Coures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’ethnologie image illustrant les pays baltes
Cet article est une ébauche concernant l’ethnologie et les pays baltes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peuple curonien. Pour la langue curonienne, voir Curonien.

Les Coures ou Curoniens (curonien : Kursi ; allemand : Kuren ; letton : kurši ; lituanien : kuršiai ; estonien : kuralased) sont une ancienne tribu balte, qui a donné son nom à la région de Courlande (en letton : Kurzeme). Les Coures ont vécu entre le Ve et le XVIe siècle dans les territoires actuels de la Lettonie et de la Lituanie .

Les Coures étaient connus pour être de fiers guerriers, de bons marins et de redoutables pirates.

Le nom de Kurzeme vient certainement de Sami (blancs) et Ligures. En effet, le golfe de Riga correspond à une frontière entre baltes et prussiens (Baltes métissés avec des slaves). Ils sont proches des Sémigalliens et des Samogètes tout comme eux métissés respectivement aux Celtes et aux Ibères. L'ancienne population des Lives toujours finnoise et restée non métissée prouve qu'il y a bien eu brassage ethnique des Samis contrairement à l'Estonie ou à la Finlande. De nos jours, on retient juste le nom de Latvia (Lettonie) pour parler de métissage des Samis et des romains en général.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au VIIe siècle, les Vikings débarquent sur leur territoire pour des opérations de pillage qui durent jusqu'au VIIIe siècle.

Les Coures sont cités (sous la forme latine Cori) dans la Vita Sancti Anscharii (888) comme un des peuples relevant de l'évêché de Hambourg fondé en 830[1].

Au XIIIe siècle, les Chevaliers teutoniques conquièrent leur territoire.

Au XVe siècle, le peuple coure passe sous la domination du Grand-duché de Lituanie.

La langue coure disparaît au XVIe siècle[2].

Civilisation[modifier | modifier le code]

Ils sont la première tribu balte à avoir accepté le christianisme mais ils ont continué à pratiquer d'anciennes coutumes païennes que l'on retrouve encore chez leurs descendants du XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lorot 1991, p. 40.
  2. Lorot 1991, p. 16.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Pascal Lorot, Les Pays baltes, Que Sais-je, .