Crémines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crémines
Blason de Crémines
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Jura bernois
Communes limitrophes
(voir carte)
Grandval, Corcelles, Vermes, Rebeuvelier, Gänsbrunnen
Maire Jean-Claude Chevalier
Code postal 2746
N° OFS 0691
Démographie
Gentilé Les Épinglettes, les Bavous
Population 539 hab. (31 décembre 2013)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 00″ N 7° 26′ 35″ E / 47.283334, 7.44306547° 17′ 00″ Nord 7° 26′ 35″ Est / 47.283334, 7.443065
Altitude 614 m
Superficie 949 ha = 9,49 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Crémines

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Crémines

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Crémines
Liens
Site web www.cremines.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Crémines est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue sur Crémines

Le village de Crémines se situe à 6 km à vol d’oiseau à l'est de Moutier, chef-lieu du district. Il est arrosé par la rivière La Raus et par le ruisseau La Gaibiate, l’un de ses affluents. Crémines se trouve dans le Cornet, également appelé le Grand Val.

Au nord, le territoire communal est limité par la chaîne du Raimeux, au sud par le Graitery et à l'est par le Maljon. L’altitude du village est à 611 mètres. Le point culminant est à 1 250 mètres, sur la chaîne du Raimeux, au lieu-dit Sur le Golat.

Le territoire communal s’étend aussi dans la cluse de Saint-Joseph, en direction du canton de Soleure. La gare de Saint-Joseph est située sur le territoire de Crémines.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de Crémines date de 1461[3]. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Crémines dépendait de la prévôté de Moutier-Grandval.

De 1797 à 1815, Crémines a fait partie de la France, au sein du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1800, du département du Haut-Rhin, auquel le département du Mont-Terrible fut rattaché. Par décision du congrès de Vienne, le territoire de l’ancien évêché de Bâle fut attribué au canton de Berne, en 1815.

Économie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La population de Crémines a vécu de l’agriculture jusqu’à la fin du XIXe siècle. Dès la fin du XVIIIe siècle, une grande tradition horlogère s'implanta dans le village. On trouve des traces, en 1789, d'un horloger nommé de Jacob Landry. Jusque la moitié du XXe siècle, les usines Greder, Grossert, Tschoumy, Girard et Juillerat firent connaître mondialement leur savoir-faire horloger.

Les archives communales font mention de différentes professions pratiquées dans le village au fil des siècles. On trouve un arquebusier, en 1741, un luminier de Challière (?) en 1739, un poissier en 1795, un potier, en l'an 7 du calendrier républicain, un salpetrier en 1759.

Aujourd'hui, le village accueille une usine de décolletage, un atelier de mécanique, une entreprise de cartonnage, une imprimerie, deux entreprises d'installations sanitaires ainsi qu'un garage.

Niveau commerces, une poste, une boulangerie, une boucherie ainsi qu'une épicerie donnent au village une certaine autonomie. Une résidence médicalisée pour personnes âgées est située dans la haut du village.

Sport[modifier | modifier le code]

Pour les sportifs, une place polysportive est proposée gratuitement à la population. Ce lieu sert également de patinoire naturelle en hiver. Une buvette attenante, avec cuisine, vestiaires et douches, est proposée en location, très apprécié pour les fêtes de familles. Une halle de gymnastique, avec scène et diverses salles, est également proposée en location pour diverses manifestations de sociétés. Deux stands de tir, l'un pour le tir au pistolet l'autre pour le tir à 300m, un manège équestre et une place de jeux pour enfants complètent l'offre d'activité sportive (sans compter sur le téléski de Grandval).

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Parc zoologique - Siky ranch
  • Sentier botanique de Crémines et Sentier didactique du Gore Virat (Corcelles)
  • If millénaire - le plus vieil arbre de Suisse (env. 1500 ans)
  • Patrimoine historique (école, anciennes fermes, greniers, fontaines, etc.)
  • Martinet et Maison du Banneret Wisard dans les villages voisins
  • Le Raimeux (ballades, raquettes, parapente, restaurants, etc.)

Transports[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Charles Wisard[4] (1928-2006), journaliste[5]
  • Siegfried Roos (1915-1980), industriel (imprimerie, cartonnage), sportif d'élite en marche, qualifié pour les Jeux olympiques de Berlin 1936, mais non participation pour raisons financières[6]
  • Charles Albert Gobat (1843-1914), prix Nobel de la Paix 1902 avec Élie Ducommun. Natif de Tramelan, Albert Gobat est un bourgeois de Crémines, ses parents habitaient le village.
  • Samuel Gobat (1799-1879), missionnaire en Abyssinie, évêque anglican à Jérusalem

Références[modifier | modifier le code]