Courcelles-de-Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courcelles.
Courcelles-de-Touraine
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais
Intercommunalité communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire
Maire
Mandat
Philippe Adet
2014-2020
Code postal 37330
Code commune 37086
Démographie
Gentilé Courcellois
Population
municipale
517 hab. (2014)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 59″ nord, 0° 18′ 33″ est
Altitude Min. 79 m – Max. 110 m
Superficie 25,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Courcelles-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Courcelles-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courcelles-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courcelles-de-Touraine

Courcelles-de-Touraine est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Courcelles-de-Touraine est située au nord-ouest du département. Courcelles de Touraine est situé au centre du canton de Château-la-Vallière. Le territoire communal est principalement constitué de landes et de forêts.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Château-la-Vallière, Saint-Laurent-de-Lin, Channay-sur-Lathan, Savigné-sur-Lathan, Cléré-les-Pins et Souvigné.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Elle se situe géographiquement à une altitude de 90 mètres environ.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Ve siècle, Courcelles marque la pointe de l'invasion des Burgondes.

La paroisse de Curcellae est mentionnée au XIe siècle.

Au Moyen Âge, la paroisse dépendait de la sénéchaussée angevine de Baugé.

La châtellerie de Courcelles relevait du chef-lieu du duché-pairie de Château-en-Anjou, devenu sous le roi Louis XIV Château-la-Vallière. Marie-Antoinette aurait eu, dit-on, des rendez-vous secrets avec le comte de Fersen au château de Chantilly.

En 1920, afin de ne point être confondue avec 37 autres communes françaises ayant également le nom de Courcelles, la commune prend le nom de Courcelles de Touraine pour identifier sa localisation dans le département d'Indre-et-Loire sans pour autant oublier son passé angevin, car elle est située dans la Touraine angevine, partie de l'Anjou rattachée au département d'Indre-et-Loire.

Le , l'association des Courcelles de France[1] organise le record de la table la plus longue du monde dans la commune, réunissant ainsi environ 7200 personnes[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ???? mars 1995 James Fresneau    
mars 1995 mars 2014 Dominique Flabot SE Maire
mars 2014 en cours Philippe Adet SE Fonctionnaire - Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 517 habitants, en augmentation de 11,9 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
638 653 689 690 704 711 651 634 589
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
623 630 671 668 659 678 680 672 663
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653 614 637 551 549 546 568 484 480
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
484 444 374 360 298 325 393 502 517
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales ressources économiques sont l'agriculture (tabac, céréales et élevage bovin) ainsi que le secteur tertiaire avec le tourisme, le golf hôtel des Sept Tours ayant une réputation internationale, mais aussi le développement du tourisme vert avec la présence de gîtes ruraux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Barthélémy (XIe siècle) restaurée au XVe siècle, avec ses meurtrières, ses fenêtres flamboyantes, la sacristie aménagée dans l'ancienne chapelle seigneuriale.
  • Le manoir de la Tannerie (XVe siècle), remarquable par sa tourelle d'escalier orthogonale et sa cheminée au premier étage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]