aubépine à deux styles

L'Aubépine lisse, Aubépine à deux styles ou Aubépine épineuse (Crataegus laevigata) est une plante du genre Crataegus appartenant à la famille des Rosaceae.

Un ancien nom la désigne également : Crataegus oxyacantha. Le terme oxyacantha provient du latin oxyacanthus : "à épines aiguës".

Couramment, le patois la nomme "Aubespin", avec évidemment des divergences d'une région à l'autre.

Caractères biologiques[modifier | modifier le code]

L'Aubépine épineuse est un arbuste de 2 à 3 m mais pouvant atteindre jusqu'à 10 m[1], caducifolié. Sa longévité peut atteindre 500 ans. L'arbre rejette de souche ; hermaphrodite, sa floraison va d'avril à mai. L'espèce est pollinisée par les insectes ; la semence est dispersée par les oiseaux.

Détermination rapide[modifier | modifier le code]

Fruits d'Aubépine épineuse.
  • Écorce brune, écailleuse ;
  • rameaux épineux, étalés et lisses  ;
  • feuilles caduques alternes, simples, presque entières, trilobées au sommet ;
  • fleur blanche ou rose, très odorante, en bouquets, à deux ou trois styles;
  • fruit rouge, ovoïde à sub-sphérique, à deux noyaux.

Confusion possible[modifier | modifier le code]

Il est possible de confondre Crataegus laevigata avec Crataegus monogyna (aubépine à un style).

Crataegus monogyna (aubépine à un style) a des feuilles nettement et profondément lobées (3, 5 ou 7 lobes dentés) non nettement en coin à la base. Sa fleur contient un style, son fruit renferme un seul noyau.

Crataegus laevigata (aubépine épineuse), quant à elle, se distingue par des rameaux étalés, une feuille presque entière (3 lobes peu prononcés au sommet) nettement en coin à la base. Sa fleur contient 2 ou 3 styles, son fruit deux noyaux.

Ces deux espèces s'hybrident très facilement pour donner des individus aux caractères intermédiaires que l'on nomme alors Crataegus × media.

Identification poussée[modifier | modifier le code]

  • Écorce âgée : mince, brune et écailleuse, fissurée.
  • Rameaux : épineux, étalés, lisses et gris cendrés.
  • Bourgeons : petits, globuleux, brunâtres.
  • Feuilles : caduques, alternes, en coin à la base, 5 à 7 lobes profonds, plus ou moins trilobées au sommet, vert foncé et brillantes dessus, légèrement velues dessous.
  • Fleurs : régulières, blanches, à deux ou trois styles, à étamines rouges, en bouquets odorants sur des rameaux courts.
  • Fruits : (cenelles), pois ovoïdes à subsphériques, rouges, généralement à deux noyaux, restes du calice formant une « mouche »[3].

Distribution géographique[modifier | modifier le code]

L'aubépine de Bouquetot (Eure), l'une des plus vieilles de France (vers 1360).

L'aubépine épineuse est très commune dans le Nord du territoire français (même sur le littoral) ; disséminée dans le Sud et rare en région méditerranéenne. Elle est présente jusqu'à 1600m, c'est-à-dire de l'étage collinéen à l'étage montagnard. On la trouve également dans la région de l'Atlas au Maroc, environs de Midelt et Sefrou, dans les forêts de chênes.

Écologie[modifier | modifier le code]

Espèce héliophile ou de demi-ombre croissant sur des sols riches en bases, moyennement frais, dont le pH est neutre à légèrement acide. L'Aubépine épineuse est donc une espèce neutrophile d'amplitude bien moins importante que sa sœur l'Aubépine monogyne.

Biotope[modifier | modifier le code]

Haies, lisières forestières, forêts caducifoliées (Chêne pubescent, Hêtre), fruticées

Usages et propriétés[modifier | modifier le code]

Utilisée comme plante ornementale (nombreux cultivars), et pour la constitution de haies vives. Utilisée comme porte-greffe du Néflier et des Poiriers. Ce sont des plantes riches en composés polyphénoliques (flavonoides, acides caféique et chlorogénique) et en composés triterpéniques. Elles sont d'utilisation médicinale récente. Les fruits (appelés cenelles) ne sont pas toxiques (certains auteurs leur attribuent une très faible toxicité), mais leur chair farineuse et fade n'incite de toute façon pas à la consommation. On en fait parfois des compotes et des gelées. La consommation de grandes quantités de sommités fleuries (infusions) entrainerait des troubles cardiovasculaires et respiratoires. Le pollen est considéré comme allergisant[4].

Bois[modifier | modifier le code]

  • Bon combustible.
  • Homogène, dur, lourd, blanc, parfois légèrement teinté de brun rougeâtre, prenant un beau poli, ressemblant beaucoup à celui de l'Alisier blanc ; présence de taches médullaires.
  • Utilisé autrefois pour les pièces mécaniques (bois très résistant aux frottements), en petite menuiserie et tournerie (robinets de tonneaux). Les épines étaient autrefois utilisées comme clous à cause de leur rigidité mais aussi comme hameçons pour les lignes de fond des pêcheurs de bord de mer[5].

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

Voir Aubépine (volet médicinal)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion et Gérard Dumé, Flore forestière française : guide écologique illustré, t. 1 : Plaines et collines, Paris, Institut pour le développement forestier, , 1785 p. (ISBN 2904740163 et 978-2904740169, présentation en ligne, lire en ligne), p. 424-425

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Site sur les plantes. Consulté le 21/10/2007
  2. Ravageurs des végétaux....
  3. Site Les arbres.fr.
  4. Joël Reymond, La Flore du Pharmacien, éd., TEC et DOC 2002.
  5. Voir: http://www.domtar.com/arbre/album_photo/p_aubep.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]