Cours Sextius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cours Sextius
Image illustrative de l’article Cours Sextius
Situation
Coordonnées 43° 31′ 46″ nord, 5° 26′ 39″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Ville Blason ville fr Aix-en-Provence.svg Aix-en-Provence
Quartier(s) Centre-ville
Morphologie
Type Rue
Longueur 479 m
Histoire
Anciens noms Rue Cavalette (partie supérieure)

Le cours Sextius est une des principales artères de la ville d'Aix-en-Provence.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle sépare l'ancien quartier du Faubourg du Bourg Saint-Sauveur et constitue une partie de la ceinture périphérique du centre-ville. Elle est réputée pour accueillir l'établissement des thermes, sur le site des anciens thermes romains.

Le cours Sextius est une des artères les plus fréquentées de la ville d'Aix-en-Provence. Une étude menée du 14 au a révélé que le taux de monoxyde d'azote était en moyenne de 62 μg/m3, sur le cours Sextius, contre 46 sur le boulevard du Roi-René et de 32 sur le cours de l'École d'art[1].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du général romain Sextius Calvinus illustre fondateur de la ville.

Historique[modifier | modifier le code]

Entrée des thermes de Sextius.
Article détaillé : Thermes romains d'Aix-en-Provence.

Des recherches archéologiques situées autour des thermes de la ville ont révélé la présence ancienne de thermes romains. C'est ainsi qu'a été mis au jour un autel dédié au dieu gaulois Bormanus, aussi appelé Borvo[2], dieu des sources chaudes[3]. Ce genre d'autel se situe d'ordinaire dans des thermes romains, ce qui atteste du caractère thermal de la ville d'Aquae Sextiae, mais rappelle aussi que, si la ville est romaine, sa population est gauloise pour l'essentiel et continue de vouer un culte à des divinités celtes[4].

Le cours Sextius reçoit son nom en 1811. Cette dénomination résolument païenne entre dans l'évolution de la société qui veut en finir avec les noms de saints, au profit de héros plus glorieux et belliqueux. Le nom de Sextius donne une touche de prestige à un ensemble de qualité.

Le cours Sextius est aujourd'hui connu pour l'établissement thermal qu'il abrite. Dès l'époque romaine, les eaux aixoises sont réputées pour leurs vertus médicinales et leurs effets salutaires. Non loin du cours Sextius, dans la rue des Étuves, un nommé Guigon Mayne serait le créateur des thermes modernes, vers 1567.

Joseph Pitton de Tournefort.

En 1705, le médecin Lauthier écrit que selon la tradition de l'époque, il n'y a pas plus de 150 ans que « les eaux du quartier de l'Observance servaient à faire des bains[5] ». En 1678, l'historien Joseph Pitton de Tournefort est le premier à avoir associé les thermes au nom de Guigon Mayne[6].

Au XIXe siècle, le cours Sextius est, aux dires de l'historien Ambroise Roux-Alphéran, « bordé de maisons de commerçants, de commissionnaires de roulage, de charrons, de maréchaux, de forgerons, d’auberges et de cafés[7] ». Il se divise dans sa longueur en deux portions bien distinctes ; la partie nord de la rue était autrefois nommée la rue Cavalette. Les sources de recensement laissent apparaître que dans cette zone vivaient de nombreux plâtriers et tuiliers.

Ses larges trottoirs reçoivent alors l'ombre d'ormes et de platanes[8]. Seuls ces derniers existent toujours aujourd'hui.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Le cours Sextius compte sur son tracé plusieurs monuments intéressants.

  • Les thermes.
  • L'église Saint-Jean-Baptiste du Faubourg. Cette église est construite en 1691 comme succursale de la paroisse Saint-Sauveur[9]. C'est là que le peintre Paul Cézanne a épousé Hortense Fiquet le .
  • La fontaine Pascal, décorée d'un joueur de tambour, alimentée par les eaux thermales[10], chaudes et froides[11]. Elle a été offerte à la ville par l'industriel Sylvain Pascal en 1922. Elle se dresse sur l'emplacement d'une fontaine plus ancienne, dénommée « fontaine des Cordeliers[12] ». Ses sculptures sont nombreuses et célèbrent la Provence. Aujourd'hui, la fontaine Pascal est alimentée par l'eau de la ville, et non plus l'eau des thermes. Ses quatre faces sont décorées de motifs divers : un homme à la figure décorée de grappes de raisin, le visage de M. Théric, un tambourinaire d'Aix-en-Provence, une inscription en l'honneur de Sylvain Pascal et enfin trois canons en forme de tête de canard[11].
  • Le Bar le Sextius a ouvert ses portes en 2001. Le Sextius Bar est l'un des lieux iconiques d'Aix en Provence, connu pour ses soirées reggae, ses soirées musiques libres, son partenariat avec Radio Zinzine et bien d'autres choses. On y retrouve surtout une ambiance unique à Aix grâce à son propriétaire et ses employés qui ont su faire de cet endroit un lieu chaleureux ou de très nombreux étudiants, mais pas que, aiment se retrouver.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Dioxyde d'azote (pollution automobile) », atmopaca.org.
  2. Le nom de cette divinité est à l'origine du nom de plusieurs communes thermales, comme Bourbon-Lancy ou Bourbonne-les-Bains.
  3. Histoire d'une ville. Aix-en-Provence, Scéren, CRDP de l'académie d'Aix-Marseille, Marseille, 2008, p. 35.
  4. On considère que la population d'Aix est composée de nombreux Salyens, descendants pour la plupart des populations conquises lors de la prise de l'oppidum d'Entremont (123 av. J.-C.), mais aussi de Salyens du pays d'Aix venus s'établir dans la nouvelle cité romaine.
  5. Lauthier, Histoire naturelle des eaux chaudes d'Aix, David imprimeur, Aix, 1705, in-8°, p. 10.
  6. Pitton, Eaux chaudes de la ville d'Aix, David imprimeur, Aix, 1678, in-8°, p. 28.
  7. Roux-Alphéran, Les Rues d'Aix, Aix, 1846-1848.
  8. Guide du voyageur en France, Richard, coll. Guides-Joanne, Paris, 1866, p. 222, 223.
  9. Évocation du vieil Aix, André Bouyala d'Arnaud, éditions de Minuit, 1964.
  10. « Les fontaines d'Aix-en-Provence », alundi.com.
  11. a et b « Fontaine Pascal », in Lucie Schmeltzer, Promenades autour des fontaines d'Aix-en-Provence, éd. Gimenez-Jarnier, Aix-en-Provence, 2009, p. 36.
  12. « Fontaine Pascal », fontaines aixoises.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :