Coyoacán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coyoacán
Blason de Coyoacán
Héraldique
Coyoacán
Localisation de Coyoacán à Mexico.
Administration
Pays Drapeau du Mexique Mexique
Code postal 04940
Fuseau horaire UTC -6
Démographie
Gentilé (es) Coyoacanense
Population 620 416 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 19° 21′ 00″ nord, 99° 09′ 42″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Mexique
Voir sur la carte administrative du Mexique
City locator 14.svg
Coyoacán
Géolocalisation sur la carte : Mexique
Voir sur la carte topographique du Mexique
City locator 14.svg
Coyoacán
Le monastère Saint-Jean-Baptiste à Coyoacán.

Coyoacán est l'une des seize divisions territoriales (demarcaciones territoriales) de Mexico au Mexique. Son siège est Villa Coyoacán.

Géographie[modifier | modifier le code]

Coyoacán s'étend sur une superficie de 54,4 km2 dans le sud de la ville. Elle est limitrophe des divisions Benito Juárez au nord, Iztapalapa à l'est, Xochimilco au sud-est, Tlalpan au sud et Álvaro Obregón à l'ouest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Coyoacán est formé de trois parties : coyotl (le coyote), -hua (suffixe possessif), -can (suffixe locatif). Leur contraction signifie l'endroit de ceux qui possèdent des coyotes[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque préhispanique, Coyoacán est une cité tépanèque situé au bord du lac Xochimilco. Elle est conquise par les Aztèques en 1430 et reliée par une chaussée à Tenochtitlan. Après le siège de Tenochtitlan, Cortés établit provisoirement son gouvernement à Coyoacán, qui devient par la suite une de ses encomiendas.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Université[modifier | modifier le code]

Au sud de l'arrondissement on trouve la cité universitaire, site principal de l'UNAM.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacqueline de Durand-Forest, Danièle Dehouve et Éric Roulet, Parlons nahuatl. La langue des Aztèques, L'Harmattan, 2007, p. 288
  2. Museo Casa de Leon Trotsky.