Couvent des Récollets de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Couvent des Récollets de Paris
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Destination initiale
Couvent
Destination actuelle
Centre international d'accueil et d'échanges pour chercheurs et artistes
Style
XVIIe et XVIIIe siècles
Propriétaire
RIVP
Patrimonialité
Site web
Localisation
Pays
Région
Ile de France
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 10e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 10e arrondissement de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Situé rue du Faubourg-Saint-Martin à Paris, l'ancien couvent des Récollets est un bel exemple de l'architecture religieuse des XVIIe et XVIIIe siècles.

Longtemps utilisé comme hôpital militaire, cet ensemble immobilier est aujourd'hui géré par Lerichemont, filiale de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) ; il regroupe :

  • une résidence para-hôtelière dédiée aux chercheurs et artistes avec des espaces de location pour des manifestations culturelles,
  • les bureaux de l'ordre des architectes d'Île-de-France et la maison de l'architecture,
  • les bureaux de l'association 4D (Dossiers et Débats pour le Développement Durable).

Histoire[modifier | modifier le code]

Porte d'entrée de l'ancien hôpital militaire Villemin.

Du couvent à l'hôpital[modifier | modifier le code]

Les récollets, issus à la fin du XVe siècle d'une réforme de l'ordre des Franciscains, s'appelaient initialement « frères mineurs de l'étroite observance de saint François ».

Ils obtiennent d'Henri IV le la permission d'installer un monastère sur un terrain qui leur est donné, à deux pas de l'église Saint-Laurent, par Jacques Cottard, tapissier de son état. Après avoir construit une petite église, ils l'agrandissent dans un premier temps. La première pierre de leur couvent ainsi que d'une plus grande église est posée par Marie de Médicis le [3].

La bibliothèque du couvent était très réputée.

Fermé en 1790, le couvent est transformé en 1802 en hospice des Incurables-Hommes. Puis, en 1861, après le transfert de ses pensionnaires à l'hospice des Incurables d'Ivry, il devient l'hôpital militaire Saint-Martin. Il prend en 1913 le nom de Jean-Antoine Villemin (1827-1892), médecin des armées, auteur de recherches sur la tuberculose.

Le 23 mars 1918, durant la première Guerre mondiale, un obus lancé par la Grosse Bertha explose dans l'hôpital Villemin situé rue des Récollets[4].

La porte d'entrée monumentale de l'hôpital est encore visible au no 8[5] de la rue des Récollets. Le jardin du couvent en a été séparé, il s'agit du jardin Villemin.

La situation de cet hôpital près des gares du Nord et de l'Est lui vaut une grande activité durant les deux guerres mondiales, et même encore pendant les opérations d'Algérie.

La vétusté de ses équipements entraîne sa fermeture définitive en 1968. Par la suite, le site fut longtemps menacé de destruction avant d'être protégé et classé.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Les bâtiments qui subsistent de nos jours datent du XVIIIe siècle et portent encore les traces visibles de leur histoire. Les façades et les toitures, l'escalier intérieur avec sa rampe en fer forgé du bâtiment subsistant du XVIIIe siècle et la chapelle ont été inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du [2].

Après la fermeture de l'hôpital, le bâtiment héberge l'UP1 (unité pédagogique 1, école d'architecture issue de la scission des Beaux-Arts en 1968), qui prend le nom d'école d'architecture de Paris-Villemin, avant de déménager vers l'ENSBA, 14 rue Bonaparte, puis d'être refondue dans l'actuelle École nationale supérieure d'architecture de Paris-Val de Seine.

De 1990 à 1992, le couvent est transformé en squat d'artistes, dont certaines œuvres murales sont encore visibles[6]. Le 26 janvier 1992[7], un incendie ravage une partie des bâtiments[8]. La Régie immobilière de la Ville de Paris souhaite transformer le couvent en logements[9]. L'association, les Anges des Récollets qui occupait les lieux avant l'incendie recense les différents projets : celui de l'Institut de la fondation de la cité européenne, présidé par le philosophe Jean Pierre Faye[10] ou le projet de pôle socioculturel alternatif. En 1997, après cinq ans d'inoccupation des lieux, les membres de l'association Les Anges des Récollets ré-occupent les lieux[11].

En 1999, les lieux sont attribués momentanément par l'État aux artistes (c'est un des rares exemples où des artistes squatters réussissent à obtenir une autorisation de l'État). Mais ceux-ci n'obtiennent pas de réaliser le grand centre d'art alternatif qu'ils souhaitaient.

En 2000, l'État décide d'y implanter un centre international d'accueil à vocation artistique et culturelle. Il lance un concours d'architectes. Thomas Corbasson et Karine Chartier réhabilite le lieu. En 2003, le Centre international d'accueil et d'échanges, destiné aux artistes et aux écrivains étrangers confirmés est inauguré[12]. En 2004, l'ordre régional des architectes d'Île-de-France ainsi que la Maison de l'architecture s'y installent[13].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. source : www.cadastre.gouv.fr
  2. a et b Notice no PA00086485, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Jules de Gaulle, Nouvelle histoire de Paris et de ses environs, Paris, P. M. Pourrat frères, 1839-1841, 630 p. (lire en ligne), p. 537-538
  4. [bpt6k4605797h/f6.item lire en ligne] sur Gallica
  5. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris : A - K. 1, éditions de Minuit, , 794 p. (ISBN 2-7073-1054-9), p. 326.
  6. « URBANISME DES ARCHITECTES AU COUVENT La réhabilitation du couvent des Récollets soulève de vives contestations », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2020)
  7. « Incendie au couvent des Récollets. », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2020)
  8. « L'avenir incertain du couvent des Récollets », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2020)
  9. Sabine Chalvon-Demersay, « Chapitre 3. « Changer la ville, changer les gens » », dans Le triangle du XIVe, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (ISBN 978-2-7351-0820-6, lire en ligne), p. 45–49
  10. « Projet « social et citoyen » au couvent des Récollets, à Paris », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2020)
  11. Bruno MASI, « Une histoire mouvementée », sur Libération.fr, (consulté le 14 mai 2020)
  12. (fr) « Centre international d'accueil et d'échanges des Récollets », sur www.international-recollets-paris.org
  13. La Maison de l'architecture est une association loi 1901 créée en 2003.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Plaque « Histoire de Paris » en façade du bâtiment.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]