Crabe en mue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’alimentation
Cet article est une ébauche concernant l’alimentation.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Crabe bleu en mue en vente à la Nouvelle-Orléans, Louisiane

Le crabe en mue ou crabe à carapace molle est un plat qui se retrouve dans différentes régions : asiatique, nord-américaine, italienne... Il consiste à cuisiner un crabe juste après son exuviation, lorsqu'il est encore mou car n'ayant pas reformé de carapace. La mue ayant lieu une fois par an en début d'été fait de ce plat un fruit de mer de saison.

Spécificités régionales[modifier | modifier le code]

Chaque région du monde utilise une espèce de crabe particulière, généralement une espèce commune et peu recherchée pour sa chair. Les États-Unis consomment par exemple le crabe bleu[1] (Callinectes sapidus). L'Asie consomme différentes espèces de crabes des mangroves. Au Japon, différentes espèces sont utilisées pour fabriquer des sushi (maki-zushi ou temaki-zushi)[2]. Le crabe bleu japonais (Portunus trituberculatus) ou le crabe Charybdis japonica sont des espèces couramment consommées. En Italie, le moeche ou moeca[3] est un mets typique de la lagune de Venise à base de petits crabes verts de Méditerranée frits. Dans la cuisine charentaise on mange, frits à la poêle[4], les crabes en mue localement désignés par le nom de "mouve"[4] en poitevin-saintongeais dans sa variété saintongeaise de la vallée de la Seudre[4].

Préparation[modifier | modifier le code]

La carapace du crabe commence à se reformer vers le quatrième jour suivant la mue. Il est donc nécessaire de consommer le crabe dans les trois jours après la perte de l'ancienne carapace[5]. Par conséquent, il peut être difficile de se procurer ce produit frais, qu'on trouve plus généralement surgelé.

Afin de conserver ses arômes, il est déconseillé de cuire le crabe en mue dans de l'eau[6]. L'usage courant consiste à le paner ou à le faire sauter. On l'accommode de jus de citron ou de sauce tartare.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.marylandseafood.org/facts_and_nutrition/featured_species/crabs/soft_crabs.php
  2. Ole G. Mouritsen & Jonas Drotner Mouritsen, Sushi - Food for Eye, Body and Soul, Springer, (ISBN 978-1-4419-0617-5, lire en ligne), « Sushi à la carte », p. 202–250.
  3. http://www.parcoalimentare.ve.it/dati/prodotti/tradizionali/en/ittici/moeca.htm
  4. a, b et c Freddy Bossy, Lexique maritime de la Saintonge et de l'Aunis, Thèse pour le doctorat de 3e cycle, Faculté des lettres de Bordeaux, 1982.
  5. "Mrs. Rorer's Philadelphia Cook Book: A Manual of Home Economies", page 59. 2008.
  6. "Mrs. Rorer's Philadelphia Cook Book: A Manual of Home Economies", page 60. 2008.