Cours et examens de Poudlard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Poudlard.

Cette liste présente les cours et examens de Poudlard, se déroulant dans l'école fictive de la série littéraire Harry Potter, écrite par J. K. Rowling.
Le personnage principal ne se trouvant pas à Poudlard en 7e et dernière année d'études (Harry Potter et les Reliques de la Mort) en raison de sa mission qui consiste à rechercher les Horcruxes à travers le pays, le contenu des cours des élèves de 7e année demeure inconnu pour la plupart des disciplines.


Cours obligatoires[modifier | modifier le code]

Astronomie[modifier | modifier le code]

Les cours d'astronomie (astronomy en anglais) se déroulent à minuit dans la plus haute tour de l'école[1]. C'est la seule branche d'études de Poudlard qui a un équivalent exact dans le monde moldu. Les leçons consistent en une observation des étoiles avec des télescopes. Les devoirs donnés aux élèves comprennent, entre autres, un apprentissage du nom des étoiles, des constellations et des planètes, leur localisation et mouvements, ainsi que des descriptions de l'environnement des planètes et de leurs lunes[a 1]. Dans l'univers de Harry Potter, les planètes influencent directement les effets et l'envergure des sortilèges et des potions[i 1]. L'astronomie est donc également destinée à apprendre les origines de la théorie magique[i 1].

Déroulement des cours

En première année, les cours d'astronomie ont lieu tous les mercredis soir[1]. Les élèves observent le ciel avec un télescope et tentent d'apprendre le nom des étoiles et le mouvement des planètes. En cinquième année, les élèves doivent rendre un devoir au professeur Sinistra sur les différentes lunes de Jupiter[1]. Ron effectue pour son devoir un dessin légendé comportant Io et Ganymède[e 1].

Durant leur épreuve théorique de BUSE, les élèves doivent indiquer toutes les lunes de Jupiter[e 2], et pour réussir l'épreuve pratique du soir, remplir une carte vierge du ciel à partir de leurs observations au téléscope[e 3]. C'est durant cette épreuve que de nombreux élèves sont témoins de l'attaque d'Ombrage et de plusieurs membres du Ministère visant Hagrid et le professeur McGonagall[e 4].

Botanique[modifier | modifier le code]

Les cours de botanique (herbology en anglais) se déroulent dans les serres du parc de Poudlard, pas très loin du potager[2]. Le cours a pour but d'enseigner aux élèves la connaissance des plantes magiques, l'art de s'en occuper, de les nourrir, de les soigner et de les combattre. D'après les romans, le parc de Poudlard compte au moins trois serres[b 1], abritant de nombreuses plantes plus ou moins dangereuses[b 2].

  • Manuels d'accompagnement[3] :
  • Equipement nécessaire :
    • cache-oreilles (pour se protéger du cri de certaines espèces)
    • engrais à base de bouse de dragon (pour le rempotage des plantes)
    • gants de protection en peau de dragon[a 2]
    • produit contre les limaces
    • sécateur[b 3]
Ustensiles de botanique utilisés pour les films, avec une Mandragore ("Harry Potter - l'exposition", Cité du Cinéma, Saint-Denis, 2015).
Première année

En première année, les cours de botanique ont lieu trois fois par semaine[a 1] et dans la serre numéro 1[b 1]. Il n'y a pas d'autre information sur le déroulement ni le contenu des cours.

Deuxième année

Les cours ont lieu en commun entre les Gryffondor et les Poufsouffle[b 4] (et entre les Serdaigle et les Serpentard) dans la serre numéro 3 qui contiendrait des plantes beaucoup plus intéressantes et dangereuses que la serre numéro 1[b 1]. Le professeur Chourave attend les élèves devant les serres pour les avertir de ce changement, puis ouvre la serre numéro 3 avec une clef accrochée à sa ceinture. La pièce vitrée est emplie d'un mélange d'odeur de terre humide, d'engrais et du parfum entêtant des fleurs géantes qui pendent du plafond, et dont l'amplitude est similaire à celle d'un parapluie[b 1]. Il y a des tables à tréteaux, des piles de pots de toutes tailles et des sacs de compost contre les vitres, près d'une Tentacula vénéneuse[b 2].
Le professeur Chourave se tient alors derrière une table à tréteaux, sur laquelle sont posés des cache-oreilles aux boules roses, et explique aux élèves que l'objectif du premier cours sera de rempoter des Mandragores, des plantes touffues aux fleurs violacées[b 5]. Lorsqu'elle demande si quelqu'un connait les propriétés de la Mandragore, Hermione Granger répond qu'il s'agit d'une plante aux grandes propriétés curatives[b 6], utilisée pour rendre aux victimes de métamorphoses ou de sortilèges leur état d'origine. On apprend également que c'est une plante particulièrement dangereuse pour son cri mortel. Les connaissances d'Hermione apportent vingt points de plus à Gryffondor.

Une Mandragore, matéralisée pour le 2e film.

Les Mandragores, qui sont enterrées en ligne dans des bacs posés à leurs pieds, sont encore très jeunes, afin d'éviter tout accident[b 6]. Néanmoins, chacun est tenu de se munir d'une paire de cache-oreilles et de la mettre en place avant toute manipulation. Chourave fait ensuite une démonstration en arrachant d'un coup sec de son pot l'une des plantes, qui se met alors à hurler à pleins poumons. Ils découvrent par la même occasion que les racines ont la forme d'une créature ressemblant à un bébé plein de terre particulièrement laid[b 5]. Les feuilles sortent de son crâne et sa peau est marbrée, d'une couleur vert pâle[b 5]. Le professeur prend un grand pot sous l'une des tables à tréteaux, y plonge la Mandragore et recouvre la créature de compost humide en ne laissant de visible plus que les feuilles. Elle leur fait ensuite signe de retirer leurs cache-oreilles pour leur donner les directives à suivre. Les élèves se mettent ensuite à quatre par bac (Harry Potter, Ron Weasley et Hermione font équipe avec un garçon de Poufsouffle, Justin Finch-Fletchley)[b 2]. Les Mandragores n'aiment pas être déterrées ni rempotées et gesticulent dans tous les sens, donnant des coups de pieds, brandissant des petits poings ou essayant de mordre[b 7]. À la fin de ce premier cours, les élèves ressortent de la serre en nage, les membres douloureux et recouverts de terre.

Au programme d'un cours hivernal, qui a finalement été annulé à cause de la neige et du blizzard trop épais[b 8], il était prévu que les élèves fassent enfiler des chaussettes et des écharpes aux racines de Mandragores pour qu'elles n'attrapent pas froid[b 8]. Au mois de mars, les élèves travaillent toujours sur les Mandragores qui grandissent et deviennent particulièrement enjouées. Chourave les informe que dès qu'elles commenceront à sortir de leur pot pour se rendre visite entre elles, ce sera le signe de leur maturité[b 9].

À la fin du printemps, le professeur Chourave demande aux élèves de tailler des figuiers d'Abyssinie[b 10] et de jeter les brindilles desséchées sur le tas de compost. L'ambiance n'est pas joyeuse car le cours fait suite à l'agression de Hermione par le monstre de la Chambre des secrets. Ron et Harry font équipe avec Ernie MacMillan et Hannah Abbot de Poufsouffle. Durant ce cours, Harry aperçoit un groupe de grandes araignées courir sur le sol de la serre pour se diriger vers la forêt interdite[b 3]. Hagrid, avant d'être suspendu de ses fonctions, leur avait conseillé de les suivre pour obtenir des indices sur la Chambre. Ils décident donc le soir même de suivre ce conseil.

Troisième année

Durant l'un des cours, les élèves doivent écosser des haricots étincelants[c 1] qui, au contact de la terre, germent aussitôt. Ron, par mégarde, en renverse sur le sol de la serre en manquant son seau et les haricots germent brusquement.

Quatrième année

Au premier cours ayant lieu dans la serre numéro 3, le professeur Chourave montre aux élèves des plantes particulièrement laides et répugnantes : des Bubobulbs[2]. Elles ressemblent à de grosses limaces noires qui dépassent à la verticale de leurs pots. Elles sont recouvertes de pustules brillantes que les élèves doivent percer pour recueillir le pus dans des bouteilles. Il est nécessaire de se munir de gants en peau de dragon, car le pus (à l'odeur d'essence et de couleur vert jaunâtre) ne doit pas être en contact avec la peau sans avoir été préalablement dilué[d 1]. Le professeur récupère ainsi plusieurs bouteilles qu'elle referme avec des bouchons de liège. Le pus de Bubobulbs est selon elle un excellent remède contre l'acné[d 1].
Un autre cours consiste à rempoter des Bulbes sauteurs[d 2]. Les élèves de Poufsouffle se montrent distant avec Harry, car ils estiment qu'il a volé la gloire de Cedric Diggory (un élève et préfet de Poufsouffle), en étant élu lui aussi en tant que champion de Poudlard pour le Tournoi des trois sorciers. Ernie MacMillan et Justin Finch-Fletchley, installés à la même table que Harry, Ron et Hermione, éclatent de rire lorsque le Bulbe sauteur de Harry s'échappe de sa main pour lui bondir au visage[d 2].
Un autre cours consiste à tailler une plante à Pipaillon[d 3],[Note 1].

Cinquième année

Le premier cours est consacré aux arbrisseaux autofertilisants[e 5]. Le professeur Chourave insiste dès le début du cours, comme la plupart des autres professeurs, sur l'importance des épreuves de BUSE. Elle leur donne un devoir supplémentaire à faire en plus de leur montagne de travail[e 6]. Les élèves ressortent du cours très fatigués et sentant la bouse de dragon, utilisée comme engrais pour les arbrisseaux.

Après Noël, les élèves fertilisent des pousses de Cricasse avec du fumier de dragon[e 7]. C'est durant ce cours que Susan Bones, après avoir appris l'évasion de plusieurs mangemorts de la prison d'Azkaban, discute avec Harry en lui disant qu'elle comprend ce qu'il peut ressentir. Sur le coup de son émotion, l'élève de Poufsouffle répand trop de fumier sur ses pousses qui émettent des couinements de protestation.

Sixième année

L'un des cours consiste à devoir extraire le jus des gousses de Snargalouf[f 1]. Les élèves se regroupent par trois ou quatre autour d'une souche de Snargalouf aux branches noueuses. Les souches sont particulièrement violentes, obligeant les élèves à se munir de protections diverses : gants en peau de dragon[f 2], protège-dents[f 3], lunettes protectrices[f 3]... Les élèves doivent d'abord extraire tant bien que mal la gousse (une boule verte palpitante de la taille d'un pamplemousse[f 3]) des tentacules qui se débattent, puis l'écraser dans un bol pour en extraire le jus. Lorsque Ron tente de l'écraser, la gousse rebondit sur la paroi de verre de la serre pour atterrir sur la tête du professeur Chourave. Harry fait une autre tentative à l'aide d'un déplantoir, sans succès. Hermione consulte le manuel Arbres carnivores du monde et utilise un outil pointu. Elle remplit alors le bol de tubercules verdâtres se tortillant comme des asticots[f 4].

Résumé d'études de botanique
Sujet(s) étudié(s) en cours Sujet(s) d'examen de fin d'année
1re année Black x.svg
(non précisé)
Black x.svg
(non précisé)
2e année rempotage et suivi de croissance de la Mandragore[b 11]

taille de figuiers d'Abyssinie[b 10]

Black x.svg
(examens annulés)
3e année écossage de haricots magiques à germination rapide[c 1] Black x.svg
(non précisé)
4e année récolter le pus des Bubobulbs[2]

rempoter des Bulbes sauteurs[d 2]
tailler les plantes à Pipaillon[d 3]

Black x.svg
(non précisé)
(Harry, en tant que champion, est dispensé d'examens[d 4])
5e année Première fertilisation des arbrisseaux autofertilisants[e 5]

fertiliser les Cricasse[e 7]

EXAMEN DE BUSE

Le Géranium Dentu[e 8]

6e année Snargalouf[f 5] Black x.svg
(examens reportés suite du décès de Dumbledore)
7e année Black x.svg
(non précisé)
Black x.svg
(ASPIC annulés en raison du conflit)

Défense contre les forces du mal[modifier | modifier le code]

Les cours de défense contre les forces du mal (defense against the dark arts en anglais), souvent abrégés DCFM[f 6], se déroulent dans la salle de défense contre les forces du mal, au 3e étage. Le cours est enseigné de la première à la septième année. Le poste d'enseignant en cette matière est maudit[4]. Le changement d'enseignant d'une année à l'autre est devenu inévitable.

Les cours les plus intéressants, selon Harry Potter, ont été ceux assurés par le professeur Lupin, en troisième année. Ce dernier a d'ailleurs appris à Harry à lancer le sortilège du Patronus durant cette même année afin de l'aider à se protéger contre les détraqueurs. Harry a lui-même confié à l'intéressé qu'il avait été le meilleur professeur qu'ils aient jamais eu[c 2]. Dean Thomas partage également ce point de vue[c 3].

Année 1 - Année 2 - Année 3 - Année 4 - Année 5 - Année 6 - Année 7

Résumé d'études de DCFM

  • Manuels d'accompagnement[3] :
    • Forces obscures : comment s'en protéger de Quentin Jentremble,
    • Flâneries avec le Spectre de la mort de Gilderoy Lockhart,
    • Promenades avec les loups-garous de Gilderoy Lockhart,
    • Randonnées avec les trolls de Gilderoy Lockhart,
    • Une année avec le Yéti de Gilderoy Lockhart,
    • Vacances avec les harpies de Gilderoy Lockhart,
    • Vadrouilles avec les goules de Gilderoy Lockhart,
    • Voyages avec les vampires de Gilderoy Lockhart,
    • Théorie des stratégies de défense magique de Wilbert Eskivdur
    • Affronter l'ennemi sans visage
  • Équipement nécessaire : baguette magique.
Première Année

Le professeur référent est Quirinus Quirrell.

En première année, malgré l'intérêt que portent la plupart des élèves à cette discipline, l'enseignement de Quirell semble tourner à la farce[a 3]. En effet, la salle de classe est imprégnée d'une odeur d'ail dans le but d'éloigner d'éventuels vampires et ses histoires sur un certain combat avec un zombie[a 3] sonnent faux. Durant l'un des cours qui a lieu après les vacances de Noël, les élèvent recopient les différentes façons de soigner les morsures de loup-garou[a 4].

Lutin de Cornouailles et objets à l'effigie de Gilderoy Lockhart ("Harry Potter - l'exposition", Cité du Cinéma, Saint-Denis, 2015).
Deuxième année

Le professeur référent est Gilderoy Lockhart.

Harry, exaspéré par la présence du professeur Lockhart qui lui attribue toute son attention en s'arrangeant toujours pour être à ses côtés, s'installe tout au fond de la salle de classe, bien décidé à se faire le plus discret possible[b 12]. Ron et Hermione se mettent de chaque côté de lui. Les cours de défense contre les forces du mal de Lockhart sont une occasion pour lui de mettre sous le feu des projecteurs ses soi-disant exploits, en conseillant à ses élèves de lire le récit de ses propres aventures en guise de manuels d'accompagnement[b 13]. La première partie de son premier cours consiste pour les élèves à répondre à un questionnaire sur lui-même : sa couleur préférée, son ambition secrète, son plus grand exploit, sa date d'anniversaire et son cadeau idéal... Harry et Ron en sont incrédules. Mais Hermione, qui comme de nombreuses jeunes filles de l'école, admire beaucoup le professeur Lockhart, répond avec sérieux et sans erreur à son questionnaire, et se voit récompensée d'un sourire radieux.
Un peu plus tard, le professeur Lockhart déclare qu'il se fait un devoir de leur apprendre à se défendre contre les créatures les plus répugnantes du monde des sorciers et leur avoue qu'ils auront peut-être dans son cours les plus belles peurs de leur vie, mais qu'il ne pourra rien leur arriver tant qu'il sera à leur côté[b 14]. À la suite de ce discours théâtral, Lockhart désigne une cage recouverte d'un morceau de tissu. Il encourage un certain suspense en parlant d'une voix mystérieuse et en leur demandant de ne pas crier, au risque de les énerver. Au moment où il retire enfin le morceau de tissu, Seamus Finnigan éclate d'un grand rire en constatant qu'il ne s'agit que de lutins de Cornouailles[b 14], hauts d'une vingtaine de centimètres et criant comme des perruches : des créatures n'étant pas considérées comme particulièrement dangereuses, selon Seamus. Lockhart paraît alors agacé de sa remarque et vante presque les mérites de ces « petites pestes diaboliques »[b 14].
Sans donner plus de directives, il ouvre alors la cage et laisse aux élèves le soin de les mettre hors d'état de nuire. Les lutins se répandent dans toute la pièce comme des fusées et Neville Londubat se retrouve soulevé dans les airs par ses oreilles. Des lutins s'enfuient après avoir cassé une fenêtre, d'autres saccagent la salle de cours en faisant voler les livres, les encriers, les feuilles de notes, les tableaux muraux... Les élèves, totalement démunis, se cachent alors sous les tables alors que Neville se retrouve immobilisé sur le lustre[b 15]. Lockhart tente de rétablir l'ordre en lançant une formule magique, qui reste inefficace. Au lieu de cela, il se retrouve désarmé par l'un des lutins qui jette sa baguette par la fenêtre, au moment même où la cloche de fin de cours retentit. Comme Harry, Ron et Hermione sont les derniers à se précipiter vers la sortie, Lockhart leur demande d'attraper les lutins restants, puis il s'enfuit à son tour en refermant la porte derrière lui. Hermione, considérant cela comme une mise à l'épreuve face à un exercice pratique tout à fait pertinent, trouve alors une formule magique pour les immobiliser un à un[b 16]. Ron, quant à lui, devient convaincu à partir de ce moment que Lockhart est un véritable charlatan.

Après cet essais désastreux, Lockhart n'amène plus de créatures à ses cours et se contente de lire des extraits de ses livres en procédant à une reconstitution des scènes qui le mettent le plus en valeur. Il demande à Harry d'endosser le rôle de ses compagnons d'aventures, jusqu'à jouer devant toute la classe le rôle du loup-garou, poussant des hurlements et se faisant immobiliser à terre[b 17]. La seule raison qui pousse Harry à ne pas refuser d'être ridiculisé est la perspective de pouvoir obtenir une autorisation signée du professeur pour consulter un livre de la Réserve sur la potion de Polynectar que Ron, Hermione et lui ont décidé de préparer en secret.
Les élèves doivent composer un poème racontant la victoire de Gilderoy Lockhart sur le loup-garou de Wagga Wagga[b 18] qu'ils doivent rendre pour le cours suivant. Lockhart promet un exemplaire dédicacé de son livre Moi le Magicien à l'auteur du meilleur poème. Mais Hermione ne pourra pas rendre le siens car elle se fait pétrifier peu de temps après. Au cours suivant, Harry et Ron sont en colère contre Lockhart[b 19] qui semble convaincu qu'à la suite du renvoi de Hagrid, les évènements terribles liés à la Chambre des secrets sont désormais terminés.

Début de section
Troisième année

Le professeur référent est Remus Lupin (avec Severus Rogue en remplacement).

Les épouvantards :

Au premier cours, le professeur Lupin arrive légèrement en retard et les élèves sont déjà installés, en train de discuter. Lupin les salue avec un léger sourire et leur demande de bien vouloir ranger leurs livres, pour un cours de pratique. Les élèves sont intrigués, car les exercices pratiques sont plutôt rares en DCFM. Tout le monde suit alors le professeur Lupin en dehors de la classe, jusqu'à la salle des professeurs. Ils croisent le professeur Rogue qui conseille vivement à Lupin de ne pas donner d'exercice trop difficile à Neville Londubat, à moins d'autoriser Hermione Granger à lui souffler les réponses[c 4]. Neville rougit de honte mais Lupin apparaît confiant. Rogue se retire avec un rictus.

La penderie, matérialisée pour le 3e film ("Harry Potter - l'exposition", Cité du Cinéma, Saint-Denis, 2015).

Lupin fait signe aux élèves d'avancer jusqu'au fond de la salle où se trouve une penderie. Celle-ci se met à trembler dans un grand bruit à leur approche, car un épouvantard se cache à l'intérieur[c 5] depuis la veille. Lorsque Lupin demande ce qu'est un épouvantard, Hermione est la première à répondre qu'il s'agit d'une créature changeant d'aspect en fonction de la personne qui se présente face à elle, en adoptant la forme la plus terrifiante possible. Lupin approuve et précise que cet épouvantard là ne s'est pas encore transformé et que lorsque la porte de la penderie s'ouvrira, il tentera donc de prendre une forme qui fera peur à chacun d'entre eux.
Lupin demande alors à Harry quel est l'avantage qu'ils ont sur l'épouvantard et celui-ci répond après un temps de réflexion qu'ils sont en supériorité numérique et que la créature ne saura probablement pas quelle forme adopter pour faire peur à tout le monde en même temps[c 6]. Lupin approuve une nouvelle fois en ajoutant qu'il est toujours mieux de se trouver à plusieurs lorsque l'on rencontre un épouvantard. Il est en effet déjà arrivé qu'un épouvantard essaie de faire peur à deux personnes à la fois et finisse par se retrouver en demi quelque chose, n'ayant plus rien d'effrayant. Lupin précise que le moyen le plus efficace pour se débarrasser définitivement de ces créatures est d'éclater de rire, en les obligeant à adopter une forme drôle. Pour cela, il faut utiliser le sortilège Riddikulus[c 6]. Sur ces mots, Lupin demande à Neville de le rejoindre.
Neville, tremblant, s'approche sous les encouragements du professeur qui perçoit son manque de confiance. Celui-ci lui demande ce qui l'effraie le plus au monde. Neuville répond qu'il s'agit du professeur Rogue, ce qui provoque un éclat de rire général. Lupin demande alors à Neville à quoi ressemblent les vêtements que sa grand-mère a l'habitude de porter et lui demande de les garder à l'esprit. Puis il lui montre le geste qui doit accompagner la formule et lui dit de se préparer. Harry, Ron, Hermione et les autres élèves en font autant en essayant d'imaginer la manière de ridiculiser ce qui leur ferait le plus peur.
Lorsque Lupin ouvre la penderie, l'épouvantard, se trouvant face à Neville, se transforme en Rogue et s'avance dans sa direction. Neville prononce la formule et Rogue se retrouve avec une robe longue à dentelles, un chapeau orné d'un vautour empaillé et un sac à main[c 7]. La classe entière éclate de rire. L'épouvantard, sous l'apparence de Rogue, paraît déconcerté et Lupin en profite pour inviter une autre élève à prendre la suite. Les uns après les autres, les élèves lancent le sortilège face à l'épouvantard qui adopte une forme qui les effraie, jusqu'à ce que ce soit le tour de Harry. Lupin se place alors devant lui pour obliger l'épouvantard à changer sa cible[c 8]. Puis le professeur demande à Neville de prendre la suite et d'en finir avec la créature. À la fin du cours, Lupin donne des points à chacun des élèves ayant affronté l'épouvantard, à Harry et à Hermione pour avoir bien répondu à ses questions, et donne deux fois plus de points à Neville pour avoir affronté la créature deux fois. En devoir pour la semaine suivante, Lupin leur donne à rédiger un résumé sur les épouvantards à l'aide de leur manuel.
En sortant du cours, Ron et Hermione sont enthousiastes et semblent d'accord pour dire que Lupin est un très bon professeur. Harry, lui, ne comprend pas pourquoi Lupin l'a empêché d'affronter l'épouvantard. Le professeur lui expliquera lui-même un peu plus tard qu'il craignait de voir apparaître Voldemort devant toute la classe[c 9], ce qui aurait provoqué un terrible mouvement de panique.

Les chaporouges et les kappas :

Très vite, le cours de DCFM devient le cours préféré de la plupart des élèves[c 10]. Après les épouvantards, les troisième année étudient les chaporouges, des petites créatures ressemblant à des gobelins et qui se cachent dans les lieux où le sang a coulé par le passé (cachots, anciens champs de bataille...). Ils assomment les personnes qui s'y perdent[c 9].

Durant un autre cours, les élèves étudient les kappas[c 9], de monstrueuses créatures des eaux qui ressemblent à des singes recouverts d'écailles. Leurs mains sont palmées et ils essaient d'étrangler les personnes qui s'aventurent dans les mares[c 9]. Ils étudient également les strangulots[c 3] : des démons des eaux hérissés de cornes pointues. Harry aperçoit l'un d'entre eux en avant première le jour d'Halloween, alors qu'il est invité par le professeur Lupin[c 11] à venir boire un thé dans son bureau. Il l'informe que la seule manière de se débarrasser d'un strangulot est de briser son étreinte. Comme ils ont des doigts puissants, mais fragiles, ça n'est pas très difficile. C'est à ce moment-là également que Lupin explique à Harry pourquoi il ne l'a pas laissé affronter l'épouvantard.

Les loup-garous :

Peu après Halloween, le professeur Rogue remplace temporairement le professeur Lupin qui ne se sent pas très bien[c 3] et comme Harry arrive avec dix minutes de retard, des points lui sont retirés. Rogue choisit de leur parler des loup-garous mais Hermione conteste poliment en disant qu'il ne semble pas s'agir de la suite logique du programme. Rogue réplique d'un ton calme mais glacial que, n'étant qu'une élève, elle n'a pas son mot à dire. Les autres échangent alors des regards maussades et obéissent en ouvrant leurs manuels à la page correspondante.
Sans leur laisser le temps de lire quoi que ce soit, Rogue leur demande la différence entre un loup normal et un loup-garou[c 12]. Hermione lève aussitôt la main pour répondre, mais Rogue l'ignore délibérément. Comme Hermione semble être la seule à savoir, Rogue en profite pour dénigrer l'enseignement de Lupin et le retard qu'ils ont accumulé. Hermione tente alors, malgré tout, de répondre à la question de manière courtoise. Le professeur riposte aussitôt en la considérant comme une « mademoiselle je-sais-tout » incapable de tenir sa langue[c 13] et lui retire une nouvelle fois des points. Hermione baisse les yeux, dépitée, mais malgré avoir reconnu une certaine vérité dans les paroles du professeur, c'est à lui que tous les autres élèves adressent un regard noir. Ron, qui ne peut pas s'empêcher de soulever l'injustice, prend la défense d'Hermione en demandant au professeur la raison pour laquelle il pose une question, si c'est pour ne pas souhaiter l'intervention de la seule élève capable d'y répondre[c 13]... Sans surprise, l'audace de Ron lui vaut une retenue et le restant du cours se déroule dans un silence tendu.
En guise de devoir, Rogue leur demande de rédiger deux rouleaux de parchemin sur la manière de reconnaître et de tuer un loup-garou. En ressortant du cours, Harry et Hermione sont convaincus que Rogue en veut à Lupin pour l'épisode de l'épouvantard ayant pris son apparence sous la risée générale.

Les pitiponks :

Au retour de Lupin, les élèves protestent face au comportement de Rogue durant les derniers cours et contre le devoir qui leur a été donné à faire sur un chapitre qu'ils n'ont pas encore étudiés. Leur révolte fait sourire Lupin, qui leur promet de faire annuler le devoir (à la grande déception d'Hermione, qui l'avait déjà terminé). Le cours est consacré aux pitiponks[c 14], des créatures n'ayant qu'une seule patte et dont le corps et les bras semblent constitués de filets de fumée entrelacés[c 14]. Ils sont réputés pour attirer les voyageurs dans les sols marécageux grâce à leur lanterne qu'ils tiennent dans leur main.
Après ce cours, Harry reste à discuter avec le professeur Lupin au sujet des détraqueurs postés autour de l'enceinte de l'école pour protéger les élèves de Sirius Black. Lupin étant d'un naturel altruiste et l'une des rares personnes à oser appeler Voldemort par son vrai nom, Harry éprouve plus de facilités à dialoguer avec lui. Il lui demande notamment pourquoi les détraqueurs ont un tel impact sur lui qui, à chacune de leur présence, finit par s'évanouir. Lupin le rassure en lui disant qu'il ne s'agit pas d'une quelconque forme de faiblesse, mais plutôt d'évènements horribles dont il aurait été témoin étant plus petit[c 15]. Les détraqueurs sont en effet réputés pour se nourrir du désespoir et pour vider l'espace qui les entoure de tout sentiment de bonheur[c 15]. Harry lui avoue qu'à chaque fois qu'il les aperçoit, il entend sa mère crier au moment où elle est retrouvée et tuée par Voldemort. Lupin semble touché.
Harry se souvient alors que le professeur avait trouvé le moyen de se débarrasser d'un détraqueur dans le Poudlard Express au début de l'année et lui demande de lui donner des cours particuliers pour lui apprendre à se défendre contre ces créatures. Doutant de ses propres capacités dans ce domaine, Lupin hésite, mais finalement accepte.

Le parcours d'obstacles :

Pour l'examen de fin d'année, Lupin prépare à ses élèves une sorte de parcours d'obstacles dans le parc de l'école[c 16], qui lui permet d'évaluer les stratégies de défense de chaque élève sur l'essentiel du programme. Ils doivent traverser une mare en sachant se libérer des strangulots, poursuivre leur chemin dans des ornières en évitant de se faire assommer par des Chaporouges, progresser dans un marécage en essayant de ne pas se faire déconcentrer par les Pitiponks et pour finir, entrer dans une grande malle qui renferme un épouvantard et le neutraliser à l'aide du sortilège Riddikulus. Harry s'en sort avec une excellente note. Ron obtient également un bon résultat, bien qu'il se soit fait entrainé au milieu du marécage. Hermione, quant à elle, réussit le parcours à la perfection jusqu'à ce que l'épouvantard prenne l'apparence du professeur McGonagall en lui annonçant qu'elle a raté tous ses examens. Hermione ressort de la malle en panique, et sa réaction amuse beaucoup Ron[c 16].

Début de section
Quatrième année

Le professeur référent est Alastor Maugrey.

Le professeur Maugrey apparaît assez étrange. Il semble grognant, rocailleux, et sa silhouette est assez effrayante[d 5]. Harry est rassuré de le voir sourire dès le premier cours et manifester ainsi une certaine forme de bienveillance, malgré son côté un peu brusque.

Salle de défense contre les forces du mal (Wizarding World of Harry Potter, 2010).

Informé par une lettre de Lupin sur le programme suivi l'année précédente, Maugrey les informe qu'ils ont acquis de bonnes bases mais qu'ils sont en retard en matière de défense contre les mauvais sorts. Sur ces mots, il précise que ni lui, ni Dumbledore, ne tiennent à se conformer aux recommandations du ministère de la Magie qui consistent à les laisser ignorants des maléfices interdits avant leur sixième année. Par conséquent, il fait nommer les trois sortilèges impardonnables successivement par Ron, Neville et Hermione. Pour chacun des trois sortilèges, il fait une démonstration sur une grosse araignée[d 6]. Au sortilège de l'Imperium, alors que l'araignée visée se met à faire des acrobaties sous le contrôle total de Maugrey, les élèves se mettent à rire, mais s'arrêtent sitôt que Maugrey les menace de leur faire subir la même chose. Lorsque Neville évoque le sortilège Doloris, Maugrey prend une autre araignée et la torture. L'araignée s'agite et se convulse, sous les yeus horrifiés des élèves. Hermione crie à Maugrey d'arrêter, ce qu'il fait. C'est tremblante qu'Hermione énonce le dernier sortilège impardonnable, en connaissant le sort réservé à la dernière araignée. Maugrey lance alors un Avada Kedavra et tue l'animal dans un éclair de lumière verte[d 7]. Alors que les élèves restent silencieux, Maugrey se tourne vers Harry en disant qu'il n'y a qu'une seule personne qui soit parvenue à survivre à ce sortilège : lui. Harry visualise dorénavant de quelle manière ses parents ont été tués.
Après cette entrée en matière, les élèves passent le reste du cours à prendre des notes sur les Sortilèges Impardonnables et lorsque le cours est terminé, la plupart d'entre eux expriment avec un mélange d'effroi et d'admiration ce que leur inspire la conduite du professeur Maugrey[d 8]. Mais Harry n'y a rien vu d'amusant et Hermione paraît scandalisée.

Au cours suivant, le professeur Maugrey repousse les tables pour libérer de la place au centre de la classe. Il souhaite faire subir à chacun des élèves à tour de rôle le sortilège de l'Imperium afin qu'ils puissent en connaitre les effets et apprendre à y résister[d 9]. Hermione est hésitante et rappelle au professeur qu'il avait fait mention d'une interdiction de l'utiliser sur un autre être humain. Mais selon Maugrey, il est préférable qu'ils sachent s'y préparer dans le cas où un ennemi « vraiment » mal intentionné tenterait de leur imposer sa volonté. Il propose à Hermione d'être dispensée du cours si elle le souhaite, mais celle-ci refuse, préférant se prêter à l'exercice que de manquer un cours.
Chacun à leur tour, les élèves se soumettent à des actions étranges et sans logique, sous l'emprise du sortilège que leur lance Maugrey. Lorsque vient le tour de Harry, celui-ci, sous l'emprise de l'Imperium, entre presque dans une sorte d'euphorie. Il entend la voix lointaine de Maugrey lui ordonner de sauter sur le bureau présent dans la pièce. Harry se prépare à obéir, puis sa conscience lui fait remarquer qu'il n'y a pas de raison valable pour faire une telle action[d 10]. Tandis que Maugrey le lui ordonne avec plus d'insistance, Harry amorce un saut, tout en s'efforçant de ne pas sauter : il tombe sur le bureau à plat ventre et une forte douleur le lance au niveau des genoux. Lorsque Maugrey libère Harry, il le félicite et lui dit qu'il a su résister un certain temps au sortilège. À l'issue du quatrième essai, Harry parvient à en neutraliser complètement les effets[d 10].

Après la deuxième épreuve du tournoi des Trois Sorciers, le professeur Maugrey soumets les élèves à des tests de défense contre les maléfices[d 11]. Beaucoup d'entre eux en ressortent légèrement blessés. Harry reçoit un sortilège de Folloreille qui fait agiter ses oreilles en tous sens. Alors que la cloche retentit et que les élèves sortent à la hâte, Hermione reste avec Maugrey pour lui demander des informations sur la présence de Rita Skeeter aux épreuves du tournoi. En effet, la jeune fille veut savoir comment la journaliste obtient des informations la concernant, censées demeurer secrètes. Hermione soupçonne des moyens illégaux pour y être parvenue et y voit un moyen de se venger de Skeeter pour les propos employés à son sujet[d 11]. Mais Maugrey lui répond qu'il n'a vu la journaliste nulle part au cours de la deuxième tâche.

Début de section
Cinquième année

Le professeur référent est Dolores Ombrage.

Lorsque les élèves entrent dans la classe pour leur premier cours, le professeur Ombrage est déjà installée à son bureau. Ils s'installent donc en silence, mais Ombrage réclame qu'ils lui répondent poliment « Bonjour, professeur Ombrage ». Elle insiste par ailleurs à ce que, pour chaque réponse à l'une de ses questions, les élèves s'expriment de manière très académique.
Ombrage leur demande de sortir leurs plumes. Les élèves devinent que le cours ne sera pas passionnant dès l'instant où elle les informe que l'usage des baguettes ne sera pas requis. Ombrage inscrit ensuite au tableau : « Retour aux principes de base ». En effet, le programme de l'année sera centré exclusivement sur la magie défensive théorique[e 9] sur trois axes principaux : comprendre les principes qui fondent la défense magique, apprendre à reconnaître les situations dans lesquelles la défense magique se trouve légalement justifiée, et replacer la défense magique dans un contexte ouvrant sur la pratique.
Le premier cours est donc consacré à la lecture du premier chapire de Théorie des stratégies de défense magique de Wilbert Eskivdur, intitulé « Principes de base à l'usage des débutants »[e 10]. Après quelques minutes, Harry se rend compte qu'il relit plusieurs fois la même phrase sans en comprendre le sens. Ron n'est pas plus captivé et préfère jouer avec sa plume. Quant à Hermione, elle n'a même pas pris la peine d'ouvrir le livre, à la grande surprise de Harry. Elle se contente de lever la main en attendant que le professeur Ombrage daigne la considérer. Lorsque la moitié de la classe se désintéresse du livre pour observer Hermione, Ombrage ne peut plus ignorer la jeune fille plus longtemps.
Hermione interroge donc Ombrage sur ses objectifs d'apprentissage en s'étonnant de l'absence d'utilisation des sorts de défense[e 11]. Ombrage répond avec une gentillesse faussée qu'apprendre à utiliser les sorts de défense est inutile au sein de son cours. Face à la perlexité d'Hermione, Ombrage insiste en lui disant qu'elle n'est nullement qualifiée pour se permettre de juger du contenu d'une matière qui dépend directement de l'autorité du Ministère. Ombrage précise cependant que les sorts de défense seront appris dans des conditions précises de sécurité et d'absence de risques. Harry intervient, en demandant quel peut-être l'intérêt de la théorie face aux dangers du monde extérieur. Plusieurs autres élèves, comme Ron, Dean Thomas ou Parvati Patil interviennent également en faveur de son point de vue[e 12]. Comme Ombrage reste fixée sur le fait que l'école n'est pas le monde extérieur, et qu'ils ne courent apparemment aucun danger au-dehors, Harry s'emporte en devinant que le professeur cherche à détourner délibérément le sujet du retour de Voldemort. Il évoque donc le sujet haut et fort, provocant un mouvement de panique dans la classe à la simple évocation du nom du Seigneur des Ténèbres[e 13]. Ombrage lui retire dix points en précisant à l'adresse des autres élèves qu'il s'agit d'un mensonge et qu'il n'y a rien à craindre, mais Harry insiste avec colère et finit par obtenir une retenue. Ombrage conseille alors aux élèves affrayés de venir lui parler en dehors des heures de cours. À partir de ce moment, Harry rejoint Hermione dans son idée qu'une propagande est en train de se mettre en place et qu'Ombrage en est l'un de ses principaux acteurs. Il se lève. Hermione tente de le faire se rasseoir mais Harry se dégage et fixe le professeur Ombrage avec fureur[e 14]. Il lui demande si elle pense sincèrement que Cedric Diggory ait pu songer à se suicider à la fin du tournoi des Trois Sorciers l'année précédente. Ombrage réplique qu'il s'agissait d'un tragique accident. Harry perd ses moyens et lui dit en criant qu'elle ne veut pas admettre son meurtre par Voldemort. Au lieu de s'énerver, Ombrage lui demande calmement de venir au bureau et lui donne un parchemin à remettre au professeur McGonagall. Puis Harry quitte la classe sans un regard en arrière. En s'entretenant ensuite avec McGonagall, cette dernière, qui est mise au courant de l'attitude de son élève mais qui ne peut l'en blâmer, demande alors à Harry de se montrer très prudent avec le professeur Ombrage. McGonagall dit aussi être rassurée à l'idée que Harry se fie à Hermione Granger[e 15].

Harry conserve un souvenir douloureux de sa retenue avec Ombrage durant laquelle il a du recopier des lignes, tandis que les mots s'inscrivaient dans un même temps sur sa peau par le biais d'une plume ensorcelée[e 16].
Ombrage apparaît très souriante au cours suivant. Tandis que les élèves sont tenus de lire le chapitre consacré aux « théories de défense les plus communes et leurs dérivés »[e 17], Hermione lève la main et dit au professeur avoir lu l'intégralité du livre et ne pas être d'accord avec son contenu, sans prendre la peine de s'exprimer à voix basse. Ombrage lui répond que son opinion n'importe pas, car sa méthode est approuvée par le Ministère et qu'il n'y a pas d'autre idée à s'en faire[e 18]. Comme Ombrage retire des points à Hermione pour « perturbation du cours par des interrutions intempestives », Harry s'interpose malgré la tentative d'Hermione pour le tempérer, ce qui lui vaut une nouvelle retenue. Et à sa grande surprise, McGonagall lui retire également des points une fois en avoir été informée[e 19], non pas pour l'encourager à se taire, mais pour l'inciter à garder son calme en présence d'Ombrage, craignant qu'il ne s'attire des ennuis.

Juste après avoir rendu un résultat d'inspection particulièrement acide au professeur Trelawney, le professeur Ombrage entre dans la classe de défense contre les forces du mal avec une expression d'extrême suffisance sur le visage. La classe lui souhaite le bonjour d'une même voix morne, et le cours est consacré à la lecture d'un chapitre intitulé « Les cas de réaction pacifique à une attaque magique »[e 20] dans lequel les élèves se plongent sans enthousiasme.

Début de section
Sixième Année

Le professeur référent est Severus Rogue.

La salle de défense contre les forces du mal est plus sombre qu'à l'ordinaire, reflétant la personnalité de Rogue. Des images montrant des personnes souffrantes ou exhibant des blessures sont accrochées aux murs[f 7]. Rogue commence son cours par un discours sur le fait qu'ils doivent apprendre à s'adapter à des forces instables, changeantes ou paraissant indestructibles et que leurs défenses doivent par conséquent devenir plus flexibles et inventives. Rogue demande quel est l'avantage d'un sortilège informulé - le sujet du cours[4], et accorde la parole à Hermione qui lève aussitôt la main. Le sortilège informulé parmettrait d'obtenir une fraction d'avance sur l'adversaire qui ne sait pas quel genre de magie va être utilisé contre lui[f 8]. Rogue confirme et ajoute non sans ironie en se tournant vers Harry, qu'il s'agit d'une question de concentration et de force mentale dont certains sont particulièrement dépourvus (faisant référence à leurs cours désastreux d'occlumencie de l'année précédente).
Rogue demande ensuite aux élèves de se mettre en binômes pour procéder aux premiers essais de sortilèges informulés. Hermione repousse aisément en demeurant muette le maléfice de Jambencoton que lui lance, en chuchotant, Neville. Rogue, indifférent à l'exploit, se poste devant Harry et Ron pour observer la tentative de ce dernier sur Harry. Rien ne se produit. Rogue propose alors à Ron de lui montrer comment il convient d'agir. Il se poste face à Harry et lève aussitôt sa baguette magique. Harry, qui devine là un prétexte pour être utilisé comme bouc émissaire, prend peur et par réflexe, lance aussitôt un charme du bouclier pour se protéger de Rogue. Celui-ci perd l'équilibre et se rattrappe à une table, ne manquant pas de rappeler à Harry qu'il était normalement question de sortilèges informulés. Harry fait preuve d'insolence[f 9]. En réponse, Rogue le convoque dans son bureau le samedi suivant pour une retenue.

Au mois de mars, Rogue ramasse des devoirs sur les Détraqueurs et aborde le sujet du sortilège Doloris[f 10]. Durant ce même cours, Seamus Finnigan questionne le professeur sur la manière de distinguer un Inferius d'un fantôme. Rogue, qui remarque l'inattention de Harry, interroge celui-ci pour qu'il réponde à sa place. Rogue compare ensuite sa réponse à celle qu'aurait pu donner un enfant de cinq ans. Ron fait une remarque sarcastique à ce sujet, ce qui fait perdre dix points à Gryffondor.

Début de section
Septième année : Art de la magie noire

Le professeur référent est Amycus Carrow (mangemort).

L'Art de la magie noire n'est enseigné qu'en septième année et remplace la défense contre les forces du Mal tandis que Voldemort est au pouvoir. C'est d'ailleurs lui-même qui nomme le professeur chargé d'enseigner cette discipline à Poudlard. Carrow est chargé de former les élèves aux sortilèges impardonnables. Les élèves doivent par exemple s'entrainer au sortilège Doloris en l'infligeant aux élèves en retenue[g 1].

Résumé d'études de défense contre les forces du Mal
Sujet(s) étudié(s) en cours Sujet(s) d'examen de fin d'année
1re année - Pr Quirrell soigner les morsures de loup-garou[a 4] Black x.svg
(non précisé)
2e année - Pr Lockhart maîtriser les lutin de Cornouailles[b 14] Black x.svg
(examens annulés)
3e année - Pr Lupin neutraliser les épouvantards avec le sortilège Riddikulus[c 17]

se défendre des chaporouges[c 9]
se défendre des kappas[c 9]
briser l'étreinte des strangulots[c 11]
avec Rogue (remplaçant) : savoir reconnaître un loup-garou[c 18]
se défendre des pitiponks[c 14]
faire fuir les détraqueurs avec un Patronus (cours particulier pour Harry)

réussir un parcours d'obstacles[c 16]
4e année - Pr Maugrey les Sortilèges Impardonnables[d 6]

se défendre des maléfices[d 11]

Black x.svg
(non précisé)
(Harry, en tant que champion, est dispensé d'examens[d 4])
5e année - Pr Ombrage la magie défensive théorique[e 9] EXAMEN DE BUSE
Théorie :
(différentes questions, sans précision)

Pratique :
Contre-maléfices[e 8]
Sortilèges défensifs (dont Riddikilus et Charme du bouclier)[e 8]

6e année - Pr Rogue les sortilèges informulés[f 11]

le sortilège Doloris[f 10]

Black x.svg
(examens reportés suite du décès de Dumbledore)
7e année - Pr Carrow
(DCFM devenue Art de la Magie noire)
le Sortilèges Impardonnables (sur élèves punis) Black x.svg
(ASPIC annulés en raison du conflit)

Histoire de la magie[modifier | modifier le code]

Livres reliés pour les films, dont Histoire de la Magie, Harry Potter - l'exposition, Saint-Denis, 2015.

Enseignée par un fantôme, le professeur Binns, l'histoire de la magie (history of magic en anglais) est connue pour être l'une des matière les plus ennuyeuses, car le fantôme parle toujours d'une voix monocorde[5]. On y apprend l'histoire de Poudlard et de la magie en particulier. Le seul moment où les élèves y sont particulièrement attentifs est quand le professeur mentionne l'histoire de la Chambre des Secrets, en deuxième année[b 20]. Ron et Harry sont très peu attentifs à cette matière et somnolent souvent. C'est Hermione qui leur fournit les notes nécessaires à leur réussite aux examens.

En première année, les élèves prennent quelques notes au sujet de sorciers célèbres tels que Emeric le Hargneux et Ulric le Follingue[a 1]. Pour valider leur première année, ils doivent être capables de rédiger une dissertation sur les inventeurs des chaudrons aux contenus tournant tout seul[a 5].

En deuxième année, pour un devoir à faire sur dix jours[b 21], le professeur Binns demande aux élèves de remplir quatre-vingt-dix centimètres de parchemin sur l'Assemblée médiévale des sorciers d'Europe[b 22]. Hermione, très inspirée, parvient à rendre un rouleau long d'un mètre quarante.
Au cours suivant, lors d'un exposé de Binns sur la Convention des Sorciers de 1289[b 23] sur lequel la plupart des élèves somnolent, Hermione interrompt le cours pour demander au professeur des informations sur la Chambre des secrets, éveillant soudainement l'attention des autres, inquiets par les évènements qui se produisent à Poudlard cette année là. Harry se rend compte que le professeur Binns se trouve désarçonné par l'intérêt soudain qu'on lui porte, lui qui considère à peine d'ordinaire la présence de ses élèves à ses cours.

Voici un exemple de sujet de dissertation donné aux élèves de troisième année : « La crémation des sorcières au XIVe siècle était totalement inefficace : commentez et discutez. »[c 19]

En quatrième année, les élèves ont chaque semaine une dissertation à produire sur la révolte des Gobelins au XVIIIe siècle[5]. En cours, le professeur Binns se contente de lire ses notes traitant d'émeutes sanglantes et féroces, qui paraissent particulièrement ennuyeuses[d 12].

Le premier cours de cinquième année est consacré aux guerres des géants[5] et dure une heure et demie[e 21]. Harry passe la plus grande partie du cours à jouer au jeu du pendu avec Ron. sur un morceau de parchemin. Les élèves ont quarante-cinq centimètres de rédaction à produire sur le sujet pour le cours suivant[e 22].
Lors d'un autre cours, toujours consacré à la guerre des géants, Hedwige, la chouette de Harry, se perche sur le rebord de la fenêtre avec une lettre attachée à sa patte. Comme le professeur Binns poursuit son cours en ne remarquant rien, Harry se lève, récupère Hedwige discrètement et constate qu'elle est blessée[e 23]. Harry quitte alors le cours pour aller la confier au professeur Gobe-Planche.

Résumé d'études d'Histoire de la magie
Sujet(s) étudié(s) en cours Sujet(s) d'examen de fin d'année
1re année Emeric le Hargneux et Ulric le Follingue[a 1] dissertation sur les inventeurs des chaudrons spéciaux[a 5]
2e année l'Assemblée médiévale des sorciers d'Europe[b 22]

la Convention des Sorciers de 1289[b 23]

Black x.svg
(examens annulés)
3e année la crémation des sorcières au XIVe siècle[c 20] rédaction sur les chasses aux sorcières au Moyen Âge[c 16]
4e année la révolte des Gobelins au XVIIIe siècle[5] rédaction sur la révolte des Gobelins[d 13]
(Harry, en tant que champion, est dispensé d'examens[d 4])
5e année les guerres des géants[5] EXAMEN DE BUSE

« La législation sur les baguettes magiques a-t-elle favorisé les émeutes de gobelins au XVIIIe siècle ou, au contraire, permis de mieux les contrôler ? »[e 24]
« Comment le Code du secret fut-il volé en 1749 et quelles mesures furent prises pour éviter que cette situation ne se reproduise ? »[e 24]
« Décrire les circonstances qui ont mené à la fondation de la Confédération internationale des sorciers et expliquer pourquoi les sorciers du Liechtenstein refusèrent d'y adhérer »[e 24]

6e année Black x.svg
(non précisé)
Black x.svg
(examens reportés suite du décès de Dumbledore)
7e année Black x.svg
(non précisé)
Black x.svg
(ASPIC annulés en raison du conflit)

Métamorphose[modifier | modifier le code]

La métamorphose (transfiguration en anglais) est une matière difficile : elle consiste à apprendre à transformer un volume. On y apprend à modifier les apparences des objets, des animaux, puis des êtres humains (le professeur McGonagall possédant elle-même la faculté de se transformer en chat).

  • Manuels d'accompagnement[3] :
    • Manuel de métamorphose à l'usage des débutants de Emeric G. Changé,
    • Manuel du cours moyen de métamorphose,
    • Manuel de métamorphose avancée
  • Equipement nécessaire : baguette magique.
Première année

Dès le premier cours, en première année, le professeur McGonagall apparaît à Harry et aux élèves comme étant intelligente mais assez stricte. Elle les met en garde contre la métamorphose qui est, d'après elle, l'une des formes de magie les plus complexes et dangereuses qu'ils auront à étudier[a 1]. Elle menace donc de renvoyer définitivement du cours tout élève chahutant qui ne tiendrait pas compte de ses consignes. Elle enchaine sur une démonstration en transformant son bureau en cochon[a 1], puis en lui redonnant son apparence normale, ce qui éveille immédiatement l’intérêt et l'admiration de ses élèves.
Durant ce premier cours, les élèves doivent donc s'exercer à changer une allumette en aiguille[a 3] mais seule Hermione parvient à un résultat concluant en obtenant une allumette d'une couleur argentée et à l'extrémité pointue[a 3], ce qui lui vaut l'un des rares sourires du professeur McGonagall.
Pour valider leur examen de fin d'année, les élèves doivent être capables de transformer une souris en tabatière[a 5]. Des points bonus sont ajoutés si la tabatière est particulièrement belle, et retirés si des moustaches sont encore visibles.

Deuxième année

Le professeur McGonagall leur demande durant un cours de s'exercer à changer un scarabée en bouton de manteau mais Harry et Ron trouvent l'exercice particulièrement difficile[b 7]. En effet, l'animal court tellement vite qu'il parvient toujours à échapper aux coups de baguette de Harry. Ron, de son côté, ne parvient qu'à produire des étincelles car sa baguette s'est retrouvée cassée à la suite de l'atterrissage sur le Saule cogneur. Malgré un rafistolage, celle-ci ne veut plus répondre correctement à ses ordres. À chacun de ses essais sur le scarabée, la baguette dégage une épaisse fumée grise à l'odeur d'œuf pourri qui l'empêche de voir quoi que ce soit et Ron finit par écraser involontairement l'animal. Hermione, quant à elle, parvient sans grande surprise à réaliser des boutons de manteau impeccables[b 24].

À la fin du printemps, le professeur McGonagall, qui se retrouve temporairement directrice de l'école à la suite de la mise à pied de Dumbledore, demande aux élèves de s'exercer à transformer deux lapins en pantoufles[b 25]. En lançant son sortilège, Neville Londubat perd le contrôle de sa baguette qui fait disparaître l'un des pieds de sa table.
McGonagall leur annonce en même temps que les examens auront lieu début juin. Les élèves protestent en vue des évènements récents mais le professeur maintient sa position en affirmant qu'elle fera fonctionner l'école normalement, selon le souhait de Dumbledore[b 25]. Cependant, il est mentionné qu'à la fin de l'année, pour fêter le retour des élèves pétrifiés, de Hagrid et de Dumbledore, les examens ont bel et bien été annulés[b 26].

Troisième année

Le premier cours de métamorphose de l'année se déroule dans une ambiance particulière, ayant lieu juste après le premier cours de divination pendant lequel Harry a essuyé un présage de mort. Alors que le professeur McGonagall leur parle des sorciers capables de se transformer en animaux (les Animagi)[c 21], elle remarque que les élèves ne sont pas concentrés et leur demande ce qui ne va pas. Il suffit à Hermione de dire qu'ils reviennent du cours du professeur Trelawney pour que McGonagall comprenne aussitôt la raison de leur préoccupation. Elle avertit alors Harry, non sans une pointe d'humour, qu'il ne sera pas dispensé pour autant de faire son prochain devoir. Elle lui promet cependant que s'il est amené à mourir, elle ne l'obligera plus à le lui rendre. Hermione éclate de rire. L'ambiance redevient détendue et le cours sur les Animagi peut se poursuivre normalement[b 27].
À leur examen de fin d'année, les élèves ont à transformer une théière en tortue. Hermione exaspère tout le monde car sa tortue ressemble à une tortue marine au lieu d'une tortue terrestre[c 22].

Quatrième année

Lors d'un cours, le professeur McGonagall demande aux élèves de transformer un hérisson en pelote d'épingles et vante les mérites d'Hermione en signalant qu'elle est la seule de la classe à parvenir à un résultat acceptable[d 14]. Il est aussi fait mention que la pelote de Dean Thomas se recroqueville de terreur dès qu'une épingle l'approche.
Les élèves étudient également le sortilège de Transfert, qui consiste à transplanter un élément d'un premier sujet sur un second. L'exercice semble particulièrement difficile, si bien que Neville Londubat transplante accidentellement ses oreilles sur un cactus[d 15].

En décembre, les cours consistent à transformer des dindes en cochons d'Inde[d 16]. Harry et Ron, qui s'amusent avec des baguettes farceuses fournies par Fred et George, se font rappelés à l'ordre par le professeur McGonagall. Le cochon d'Inde de Neville reste pourvu de plumes, et ressemble davantage à un cochon-dinde d'après McGonagall. À la fin du cours, les animaux obtenus sont rassemblés dans une cage posée sur le bureau, pour être notés. Pour le cours suivant, les élèves doivent donner des exemples des différentes manières d'adapter les sortilèges de métamorphose aux transferts inter-espèces[d 16]. Le professeur McGonagall les informe également qu'un Bal de Noël aura lieu dans la Grande Salle entre la première et la deuxième épreuve du tournoi des trois sorciers[d 17].

Cinquième année

Le professeur McGonagall commence le premier cours par un rappel de l'importance des examens de BUSE de fin d'année, en leur disant que s'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes, ils auront de bonnes chances de réussites. Neville est sceptique, mais McGonagall veille à le rassurer en lui affirmant que son seul véritable défaut réside dans son manque de confiance en lui[e 25]. Ensuite, ils étudient les sortilèges de Disparition, figurants parmi les exercices les plus délicats de leur épreuve[e 25]. Pour cela, les élèves doivent faire disparaître un escargot. Celui d'Hermione disparaît à sa troisième tentative, ce qui lui vaut dix points supplémentaires, mais ni Harry, ni Ron ne parviennent à un résultat à l'issue du premier cours. Hermione est dispensée de devoirs à faire. Mais les autres élèves sont tenus de s'entrainer dans la soirée afin d'obtenir des essais plus concluants au cours du lendemain après-midi. À la fin du cours suivant, les élèves doivent rédiger une dissertation sur le sortilège « Inanimatus Apparitus »[e 5].

Lors d'un autre cours, le professeur McGonagall est inspectée par le professeur Ombrage, cette dernière venant d'être nommée « Grande Inquisitrice » de Poudlard par le Ministère de la magie[e 26]. McGonagall, dans un premier temps, demande à Seamus Finnigan de distribuer les devoirs corrigés, comme si de rien n'était, ignorant délibérément Ombrage (malgré toutes les tentatives de cette dernière pour se faire remarquer[e 27]).
Satisfaite des progrès de l'ensemble de la classe sur les sortilèges de Disparition pratiqués sur les invertébrés, elle leur demande cette fois de faire disparaitre une souris[e 28]. Lorsque Omrage l'interrompt pour la troisième fois d'une toux exagérée, McGonagall lui demande de quelle manière elle compte se faire une opinion du contenu de son cours en l'interrompant sans cesse de cette façon. Elle ajoute qu'en règle générale, elle ne permet pas aux élèves de l'interrompre, et qu'il en sera donc de même avec elle. Harry, à la fois amusé et enchanté, en oublie sa rancune envers McGonagall qui lui avait précédemment retiré des points à cause de sa conduite emportée (contre leur ennemie commune). Ombrage, quant à elle, demeure discrète jusqu'à la fin du cours, se contentant de prendre des notes. Au moment de quitter la classe, Harry et le professeur McGonagall échangent un sourire discret.

Résumé d'études de métamorphose
Sujet(s) étudié(s) en cours Sujet(s) d'examen de fin d'année
1re année transformation d'un petit sujet (objet)[a 3] tranformer une souris en tabatière[a 5]
2e année transformation d'un petit sujet (animal)[b 7] Black x.svg
(examens annulés)
3e année Animagi[c 23] transformer une théière en tortue[c 22]
4e année le sortilège de Transfert[d 15]

adapter les sortilèges de métamorphose aux transferts inter-espèces[d 16]

Black x.svg
(non précisé)
(Harry, en tant que champion, est dispensé d'examens[d 4])
5e année les sortilèges de Disparition[e 25]

le sortilège Inanimatus Apparitus[e 5]

EXAMEN DE BUSE
Théorie :
Définir le sortilège de Transfert[e 29]

Pratique :
Faire disparaître un animal[e 29]

6e année la métamorphose humaine[d 18]

les sortilèges informulés de transformation[f 12]

Black x.svg
(examens reportés suite du décès de Dumbledore)
7e année les sortilèges d'Apparition[e 25] Black x.svg
(ASPIC annulés en raison du conflit)

Potions[modifier | modifier le code]

Les cours de potions se déroulent dans les cachots, au sous-sol du château, dans une ambiance froide et assez effrayante[a 6]. Le cours consiste à préparer des potions, mais Rogue considère que c'est une science subtile et un art à part entière[a 6]. Les élèves doivent apprendre les différents types de potions et leurs composants. À l'image du professeur McGonagall, Rogue n'éprouve aucune difficulté à maintenir une classe silencieuse et attentive, même en s'adressant aux élèves d'une voix à peine plus élevée qu'un murmure[a 6]. Les potions se préparent dans un chaudron avec divers éléments (crins de licorne, crochets de serpent…) et un ustensile pour les mélanger (parfois la baguette magique).

Harry ne s'avère pas être très doué pour cela (sauf avec l'aide du livre du prince de sang-mêlé), contrairement à sa mère Lily Potter. Il obtient pourtant la note E (effort exceptionnel) à son épreuve de potion pour ses BUSE en cinquième année.

Année 1 - Année 2 - Année 3 - Année 4 - Année 5 - Année 6

Résumé d'études de potions

Première année

Au premier cours, Harry ressent que le professeur Rogue est particulièrement antipathique, et surtout vis-à-vis de lui[a 6]. Au moment de faire l'appel, Rogue s'arrête sur le nom de Harry Potter et caricature alors le garçon en lui attribuant les attributs péjoratifs d'une célébrité[a 6], sous les rires des élèves de Serpentard (qui ont leurs cours de potion en commun avec les Gryffondor). Puis, le professeur enchaine en précisant aux élèves qu'un grand nombre d'entre eux ne considéreront jamais la beauté d'un chaudron qui bouillonne ou encore « la délicatesse d'un liquide s'insinuant dans les veines d'un homme pour ensorceler peu à peu son esprit et lui emprisonner les sens »[a 6]. Cette entrée en matière contribue à rendre le professeur Rogue assez effrayant aux yeux de la plupart des élèves.
Lors de ce tout premier cours, Rogue questionne Harry à l'oral pour tester ses connaissances sur la racine d'asphodèle en poudre et l'infusion d'armoise[a 7], le bézoard[a 7], la différence entre le napel et le tue-loup[a 8]... autant de sujets qui lui sont encore totalement inconnus. Rogue, n'obtenant pas de réponse satisfaisante de sa part (et ne tenant pas compte de la main levée d'Hermione Granger), retire donc des points à la maison Gryffondor[a 8]. Les élèves apprennent par la même occasion que le mélange d'asphodèle et d'armoise est utilisé dans la réalisation de la Goutte du Mort vivant (un somnifère très puissant), que le bézoard (une pierre que l'on trouve dans l'estomac des chèvres) est un antidote à la plupart des poisons, et qu'il n'y a aucune différence entre le napel et le tue-loup, puisqu'il s'agit de la même plante[a 8].

Les élèves (en binômes) doivent réaliser une potion destinée à soigner les furoncles en utilisant dans la préparation des orties séchées et des crochets de serpent écrasés[a 8]. Drago Malefoy est le seul à ne pas subir les critiques du professeur, qui passe régulièrement entre les paillasses pour vérifier le contenu des chaudrons. Un peu plus tard, Neville Londubat, en ajoutant par mégarde des épines de porc-épic avant de retirer la préparation du feu, fait fondre le chaudron qu'il partageait avec Seamus Finnigan dans un grand nuage de fumée verte[a 8]. Le contenu se répand par terre en rongeant les chaussures des autres élèves et sème la panique dans la classe. Neville lui-même s'étant éclaboussé le visage, de nombreux furoncles lui apparaissent. Rogue accuse Harry de ne pas avoir prévenu Neville de son erreur à temps dans le seul but d'apparaître plus brillant que lui, ce qui lui coûte un point de plus[a 9].
Pour valider leur examen de fin d'année, les élèves doivent être capables de préparer une potion d'Amnésie[a 5].

Deuxième année
Imitations de fioles de Polynectar et de Veritaserum.

Lors d'un cours, Rogue évoque brièvement dans une parenthèse le Polynectar[b 28] en précisant qu'il s'agit d'une potion permettant de prendre l'apparence de quelqu'un d'autre et dont l'effet disparaît au bout d'un moment. Il avait également précisé que la recette figurait dans Les Potions de grands pouvoirs, rangé dans la Réserve de la bibliothèque. C'était sans imaginer que Hermione Granger accorderait tant d'importance à ce détail et essaierait par la suite de fabriquer cette potion elle-même, allant même jusqu'à voler les ingrédients manquants dans son armoire personnelle[b 29]. En effet, les trois amis utiliseront le Polynectar pour obtenir des informations sur la Chambre des secrets auprès de Drago Malefoy, Harry et Ron le soupçonnant d'être l'héritier de Serpentard[b 28].
Lors du cours durant lequel a lieu le vol, les élèves sont en train de préparer une potion d'Enflure[b 29]. Harry et Ron se font bombarder d'yeux de poissons par Drago Malefoy, sans prendre le risque de riposter et d'hériter en retour d'une retenue. La potion de Harry est trop liquide et trop claire, mais celui-ci n'est pas concentré, préparant mentalement la diversion pour permettre à Hermione d'atteindre l'armoire. Au moment opportun, Harry se penche alors derrière son chaudron et actionne un pétard du Dr Flibuste d'un coup de baguette magique[b 30]. Puis il se redresse et le lance dans le chaudron de Gregory Goyle, un ami de Drago. La potion d'Enflure explose et les élèves atteints par les éclaboussures se mettent à hurler en ayant le visage enflé comme un ballon. Rogue essaie de ramener l'ordre et administre un antidote aux élèves touchés. Pendant ce temps, Hermione trouve le temps de sortir discrètement de la classe, prendre les ingrédients nécessaires dans le bureau du professeur, et revenir en cours. Rogue montre alors à la classe les restants du pétard récupérés dans le chaudron de Goyle et promet que la personne responsable se verra renvoyée de l'école[b 31].

Deux semaines après l'agression de Hermione, puis du renvoi temporaire de Dumbledore et de Hagrid à cause des évènements liés à la réouverture de la Chambre des secrets, Harry entend Malefoy se réjouir du départ du directeur durant le cours. Drago propose même au professeur Rogue de postuler pour la place[b 32], lui affirmant qu'il est le meilleur professeur de l'école et qu'il bénéficierait de l'avis favorable de son père. Rogue répond alors dans un rictus qu'il n'est pas question d'un départ définitif de Dumbledore, même s'il semble flatté de son appréciation. À la fin du cours, au moment où les élèves rangent leurs affaires, Drago fait part de sa déception que Hermione Granger n'ait pas été tuée. Ron, bouillonnant de rage, bondit aussitôt sur lui et Harry se voit contraint de le retenir avec l'aide de Dean Thomas afin d'éviter une bagarre devant Rogue, plus que partial envers tout élève de Serpentard.

Début de section
Troisième année

Le premier cours de potions de troisième année se déroule juste après la blessure au bras de Drago Malefoy, infligée par l'hippogriffe de Hagrid, et le garçon profite de son indisposition pour demander à Rogue s'il peut obtenir l'aide de ses rivaux, Harry et Ron.
Les élèves doivent apprendre à préparer une potion de Ratatinage[c 24] et Malefoy s'installe donc à la même table que Harry et Ron, pour leur demander de lui couper successivement ses racines de marguerite, sa figue séchée, ses chenilles mortes, son foie de rat et tous ses ingrédients entrant dans la composition de la potion. Ron, en mauvais perdant, coupe de grossiers morceaux de racines et les lui tend, mais Malefoy s'en plaint auprès du professeur Rogue. Celui-ci demande alors à Ron d'échanger ses propres racines (jusqu'ici coupées soigneusement et de manière régulière) avec celles qu'il vient de couper à la hâte pour Malefoy.
Neville Londubat, qui appréhende plus que tout le cours de potions, ne parvient pas à obtenir la couleur verte demandée. Sa potion devient orange. Rogue s'arrête alors devant son chaudron et en prend un échantillon pour le montrer à toute la classe. Voyant que Neville est au bord des larmes, Hermione tente de prendre sa défense mais Rogue lui répond d'un ton glacial en lui conseillant de ne pas se faire davantage remarquer. Puis Rogue, constatant la présence du compagnon crapaud de Neuville sur sa table, menace alors le garçon de faire avaler la potion qu'il aura préparée à son animal à la fin du cours, y voyant là un moyen de l'encourager à mieux se concentrer. Neville est complètement paniqué[c 25].
Pendant que leurs potions infusent, Harry, Ron et Drago rangent les ingrédients inutilisés et nettoient leurs ustensiles à l'évier tout en discutant de Sirius Black. Drago s'étonne que Harry ne cherche pas à se venger de Black, mais Harry ne comprend pas où il veut en venir[c 26].
À la fin du cours, Rogue s'avance vers Neville, recroquevillé près de son chaudron, et saisit son crapaud en demandant à toute la classe de venir voir le résultat. Il plonge une louche dans la potion redevenue verte et en donne quelques gouttes à l'animal. Le crapaud se transforme alors en têtard, preuve que la potion est réussie, et les élèves de Gryffondor applaudissent en cœur. Rogue, qui devine que Hermione est intervenue à son insu pour aider Neville, rend au crapaud sa taille normale et retire cinq points à Gryffondor[c 27]. Harry et Ron sont furieux.
L'examen de fin d'année en potion tourne au désastre pour Harry, qui ne parvient pas à préparer un philtre de Confusion correct[c 22]. Rogue l'observe avec un plaisir vengeur et semble lui attribuer la note zéro.

Début de section
Quatrième année

Les élèves doivent faire des recherches sur des antidotes. Afin qu'ils prennent l'exercice au sérieux, Rogue menace d'empoisonner un élève avant Noël pour tester l'efficacité de leurs essais[d 19].

Avant le cours suivant, les élèves de Gryffondor et de Serpentard sont rassemblés devant les cachots en attendant le professeur Rogue. Les Serpentard arborent un badge humiliant à l'encontre de Harry à cause de son élection au Tournoi des trois sorciers. Alors qu'Hermione tente d'intervenir pour prendre sa défense, les choses dégénèrent. Harry s'interpose entre Drago Malefoy et Hermione et sort sa baguette magique en même temps que l'élève de Serpentard. Leurs sortilèges se heurtent et ricochent en déviant de leur trajectoire[d 20]. Gregory Goyle est touché par le sortilège de Harry, et Hermione par celui de Drago. Ron, qui n'était pas intervenu jusque-là par jalousie envers Harry[d 21], se précipite pour secourir Hermione, dont les dents se mettent à grandir de manière spectaculaire.
Rogue arrive au même moment. Il ordonne aussitôt à Goyle de se rendre à l'infirmerie. Lorsque Ron oblige Hermione à montrer au professeur de potions ce qu'elle a également subi, celui-ci, narquois, déclare qu'il ne voit pas de grande différence[d 22]. Hermione s'enfuit en courant. La réaction de rage immédiate de Harry et de Ron envers Rogue leur valent cinquante points en moins et une retenue à chacun.
Durant ces quelques secondes d'élan solidaire, Ron en oublie presque le conflit qui l'oppose à Harry, mais ne tarde pas pour autant à abandonner ce dernier à sa table de potions pour aller s'installer avec Dean Thomas et Seamus Finnigan. Rogue, de son côté, retrouve rapidement l'attention des élèves en leur demandant de produire la recette d'antidote qu'ils ont eu chacun à mettre au point, en leur rappelant sa promesse d'empoisonner l'un d'eux pour tester l'efficacité de leurs antidotes. Son regard croise alors celui de Harry et le garçon comprend qu'il sera le cobaye en question[d 23]. Harry imagine n'importe quel stratagème qu'il pourrait mettre en œuvre avant la fin du cours pour se venger de Rogue et l'empêcher de l'humilier une fois de plus. Mais au même moment, Colin Crivey fait irruption dans la salle de classe pour demander la permission à Rogue d'emmener Harry avec lui, sur convocation de Ludo Verpey pour un examen de baguettes avant le début du tournoi[d 23]. Rogue demande cependant à Harry de laisser son sac à sa place pour qu'il revienne tester son antidote, mais Colin insiste en disant qu'il doit emmener ses affaires avec lui. Rogue est contraint d'accepter avec mauvaise humeur.

Quelques ingrédients présents dans les décors des cachots. The Making of Harry Potter, Studios Leavesden (2012).

Après la deuxième épreuve du tournoi des Trois Sorciers, dans les environs du mois de mars, Rogue apprend aux élèves à préparer une potion d'Aiguise-Méninges[d 24]. Tandis que le professeur écrit la liste des ingrédients au tableau, Harry, Ron et Hermione lisent discrètement une page du journal Sorcière-Hebdo consacrée en grande partie à Hermione et de sa soi-disant volonté de séduire les sorciers célèbres tels que Krum ou Harry lui-même. Celui-ci est d'ailleurs dépeint comme un mal-aimé[d 25].
Tandis qu'ils écrasent des scarabées dans un bol avec un pilon pour les besoins de la potion d'Aiguise-Méninges, les trois amis se demandent par quels moyens Rita Skeeter parvient à obtenir certaines informations qu'ils prennent pourtant soin de tenir secrètes[d 24]. Ron, curieux et jaloux de la relation que semble entretenir Hermione avec le champion de Durmstrang, écrase machinalement son pilon sur la table, à une quinzaine de centimètres de son bol. Alors qu'Hermione tente de trouver ses mots, Rogue en profite pour se glisser discrètement jusqu'à leur table et l'interrompt avec sarcasme en lui demandant de ne pas débattre de sa vie personnelle durant son cours[d 26]. Sur cette intervention, il lui retire dix points. Puis il récupère l'exemplaire du journal qu'Hermione cache sous la table et lit à haute voix les passages de l'article traitant de Harry et de sa « blessure secrète », en marquant une pause à chaque fin de phrase.
Après l'hilarité générale, Rogue décide de séparer le trio en installant Hermione avec Pansy Parkinson, et Harry au premier rang, juste devant son bureau. Furieux mais trop honteux pour risposter, Harry emmène ses affaires et son chaudron vide jusqu'à la première table, suivit de Rogue qui s'installe lui-même à son bureau avec une certaine satisfaction en l'observant ressortir ses affaires.
Harry pile ses scarabées en silence sans lever les yeux vers Rogue. Celui-ci s'adresse pourtant discrètement à lui dès que les autres élèves se remettent au travail. Harry fait la sourde oreille et poursuit sa préparation en versant la poudre de scarabée obtenue dans son chaudron, sans prêter attention aux provocations susurrées de Rogue. Les mains tremblantes, il coupe ensuite des racines de gingembre. Mais lorsque Rogue évoque le vol d'une peau de serpent d'arbre et d'une Branchiflore de son bureau, Harry ne peut s'empêcher de réagir et soutient le regard accusateur de l'enseignant. Harry sait qu'Hermione a volé le premier ingrédient en deuxième année pour la préparation du Polynectar et que le second ingrédient a été subtilisé quelques jours plus tôt par Dobby pour lui venir en aide à l'épreuve du lac. Il n'est donc pas directement coupable, même s'il refuse d'en dire davantage afin de couvrir ses deux amis. Face à son impassibilité, Rogue le menace de lui faire boire du Veritaserum dans le cas où il ne changerait pas sa conduite, ce qui l'obligerait à révéler ses secrets devant la classe entière[d 27]. Harry ne répond pas et retourne à la coupe de ses racines de gingembre.
Le cours est interrompu par l'arrivée d'Igor Karkaroff, qui vient s'entretenir à voix basse avec Rogue. Harry, qui verse de la bile de tatou dans son chaudron, remarque que Karkaroff semble très inquiet, mais Rogue insiste pour attendre la fin du cours. Lorsque la cloche retentit, Harry renverse volontairement son verre doseur pour rester un peu plus longtemps. Il aperçoit la marque des ténèbres sur l'avant-bras que le directeur de Durmstrang montre à Rogue. Celui-ci, remarquant que Harry est resté dans la classe, demande à Karkaroff d'en reparler plus tard.

Début de section
Cinquième année

Rogue rappelle aux élèves qu'ils auront à passer en fin d'année l'examen des BUSE, au cours duquel ils devront prouver leurs connaissances en matière de composition et d'utilisation des potions. Il précise qu'à l'issue de cet examen, il n'acceptera que les meilleurs éléves pour la sixième année et que beaucoup cesseront d'assister à ses cours. Rogue adresse un rictus entendu à Harry.
Il enchaine en évoquant le philtre de paix[e 30], souvent demandé aux BUSE, qui permet de calmer l'anxiété et apaiser l'agitation. Il avertit cependant les élèves de ne pas charger excessivement les dosages de la préparation au risque de faire tomber le destinataire dans un profond sommeil, qui peut même s'avérer irréversible. Il inscrit ensuite les ingrédients et la méthode de préparation au tableau et leur donne une heure et demie pour essayer de préparer quelque chose.
Tout le monde se met au travail et Harry, Ron et Hermione constatent qu'il s'agit d'une potion particulièrement délicate à préparer. Il faut tenir compte du sens de rotation du mélange et diminuer par moments la chaleur du feu avant d'ajouter l'ingrédient suivant.
Dix minutes avant la fin du cours, Rogue passe entre les rangs et leur précise qu'une vapeur argentée est censée s'élever de leur chaudron. Celui de Harry produit de la vapeur grise foncée, celui de Ron émet des étincelles vertes et dégage une odeur d'œuf pourri. La préparation de Neville a la même consistance que du ciment frais. Seamus Finnigan, de son côté, tante de ranimer son feu. Lorsque Rogue passe devant le chaudron d'Hermione pour inspecter sa potion, il ne trouve rien à critiquer. En revanche, en s'arrêtant devant celui de Harry, il lui demande de relire la troisième ligne des instructions. Harry, en relisant, comprend qu'il a oublié d'ajouter du sirop d'ellébore à la suite de la poudre de pierre de lune. Rogue vide alors son chaudron d'un coup de baguette, puis demande aux élèves de lui confier un échantillon de leur préparation afin qu'il puisse les analyser. Neville doit creuser un véritable trou dans sa préparation pour en prélever un échantillon. Harry, dépité, devine qu'il sera le seul à obtenir un zéro. Trente centimètres de parchemin sur les propriétés de la pierre de lune et son utilisation leur sont demandés pour le cours suivant[e 31].

Harry obtient un « D » (« désolant ») à son devoir sur les pierres de lune (évalué à la manière d'un BUSE « blanc »), tandis que Ron obtient un « P » (« piètre ») et Hermione un « acceptable ». Au cours qui s'en suit, Rogue, qui ne manque pas de souligner que la moyenne générale du devoir se situe à des « profondeurs abyssales », précise à l'ensemble de la classe qu'il les a évalués comme il l'aurait fait à un examen officiel de BUSE, y voyant là une manière de les mettre en condition. Pour valider un examen, il faut obtenir au moins la note « acceptable »[e 32]. Il ajoute que le prochain devoir portera sur les antidotes aux venins[e 33] et menace les éventuels futurs détenteurs de notes inférieures ou égales à « D » d'une prochaine retenue assurée.
La potion du jour à préparer est une solution de Force, censée être de couleur turquoise[e 34]. À la fin du cours, Harry rend un échantillon de couleur bleue et Neville, de couleur rose. Mais Rogue ne fait pas de commentaire.

Au cours suivant, les élèves poursuivent la préparation de la solution de Force tandis que Rogue est inspecté par le professeur Ombrage[e 35]. Harry, qui est curieux d'entendre l'échange entre les deux professeurs, ne se concentre pas sur sa préparation et Hermione lui fait remarquer qu'il y verse du jus de grenade au lieu du sang de salamandre. Ombrage complimente Rogue sur le fait que la classe semble être bien avancée sur le programme, mais fait remarquer également que la potion de Force n'est pas recommandée par le ministère. Rogue s'abstint de répondre. L'Inquisitrice le questionne ensuite sur ses demandes régulières auprès de Dumbledore afin d'obtenir l'autorisation d'enseigner la défense contre les forces du mal, ce qui agace particulièrement Rogue[e 36]. Mais Ombrage ne semble pas s'en offusquer. Le regard du maître des potions croise celui de Harry un instant et ce dernier reporte alors son attention sur sa préparation, qui forme d'étranges grumeaux et dégage une odeur de caoutchouc brûlé. Rogue vide à nouveau son chaudron sans lui permettre de rendre quoi que ce soit, puis lui demande pour le cours suivant de produire une dissertation sur la composition de la solution de Force, en expliquant comment et pourquoi il s'est trompé[e 37].

Juste après avoir été expulsé de ses cours particuliers d'occlumancie avec Rogue, Harry appréhende le cours de potions. Cependant, Rogue semble agir comme si Harry n'était pas là et l'ignore durant toute la durée du cours qui consiste à préparer un philtre Revigorant, jusqu'au moment où le garçon pose son échantillon de potion terminée sur le bureau. Dès qu'il a le dos tourné, Rogue renverse sa fiole et lui attribue un zéro[e 38].

Début de section
Sixième année
Décor cinématographique de l'une des salles des cachots. The Making of Harry Potter, Studios Leavesden (2012).

À partir de la sixième année, le professeur réferrent est Horace Slughorn.

Les trois Gryffondor ayant obtenu une note suffisante à leur BUSE de potion l'année précédente (Harry, Ron et Hermione) poursuivent des cours communs en niveau d'ASPIC avec les élèves reçus de Poufsouffle (seulement Ernie Macmillan), Serdaigle (quatre élèves dont Terry Boot et Michael Corner[f 13]) et Serpentard (quatre élèves dont Drago Malefoy)[f 14]. Dès leur arrivée, les chaudrons posés sur les tables dégagent des odeurs étranges et des vapeurs qui influencent quelque peu leurs émotions (Harry ressent un immense contentement se répandre étrangement en lui). Harry et Ron, ne pensant pas être reçus pour suivre le niveau des ASPIC, n'ont pas de manuel et le professeur Slughorn leur confie donc deux très vieux exemplaires tirés d'un placard, ainsi que deux balances en métal terni.
Slughorn questionne ensuite les élèves pour savoir s'ils sont capables d'identifier le contenu de chaque chaudron de la pièce. Hermione reconnait successivement le Veritaserum, le Polynectar et l'Amortentia. Slughorn, impressionné, lui attribue 20 points[f 15]. Après cela, lorsque Ernie demande ce que contient un chaudron précis, Slughorn répond d'une manière théatrale qu'il s'agit d'une potion de Felix Felicis, ce à quoi Hermione ajoute, surexcitée, que c'est le nom couramment utilisé pour désigner la « chance liquide ». Slughorn propose aux élèves d'offrir un échantillon de Felix Felicis à celui ou celle qui saura préparer le meilleur philtre de MortVivante en un peu plus d'une heure à l'aide du Manuel avancé de préparation des potions[f 16].
En consultant son ouvrage abîmé, Harry constate que son précédent propriétaire a griffonné sur un grand nombre de pages, en ajoutant des notes ou en rayant les recommandations imprimées. Il décide d'essayer de suivre les notes du précédent propriétaire et constate avec plaisir que le résultat est encore plus satisfaisant que celui d'Hermione, installée à côté de lui[f 17]. Harry lui souffle les mêmes recommandations que celles qu'il a suivies, mais Hermione ne l'écoute pas, précisant que ce n'est pas ce qui est écrit dans le manuel. À la fin du cours, Harry est déclaré incontestablement vainqueur par Slughorn qui le félicite de son résultat parfait, et lui offre l'échantillon de chance liquide.

Aux cours suivants, Harry continue de suivre les instructions griffonées sur son mystérieux livre, à chaque fois qu'elles diffèrent des instructions officielles. Il a appris que le livre appartenait à un certain « Prince de Sang-Mêlé », comme mentionné sur sa quatrième de couverture[f 18], et dont l'écriture semble assez féminine[f 19] (il ignore encore qu'il s'agit de l'ancien manuel de Severus Rogue, qui s'était attribué ce surnom à l'adolescence en hommage à sa mère, Eileen Prince). Harry réussit toutes ses potions, si bien qu'au bout de la quatrième leçon, Slughorn avoue qu'il a rarement eu affaire à un élève aussi doué[f 20].

Au cours suivant, Slughorn annonce que le sujet se portera sur la « troisième loi de Golpalott », qui établit que « l'antidote d'un poison composé doit être égal à plus que la somme des antidotes de chacun de ses composants »[f 21]. Le but principal du cours est de mettre au point un antidote contre le poison que contiennent chacune des fioles posées sur le bureau du professeur (une fiole par élève). Les élèves commencent par vider le contenu de la fiole dans leur chaudron. Malheureusement pour Harry, le livre du Prince ne mentionne cette fois aucune information concernant la marche à suivre. Hermione, suffisante, agite sa baguette en silence au-dessus de son chaudron, empêchant Harry et Ron de savoir quel sortilège formuler. Elle décante ensuite les ingrédients qu'elle est parvenue à séparer de son poison dans plusieurs fioles de cristal différentes[f 22]. Harry pense alors au Bézoard, qui constitue un antidote à la plupart des poisons. Il va fouiller dans l'armoire pour en ressortir la boîte en carton contenant les pierres qui ressemblent davantage à des rognons desséchés et raccornis de couleur marron[f 22].
Lorsque le temps est écoulé, Slughorn procède à son inspection. Il grimace devant le chaudron de Ron et éclate de rire devant la main tendue de Harry contenant le Bézoard, en lui disant qu'il ne manque pas d'audace. Il lui attribue dix points, tandis que Ron et Hermione sont passablement irrités.

Au mois de mars, tandis que la plupart des élèves passent leur permis de transplaner, Harry, Malefoy et Ernie MacMillan (qui sont encore trop jeunes), sont donc les seuls à suivre le cours de potion. Slughorn leur demande alors de préparer une potion originale et amusante. Dans son livre, Harry tombe sur une version de l'élixir d'Euphorie, corrigée par le Prince de Sang-Mêlé[f 23] et décide de la réaliser. Slughorn est ravi du résultat.

Début de section
Résumé d'études de potions
Sujet(s) étudié(s) en cours Sujet(s) d'examen de fin d'année
1re année
(Pr Rogue)
remède contre les furoncles[a 8]

potion d'Amnésie[i 2]

Black x.svg
(non précisé)
2e année
(Pr Rogue)
potion de Polynectar (évoqué)[b 28]

potion d'Enflure[b 29]

Black x.svg
(examens annulés)
3e année
(Pr Rogue)
potion de Ratatinage[c 28] préparer un philtre de Confusion[c 22]
4e année
(Pr Rogue)
recherches sur les antidotes[d 19]

potion d'Aiguise-méninges[d 24]

Black x.svg
(non précisé)
(Harry, en tant que champion, est dispensé d'examens[d 4])
5e année
(Pr Rogue)
philtre de paix[e 30]

les propriétés de la pierre de lune et son utilisation[e 31]
les antidotes aux venins[e 33]
solution de Force[e 34]
potion d'Embrouille[i 3]
philtre Revigorant[e 38]

EXAMEN DE BUSE
Théorie :
Décrire les effets du Polynectar[e 39]

Pratique :
Préparer plusieurs potions[e 39]

6e année
(Pr Slughorn)
Amortentia[f 24]

Felix Felicis[f 25]
philtre de MortVivante[f 26]
la troisième loi de Golpalott[f 21]

Black x.svg
(examens reportés à la suite du décès de Dumbledore)
7e année
(Pr Slughorn)
Black x.svg
(non précisé)
Black x.svg
(ASPIC annulés en raison du conflit)

Sortilèges[modifier | modifier le code]

Les cours de sortilèges (charms en anglais) se déroulent dans la salle d'enchantements, au troisième étage du château[6]. Le cours a pour but d'enseigner aux élèves les principaux sortilèges et enchantements qui peuvent être utilisés dans la vie courante. C'est une matière appréciée par les élèves car le Professeur Flitwick, par sa petite taille et son humour, est un professeur agréable et sympathique. Le cours de Sortilèges est décrit comme assez simple.

  • Manuels d'accompagnement[3] :
  • Equipement nécessaire : baguette magique.
Première année

Au premier cours, lorsque le professeur Flikwick procède à l'appel, celui-ci pousse un cri aigu en reconnaissant Harry et tombe de la pile de livres sur laquelle il a l'habitude de s'installer pour donner ses cours[a 1]. Puis il fait une démonstration en faisant voler le crapaud de Neville Londubat à travers la pièce[a 10]. Il annonce alors aux élèves qu'il s'agit là du prochain sortilège qu'ils devront apprendre.
Au cours suivant[a 10], les élèves se mettent en binômes et tentent de mettre enfin en pratique ce qu'ils ont précédemment observé. Harry fait équipe avec Seamus Finnigan, et Ron avec Hermione. La formule du sortilège de lévitation (« Wingardium Leviosa ») est à prononcer très distinctement, en l'accompagnant d'un mouvement de poignet précis : « lever puis tourner ». Entre deux conseils, Flitwick leur raconte avec humour l'histoire d'un certain Baruffio, un sorcier qui avait eu un défaut de prononciation et avait fait apparaître un bison au lieu d'un vison sur les épaules de sa femme[a 10].
Harry et Seamus trouvent l'exercice particulièrement difficile et leur plume reste immobile sur leur table, si bien que Seamus finit par s'énerver sur la plume et par y mettre le feu en la touchant du bout de sa baguette. Harry l'éteint avec son chapeau. Ron, de son côté, subit les réprimandes de sa coéquipière, sous prétexte qu'il ne prononce pas correctement la formule. Mise au défi, Hermione s'exécute et réussit un sortilège parfait[a 11]. Pour valider leur examen de fin d'année, les élèves doivent être capables de faire danser un ananas sur une table[a 5].

Troisième année

Peu avant les vacances de Pâques, les élèves s'exercent au sortilège d'Allégresse en binômes[c 29]. Harry et Ron, qui étaient persuadés d'être entrés dans la salle de cours avec Hermione, constatent que cette dernière n'est plus là. À ce moment, ils ignorent encore que Hermione possède un retourneur de temps qui lui permet de suivre plusieurs cours à la fois.
Le sort d'Allégresse leur procure une sensation prolongée de contentement, qui dure jusqu'à la fin de leur déjeuner[c 29]. Le sort d'Allégresse est également le sujet de leur examen de fin d'année[c 22].

Quatrième année

Le professeur Flitwick demande aux élèves de lire trois livres supplémentaires pour se préparer à un cours prochain sur les sortilèges d'Attraction[d 19]. Mais lors du cours en question, Harry est tellement perturbé par son élection au tournoi des Trois Sorciers et par la réaction négative des autres élèves à son égard qu'il rate tous ses essais du sortilège d'Attraction et le professeur Flitwick décide de lui donner des devoirs supplémentaires[d 28]. Hermione, quant à elle, semble s'être transformée en un véritable aimant et parvient à attirer divers objets vers elle avec une facilité déconcertante.

Peu avant la deuxième tâche du tournoi des Trois Sorciers, Harry, Ron et Hermione s'installent tout au fond de la classe pour s'exercer au sortilège d'Expulsion (le contraire du sortilège d'Attraction). Pour éviter les accidents, le professeur Flitwick leur donne des coussins pour qu'ils puissent les faire voler sans blesser qui que ce soit. Neville vise mal et fait léviter des objets plus lourds, y comprit Flitwick lui-même[d 29]. Celui-ci, résigné, passe alors devant Harry, Ron et Hermione dans un long vol plané pour finir sa course au sommet d'une armoire. Le cours est si amusant que les trois amis peuvent discuter de la stratégie du tournoi ou de la double allégeance de Rogue[d 30] sans risquer d'être entendus par les autres élèves.
Harry parvient à envoyer l'un de ses coussins sur une table, tandis que le coussin de Ron rebondit sur le lustre de la classe et retombe lourdement sur le bureau du professeur Flitwick, avant de s'écraser contre la fenêtre. Le coussin d'Hermione est expulsé à l'autre bout de la pièce et atterrit proprement à deux reprises dans la boîte prévue à cet effet. Harry parvient, à la fin du cours, à déposer son propre coussin sur celui d'Hermione[d 31].

Cinquième année

Le professeur Flitwick commence son cours par un rappel sur l'importance des BUSE qu'ils devront passer en fin d'année et sur l'influence que ces examens peuvent avoir sur leur avenir. Aussi leur conseille-t-il de commencer à réfléchir sur leur choix de carrière[e 40]. Ils passent ensuite plus d'une heure à réviser les sortilèges d'Attraction appris l'année précédente, qui ont pour réputation d'être souvent demandés durant l'épreuve. Puis il termine le cours en leur donnant une quantité très importante de devoirs à faire[e 25].

À la fin de l'automne, les élèves s'exercent au sortilège de Mutisme sur des grenouilles et des corbeaux[e 41] et Harry, Ron et Hermione en profitent pour discuter au sujet d'Ombrage, persuadés qu'elle est à l'origine de l'attaque d'Edwige en cherchant à intercepter le courrier qu'elle transportait pour Harry[e 42]. En écoutant les arguments d'Hermione, Harry écrase nerveusement sa grenouille, lui faisant sortir les yeux de la tête. Hermione essaie ensuite le sortilège de Mutisme sur sa grenouille, qui devient silencieuse au milieu d'un croissement. L'animal lance alors un regard de reproche à la jeune fille. Lorsque Harry lance le sort sur sa propre grenouille, celle-ci se met à gonfler dans un sifflement suraigu. Hermione, constatant que son ami n'est pas très concentré, se charge de la faire dégonfler. Ron fait un essai sur un corbeau et obtient pour seul résultat un croissement moqueur. Hermione lui dit que son mouvement de baguette est incorrect. Elle fait elle-même un essai sur le corbeau au moment où le professeur Flitwick l'observe, et parvient à le rendre muet, avec les félicitations de Flitwick. Celui-ci demande ensuite à Ron d'essayer sur la grenouille, plus petite. Ron, pris au dépourvu, fait un mouvement brusque et donne un coup de baguette dans l'œil de l'animal[e 43]. Flitwick lui demande de s'exercer davantage avant le prochain cours.

En mai[e 44], après la « fuite » de Fred et George Weasley[e 45], Harry, Ron et Hermione discutent à propos du professeur Ombrage en ensorcelant des tasses à thé. Le but de l'exercice est de les faire marcher sur quatre pattes[e 46]. La tasse de Ron titube avant de tomber et de se briser. Hermione la lui répare avant d'ensorceler la sienne qui trottine joyeusement sur sa table.

Sixième année

L'objectif de l'un des cours est de changer du vinaigre en vin. Hermione est la seule à y parvenir. Le vinaigre contenu dans la flasque de Harry se transforme en glace et le récipient de Ron explose[f 27]. Flitwick leur donne donc à faire des devoirs supplémentaires.

Résumé d'études de sortilèges
Sujet(s) étudié(s) en cours Sujet(s) d'examen de fin d'année
1re année la lévitation des objets (Wingardium Leviosa)[a 12] faire danser un ananas sur une table[a 5]
2e année Black x.svg
(non précisé)
Black x.svg
(examens annulés)
3e année s'exercer au sortilège d'Allégresse[c 29] lancer un sortilège d'Allégresse[c 22]
4e année se documenter et s'exercer aux sortilèges d'Attraction[d 19]

s'exercer au sortilège d'Expulsion[d 29]

Black x.svg
(non précisé)
(Harry, en tant que champion, est dispensé d'examens[d 4])
5e année révision des sortilèges d'Attraction[e 40]

s'exercer au sortilège de Mutisme[e 41]
s'exercer au sortilège de Locomotion[e 47]

EXAMEN DE BUSE
Théorie :
Donner la formule et décrire le mouvement de baguette permettant de faire voler un objet[e 48].

Décrire les caractéristiques des charmes de Réjouissance[e 49].

Pratique :
Faire léviter un objet[e 29]
Changer la couleur d'un animal[e 29]

6e année Les sortilèges informulés[f 12] Black x.svg
(examens reportés suite du décès de Dumbledore)
7e année Black x.svg
(non précisé)
Black x.svg
(ASPIC annulés en raison du conflit)

Vol sur balai[modifier | modifier le code]

Les cours de vol (flying en anglais) se déroulent dans le parc de Poudlard. Ces cours ont lieu uniquement pendant la première année et sont donnés par Madame Bibine. On y apprend à faire voler son balai et à se mouvoir dans les airs. On aborde également les règles et les principes du quidditch, le sport le plus apprécié des sorciers.

Déroulement des cours

Les cours se déroulent en commun entre les maisons Gryffondor et Serpentard (et entre les Serdaigle et les Poufsouffle). Tous les élèves issus de familles de sorciers connaissent (et apprécient) déjà le Quidditch avant d'arriver à Poudlard, mais ça n'est pas le cas de Harry. Les leçons de vol sont néanmoins celles qu'il attend avec le plus d'impatience[a 13], même s'il redoute de se ridiculiser devant Drago Malefoy. Neville et Hermione, quant à eux, redoutent particulièrement la première leçon.

Le premier cours a lieu un jeudi après-midi sur le terrain de Quidditch, du côté opposé de la forêt interdite dont on peut apercevoir les arbres au loin[a 14],[a 15]. Juste avant la séance, Hermione tente de rassurer Neville en lui faisant une conférence sur les attitudes à adopter sur un balai, en se référant à un livre intitulé Le Quidditch à travers les âges, ce qui a pour effet d'exaspérer Harry et Ron.
Une vingtaine de balais sont alignés sur le sol à leur arrivée. Les élèves doivent essayer de faire obéir le balai en lui ordonnant de venir dans leur main (« Debout! »)[a 16]. Le balai de Harry lui obéit aussitôt, celui d'Hermione fait un demi-tour sur lui-même et celui de Neville ne bouge pas. Harry compare alors les balais aux chevaux et se dit qu'ils doivent ressentir la peur dans la voix de leur maître[a 16].
Madame Bibine passe ensuite dans le rang pour corriger les positions adoptées par chacun. Les élèves doivent alors s'élever dans les airs en donnant un coup de pied par terre, tenir le balai droit jusqu'à atteindre un ou deux mètres, puis revenir au sol en se penchant en avant. Neville est trop nerveux et se lance précipitamment dans les airs, si bien qu'il atteint très rapidement une altitude très élevée. Il tombe de son balai et se casse un poignet[a 17]. De nouveau, il est envoyé à l'infirmerie, et l'incident met fin au premier cours de vol.

Cours optionnels (dès la 3e année)[modifier | modifier le code]

Arithmancie[modifier | modifier le code]

L'arithmancie (arithmancy en anglais) est une branche de la magie qui concerne les propriétés magiques des nombres. Elle est décrite comme une matière très difficile, qui requiert d'importants efforts de mémorisation et des calculs compliqués. Comme cette option n'est suivie ni par Harry ni par Ron, on ne sait presque rien du contenu des cours. C'est la matière préférée d'Hermione[i 4] et elle la considère comme beaucoup plus importante et intéressante que la divination[c 30]. Ernie MacMillan suit également cette option. Pendant les devoirs, les élèves doivent rédiger des essais et être capables de créer et comprendre des tableaux de nombres compliqués[i 4].

  • Manuels d'accompagnement[3] : Numérologie et grammaire

Divination[modifier | modifier le code]

Accessoires du cours de divination matérialisés pour le 3e film ("Harry Potter l'exposition", Cité du Cinéma, Saint-Denis, 2015).

Les cours de divination se déroulent dans un grenier aménagé, au sommet de la tour nord[c 31]. C'est l'art de prédire le futur. Plusieurs méthodes sont décrites, parmi lesquelles la lecture des feuilles de thé, les boules de cristal, la chiromancie, la cartomancie (dont le tarot), l'astrologie et l'interprétation des rêves[i 5]. La Divination est décrite par le professeur McGonagall comme étant « l'une des branches les plus douteuses de la magie »[c 32]. Les adeptes de ce domaine affirment qu'il s'agit d'une science inexacte qui requiert des dons innés, tandis que ses détracteurs considèrent la matière comme superfétatoire et mensongère.

Après le passage de leurs BUSE, Harry et Ron décident de ne plus suivre cette matière. Hermione, quant à elle, cesse de s'y rendre dès la troisième année.

  • Manuels d'accompagnement[3] :
  • Equipement nécessaire
    • tasses de thé
    • boules de cristal
Troisième année

Le professeur référent est Sibylle Trelawney.

Avant leur tout premier cours, il faut un certain temps aux élèves pour retrouver le chemin de la tour nord, ne connaissant pas encore cette partie du château. Harry, Ron et Hermione finissent par demander leur chemin au chevalier du Catogan[c 33], un personnage mouvant de l'un des nombreux portraits de peinture. Celui-ci les conduit fièrement jusqu'à un escalier en colimaçon en se déplaçant de tableau en tableau, et en dérangeant ses occupants respectifs. Ils arrivent alors à un minuscule palier au plafond duquel se trouve une trappe ronde avec une plaque de cuivre indiquant « Sibylle Trelawney, professeur de divination ».
Les élèves accèdent par une échelle argentée à un grenier circulaire aux tissus rouges, aménagé en une sorte de salon de thé à l'ancienne[c 34], avec des tables rondes, des fauteuils et des poufs, qui occupent toute la pièce. Il y fait particulièrement chaud et y règne un parfum capiteux. Sur les étagères se trouvent des plumes, des morceaux de bougies, des jeux de cartes usés, des boules de cristal et un nombre incalculable de tasses de thé.
Le professeur Trelawney prend place dans un fauteuil près de la cheminée et se présente aux élèves en tant qu'ermite, précisant que l'agitation qui règne dans les autres parties de château a tendance à troubler son Troisième Œil. Elle qualifie la divination comme étant le plus difficile des arts magiques et précise que si les élèves n'ont pas le don de double vue, elle ne peut rien leur enseigner, et que les livres ne serviront à rien. Sur ces mots, Hermione semble sceptique[c 35].
D'une manière aussi soudaine que mystérieuse, le professeur Trelawney s'enquiert alors de la santé de la grand-mère de Neville Londubat. Celui-ci, surpris, commence à s'inquiéter. Puis Trelawney annonce le programme en précisant que le premier trimestre sera consacré à la lecture des feuilles de thé, le second aux signes de la main, et le troisième aux signes du feu et aux boules de cristal. Enfin, elle prédit qu'une épidémie de grippe touchera une grande partie des élèves en février et qu'aux alentours de Pâques, une personne parmi eux les quittera définitivement[c 36].

Les feuilles de thé :

Les élèves font équipe en binômes. Le premier exercice consiste à boire le thé de leur tasse et à n'y laisser que les feuilles. Ensuite, ils doivent les faire tourner trois fois de la main gauche et retourner la tasse sur la soucoupe. Ceci étant fait, chacun doit donner sa tasse à son partenaire pour que celui-ci la lise en interprétant les formes obtenues à l'aide de leur manuel d'accompagnement intitulé Lever le voile du futur[c 37].
Harry a très vite l'esprit brouillé est somnolant en raison de l'odeur qui se répand dans la pièce et Neville ne tarde pas à casser sa première tasse de thé. Essayant de trouver une interprétation du contenu de leurs tasses, dont les différents éléments semblent se contredire, Harry et Ron ont du mal à prendre l'exercice au sérieux et y voient une occasion de rire. Remarquant leur désintérêt, Trelawney s'approche et regarde la tasse de Harry, pour finalement lui prédire un ennemi mortel. Hermione, exaspérée, répond au professeur que tout le monde sait cela, sous les regards à la fois décontenancés et admiratifs de ses amis. D'une manière théâtrale, le professeur pousse alors un cri et s'asseoit dans un fauteuil. Avides, les élèves demandent à en savoir davantage, jusqu'à l'entendre dire à Harry qu'il est menacé par le Sinistros[c 38], un gigantesque chien fantôme. Ce serait un présage de mort. À la suite de ce cours, Harry appréhende les heures de divination et son atmosphère étouffante. Les élèves passent leur temps à déchiffrer des formes étranges ou des symboles[c 39] et Harry tente de ne pas prêter attention aux regards attristés que lui adresse sans arrêt le professeur Trelawney.

Les lignes de la main et les boules de cristal :

Après Noël, le professeur Trelawney montre aux élèves comment lire les lignes de la main et ne tarde pas à déclarer que Harry possède la ligne de vie la plus courte qu'elle a jamais vue[c 40].

Juste avant les vacances de Pâques, le professeur décide d'entamer en avance le chapitre sur les boules de cristal qui projettent dans la salle une lueur laiteuse, en disant que les signes du destin l'ont informée du sujet de l'examen, et que celui-ci serait porté sur la Sphère[c 41]. Hermione considère ouvertement ses paroles avec sarcasme, considérant que Trelawney, étant l'auteure des sujets, est plutôt bien placée pour connaître leur contenu. Ron, quant à lui, tente de contenir un fou rire en entendant Trelawney leur conseiller de détendre leur perception consciente et leurs yeux externes. Harry tente de faire un effort pour observer la boule de cristal installée à leur table, mais sait pertinemment que l'exercice est stupide et se sent parfaitement ridicule[c 42]. Lorsqu'il demande aux deux autres s'ils ont vu quelque chose, Ron fait vaguement mention d'une trace de brûlure sur la table et prédit que quelqu'un a dû y renverser une bougie... Hermione est convaincue, elle aussi, de perdre son temps.
Trelawney s'approche de leur table et observe leur boule de cristal. Mais Harry sait déjà ce qu'elle s'apprête à dire. Et en effet, à peine observe-t-elle la sphère qu'elle remarque que quelque chose bouge à l'intérieur. Hermione, exaspérée, perd son calme et demande au professeur de cesser ses balivernes. Trelawney s'adresse alors directement à Hermione en lui disant qu'elle ne possède aucun don pour l'art de la divination et qu'elle fait partie des élèves les plus désespérément terre-à-terre. Hermione se lève et quitte définitivement le cours, à la grande stupéfaction de la classe[c 43]. Lavande Brown et Parvati Patil comprennent alors que c'était d'Hermione dont le professeur parlait en évoquant précédemment une personne qui les quitterait définitivement aux alentours de Pâques.

Pour l'examen de fin d'année, le professeur Trelawney appelle les élèves un à un et Harry est le dernier à passer. Elle lui demande d'observer une boule de cristal[c 44]. Comme il ne distingue rien de précis, Harry décide de procéder à la manière de Ron et d'inventer quelque chose. Comme il est préoccupé par le procès de Buck, il dit au professeur qu'il aperçoit un hippogriffe. Trelawney, intéressée et persuadée que Harry voit comment le procès va se dérouler, tente d'orienter sa vision sur l'avenir et l'issue du jugement[c 45]. Elle lui demande si l'animal meurt ou s'il voit du sang. Harry affirme que non avec conviction mais Trelawney semble déçue de sa réponse.
À la fin de son examen, le professeur Trelawney entre dans une sorte de transe et prédit devant Harry que le serviteur du Seigneur des ténèbres rejoindra son maître le soir même[c 46].

Quatrième année

Le professeur référent est Sibylle Trelawney.

Le cours commence par une habituelle prédiction tragique de Trelawney concernant Harry. Puis le professeur annonce que les prochains cours consisteront à étudier l'astrologie et essayer de connaître la destinée humaine en déchiffrant les rayons planétaires[d 32]. Chacun des élèves est ensuite tenu de déterminer la position des planètes au moment de sa propre naissance à l'aide d'un graphique circulaire. C'est un travail fastidieux qui oblige à consulter les éphémérides et calculer des angles compliqués[c 47]. À la fin du cours, le professeur Trelawney leur demande une analyse détaillée de la manière dont les mouvements des planètes les affecteront le mois suivant, en se référent à leur thème astral.

Le professeur Trelawney annonce à Harry et à Ron qu'ils ont obtenu le meilleur résultat possible à leur devoir. Un exercice pour lequel ils avaient prédit les pires catastrophes possibles les concernant. Ils cessent cependant de rire lorsque Trelawney leur demande de refaire le même exercice pour le mois suivant[d 19].

Alors que Harry doit se préparer à la première épreuve du tournoi des trois sorciers, le professeur Trelawney passe la moitié du cours à expliquer que l'actuelle position de la planète Mars par rapport à Saturne signifie que les personnes nées en juillet (comme Harry) risquent de mourir brusquement. Harry, qui se sent visé, perd son calme et répond avec ironie. Puis il préfère passer le restant du cours à s'exercer sous la table au sortilège d'Attraction sur divers objets en vue de pouvoir attirer vers lui son Éclair de feu le jour de l'épreuve du dragon[d 33].

Début décembre, le professeur Trelawney explique les différentes façons dont Pluton perturbe la vie quotidienne[d 34].

Après la deuxième tâche du tournoi des Trois Sorciers, Trelawney annonce qu'ils vont examiner l'influence de Mars en raison de sa position céleste particulièrement intéressante en cette période. Elle éteint toutes les lampes de la pièce et récupère sous son fauteuil un modèle miniature du système solaire, enfermé dans un dôme en verre. Les neufs planètes et leurs lunes y sont suspendues dans les airs et scintillent sous l'éclat du soleil miniature, rendant l'objet particulièrement attrayant et magnifique[d 35]. Le professeur montre l'angle intéressant formé par Mars avec Neptune, mais les vapeurs constantes de la pièce entêtent Harry qui ne tarde pas à somnoler. Après avoir vaguement entendu un insecte bourdonner par la fenêtre entrouverte près de laquelle il s'est installé, il finit par s'assoupir.
Harry rêve alors de Voldemort et de Peter Pettigrow. Durant ce rêve, il aperçoit le fauteuil du mage noir qui lui tourne le dos et entend les deux hommes converser au sujet de la mort d'un individu[d 36]. Voldemort semble mécontent de la manière dont Pettigrow lui a obéi et Harry devient témoin de sa torture.
Il se réveille en sursaut dans la classe de divination avec les larmes aux yeux et une douleur fulgurante à sa cicatrice, tandis que les autres élèves et le professeur Trelawney sont penchés sur lui. Trelawney, avide, lui demande ce qu'il a vu mais Harry refuse de lui répondre et demande à se rendre à l'infirmerie. Sans même attendre son consentement, il quitte alors le cours avec l'intention de se rendre directement, non pas à l'infirmerie, mais dans le bureau du professeur Dumbledore pour l'avertir de sa vision[d 37].

Cinquième année

Les professeurs référents sont Sibylle Trelawney, puis le centaure Firenze.

Au premier cours, Harry entre seul sans se faire remarquer du professeur Trelawney qui dépose des exemplaires usés de L'Oracle des rêves sur les tables. Il est rejoint par Ron et le reste de la classe cinq minutes plus tard. Le cours consiste à apprendre à interpréter les rêves, à l'aide du livre[e 50]. Trelawney précise qu'il s'agit d'un sujet récurrent au programme des BUSE. Elle leur demande ensuite de lire l'introduction du livre, puis de former des binômes pour tenter d'interpréter leurs rêves récents. Comme devoir, Trelawney leur demande de tenir le journal de leurs rêves durant un mois[e 22].

Au cours suivant, le professeur Trelawney est inspectée par le professeur Ombrage, cette dernière venant d'être nommée « Grande Inquisitrice » de Poudlard par le Ministère de la magie[e 26]. Pendant ce cours, les élèves poursuivent l'interprétation de leurs rêves, par équipes de deux, à l'aide de L'Oracle des Rêves. Ombrage reste dans le sillage de Trelawney et écoute ses conversations avec ses élèves, tout en prenant des notes. Selon le manuel, il leur faut additionner l'âge du rêveur avec la date où le rêve a été fait, puis ajouter le nombre de lettres que comporte le nom du sujet de rêve[e 51]. Même s'ils n'apprécient guère ce cours, Harry et Ron tentent de trouver quelque chose à dire pour ne pas déstabiliser Trelawney face à Ombrage, qui vient à la questionner notamment sur son nombre d'années d'enseignement, l'origine de ses dons de voyante et pour finir, sa capacité à lui faire une prédiction. Face à un premier refus, Ombrage ajoute quelques notes sur sa feuille, ce qui semble inciter Trelawney à changer d'avis. Mais Ombrage n'est pas convaincue[e 52].
Perturbée par la présence d'Ombrage, Trelawney s'avance vers Harry et lit le journal de ses rêves d'une voix étonnamment brusque, en lui annonçant à nouveau une mort prématurée. Harry en regrette presque d'avoir pris son parti.

Lorsqu'il s'installe pour le cours suivant, Harry constate que le professeur Trelawney distribue les manuels avec une certaine violence et semble de très mauvaise humeur[e 53]. Ron et lui comprennent alors qu'elle a reçu les résultats de son inspection. Lorsque Parvati Patil demande au professeur ce qui ne va pas, cette dernière lui répond qu'elle a été insultée par les institutions (et par Ombrage en particulier) qui la considèrent comme une mystificatrice[e 54].

Vers le mois de mars, le professeur Trelawney est renvoyée par le professeur Ombrage. Dumbledore insiste pour que Trelawney reste au château et nomme le centaure Firenze pour la remplacer, ce qui horrifie le professeur Ombrage[e 55]. Les cours n'ont plus lieu au sommet de la tour nord, mais dans la salle 11, au rez-de-chaussée, transformée pour l'occasion en une véritable clairière. Lorsque Harry, Ron, Parvati Patil et Lavande Brown se rendent ensemble dans la salle pour la première fois, certains élèves y sont déjà installés, assis sur le sol et adossés aux troncs d'arbres. Firenze, quant à lui, se tient au milieu de la clairière. Ce dernier vient saluer Harry, déjà rencontré en première année, après l'avoir sauvé de Voldemort dans la forêt interdite.
Firenze annonce aux élèves que la salle a été aménagée par Dumbledore de manière à reconstituer son habitat naturel. En effet, il lui est impossible de donner ses cours dans la forêt interdite, puisqu'il en a été banni par son clan après avoir accepté de travailler pour le directeur[e 56]. Après avoir répondu à toutes les questions des élèves à la fois curieux et intimidés, Firenze diminue la lumière de la pièce d'un mouvement de baguette et fait apparaître les étoiles au plafond (à la manière du plafond de la Grande Salle qui reproduit l'humeur du vrai ciel). Des exclamations émerveillées retentissent et le centaure demande ensuite aux élèves de s'allonger sur l'herbe et d'observer. Lorsque Harry s'exécute, Mars semble lui faire un clin d'œil en scintillant[e 57]. Firenze annonce alors qu'il est possible d'avoir un aperçu de l'avenir en observant le ciel et qu'il est ici pour leur exposer « la sagesse impartiale qui ne s'occupe pas des questions individuelles » dont les humains d'entravent[e 58]. Les centaures peuvent avoir une idée du moment où les évènements se produiront en brûlant certaines herbes ou en observant des flammes ou de la fumée. Jusqu'à la fin du cours, les élèves brûlent donc de la sauge et de la mauve douce et observent les formes obtenues ou les symboles dans la fumée qui s'en dégage. Harry constate que l'objectif de Firenze semble être, non pas d'enseigner son savoir, mais plutôt de faire comprendre aux élèves qu'aucun savoir n'est infaillible et qu'il faut prendre pour habitude de douter de tout ce que l'on apprend. En cela, c'est le cours le plus insolite auquel Harry a jamais assisté[e 58].

Résumé d'études de divination
Sujet(s) étudié(s) en cours Sujet(s) d'examen de fin d'année
3e année
(Pr Trelawney)
lire dans les feuilles de thé[c 37]

lire les lignes de la main[c 40]
lire dans les boules de cristal[c 41]

lire dans une boule de cristal[c 44]
4e année
(Pr Trelawney)
l'astrologie[d 32] Black x.svg
(non précisé)
(Harry, en tant que champion, est dispensé d'examens[d 4])
5e année
(Pr Trelawney puis Firenze)
l'interprétation des rêves[e 50]

lire l'avenir dans les étoiles[e 57]

EXAMEN DE BUSE
Interpréter une boule de cristal[e 2]

interpréter des feuilles de thé[e 2]
interpréter les lignes de la main[e 59]

Étude des Moldus[modifier | modifier le code]

L'étude des Moldus (Muggle Studies en anglais) consiste à étudier les Moldus « du point de vue des sorciers » : leur culture, leurs technologies… Comme ces cours ne sont suivis que par Hermione et Ernie MacMillan, en troisième année, peu de détails sont donnés sur leur contenu.

  • Manuels d'accompagnement[3] : Vie domestique et habitudes sociales des Moldus britanniques
  • Equipement nécessaire : matériel électrique

Voici un exemple de sujet de dissertation sur lequel Hermione est amenée à réfléchir en troisième année : « Expliquez pourquoi les Moldus ont besoin d'électricité »[c 48]. On sait également qu'elle est amenée à faire des schémas représentant la manière dont les moldus soulèvent des charges lourdes[c 49].

Avant le début de la 7e année, Charity Burbage est tuée par Voldemort[g 2]. Pour les cours suivants (devenus obligatoires), il nomme Alecto Carrow au poste mais sous une optique radicalement différente : les moldus et les nés-moldus sont dépeints comme des êtres inférieurs aux sorciers, presque sous-humains[g 3].

Étude des runes[modifier | modifier le code]

L'étude des runes (ancient runes en anglais) est une matière principalement théorique, consistant en l'apprentissage, la lecture et la traduction de l'alphabet runique[c 48]. Comme Hermione est la seule élève dont il est indiqué qu'elle suit ce cours, la saga comporte peu d'informations sur cette matière. D'après Hermione, c'est une matière difficile, qui demande beaucoup de concentration.

  • Manuels d'accompagnement[3] :
    • dictionnaires de runes,
    • Aide à l'étude des runes,
    • Traité supérieur de traduction des runes

Soins aux créatures magiques[modifier | modifier le code]

Buck, l'hippogriffe, matérialisé pour le 3e film.

Les cours de soins aux créatures magiques (care of magic creatures en anglais) se déroulent en dehors du château, le plus souvent dans le parc de Poudlard, quelquefois dans la forêt interdite. Le cours consiste en l'étude des diverses créatures magiques : leur aspect (être apte à les reconnaître), leur mode de vie, leur lieu de vie, leur nourriture, etc. Les élèves apprennent parfois comment s'occuper de certaines créatures, les soigner ou les décrire. Ce cours comporte beaucoup de pratique.

Après le passage de leurs BUSE, Harry, Ron et Hermione décident de ne plus suivre cette matière.

Troisième année

Le professeur référent est Hagrid.

Pour son tout premier cours, Hagrid emmène les élèves de Gryffondor et de Serpentard dans un enclos pour leur montrer un groupe d'hippogriffes[c 50], des créatures mi-aigle, mi-cheval, particulièrement susceptibles et attachées à la politesse[c 51]. Si bien que tout élève se doit de s'incliner devant elles, et attendre que les créatures en fassent autant, pour gagner le droit de les approcher sans danger. Harry est le premier à se porter volontaire, davantage pour faire plaisir à Hagrid à son premier cours que par témérité. Il est alors présenté à un hippogriffe du nom de Buck. Il s'incline face à l'animal. Buck s'incline à son tour et autorise même Harry à grimper sur son dos. Harry s'exécute mais n'est pas rassuré[c 52]. Lorsque les ailes de l'animal se déploient, Harry se cramponne maladroitement à son cou. Tous deux s'envolent quelques instants puis reviennent au sol. Les autres élèves applaudissent, exceptés Malefoy et deux de ses compagnons de Serpentard, qui espéraient sans doute que le premier cours du garde-chasse, qu'ils considèrent comme un bon à rien[c 50], soit un échec.
Peu à peu, les autres élèves font leurs essais et Malefoy choisit également Buck. Tout se passe bien, jusqu'à ce que Malefoy se mette à déconsidérer l'intelligence de l'animal, allant jusqu'à l'insulter de manière directe. L'hippogriffe réagit aussitôt en le griffant au bras, au milieu d'un mouvement de panique général. Malefoy est blessé d'une profonde entaille[c 53] et Hagrid l'emporte à l'infirmerie. Les autres élèves sont contraints de rentrer au château.

À la suite de l'accident, les cours de soins aux créatures magiques deviennent moins intéressants car Hagrid perd confiance en lui. Les élèves passent donc le plus grand nombre des cours à s'occuper de veracrasses[c 39]. Ils les nourrissent de laitue hachée.

À la reprise des cours après Noël, alors que le parc est glacial, Hagrid a la bonne idée de proposer aux élèves d'allumer un feu de joie pour les salamandres et le cours est particulièrement amusant. Les élèves ramassent du bois sec et des feuilles en lisière de forêt pour entretenir le feu et faire plaisir aux salamandres qui sautillent alors sur le tas de bûches enflammées[c 40].

Le sujet de leur examen de fin d'année consiste à maintenir un Veracrasse en vie pendant une heure[c 22].

Quatrième année

Le professeur référent est Hagrid (ainsi que le professeur Gobe-Planche durant une courte période de remplacement).

Les Scroutts à pétard :

Au début de la quatrième année, Hagrid montre aux élèves des Scroutts à pétard venant d'éclore[d 38] entreposés par centaines dans des caisses en bois. Ces créatures, longues d'une quinzaine de centimètres, ressemblent à des homards difformes, sans carapace, très pâles et gluants. Ils sont entourés de petites pattes et semblent dépourvus de tête. D'ailleurs, ils ne semblent pas non plus avoir d'yeux[d 38]. De temps à autre, les Scroutts se servent d'une sorte de propulseur qui leur permet, dans un jet d'étincelles, de se propulser de plusieurs centimètres d'un seul coup.
Le premier cours consiste donc à les nourrir en essayant différent aliments, comme des œufs de fourmis, des foies de grenouille ou des morceaux de couleuvres. Hagrid leur demande de suivre leur évolution dans le cadre d'un projet.
Les Scroutts à pétard grandissent très rapidement car personne ne découvre leur régime alimentaire. Les élèves viennent le soir à tour de rôle près de la cabane de Hagrid pour les observer et prendre des notes sur leur comportement[d 19].

Au cours suivant, Hagrid sort de sa cabane en tenant dans ses bras des boîtes abritant chacune un très grand Scroutt à pétard de plus d'un mètre de longueur. Les créatures ne se dépensent pas assez et ont tendance à s'entre-tuer[d 39]. Le but du cours est donc de les promener à la laisse sur la grande pelouse pour leur faire faire de l'exercice et canaliser leur énergie. Les élèves doivent se munir de leurs gants en peau de dragon pour faire enfiler la laisse à leur créature.
À présent, une carapace grise s'est formée autour d'elles, les faisant ressembler davantage à un croisement entre des crabes et des scorpions géants[d 40]. Contrôler les Scroutts à pétard devient difficile car ils sont devenus très puissants. De temps à autre, l'un d'eux produit une détonation en faisant un bond de plusieurs mètres en avant, entrainant à plat ventre au bout de la laisse l'élève qui tente de le retenir[d 40].

Au début du mois de décembre, les Scroutts, qui continuent de s'entre-tuer, ne sont plus que dix et mesurent près d'un mètre quatre-vingts[d 41]. Ne sachant pas s'ils hibernent ou non, Hagrid propose aux élèves de les installer chacun dans une boîte contenant des oreillers et des couvertures, mais les Scroutts, n'appréciant pas d'y être enfermés, les font exploser et plusieurs élèves sont légèrement brûlés[d 42]. Les créatures envahissent alors le potager aux citrouilles. Harry, Ron et Hermione sont les seuls qui acceptent d'aider Hagrid à les rattraper. Le cours est interrompu par l'arrivée de la journaliste Rita Skeeter, qui vient inviter Hagrid à une interview au sujet de Harry.

Harry, Ron et Hermione passent le dernier cours du premier trimestre à discuter avec Hagrid au sujet de l'interview qu'il avait accepté de donner à Rita Skeeter. Ils finissent par comprendre que la journaliste cherche à faire passer Harry pour un cancre dans l'espoir d'attirer l'intérêt de ses lecteurs. Tandis qu'ils discutent, ils sont installés avec les autres élèves autour de tables à tréteaux derrière la cabane du garde-chasse pour préparer de la nourriture susceptible d'intéresser les Scroutts[d 43] : des morceaux de foie de dragon et des œufs durs de salamandres épluchés, entre autres.

On mentionne souvent les Scroutts comme des créatures ressemblant à des homards difformes dépourvus de carapaces, pâles et gluants avec de petites pattes et sans tête visible.

Les licornes :

Après Noël, alors que le parc est enneigé, les élèves se rendent à la cabane et font la rencontre imprévue du professeur Gobe-Planche qui les informe de l'indisposition de Hagrid et de son remplacement provisoire[d 44]. En suivant le professeur, ils contournent la cabane. Harry, Ron et Hermione remarquent alors que les rideaux de celle-ci sont tirés. Harry essaie d'en savoir plus sur l'état du garde-chasse auprès de Gobe-Planche, mais celle-ci détourne la conversation et les emmène à la lisière de la forêt. Ils s'arrêtent tous au pied d'un arbre où est attachée une licorne aux sabots d'or[d 45] et poussent des exclamations. Le professeur prévient les élèves que les licornes sont plus réceptives à la « délicatesse féminine » et demande par conséquent aux garçons de rester en arrière.
Pendant ce temps, Harry et Ron discutent avec Drago Malefoy. Lorsque celui-ci leur tend une page de la Gazette du sorcier d'un air satisfait, Harry et Ron constatent que Hagrid a été dépeint par Rita Skeeter comme une brute irresponsable et particulièrement cruelle envers les élèves de Poudlard[d 46].
Le professeur Gobe-Planche attire de nouveau leur attention en énumérant les nombreuses propriétés magiques des licornes, tandis que le groupe des filles parvient à caresser la créature. Hermione reconnait à la fin de l'heure que le cours était particulièrement instructif, mais partage l'inquiétude de Harry et de Ron.

Quelques semaines plus tard, juste avant la deuxième épreuve du tournoi des Trois Sorciers, Hagrid est de retour et poursuit le cours sur les licornes. Il parvient à capturer deux poulains à la robe couleur or pur. Les élèves apprennent que les licornes arborent une couleur argentée vers l'âge de deux ans et que leur corne ne se met à pousser que vers quatre ans. Les créatures ne deviennent définitivement blanches que vers l'âge de sept ans[d 47]. Même si les bébés licornes sont plus sociables que les licornes adultes, Hagrid conseille quand même aux garçons de s'en approcher doucement, en leur proposant par exemple des morceaux de sucre.

Les Niffleurs :

Au cours suivant, tandis que Hermione est retenue à l'infirmerie après avoir reçu des lettres anonymes de menace (à la suite des publications de Rita Skeeter), Hagrid présente aux élèves les Niffleurs, des animaux à fourrure noire, avec un long museau et des pattes aussi plates que des pelles[d 48]. Ces animaux sont en général utiles dans les mines pour trouver de l'or. L'un d'entre eux bondit d'ailleurs sur Pansy Parkinson durant les explications de Hagrid pour essayer de lui dérober sa montre. Le garde-chasse leur montre un carré de terre fraichement labouré dans lequel il a dissimulé des pièces d'or de farfadet (qui disparaissent au bout de quelques heures), et leur demande d'utiliser les Niffleurs pour les retrouver, en promettant une récompense à celui ou celle qui en dénichera le plus.
En extirpant un Niffleur de sa boîte, Harry constate que l'animal est très affectueux. Le Niffleur de Ron se montre très efficace et le recouvre d'or très rapidement[d 49]. En récompense, Ron gagne une énorme tablette de chocolat de chez Honeydukes.

Cinquième année

Le professeur référent est Wilhelmina Gobe-Planche.

Les botrucs :

Hagrid est absent pour une raison inconnue. Lorsque les élèves se rendent à leur premier cours, le professeur Gobe-Planche les attend près de la cabane, devant une longue table à tréteaux recouverte de ce qui semble être des brindilles. Mais en s'approchant, les élèves constatent que ces brindilles en question se mettent à bondir, prenant la forme de petits lutins de bois, avec des bras, des jambes et de longs doigts (en forme de brindilles). Ces créatures, appelées Botrucs[e 60], ont une tête plate ressemblant à l'écorce d'un arbre, avec des yeux semblables à des scarabées brillants. Hermione précise, après avoir été interrogée, qu'il s'agit de créatures utilisées pour garder les arbres sur lesquels on prélève le bois des baguettes magiques[e 60]. Ils se nourrissent de cloportes et d'œufs de fées. Hermione est récompensée de dix points pour ses bonnes réponses. Gobe-Planche les informe également que lorsqu'ils sont en colère, les Botrucs tentent d'arracher les yeux des humains avec leurs doigts pointus.
Les élèves empruntent ensuite un Botruc pour trois personnes et s'installent sur un coin de pelouse afin de l'étudier de plus près à l'aide de la nourriture. Ils doivent notamment produire un dessin très précis de la créature en y faisant apparaitre toutes les parties de son corps[e 61]. Harry profite de la concentration des autres élèves et s'éloigne de Ron et d'Hermione pour demander au professeur Gobe-Planche des nouvelles de Hagrid. Mais celle-ci refuse de lui répondre. Drago Malefoy, qui a entendu sa question, lui dit discrètement que Hagrid est peut-être blessé après s'en être pris à « plus grand que lui »[e 61].
Harry retourne s'installer avec Ron et Hermione, sort sa plume et ses parchemins, tout en leur faisant part de l'hypothèse de Malefoy, n'ignorant pas que le garçon est peut-être mieux renseigné qu'eux du fait que son père travaille au Ministère. Hermione insiste pour ne pas se fier à Malefoy ou tout au moins, à ne pas lui laisser penser qu'ils envisagent de le croire. Lorsque des murmures moqueurs s'élèvent du groupe des Serpentard, Harry en devient si crispé qu'il maltraite le Botruc tenu dans sa main sans s'en rendre compte. La créature lui enfonce ses doigts dans la main en y formant deux profondes coupures[e 62]. Harry lâche le Botruc qui s'enfuit vers la forêt. Il termine son dessin avec la main enveloppée dans un mouchoir et rend son parchemin taché de sang.

Les élèves poursuivent l'étude des Botrucs, lorsque le professeur Gobe-Planche est à son tour inspectée par le professeur Ombrage[e 63]. Cette dernière lui pose des questions au sujet de Hagrid, mais Gobe-Planche, tout comme avec Harry, refuse de lui répondre. Ombrage lui demande également si elle est satisfaite du soutien de la direction de Poudlard et sur son système éducatif, et la questionne sur le programme qu'elle compte suivre pour le cours de soins aux créatures magiques. Ainsi, on apprend que les Porlocks, Fléreurs, Croups et Noueux feront en théorie partie de leurs sujets d'étude d'ici la fin de l'année[e 64].

Les sombrals :

Peu avant Noël, Hagrid revient, le visage marqué de contusions à la suite de sa rencontre avec les géants. Il avait pour mission de les rallier à la cause de Dumbledore dans le combat imminent contre Voldemort[e 65]. Une vache morte sur l'épaule, il emmène les élèves à travers la neige dans les profondeurs de la forêt pour leur présenter les Sombrals, que la plupart des élèves ne peuvent voir. En effet, il s'agit de créatures visibles uniquement par les personnes qui ont vu un autre être humain mourir, ce qui permet à Hagrid d'identifier d'un coup d'œil les rares élèves concernés : Harry, Neville Londubat et un élève de Serpentard. Pour les autres, ils n'aperçoivent que des morceaux de viande s'arrachant et disparaissant mystérieusement de la carcasse de vache déposée sur le sol[e 66]. Ce sont des créatures squelettiques ressemblant à des chevaux ailés avec un regard blanc et vide[e 67]. Les Sombrals sont destinés en temps normal à tirer les diligences entre la gare de Pré-au-Lard et le portail de l'école.
Très vite, Ombrage fait son apparition pour inspecter le premier cours de Hagrid, après avoir eu une précédente discussion avec lui. Convaincue qu'il n'a pas sa place en tant que professeur, elle le déstabilise volontairement en exprimant à voix haute les commentaires négatifs qu'elle rédige sur son bloc-notes[e 68] et interprète de manière détournée toute explication de ses choix, et en particulier celui qui consiste à étudier les Sombrals, qui sont considérés comme dangereux aux yeux du Ministère. Tandis qu'Ombrage se moque délibérément de Hagrid en expliquant tout ce qu'elle s'apprête à faire en mimant des gestes comme s'il ne pouvait pas comprendre son langage, Hermione fulmine[e 69]. Hagrid tente de poursuivre son cours en enchainant sur l'excellent sens d'orientation des Sombrals, mais éprouve des difficultés à se concentrer jusqu'à la fin de la séance.

Les croups :

Après les vacances de Noël, les élèves étudient les Croups, des créatures qui ressemblent beaucoup aux chiens fox-terrier, mais qui disposent d'une queue fourchue[e 70]. Hagrid est de plus en plus nerveux en présence d'Ombrage - qui surveille à présent chacun de ses cours, et répond de travers aux questions qui lui sont posées.

Résumé d'études de soins aux créatures magiques
Sujet(s) étudié(s) en cours Sujet(s) d'examen de fin d'année
3e année
(Hagrid)
approcher les hippogriffes[c 54]

nourrir les veracrasses[c 39]
réchauffer les salamandres[c 40]

maintenir un veracrasse en vie durant une heure[c 22]
4e année
(Hagrid)
le mode de vie des scroutts à pétard[d 38]

les propriétés magiques des licornes[d 45]
utiliser les niffleurs[d 48]

Black x.svg
(non précisé)
(Harry, en tant que champion, est dispensé d'examens[d 4])
5e année
(Pr Gobe-Planche et Hagrid)
étudier et dessiner les botrucs[e 60]

les sombrals[e 71]
les croups[e 70]

EXAMEN DE BUSE
Théorie :
(différentes questions, sans précision)

Pratique :
Identifier un noueux parmi les hérissons[e 2]
Manipuler correctement un botruc[e 2]
Nourrir et nettoyer un crabe de feu sans subir de brûlures[e 2]
Choisir parmi des aliments ceux qui conviennent le mieux à une licorne malade[e 2]

Cours spéciaux[modifier | modifier le code]

Club de duels[modifier | modifier le code]

Les professeurs référents sont Gilderoy Lockhart et Severus Rogue.

Le club de duel a été instauré à Poudlard par le professeur de défense contre les forces du Mal de deuxième année, Gilderoy Lockhart. L'idée, qui était en premier lieu un prétexte pour le professeur de vanter ses soi-disant exploits devant ses fans, s'est avérée utile pour enseigner aux élèves certains sortilèges de défenses et leur permettre de faire face aux éventuelles agressions[b 33], à la suite des événements liés à l'ouverture de la chambre des secrets.

Munis de leur baguette, deux élèves peuvent s'affronter amicalement à tour de rôle, devant leurs camarades et sous la surveillance du professeur Lockhart et du professeur Rogue, sur une estrade dorée éclairée par des chandelles, et installée provisoirement contre le mur de la Grande Salle[b 33].

C'est notamment au cours de ces démonstrations que le professeur Rogue apprend aux élèves à se servir du sortilège de désarmement Expelliarmus[b 34] en l'utilisant contre Lockhart lui-même afin de mettre un frein à sa prétention devant tous ses élèves admirateurs.

Cours particuliers du professeur Lupin[modifier | modifier le code]

Les cours particuliers de Harry avec Lupin durant la troisième année ont lieu tous les jeudis soir à vingt heures dans la salle vide d'Histoire de la magie[c 55]. Au premier cours, Lupin rejoint Harry avec une grande caisse en bois contenant un épouvantard (qui est le plus susceptible de prendre la forme et les caractéristiques d'un détraqueur sans en être vraiment un). Lupin enseigne à Harry le sortilège du Patronus. Si le sort fonctionne, un bouclier en forme d'animal s'interpose alors entre le détraqueur et le lanceur de sort pour protéger ce dernier et repousser l'attaquant[c 56]. Le Patronus, à l'inverse des humains, est incapable de ressentir le désespoir ou la tristesse et le détraqueur ne peut donc pas lui faire de mal. En revanche, le bouclier n'apparait que si l'on se concentre suffisamment sur un souvenir particulièrement heureux[c 56].
Harry se concentre alors sur son souvenir du premier jour où il a eu l'occasion de voler sur un balai[c 57]. Lupin prononce alors l'incantation Spero patronum. Harry s'efforce de la répéter jusqu'à ce qu'il se sente prêt à essayer sur le détraqueur.
Lorsque Lupin ouvre la boîte, le détraqueur s'échappe et s'avance vers Harry qui ressent une vague glacée se répandre en lui[c 58]. Harry hurle la formule mais la voix de sa mère résonne à nouveau et il s'évanouit. Lupin rallume les lumières en attendant que Harry se réveille, puis il lui donne un Chocogrenouille à croquer pour qu'il reprenne des forces. Il lui conseille alors de se concentrer sur un souvenir plus puissant et Harry choisit le moment où Gryffondor avait gagné la coupe des Quatre Maisons l'année précédente[c 59]. Ils font un deuxième essai, qui se termine de la même manière, sauf que cette fois-ci, Harry entend pour la première fois la voix de son père[c 60]. Lupin réveille Harry, qui ne s'est pas rendu compte qu'il pleurait.
Harry insiste pour faire un troisième et dernier essai avant de partir, en choisissant le moment où il a appris qu'il était un sorcier et qu'il était inscrit à Poudlard[c 61]. Cette fois-ci, Harry obtient un premier résultat : une ombre argentée s'extrait de sa baguette et se met à flotter dans les airs entre le détraqueur et lui. Lupin intervient alors en lançant le sort Ridikulus pour neutraliser l'épouvantard et permettre à Harry de lâcher prise. Sur cette prestation, Lupin le félicite et lui offre une grande barre de chocolat de chez Honeydukes en lui donnant rendez-vous la semaine suivante[c 62].

Arrivés à la quatrième séance, Harry produit la même substance argentée encore informe chaque fois que l'épouvantard-détraqueur s'avance, mais son Patronus est encore trop faible pour le faire fuir[c 63] et il finit toujours par s'épuiser. Harry se sent alors coupable de vouloir d'une certaine manière entendre la voix de ses parents qu'il n'a jamais vus, mais Lupin est confiant et moins exigeant que lui.
Tandis qu'ils font une pause autour de deux bouteilles de Bièraubeurres, Harry questionne le professeur sur la constitution des véritables détraqueurs, et plus précisément sur ce qui se trouve sous leur cagoule. Mais il semble que personne n'ait réellement vu à quoi ils ressemblaient, à moins d'être mort l'instant suivant[c 64]. En effet, le seul moment où ces créatures soulèvent leur cagoule est lorsqu'elles s'apprêtent à donner leur Baiser. Face à l'étonnement de Harry, Lupin sourit en précisant qu'il ne s'agit pas d'un baiser ordinaire, mais bel et bien d'une arme ultime qui leur permet d'aspirer l'âme de leur victime. Les personnes embrassées n'ont alors plus la conscience d'elles-mêmes, plus de mémoire. Elles se contentent d'exister, telles des coquilles vides. Un sort pire que la mort[c 64].

Cours d'occlumancie du professeur Rogue[modifier | modifier le code]

En cinquième année, juste après Noël, Harry est tenu, sur demande du professeur Dumbledore, de suivre des cours particuliers d'occlumancie avec le professeur Rogue. Il s'agit, selon les termes de Rogue, de leçons de « défense de l'esprit contre les tentatives de pénétration extérieure »[e 72], et notamment contre celles de Voldemort. Rogue vient informer lui-même Harry au 12 Square Grimmaurd de son intention de lui donner des cours à raison d'une séance par semaine, en lui demandant de ne pas en parler à Dolores Ombrage, ni à personne d'autre en dehors de ses proches. L'entrevue se déroule en présence de Sirius Black, qui conseille vivement à Rogue de ne pas tenter de se servir de ces cours pour faire passer un mauvais moment à son filleul.

Le premier cours a lieu le lundi soir suivant, à dix-huit heures[e 72], dans le bureau de Rogue[e 73]. La première chose que Harry aperçoit en entrant dans la pièce particulièrement sombre est la pensine, posée sur le bureau. Harry demande à Rogue la raison pour laquelle il doit suivre ces cours, n'ayant pas eu d'explication de la part de Dumbledore qui demeure distant avec lui depuis le début de l'année. Rogue lui explique qu'il a besoin d'apprendre à contrer la faculté du Seigneur des ténèbres à extraire de son esprit des sentiments ou des souvenirs (cette aptitude s'appelle la legilimancie[e 74]). Lorsque Harry compare cela à une faculté de lire dans les pensées, Rogue précise avec ironie que seuls les moldus parlent en ces termes[e 74] et qu'il s'agit en réalité de quelque chose de plus subtile. Les « legilimens » seraient capables de plonger dans l'esprit de leurs victimes et d'interpréter ce qu'ils y découvrent. Ils auraient notamment la faculté de savoir lorsqu'une autre personne leur ment. L'occlumancie permettrait donc, d'après Rogue, de bloquer la tentative d'accès aux sentiments ou aux souvenirs (qui seraient par ailleurs susceptibles de contredire des tentatives de tromperies). Les « occlumens » seraient ainsi capables d'affirmer des choses avec l'assurance de l'honnêteté en présence d'un legilimens, sans que celui-ci parvienne à détecter une éventuelle part de mensonge[e 74]. Rogue précise à Harry qu'en temps normal, le contact visuel est essentiel pour pratiquer la legilimancie, mais que dans son cas précis, les règles ne semblent pas s'appliquer, à cause du maléfice dont il a été victime lorsqu'il était bébé et qui aurait établi une sorte de connexion entre lui et Voldemort, si bien que lorsqu'il est détendu, il devient plus vulnérable et partage involontairement ses émotions, donnant ainsi la possibilité au Seigneur des ténèbres de l'influencer sur ses décisions et ses actes[e 75].

Avant chaque séance, Rogue libère quelques-uns de ses souvenirs qu'il verse dans la pensine (des souvenirs qu'il ne veut pas que Harry puisse accidentellement voir[e 76]), puis se positionne face à Harry. L'exercice consiste à tenter de l'empêcher « d'entrer » dans sa tête. Mais dès la première tentative, Rogue lance le sortilège Legilimens sans attendre que Harry soit prêt[e 77]. Harry aperçoit alors des images se succéder, formant une sorte de film dans son esprit et tout autour de lui : il s'agit de souvenirs, d'évènements plus ou moins gênants s'étant produits des années auparavant et que Rogue, d'une certaine manière, l'oblige à divulguer. En tentant de résister au sortilège, Harry heurte le bureau du professeur en tombant par terre. Rogue baisse sa baguette, après avoir reçu un maléfice Cuisant sur son poignet, mais ne félicite pas Harry de ce résultat, estimant qu'il s'agit plus d'une perte totale de contrôle qu'une réelle démonstration de sa résistance[e 78]. Il reconnaît néanmoins que pour une première tentative, le résultat n'était pas assi lamentable qu'il l'aurait pensé.
Au second essais, Rogue demande à Harry de fermer les yeux, pensant lui faciliter la tâche de cette manière. Il lui explique que s'il parvient à le contrer mentalement, en se débarrassant de toute émotion, la baguette ne lui sera pas utile. Mais Harry, en colère contre Rogue, ne parvient pas à se concentrer. En recevant le sortilège, Harry voit ses parents à travers le miroir du Riséd, puis Cedric Diggory juste après s'être fait tué. Harry se met alors à crier et se retrouve à nouveau sur le sol. Rogue perd patience et l'accable en lui disant qu'il ne fait aucun effort, qu'il agit comme quelqu'un de faible et qu'il lui fournit des armes en le laissant accéder aussi facilement à des souvenirs qui lui font peur[e 79].
Harry est fatigué mais Rogue insiste pour procéder à un troisième et dernier essais. De nouveau, les souvenirs défilent, jusqu'à ce que Harry aperçoive la porte dont il a rêvé à plusieurs reprises depuis plusieurs mois[e 80], en se rappelant soudain de l'endroit où il l'avait aperçue : au Département des mystères du Ministère de la Magie, durant son audience de début d'année. Son cri de joie alerte Rogue, qui annule aussitôt le sortilège. Harry le questionne alors sur le Département des mystères. Rogue, à la fois irrité et suspicieux, lui répond que cela ne le concerne pas. Sur ces mots, le professeur met fin à la séance et demande à Harry de revenir le mercredi suivant[e 81].

Au mois de janvier, Harry n'a pas l'impression d'avoir faire le moindre progrès. Au contraire, il semble bien plus sensible aux émotions de Voldemort[e 82]. Ron évoque même l'éventualité que Rogue puisse, au lieu de chercher à aider Harry, tenter de faciliter la tâche de Voldemort à l'insu du directeur[e 83]. Hermione, de son côté, fait confiance à l'intuition de Dumbledore et par conséquent, ne remet aucunement en doute l'allégeance de Rogue.

Deux mois après la première leçon[e 84], Harry ne parvient pas à oublier l'un de ses rêves au cours duquel il a ressenti et vu les choses à travers les yeux de Voldemort[e 85], si bien que lors d'un nouvel essais de legilimencie, Rogue parvient à revoir lui-même la scène, au moment où l'un des serviteurs du Seigneur des Ténèbres lui adresse ses excuses de manière directe[e 86]. Rogue, perspicace, demande à Harry de lui expliquer comment ce souvenir a pu devenir l'un des siens. Harry tente d'esquiver la question, mais finit par avouer qu'il s'agit d'un rêve qu'il a fait. Rogue, agacé, le soupsçonne d'être heureux de parvenir à obtenir ces visions qui lui donnent, selon lui, l'impression d'être quelqu'un d'important ou d'original[e 86]. Rogue lui rappelle également qu'il n'est pas censé être la personne chargée de découvrir ce que le Seigneur des Ténèbres dit à ses mangemorts. En colère, Harry réplique qu'il doit sûrement s'agir de son travail à lui. Il s'attend à être réprimandé, mais Rogue, au contraire, semble satisfait de sa remarque et lui répond simplement que c'est effectivement le cas[e 84].
La situation s'inverse à l'essai suivant : tandis que Rogue lui lance à nouveau le sortilège Legilimens, Harry, plus concentré cette fois, se défend avec un Protego et perçoit pour la première fois les souvenirs d'enfance de Rogue[e 87], jusqu'à ce que celui-ci s'en défende à son tour. Il repousse Harry qui vient heurter violemment l'une des étagères du bureau. Rogue le félicite néanmoins de ce progrès incontestable. Harry redoute la nouvelle tentative que lui propose Rogue, pensant que le professeur lui fera payer d'une manière ou d'une autre le fait de s'être introduit dans ses souvenirs. Mais lorsque Harry revoit la porte mystérieuse de son rêve, il ne cherche pas à se défendre et progresse dans un couloir jusqu'à parvenir, enfin, à ouvrir la fameuse porte pour entrer dans une pièce circulaire éclairée par des chandelles bleues[e 88]. Il aperçoit alors d'autres portes...
Rogue le rappelle à l'ordre avec colère, devinant qu'il ne fait pas le moindre effort pour le contrer dans l'espoir de voir la suite de son rêve. Lorsque Harry reprend connaissance, il est étendu sur le sol, le souffle court comme s'il avait réellement couru. La séance est interrompue lorsqu'un cri de femme est entendu aux étages supérieurs du château[e 89], obligeant Rogue à sortir pour intervenir.

Peu après l'éviction de Dumbledore, Drago Malefoy se précipite dans le bureau en pleine séance en annonçant au professeur Rogue que le professeur Ombrage a besoin de son aide[e 90]. Rogue demande donc à Harry de revenir le lendemain, puis sort de son bureau, suivit de Drago. Alors que Harry s'apprête lui aussi à ressortir, son attention se porte sur la pensine, laissée sur le bureau de Rogue. Poussé par la curiosité, Harry s'approche et observe le contenu de la pensine.
Il découvre des souvenirs de Rogue, à l'instant où celui-ci, âgé de quinze ou seize ans, passe un examen de BUSE dans la Grande salle[e 91]. Harry y aperçoit également son propre père, James Potter, ainsi que Sirius Black, Peter Pettigrow et Remus Lupin au même âge. À la fin de l'épreuve, Harry les observe quitter la Grande salle pour s'installer au pied d'un arbre dans le parc, tout en conservant Rogue , assis un peu plus loin, dans son champ de vision. Il devient le témoin de l'arrogance de son père, qui vient provoquer Rogue et le ridiculiser devant les autres élèves. Lupin reste en retrait mais une jeune fille intervient pour prendre la défense de Rogue. Il s'agit de la mère de Harry, que celui-ci reconnaît aussitôt[e 92]. Rogue profite de son intervention pour se venger de Potter et l'attaquer sournoisement. Les insultes et les coups-bas se poursuivent, jusqu'à ce que le Rogue adulte s'empare de Harry pour le ramener brusquement à la réalité temporelle, dans les cahots de Poudlard. Rogue perd alors son sang froid. Furieux au point de devenir fou, il demande à Harry s'il a apprécié le comportement de son père qu'il a eu l'occasion d'observer. Sans attendre de réponse, il secoue vivement Harry avant de le projeter rageusement à terre[e 93]. Rogue met fin aux cours d'occlumancie en interdisant définitivement à Harry de revenir dans son bureau[e 93].

Les matières n'apparaissant pas dans les livres[modifier | modifier le code]

L'art et la musique sont deux matières uniquement mentionnées dans les jeux vidéo Harry Potter à l'école des sorciers et Harry Potter et la Chambre des secrets[7],[8]. Une salle spéciale est dédiée à chacune d'entre elles.

Art[modifier | modifier le code]

L'art se divise en deux catégories, l'art magique et l'art moldu[7]. La salle se situe au cinquième étage, à côté de la salle d'étude des Moldus et de la salle de musique.

Les cours d'art moldu (muggle art en anglais) consistent en l'étude des différents arts de ceux-ci (architecture, littérature, peinture, sculpture, photographie, cinéma...) excepté la musique qui est enseignée à part. Ces cours sont probablement assurés par le professeur d'étude des Moldus.

Les cours d'art magique (magical art en anglais) consistent en l'étude d'artistes (écrivains, peintres, photographes ou encore sculpteurs) sorciers et de leurs œuvres à travers les époques et le monde, excepté la musique magique qui est enseignée à part, on y apprend également l'art de donner vie aux personnages des tableaux et des photographies ; on ignore qui enseigne cette matière.

Musique[modifier | modifier le code]

La musique se divise en deux catégories, la musique magique et la musique moldue[8]. La salle se situe au même étage que la salle d'art.

Les cours de musique moldue (muggle music en anglais) consistent en l'étude des différents genres musicaux et œuvres musicales de ceux-ci à travers les époques et le monde, ces cours sont probablement assurés par le professeur d'étude des Moldus.

Les cours de musique magique (magical music en anglais) consistent en l'étude de musiciens sorciers et de leurs œuvres également à travers les époques et le monde. On y apprend le solfège, le chant et l'art de jouer de certains instruments populaires du monde magique ; on ignore qui enseigne cette matière bien que d'après les films, il puisse s'agir du professeur Flitwick qui, outre les cours de sortilèges, dirige aussi la chorale de Poudlard.

Examens officiels de l'Académie magique[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'examens classiques proposés par l'Académie des examinateurs magiques du Ministère de la Magie[i 6]. Tous les élèves passent des examens généraux à chaque fin d'année, leur permettant de passer en année supérieure, mais les examens de fin de 5e et 7e année sont les plus importants, car ils conditionnent les choix de poursuite d'études et de formation professionnelle.

BUSE[modifier | modifier le code]

La grande pendule visible dans les films.

Le « brevet universel de sorcellerie élémentaire[c 65] » (BUSE - OWL en anglais) est le nom donné d'une manière générale au premier examen important passé en fin de 5e année. En réalité, cet examen se compose de plusieurs BUSE passées dans chaque matière étudiée depuis la 1re année. Leurs résultats sont essentiels pour la poursuite des études, car ce sont eux qui déterminent les cours que les jeunes sorciers pourront suivre en 6e et 7e années.

En anglais, OWL est l'abréviation de « ordinary wizardry level », qui peut se traduire par « niveau de sorcellerie ordinaire ». Owl signifie hibou.

Déroulement des BUSE

Les épreuves de BUSE sont généralement réparties sur deux semaines, au mois de juin, avec la théorie le matin et la pratique l'après-midi[e 94] (sauf l'épreuve d'Astronomie qui a lieu la nuit). Conformément au règlement de l'Académie des examinateurs magiques, des sortilèges sont mis en place par les professeurs pour empêcher les tricheries. Il est par ailleurs interdit aux élèves d'apporter certains matériels en salle d'examens.

Matériel proscrit[e 94] :

  • Plumes à Réponses Intégrées
  • Rapeltouts
  • Manchettes Copieuses
  • Encres Autocorrectrices

Les matinées consacrées à la théorie se déroulent dans la Grande salle du château de Poudlard, de 9h30 à 11h30[e 48]. Les quatre grandes tables habituelles des maisons sont remplacées par des tables individuelles alignées côte à côte[e 48]. Un sablier géant (une pendule dans le cinquième film) mesure le temps imparti pour chaque épreuve. Pour passer les épreuves pratiques de l'après-midi, les élèves sont rassemblés dans la petite pièce adjacente à la Grande salle[e 95] en attendant d'être appelés par groupes de quatre et par ordre alphabétique. Ils n'ont droit d'apporter que leur baguette magique et doivent procéder à une ou plusieurs démonstrations devant un examinateur.

Examinateurs

Il y a plusieurs examinateurs mais seuls quelques-uns sont clairement nommés :

Épreuves
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi
semaine 1 Sortilèges[e 98] Métamorphose[e 29] Botanique[e 8] DCFM[e 8] Runes anciennes (option)[e 99]

ou journée libre

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi
semaine 2 Potions[e 39] SACM (option)[e 2] Matin :
Astronomie (théorie)[e 2]

Après-midi :
Divination (option)[e 2]
Arithmancie (option)[e 2]

Soir :
Astronomie (pratique)[e 2]

Matin :
Black x.svg

Après-midi :
Histoire de la magie[e 100]

Black x.svg

Les résultats sont envoyés aux candidats par hibou au mois de juillet[e 101]. Harry Potter a obtenu sept BUSE, tout comme Ron Weasley (ils ont tous deux échoué aux épreuves de divination et histoire de la magie). Hermione Granger, en revanche, a obtenu la totalité de ses BUSES avec neuf « optimal » et un « effort exceptionnel »[f 28] (voir : système de notation).

ASPIC[modifier | modifier le code]

L'« accumulation de sorcellerie particulièrement intensive et contraignante[c 65] » (ASPIC - NEWT en anglais) est le nom donné d'une manière générale à un examen des plus importants subis par les élèves de Poudlard, en fin de 7e et dernière année. Les résultats des ASPIC sont essentiels pour pouvoir entrer dans le monde du travail des sorciers, car ce sont eux qui déterminent le type de profession que pourront suivre les élèves.

En anglais, NEWT est l'abréviation de « nastily exhausting wizarding test », qui peut se traduire par « test de sorcellerie méchamment épuisant ». Newt signifie triton.

Les ASPIC sont l'équivalent des examens « A-levels » que les étudiants britanniques passent avant d'entrer à l'université[i 6].

Système de notation[modifier | modifier le code]

Les notes attribuées aux devoirs réguliers à Poudlard sont les mêmes que celles qu'un élève peut obtenir dans un système éducatif britannique classique[e 27], avec des notes allant de A (la plus élevée) à quatre ou cinq lettres plus loin dans l'alphabet[9].

En revanche, les notes attribuées aux examens des BUSE et ASPIC sont propres à l'univers de Harry Potter et établies de la manière suivante (dans l'ordre décroissant) :

Le candidat obtient une BUSE ou un ASPIC avec une des notes suivantes[f 29] :

  • O (optimal) ;
  • E (effort exceptionnel) ;
  • A (acceptable).

Le candidat échoue à une BUSE ou un ASPIC s'il obtient une des notes suivantes[f 29] :

  • P (piètre) ;
  • D (désolant) ;
  • T (troll).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom n'est mentionné qu'une seule fois dans le livre, mais il est possible qu'il s'agisse d'une faute de frappe dans la version française pour parler plutôt de « plante à Papillons » (Buddleia davidii)

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

J. K. Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers, Gallimard jeunesse (Poche), (ISBN 2070518426)

  1. a, b, c, d, e, f et g chap.8 (p. 135 édition poche)
  2. a, b, c, d et e chap.5 (p. 71 édition poche)
  3. a, b, c, d et e chap.8 (p. 136 édition poche)
  4. a et b chap.13 (p. 218 édition poche)
  5. a, b, c, d, e, f et g chap.16 (p. 257 de l'édition brochée)
  6. a, b, c, d, e et f chap.8 (p. 138 édition poche)
  7. a et b chap.8 (p. 139 édition poche)
  8. a, b, c, d, e et f chap.8 (p. 140 édition poche)
  9. chap.8 (p. 141 édition poche)
  10. a, b et c chap.10 (p. 171 édition poche)
  11. chap.10 (p. 172 édition poche)
  12. chap.10
  13. chap.9 (p. 145 édition poche)
  14. chap.9 (p. 146 édition poche)
  15. chap.9 (p. 147 édition poche)
  16. a et b chap.9 (p. 148 édition poche)
  17. chap.9 (p. 149 édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Chambre des secrets, Gallimard jeunesse (Poche), (ISBN 2070524558)

  1. a, b, c et d chap.6 (p. 99 édition poche)
  2. a, b et c chap.6 (p. 103 édition poche)
  3. a et b chap.15 (p. 283 édition poche)
  4. chap.6 (p. 98 édition poche)
  5. a, b et c chap.6 (p. 102 édition poche)
  6. a et b chap.6 (p. 101 édition poche)
  7. a, b et c chap.6 (p. 104 édition poche)
  8. a et b chap.11 (p. 212 édition poche)
  9. chap.14 (p. 266 édition poche)
  10. a et b chap.15 (p. 282 édition poche)
  11. chap.6 (p. 101 à 104 édition poche)
  12. chap.6 (p. 108 édition poche)
  13. chap.6 (p. 109 édition poche)
  14. a, b, c et d chap.6 (p. 111 édition poche)
  15. chap.6 (p. 112 édition poche)
  16. chap.6 (p. 113 édition poche)
  17. chap.10 (p. 174 édition poche)
  18. chap.10 (p. 175 édition poche)
  19. chap.15 (p. 285 édition poche)
  20. chap.9 (p. 162 édition poche)
  21. chap.9 (p. 160 édition poche)
  22. a et b chap.9 (p. 159 édition poche)
  23. a et b chap.9 (p. 161 édition poche)
  24. chap.6 (p. 105 édition poche)
  25. a et b chap.16 (p. 299 édition poche)
  26. chap.18 (p. 356 édition poche)
  27. chap.6 (p. 124 édition poche)
  28. a, b et c chap.9 (p. 172 édition poche)
  29. a, b et c chap.11 (p. 200 édition poche)
  30. chap.11 (p. 201 édition poche)
  31. chap.11 (p. 202 édition poche)
  32. chap.15 (p. 281 édition poche)
  33. a et b chap.11 (p. 203 édition poche)
  34. chap.11 (p. 204 édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Gallimard jeunesse (Poche), (ISBN 2070528189)

  1. a et b chap.8 (p. 162 édition poche)
  2. chap.22 (p. 450 édition poche)
  3. a, b et c chap.9 (p. 186 édition poche)
  4. chap.7 (p. 147 édition poche)
  5. chap.7 (p. 148 édition poche)
  6. a et b chap.7 (p. 149 édition poche)
  7. chap.7 (p. 152 édition poche)
  8. chap.7 (p. 154 édition poche)
  9. a, b, c, d, e et f chap.8 (p. 171 édition poche)
  10. chap.8 (p. 156 édition poche)
  11. a et b chap.8 (p. 169 édition poche)
  12. chap.9 (p. 187 édition poche)
  13. a et b chap.9 (p. 188 édition poche)
  14. a, b et c chap.10 (p. 203 édition poche)
  15. a et b chap.10 (p. 204 édition poche)
  16. a, b, c et d chap.16 (p. 340 édition poche)
  17. chap.7 (p. 148 édition poche)
  18. chap.9 (p. 187 édition poche)
  19. chap.1 (p. 7 édition poche)
  20. chap.1 (p. 7 édition poche)
  21. chap.6 (p. 122 édition poche)
  22. a, b, c, d, e, f, g et h chap.16 (p. 339 édition poche)
  23. chap.6 (p. 122 édition poche)
  24. chap.7 (p. 139 édition poche)
  25. chap.7 (p. 141 édition poche)
  26. chap.7 (p. 142 édition poche)
  27. chap.7 (p. 143 édition poche)
  28. chap.7 (p. 139 édition poche)
  29. a, b et c chap.15 (p. 315 de l'édition brochée)
  30. chap.6 (p. 125 édition poche)
  31. chap.6 (p. 112 édition poche)
  32. chap.6 (p. 123 édition poche)
  33. chap.6 (p. 114 édition poche)
  34. chap.6 (p. 115 édition poche)
  35. chap.6 (p. 116 édition poche)
  36. chap.6 (p. 117 édition poche)
  37. a et b chap.6 (p. 118 édition poche)
  38. chap.6 (p. 121 édition poche)
  39. a, b et c chap.8 (p. 157 édition poche)
  40. a, b, c et d chap.12 (p. 254 édition poche)
  41. a et b chap.15 (p. 317 édition poche)
  42. chap.15 (p. 318 édition poche)
  43. chap.15 (p. 320 édition poche)
  44. a et b chap.16 (p. 344 édition poche)
  45. chap.16 (p. 345 édition poche)
  46. chap.16 (p. 346 édition poche)
  47. chap.13 (p. 215 édition poche)
  48. a et b chap.12 (p. 270 édition poche)
  49. chap.12 (p. 263 édition poche)
  50. a et b chap.6 (p. 128 édition poche)
  51. chap.6 (p. 129 édition poche)
  52. chap.6 (p. 131 édition poche)
  53. chap.6 (p. 133 édition poche)
  54. chap.6
  55. chap.12 (p. 255 édition poche)
  56. a et b chap.12 (p. 256 édition poche)
  57. chap.12 (p. 257 édition poche)
  58. chap.12 (p. 258 édition poche)
  59. chap.12 (p. 259 édition poche)
  60. chap.12 (p. 260 édition poche)
  61. chap.12 (p. 261 édition poche)
  62. chap.12 (p. 262 édition poche)
  63. chap.12 (p. 265 édition poche)
  64. a et b chap.12 (p. 267 édition poche)
  65. a et b chap.16 (p. 336 édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Coupe de feu, Gallimard jeunesse (Poche), (ISBN 207054351X)

  1. a et b chap.13 (p. 208 édition poche)
  2. a, b et c chap.18 (p. 311 édition poche)
  3. a et b chap.20 (p. 365 édition poche)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h chap.31 (p. 644 édition poche)
  5. chap.14 (p. 224 édition poche)
  6. a et b chap.14 (p. 227 édition poche)
  7. chap.14 (p. 230 édition poche)
  8. chap.14 (p. 232 édition poche)
  9. chap.15 (p. 245 édition poche)
  10. a et b chap.15 (p. 247 édition poche)
  11. a, b et c chap.28 (p. 576 édition poche)
  12. chap.22 (p. 414 édition poche)
  13. chap.31 (p. 648 édition poche)
  14. chap.15 (p. 248 édition poche)
  15. a et b chap.15 (p. 252 édition poche)
  16. a, b et c chap.22 (p. 407 édition poche)
  17. chap.22 (p. 408 édition poche)
  18. chap.26 (p. 509 édition poche)
  19. a, b, c, d, e et f Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CF-P249.
  20. chap.18 (p. 317 édition poche)
  21. chap.18 (p. 307 édition poche)
  22. chap.18 (p. 318 édition poche)
  23. a et b chap.18 (p. 319 édition poche)
  24. a, b et c chap.27 (p. 541 édition poche)
  25. chap.27 (p. 539 édition poche)
  26. chap.27 (p. 542 édition poche)
  27. chap.27 (p. 545 édition poche)
  28. chap.18 (p. 315 édition poche)
  29. a et b chap.26 (p. 506 édition poche)
  30. chap.26 (p. 507 édition poche)
  31. chap.26 (p. 508 édition poche)
  32. a et b chap.13 (p. 213 édition poche)
  33. chap.20 (p. 366 édition poche)
  34. chap.21 (p. 393 édition poche)
  35. chap.29 (p. 605 édition poche)
  36. chap.29 (p. 606 édition poche)
  37. chap.29 (p. 608 édition poche)
  38. a, b et c chap.13 (p. 209 édition poche)
  39. chap.18 (p. 312 édition poche)
  40. a et b chap.18 (p. 313 édition poche)
  41. chap.21 (p. 390 édition poche)
  42. chap.21 (p. 392 édition poche)
  43. chap.22 (p. 413 édition poche)
  44. chap.24 (p. 461 édition poche)
  45. a et b chap.24 (p. 462 édition poche)
  46. chap.24 (p. 465 édition poche)
  47. chap.26 (p. 511 édition poche)
  48. a et b chap.28 (p. 572 édition poche)
  49. chap.28 (p. 573 édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et l'Ordre du phénix, Gallimard, (ISBN 2070556859)

  1. chap.14 (p. 337 édition poche)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l chap.31 (p. 805 édition brochée)
  3. chap.31 (p. 806 édition poche)
  4. chap.31 (p. 809 édition poche)
  5. a, b, c et d chap.14 (p. 329 édition brochée)
  6. chap.13 (p.3OO édition brochée)
  7. a et b chap.25 (p. 617 édition brochée)
  8. a, b, c, d et e chap.31 (p. 802 édition brochée)
  9. a et b chap.12 (p. 273 édition poche)
  10. chap.12 (p. 274 édition poche)
  11. chap.12 (p. 275 édition poche)
  12. chap.12 (p. 276 édition poche)
  13. chap.12 (p. 279 édition poche)
  14. chap.12 (p. 280 édition poche)
  15. chap.12 (p. 284 édition brochée)
  16. chap.13 (p. 313 édition brochée)
  17. chap.15 (p. 359 édition brochée)
  18. chap.15 (p. 361 édition brochée)
  19. chap.15 (p. 362 édition brochée)
  20. chap.17 (p. 416 édition brochée)
  21. chap.12 (p. 261 édition poche)
  22. a et b chap.12 (p. 272 édition brochée)
  23. chap.17 (p. 404 édition brochée)
  24. a, b et c chap.31 (p. 814 édition brochée)
  25. a, b, c, d et e chap.13 (p. 293 édition brochée)
  26. a et b chap.15 (p. 348 édition brochée)
  27. a et b chap.15 (p. 364 édition brochée)
  28. chap.15 (p. 365 édition brochée)
  29. a, b, c, d et e chap.31 (p. 801 édition brochée)
  30. a et b chap.12 (p. 265 édition poche)
  31. a et b chap.12 (p. 267 édition brochée)
  32. chap.15 (p. 353 édition brochée)
  33. a et b chap.15 (p. 351 édition brochée)
  34. a et b chap.15 (p. 352 édition brochée)
  35. chap.17 (p. 410 édition brochée)
  36. chap.17 (p. 411 édition brochée)
  37. chap.17 (p. 412 édition brochée)
  38. a et b chap.29 (p. 741 édition brochée)
  39. a, b et c chap.31 (p. 804 édition brochée)
  40. a et b chap.13 (p. 292 édition brochée)
  41. a et b chap.18 (p. 424 édition brochée)
  42. chap.18 (p. 423 édition brochée)
  43. chap.18 (p. 425 édition brochée)
  44. chap.30 (p. 766 édition brochée)
  45. chap.29 (p. 757 édition brochée)
  46. chap.30 (p. 761 édition brochée)
  47. chap.31 (p. 797 édition brochée)
  48. a, b et c chap.31 (p. 799 édition brochée)
  49. chap.31 (p. 800 édition brochée)
  50. a, b et c chap.12 (p. 270 édition brochée)
  51. chap.15 (p. 356 édition brochée)
  52. chap.15 (p. 358 édition brochée)
  53. chap.17 (p. 413 édition brochée)
  54. chap.17 (p. 415 édition brochée)
  55. chap.26 (p. 670 édition brochée)
  56. chap.27 (p. 673 édition brochée)
  57. a et b chap.27 (p. 675 édition brochée)
  58. a et b chap.27 (p. 676 édition brochée)
  59. chap.31 (p. 806 édition brochée)
  60. a, b et c chap.13 (p. 295 édition brochée)
  61. a et b chap.13 (p. 296 édition brochée)
  62. chap.13 (p. 297 édition brochée)
  63. chap.15 (p. 366 édition brochée)
  64. chap.15 (p. 367 édition brochée)
  65. chap.20
  66. chap.21 (p. 502 édition brochée)
  67. chap.21 (p. 501 édition brochée)
  68. chap.21 (p. 504 édition brochée)
  69. chap.21 (p. 505 édition brochée)
  70. a et b chap.25 (p. 620 édition brochée)
  71. chap.21
  72. a et b chap.24 (p. 583 édition brochée)
  73. chap.24 (p. 594 édition brochée)
  74. a, b et c chap.24 (p. 596 édition brochée)
  75. chap.24 (p. 597 édition brochée)
  76. chap.28 (p. 716 édition brochée)
  77. chap.24 (p. 600 édition brochée)
  78. chap.24 (p. 601 édition brochée)
  79. chap.24 (p. 602 édition brochée)
  80. chap.24 (p. 603 édition brochée)
  81. chap.24 (p. 604 édition brochée)
  82. chap.25 (p. 621 édition brochée)
  83. chap.25 (p. 622 édition brochée)
  84. a et b chap.26 (p. 663 édition brochée)
  85. chap.26 (p. 661 édition brochée)
  86. a et b chap.26 (p. 662 édition brochée)
  87. chap.26 (p. 664 édition brochée)
  88. chap.26 (p. 665 édition brochée)
  89. chap.26 (p. 666 édition brochée)
  90. chap.28 (p. 715 édition brochée)
  91. chap.28 (p. 718 édition brochée)
  92. chap.28 (p. 725 édition brochée)
  93. a et b chap.28 (p. 728 édition brochée)
  94. a et b chap.31 (p. 795 édition brochée)
  95. chap.31 (p. 800 édition brochée)
  96. chap.31 (p. 797 édition brochée)
  97. chap.31 (p. 800 édition brochée)
  98. chap.31 (p. 796 édition brochée)
  99. chap.31 (p. 803 édition brochée)
  100. chap.31 (p. 813 édition brochée)
  101. chap.31 (p. 796 édition brochée)

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, Gallimard, (ISBN 2070572676)

  1. chap.14 (p. 314 édition brochée)
  2. chap.14 (p.31O édition brochée)
  3. a, b et c chap.14 (p. 311 édition brochée)
  4. chap.14 (p. 315 édition brochée)
  5. chap.14 (p. 310 à 315 édition brochée)
  6. chap.12 (p. 266 de l'édition brochée)
  7. chap.9 (p. 197 édition brochée)
  8. chap.9 (p. 199 édition brochée)
  9. chap.9 (p. 201 édition brochée)
  10. a et b chap.21 (p. 507 édition brochée)
  11. chap.9 (p. 199 édition brochée)
  12. a et b chap.11 (p. 242 édition brochée)
  13. chap.9 (p. 209 édition brochée)
  14. chap.9 (p. 204 édition brochée)
  15. chap.9 (p. 207 édition brochée)
  16. chap.9 (p. 210 édition brochée)
  17. chap.9 (p. 213 édition brochée)
  18. chap.9 (p. 216 édition brochée)
  19. chap.10 (p. 218 édition brochée)
  20. chap.10 (p. 217 édition brochée)
  21. a et b chap.18 (p. 415 édition brochée)
  22. a et b chap.18 (p. 418 édition brochée)
  23. chap.22 (p. 523 édition brochée)
  24. chap.9 (p. 208 édition brochée)
  25. chap.9 (p. 209 édition brochée)
  26. chap.9 (p. 210 édition brochée)
  27. chap.24 (p. 567 édition brochée)
  28. chap.5 (p. 117 à 119 édition brochée)
  29. a et b chap.5 (p. 117 édition brochée)

J. K. Rowling, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Gallimard, (ISBN 9782070615360)

  1. chap.29 (p. 612 édition brochée)
  2. chap.1 (p. 22 édition brochée)
  3. chap.29 (p. 613 édition brochée)

Stéphanie Chica, Tout l'Univers Magique de Harry Potter, City Editions, (ISBN 2915320578)

Steve Vander Ark, L'Encyclopédie, Le guide complet non officiel de l'univers magique de Harry Potter, AlTerre inc., (ISBN 9782923640068)

  1. a et b p. 30
  2. p. 22
  3. p. 87
  4. a et b p. 28
  5. p. 114
  6. a et b p. 17

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Astronomie », sur Wikia - Wiki Harry Potter (consulté le 12 novembre 2015).
  2. a, b et c « Botanique », sur Wikia - Wiki Harry Potter (consulté le 12 novembre 2015).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l [1], 12 juillet 2015
  4. a et b « Défense contre les forces du mal », sur Wikia - Wiki Harry Potter (consulté le 12 novembre 2015).
  5. a, b, c, d et e « Histoire de la magie », sur Wikia - Wiki Harry Potter (consulté le 12 novembre 2015).
  6. (en) « Inside Hogwarts Castle - Third Floor » (consulté le 20 décembre 2009)
  7. a et b (en) « "Art Classroom" (Présentation de la salle d'Art) - Wikia Harry Potter » (consulté le 24 août 2015)
  8. a et b (en) « "Music Classroom" (Présentation de la salle de Musique) - Wikia Harry Potter » (consulté le 24 août 2015)
  9. « Système scolaire britannique » (consulté le 28 novembre 2009)