Crépieux-la-Pape

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Crépieux-la-Pape
Crépieux-la-Pape
Mairie de Crépieux-la-Pape, place François-Canellas, devenue mairie annexe de Rillieux-la-Pape.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Ville Rillieux-la-Pape
Arrondissement Lyon
Démographie
Population 13 479 hab. (1971)
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 21″ nord, 4° 53′ 06″ est
Cours d’eau Canal de Miribel
Transport
Gare Gare de Crépieux-la-Pape
Bus TCL
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crépieux-la-Pape
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Crépieux-la-Pape
Géolocalisation sur la carte : Rillieux-la-Pape
Voir sur la carte administrative de Rillieux-la-Pape
City locator 14.svg
Crépieux-la-Pape

Crépieux-la-Pape est une ancienne commune de l'Ain puis du Rhône et enfin de la Métropole de Lyon, aujourd'hui quartier de la ville de Rillieux-la-Pape.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le quartier est schématiquement délimité par le canal de Miribel au sud, le quartier de Sermenaz au nord, le bourg de Neyron (Ain) à l'est et le quartier caluirard de Vassieux à l'ouest.

Transports[modifier | modifier le code]

Vue de la gare de Crépieux-la-Pape et du bac à traille, au début du XXe siècle.

Le quartier est desservi par la gare de Crépieux-la-Pape sur la ligne Lyon-Perrache - Genève (frontière).

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1927 : des villages dépendant de Rillieu[modifier | modifier le code]

Apparaissant dans des écrits anciens, les hameaux de Crépieu et de La Pape dépendent de la paroisse de Rillieu dès les origines. À la mise en place des communes, ils font néanmoins l'objet de prétentions de la part de la municipalité de Caluire quant à sa délimitation avec sa voisine. Discussions et tractations s'engagent donc ; elles dureront de 1790 à 1795 et aboutiront au partage des hameaux entre les communes de Rillieux, alors rattachée au département de l'Ain, et de Caluire, dans le département du Rhône[1].

Les habitants rattachés à la commune de Rillieux obtiennent la constitution d'une section électorale propre en 1883 afin d'assurer leur représentation au sein du Conseil municipal par des conseillers en nombre proportionnel à la population des deux hameaux au sein de la commune[2].

1927 - 1972 : la commune de Crépieux-la-Pape[modifier | modifier le code]

La nouvelle commune de Crépieux-la-Pape, distraite de celle de Rillieux, est constituée par la loi du , sous l'impulsion de François Canellas, qui sera son premier maire et le restera jusqu'à son décès en 1941[1]. Comme celle de Rillieux, la nouvelle commune est rattachée au département de l'Ain et au canton de Montluel.

La zone à urbaniser en priorité (ZUP) de Rillieux-Crépieux est instaurée par un décret de 1958 sur un site de 120 hectares à cheval sur les communes de Rillieux et de Crépieux-la-Pape. Les travaux débutent en 1960.

Par la loi n°67-1205 du [3], six communes du département de l'Ain, dont Rillieux et Crépieux-la-Pape, sont rattachées au département du Rhône[Note 1] afin de leur permettre d'intégrer la communauté urbaine de Lyon, qui selon la législation en vigueur à l'époque ne pouvait regrouper que des communes du même département.

La communauté urbaine de Lyon est mise en place au .

Depuis 1972 : la commune de Rillieux-la-Pape[modifier | modifier le code]

Unifiées par l'érection de la Ville Nouvelle, confrontées aux difficultés de gestion de cet afflux massif de population, les deux communes fusionnent par arrêté du avec effet au [4] pour former la nouvelle commune de Rillieux-la-Pape[1].

En 2015, la communauté urbaine de Lyon est remplacée par une collectivité territoriale à statut particulier, la Métropole de Lyon.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1931 1936 1946 1954 1958 1962 1968 1971 -
1 5831 8401 8582 6702 9723 1578 70113 479-
(Source : EHESS[5])

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • château de Crépieux, occupé par le lycée Lamarque.

Personnalités liées au quartier[modifier | modifier le code]

Place François-Canellas, à Crépieux-la-Pape.
  • L'abbé Thomas (1874 - 1952), a officié à Crépieux-la-Pape à la fin des années 1920.
  • Georges Lamarque (1914 - 1944), a été inspecteur général au château de Crépieux-la-Pape, d'où il a clandestinement commencé à organiser des actions de Résistance. Le lycée installé au château de Crépieux-la-Pape porte son nom.
  • François Canellas, maire de Crépieux-la-Pape de 1927 à 1941, considéré comme le « fondateur » de la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. jusqu'alors codifiée 01132 par l'INSEE dans le département de l'Ain, la commune de Crépieux-la-Pape est désormais référencée 69274 dans le département du Rhône.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Histoire », sur le site de la commune de Rillieux-la-Pape (consulté le 21 octobre 2012).
  2. « Le hameau de Vancia », sur vancia.free.fr (consulté le 21 octobre 2012).
  3. « Image JO du 30 décembre 1967, page : 12 980 », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 19 janvier 2013).
  4. « Fiche de Crépieux-la-Pape », sur gencom.org (consulté le 19 janvier 2013).
  5. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur le site de l'école des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 février 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]