Couvent et chapelle des Sœurs Noires de Louvain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Couvent et chapelle des Sœurs Noires de Louvain
Klooster en kapel van de zwartzusters
Chapelle des Sœurs Noires de Louvain - 01.JPG
Présentation
Type
Chapelle conventuelle
Style
Construction
1681, 1687-1693, 1757-1763
Statut patrimonial
Classement le 13 octobre 1986
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Brabant flamand

(Voir situation sur carte : Brabant flamand)
Point carte.svg

Le couvent et la chapelle des Sœurs Noires (Klooster en kapel van de zwartzusters en néerlandais) est un édifice de style baroque situé à Louvain, dans la province du Brabant flamand en Belgique

Fondé en 1438 le couvent de religieuses hospitalières (dites Sœurs noires) est doté de sa chapelle baroque en 1687.

Depuis 1986 les couvent et chapelle sont classés au patrimoine immobilier de la Région flamande.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le couvent des Sœurs Noires se situe au nord du Grand béguinage de Louvain.

Son aile méridionale est bordé par la 'Zwartzustersstraat' (rue des Sœurs Noires), son aile orientale par la 'Schapenstraat' (rue des Moutons) et son aile occidentale par un des deux bras de la Dyle[1].

La chapelle se dresse à l'angle sud-est du couvent, à l'intersection de la 'Zwartzustersstraat' et de la 'Schapenstraat', face à la rue appelée 'Karmelietenberg' (Mont des Carmélites).

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation du couvent[modifier | modifier le code]

Costume des Sœurs Noires.

On admet généralement que le couvent des Sœurs Noires fut fondé en 1438 par une fille du pays de Liège, Élisabeth Ymbrecht, juive nouvellement convertie au catholicisme, qui loua à cet endroit une petite maison de paille (een cleyn stroyen huysken) qu'elle racheta ensuite avec quelques terrains contigus[2],[1],[3].

En 1462, l'évêque de Liège accorda à la communauté de religieuses en forte croissance l'autorisation de suivre la règle de saint Augustin et d'ériger une chapelle, qui fut construite en 1478[1],[3].

Les Sœurs Noires (Zwartzusters), appelées également Sœurs de Nazareth, s'occupaient principalement de soins aux malades[1].

Construction[modifier | modifier le code]

Les bâtiments actuels ont été édifiés en plusieurs phases[1],[3] :

  • 1681 : construction de l'aile sud du couvent en style traditionnel ;
  • 1687-1693 : construction de la chapelle en style baroque ;
  • 1757-1763 : construction des trois dernières travées de l'aile sud (le long de la Zwartzustersstraat) et de la première partie de l'aile occidentale (le long de la Dyle).

L'aile orientale, disposée le long de la Schapenstraat (rue des Moutons), est plus tardive.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Contrairement à la majorité des établissements religieux de la ville, le couvent des Sœurs Noires ne fut pas totalement supprimé à la Révolution française mais il fut attribué aux Hospices civils de Louvain[3].

Classement[modifier | modifier le code]

L'ensemble constitué par le couvent et sa chapelle fait l'objet d'un classement comme monument historique et comme site depuis le 13 octobre 1986[4] et figure à l'inventaire du patrimoine immobilier de la Région flamande sous la référence 206830[1].

Description[modifier | modifier le code]

La chapelle[modifier | modifier le code]

La niche du portail.
Culot sculpté supportant un pilastre.

La chapelle présente une façade baroque édifiée en briques rouges et rehaussée d'éléments en pierre de taille (grès). La pierre de taille est utilisée ici pour cloisonner la façade en de multiples compartiments du plus bel effet.

Le registre inférieur de la façade est composé de trois travées de briques délimitées par de hauts pilastres prenant appui sur des culots sculptés de volutes et incrustés dans le soubassement en pierre blanche.

La travée centrale est percée d'un portail cintré à l'imposant encadrement de pierre bleue dont les impostes et la clé d'arc prennent une forme de pointe-de-diamant. Le portail est surmonté d'une niche en pierre bleue flanquée d'ailerons à boule de pierre et sommée d'un puissant larmier en forte saillie. Le portail est surmonté d'une grande baie à arc surbaissé, marquée aux quatre coins d'une pierre taillée en pointe-de-diamant et dont les harpes sont prolongées par des bandeaux de pierre qui rythment la façade.

Le registre inférieur de la façade se termine par un puissant entablement duquel s'élance le pignon à volutes, segmenté lui aussi par des pilastres et des bandeaux de pierre blanche et frappé en son centre d'une baie aveugle et, plus haut, au-dessus d'un entablement intermédiaire, d'un cercle d'où rayonnent les bras de la croix.

En retrait par rapport au pignon, l'édifice est surmontée par la fine silhouette d'un clocher à bulbe hexagonal terminé par une flèche couverte d'ardoises.

Le portail.
Le clocher.
La chapelle vue du béguinage.

Le couvent[modifier | modifier le code]

La dalle et la niche au-dessus de la porte.
L'aile occidentale le long de la Dyle.

L'aile méridionale[modifier | modifier le code]

L'aile méridionale du couvent, disposée le long de la Zwartzustersstraat (rue des Sœurs Noires), est construite en briques et pierre blanche. De style traditionnel, elle comporte quatorze travées construites en 1681, avant la chapelle, et trois travées construites durant la période 1757-1763[1]. Les travées de 1681 sont parcourues sur toute leur longueur par cinq bandeaux de pierre blanche, deux au rez-de-chaussée et trois à l'étage, qui relient les fenêtres entre elles et rythment la façade.

Au rez-de-chaussée, les petites fenêtres rectangulaires sont groupées par deux, séparées par un meneau de pierre, dotées de piédroits à simple harpe et surmontées de petits arcs de décharge[1] en briques, tandis qu'à l'étage les hautes fenêtres rectangulaires possèdent une traverse de pierre en forte saillie.

La travée d'entrée est percée d'une porte aux piédroits harpés et à fenêtre d'imposte rectangulaire protégée par des barreaux en fer forgé[1].

Au-dessus de la porte, une dalle en pierre bleue mentionne le texte suivant :

« D.O.M.
HET GODTSHUYS VAN NAZARETH
GHENAEMT DIE SWERTE SUSTERS
GHEFUNDERT INDEN IAERE 1462
ONDER DEN REGHEL VAN ST AUGUSTINUS
VERNIEUWT A° 1680. »

Ceci peut se traduire par « Le couvent de Nazareth, appelé les Sœurs Noires, fondé en l'an 1462 sous la règle de saint Augustin, rénové en l'an 1680 ».

La porte et la dalle sont surmontées d'une niche baroque en pierre blanche, flanquée de volutes et sommée d'une clé d'arc[1] et d'un larmier en forte saillie.

Sous la corniche, la façade est percée de nombreux trous de boulin (trous destinés à ancrer les échafaudages) à encadrement de pierre blanche.

L'aile occidentale[modifier | modifier le code]

La première partie de l'aile occidentale, disposée le long de la Dyle, a été construite en 1757-1763 en même temps que les trois dernières travées de l'aile sud.

Ces façades sont beaucoup moins séduisantes que celle de l'aile sud à cause de l'absence de bandeaux de pierre blanche, à la taille beaucoup plus grande des fenêtres du rez-de-chaussée et à la présence de grilles blanches devant ces fenêtres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j (nl) Inventaire du patrimoine immobilier de la Région flamande
  2. Edward Van Even, Louvain dans le passé & le présent, éditeur Auguste Fonteyn, 1895, p.518
  3. a b c et d Le Patrimoine monumental de la Belgique, Volume 1, Brabant flamand, Arrondissement de Louvain, Mardaga éditeur, 1984, p. 235
  4. (nl) Arrêté de classement sur le site de l'inventaire du patrimoine immobilier de la Région flamande