Course de lévriers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Course de lévriers à Mullingar (Irlande).
Lévrier en pleine course.

Une course de lévriers a pour objectif de faire courir des chiens du 10e groupe canin appelés lévriers. Ces chiens poursuivent un lièvre ou un lapin artificiel sur un circuit. Il existe deux types de courses de lévriers :

  • la première, appelée course sur cynodrome ou racing, est une course de vitesse où le premier lévrier franchissant la ligne d'arrivée est déclaré gagnant ;
  • la deuxième, appelée poursuite à vue sur leurre (PVL) ou coursing, est une simulation de chasse au lièvre.

Dans beaucoup de pays, la course de lévriers est amateure et est faite pour la distraction du public. Dans d’autres pays (en particulier aux États-Unis, en Irlande et en Australie), elle est une forme de pari mutuel, similaire aux paris de course de chevaux.

Il existe aussi un championnat du monde de course de lévriers[1].

En France la première course est organisée par Eugène Chapus à Bagatelle le . Le premier coursing club fut fondé en 1890 à Boulogne-Billancourt. En 1933 un décret autorisa le fonctionnement du pari mutuel sur les courses de lévriers. Le cynodrome de Courbevoie fonctionnera de 1936 à 1951, date de la fermeture de ce cynodrome.

Rapidement des propriétaires, avec leurs lévriers qui avaient couru à Courbevoie, ont recréé et organisé des courses sur des terrains occasionnels (type stade de football). Pendant 10 années le pari mutuel restait interdit et en 1961, à l'initiative de Jacques Verchere, il fut à nouveau autorisé. Ce n'est qu'au milieu des années 1970 que de nouveaux cynodrome se rouvrent : Mont de Marsan, Carnoux-en-Provence etc.

Les sociétés de courses de lévriers sont gérées par une Fédération Française des Sociétés de Courses de Lévriers (FFSCL). Cette Fédération regroupe aujourd'hui 11 sociétés. En 1985, période récente la plus faste, la FFSCL avait 22 sociétés affiliées.

Vous ne pourrez plus parier sur les courses de lévriers

Alors que le championnat de France s’achève ce dimanche à Montauban, un décret devrait signer bientôt la fin de ce loisir pratiqué depuis 1961.

Au cynodrome de Liverdy-en Brie (Seine-et-Marne) en 2010.

Le Parisien par Marine Legrand

La ligne droite d'arrivée

Leur corps longiligne et leur vitesse de pointe atteignant 70 km/h passionnent des milliers de parieurs depuis 1961. Mais les courses de lévriers ouvertes au pari mutuel, c'est peut-être bientôt fini. Ce dimanche soir 22 septembre s'achève le tout dernier championnat de France de la discipline, à Montauban (Tarn-et-Garonne). Les propriétaires des chiens doivent l'apprendre en fin de journée.

Le gouvernement serait en train de rédiger un décret qui abrogerait l'agrément délivré à la Fédération Française des Sociétés de courses de lévriers (FFSCL). Le texte devrait paraître en octobre pour une application en janvier 2020. Vers la fin des cynodromes ?

Le cynodrome de Liverdy-en-Brie (Seine-et-Marne), l’un des sept cynodromes existant encore en France.

Claude Klein, président de la SFCL, accuse le coup : « Le ministère de l'Agriculture m'a convoqué cet été pour m'annoncer la nouvelle, confie, dépité, cet habitant de Seine-Saint-Denis, qui vient régulièrement organiser des courses au cynodrome de Liverdy-en-Brie (Seine-et-Marne). Ce loisir existait depuis 58 ans, vous vous rendez compte? Ça risque d'être la fin des cynodromes… » Actuellement, il n'en existe plus que sept sociétés: Montauban, Liverdy-en-Brie, Bagnères-de-Luchon et Toulouse (Haute-Garonne), Soissons (Aisne), Châtillon-la-Palud (Ain) et la bien nommée Maulévrier (Maine-et-Loire).

De moins en moins d'argent misé « 

Le montant total des enjeux sur les lévriers représente une poussière pour l'État et ils sont en déclin depuis plusieurs années, regrette Claude Klein : environ 90 000 euros en 2017, 80 000 euros en 2018 et nous ne devrions atteindre que 60 000 euros en 2019 a priori. En 2018, cela n'aurait rapporté que 2400 euros de taxes au gouvernement. A peine de quoi couvrir leurs frais liés à notre activité. »

L'autre raison de supprimer cet agrément serait l'incapacité, pour les autorités, de pouvoir contrôler l'origine des fonds, de vérifier si les parieurs sont bien majeurs, de lutter contre un éventuel blanchiment d'argent, etc.

Claude Klein, le président de la Société française de courses de lévriers, au cynodrome de Liverdy-en-Brie (Seine-et-Marne), le 14 septembre 2019. LP/Sophie Bordier

Contacté, le ministère de l'Agriculture confirme seulement que des réunions ont eu lieu cet été, mais ne s'avance pas davantage. Selon nos informations, une autre activité devrait également perdre son agrément pour les paris mutuels. Il s'agit de la pelote basque. « J'ai reçu récemment un courrier de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) m'informant de cette décision, sans donner de dates », confie Lilou Echeverria, le président de la Fédération française de pelote basque.

Un entraînement rigoureux du chien

« J'ai le cœur serré, avoue Claudie Lanies, commissaire générale du championnat de France. Les propriétaires de lévriers vont être surpris, voire tétanisés. Ils entraînent leur chien tous les jours avec rigueur et passion : 45 minutes de marche quotidienne pour la musculature et deux séries de fractionnées par semaine où l'animal peut s'entraîner à partir vite et exprimer sa vitesse. » Elle aussi a vu « le déclin » de ce loisir au fil des ans : « On est passés de 200 lévriers inscrits au championnat de France en 2010 à 190 en 2013 et… 87 en 2019. Il faut dire que nos dotations sont très faibles : 90 euros pour le chien champion de France. Et puis nous subissons la concurrence des jeux en ligne qui se sont multipliés ces dernières années. »

Seule consolation : les courses amicales de lévriers seront toujours autorisées. Les derniers cynodromes pourront continuer d'accueillir ces chiens si particuliers, à la silhouette athlétique, entraînés comme des chevaux de PMU. Mais sans pari d'argent désormais.

Les courses de lévriers en 2007[modifier | modifier le code]

Lévriers faisant un tour de piste.
Course de lévriers, Mullingar (Irlande), juillet 2008.

En 2007, les courses de lévriers continuent dans beaucoup de pays du globe. Les principaux pays accueillant les courses de lévriers sont :

Des courses à plus petite échelle existent aussi :

Racing en Pologne.

Les soins des chiens de courses[modifier | modifier le code]

Les conditions de vie[modifier | modifier le code]

En France, les courses de lévriers sont souvent pratiqués par des lévriers appartenant à des particuliers, dans un cadre officiel. Un décret datant du autorise des sociétés de courses de lévriers à organiser le pari mutuel dans leurs réunions de courses. Il peut y avoir des enjeux financiers mais il n'y pas d'industrie des courses derrière ces rencontres. D'autre part la Société Centrale Canine organise par l'intermédiaire de clubs d'Utilisation des compétitions de lévriers avec un championnat de France annuel.

Dans les pays anglo-saxons, un bon lévrier de course peut atteindre 35 000 euros mais sa carrière n'excède pas 18 mois. Ils sont alors « réformés » et proposés à l'adoption par des associations.

L'équipement pour la course[modifier | modifier le code]

L'équipement du lévrier de course se compose de deux choses essentielles:

  • Un dossard coloré numéroté de 1 à 6 : Ces numéros et ces couleurs sont reprises sur les boîtes de départ pour faciliter la reconnaissance du lévrier pendant la course.
  • Une muselière (obligatoire) : la muselière n’est pas destinée à remédier à un tempérament agressif mais permet d'éviter tout incident à l'arrivée de la course où les concurrents se jettent sur le leurre (éjecté) et ont le réflexe de protéger leur proie.

En Australie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire britannique[modifier | modifier le code]

En Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

En Afrique du Sud, les chiens sont gardés par leurs propriétaires. En raison de l'état amateur de la course, les propriétaires sont généralement aussi entraîneurs et éleveurs de leurs chiens; il est très rare que le chien soit placé dans un chenil avec un entraîneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]