Courtelary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courtelary
Blason de Courtelary
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Jura bernois
Communes limitrophes
(voir carte)
Cormoret, Nods, Cortébert, Mont-Tramelan, Les Breuleux, La Chaux-des-Breuleux
Maire Otto Borruat (PSA)
NPA 2608
N° OFS 0434
Démographie
Population 1 360 hab. (31 décembre 2015)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 45″ nord, 7° 04′ 20″ est
Altitude 695 m
Superficie 2 217 ha = 22,17 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Courtelary

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Courtelary

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Courtelary
Liens
Site web www.courtelary.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Courtelary est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Courtelary se trouve à 14 km à vol d’oiseau de Bienne, dans la partie médiane du Vallon de Saint-Imier, le long du cours de la Suze.

Le point culminant du territoire communal est à 1263 m sur la Montagne du Droit et à 1540 m sur les hauteurs de la chaîne de Chasseral.

Le territoire communal est occupé à raison de 5 % par l’habitat, 43 % par la forêt, 51 % par les zones agricoles et 1 % de sol improductif.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de Courtelary remonte à 962, avec le nom de Curtis Alerici. Par la suite apparurent d’autres toponymes : Curte Alesi (1175) et Cortaleri (1178). Le nom du lieu provient vraisemblablement de la cour d'un Bourguignon du nom d’Alaric. Courtelary appartenait alors à l’Abbaye de Moutier-Grandval, mais le chapitre de Saint-Imier possédait également des biens sur le territoire de Courtelary.

Le village appartenait à l’Evêché de Bâle, mais l’influence de Bienne se fit de plus en plus sentir. En 1530, les Biennois introduisirent la réforme dans le vallon de Saint-Imier, contre la volonté des habitants. Les Biennois affermèrent le château à la ville de Soleure. En 1604, une cour de justice est installée à Courtelary. En 1606, le village devient le siège des baillis d’Erguël.

Après que les troupes françaises eurent envahi l’évêché de Bâle en 1792, une assemblée législative du Pays d'Erguël se réunit sans succès à Courtelary dans le but de créer une république indépendante. De 1797 à 1815, Courtelary appartint à la France et fut le chef-lieu d'un canton du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1800, du département du Haut-Rhin, auquel le Mont-Terrible fut rattaché. Par décision du congrès de Vienne, l’Erguël fut rattaché au canton de Berne en 1815 et devint une préfecture en 1831.

Transports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La société Camille Bloch, sise à Courtelary, est le dernier fabricant indépendant de chocolat suisse.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Chaque année en avril a lieu le Country Music festival de Courtelary. En octobre se déroulent les "Dix Bornes de Courtelary", un cross organisé par le club athlétique local.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Curiosité naturelle[modifier | modifier le code]

Le Creux-de-Glace est une doline dans laquelle la neige persiste durant toute l'année.

Références[modifier | modifier le code]