Courlis à bec grêle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

[1],[2]Numenius tenuirostris

Numenius tenuirostris
Description de cette image, également commentée ci-après

Dessin d'un individu

Classification (COI)
Règne Animalia
Classe Aves
Ordre Charadriiformes
Famille Scolopacidae
Genre Numenius

Nom binominal

Numenius tenuirostris
Vieillot, 1817

Statut de conservation UICN

( CR )
CR C2a(i,ii);D :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 29/07/1983

Le Courlis à bec grêle (Numenius tenuirostris) est une espèce d'oiseaux limicoles extrêmement rare vivant l'été en Sibérie et hivernant dans certaines zones de la mer Méditerranée (quelques observations au cours des dernières décennies). La population mondiale du Courlis à bec grêle est estimée à moins de 50 individus.

Nos connaissances sur ce scolopacidé sont très faibles ; ses mœurs et son milieu de vie exact nous sont par exemple inconnus. Sa disparition est probablement à craindre, emportant ses secrets.

Identification[modifier | modifier le code]

L'espèce mesure 36-41 cm, ce qui lui donne une taille proche de celle du Courlis corlieu. Il se distingue de celui-ci et du Courlis cendré (plus grand) par son bec très fin, ses tâches noires presque rondes (en forme de gouttes) sur la poitrine et les flancs et son croupion et sa queue plus clairs. Il est à noter que le juvénile n'a pas (ou très peu) de taches en forme de gouttes sur les flancs.

Le cri de contact de cet oiseau est un "kou-lii" qui ressemble au cri du Courlis cendré en étant plus doux, plus aigu et plus rapide (parfois devenant un trille). En vol, il émet le cri d'alarme "kou-i"[3].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cet oiseau nichait en Sibérie et hivernait notamment au Maroc, dans la lagune de Merja Zerga[4]. Des données hivernales existent également dans de nombreux pays méditerranéens. Des données incertaines récentes en Mésopotamie et dans le Golfe Persique suggéraient l'existence de sites d'hivernage inconnus mais les recherches entreprises n'ont pour le moment pas abouti[5]. En migration, l'espèce fréquentait l'Europe de l'Est, de l'Italie à la Grèce, et était même régulière dans le midi de la France au XIXe siècle[6].

Comportement, nidification[modifier | modifier le code]

On ne connaît pratiquement rien de cet oiseau. Son nid ne fut trouvé qu'à quelques reprises, en Sibérie. Il nichait en petites colonies et pondait ses œufs en mai[5]. En hiver, l'espèce était grégaire.

Habitat[modifier | modifier le code]

Les seuls nids qui furent trouvés étaient situés dans une zone de transition, au nord de la steppe et de la forêt et au sud de la taïga[7]. En migration et en hivernage, l'espèce fréquentait les milieux humides.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guide ornitho
  2. Guide Ornitho
  3. Guide Ornitho
  4. « Numenius tenuirostris (Slender-billed Curlew) », sur www.iucnredlist.org (consulté le 11 février 2016)
  5. a et b « Numenius tenuirostris (Slender-billed Curlew) », sur www.iucnredlist.org (consulté le 12 février 2016)
  6. Inventaire des oiseaux de France
  7. « Numenius tenuisostris (Slender-billed Curlew) », sur www.iucnredlist.org (consulté le 13 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Marc Duquet et Michel Brosselin, « Le Dernier Courlis à bec grêle Numenius tenuirostris observé en France : 40 ans déjà ! », Ornithos, Rochefort, Ligue pour la protection des oiseaux, vol. 15-6,‎ , p. 426-429 (ISSN 1254-2962)

Références externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]