Coutellerie de Moulins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La coutellerie de Moulins a été, avec le travail du cuir et la faïence, l'une des activités artisanales qui a fait la richesse de Moulins (Allier) entre le XVIe siècle et la Révolution. Elle était tournée vers la coutellerie de luxe[1].

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

La coutellerie semble être signalée pour la première fois en 1595, dans un document conservé aux archives municipales de Moulins : une demi-douzaine de couteaux de table, achetés par le maire à Jean de Tours pour être envoyés à Paris en présent pour les affaires de la ville[2].

La coutellerie de Moulins ne semble pas remonter au-delà du XVIe siècle. Nicolas de Nicolay, géographe du roi Charles IX, n’en fait pas mention dans sa description de Moulins[3].

La coutellerie de Moulins est citée plusieurs fois :

  • 1606 : dans les comptes de maître Pierre Sevyn, receveur de la ville, on trouve cette mention : « Payé à Jean Guyot, 6 livres sur la plus grande somme, dû à lui pour avoir fait une « espée » présentée à Monseigneur le Dauphin. »
  • 1762 : dans le Dictionnaire de l'Académie française, au mot couteau il est mentionné dans les différents types liés à leur origine : « Couteau de Paris, de Chatellerault, de Moulins[4] », et au mot coutellerie : « Il se fait beaucoup de coutellerie à Moulins[4]. »

Les principaux ateliers[modifier | modifier le code]

Nombre[modifier | modifier le code]

Règlementation[modifier | modifier le code]

Les matériaux utilisés[modifier | modifier le code]

Notoriété[modifier | modifier le code]

Cadeaux[modifier | modifier le code]

Lieux de conservation[modifier | modifier le code]

Une salle du musée Anne-de-Beaujeu de Moulins présente les arts décoratifs à Moulins au XVIIIe siècle, parmi lesquels la coutellerie de luxe : couteaux en or, argent et nacre, exposés dans des étuis en galuchat ou en bois recouvert de marqueterie[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henriette Dussourd, Histoire de Moulins d'après la chronique de ses habitants, Clermont-Ferrand, Volcans, 1975, p. 166 : « La coutellerie à Moulins atteignit un développement étonnant. »
  2. Archives municipales de Moulins, registre 316. Cité par Camille Grégoire, « La coutellerie moulinoise », Revue du Bourbonnais, 1885, n° 1, p. 4. Mais dans « L’art de la coutellerie à Moulins du XVIe au XVIIIe siècle », La vie de la coutellerie, p. 17, le rédacteur donne la date de 1569.
  3. « MS 29 - Description générale du pays et duché de Bourbonnois, par Nicolas de Nicolaï - Nicolaï, Nicolas de », sur mediatheques.agglo-moulins.fr (consulté le 13 janvier 2018)
  4. a et b Académie française, Dictionnaire de l'Académie françoise : A = K, t. 1, 1762, chez la veuve de Bernard Brunet, imprimeur de l'Académie Françoife, paris (lire en ligne), p. 431.
  5. Collections du musée Anne-de-Beaujeu.