Courbu noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Courbu noir N
Courbu noir
Illustration du Courbu noir par Jules Troncy dans l'Ampélographie : traité général de viticulture de P. Viala & V. Vermorel.
Caractéristiques phénologiques
Débourrement Précoce, 3 jours après le chasselas
Floraison ...
Véraison ...
Maturité Tardive. 3e époque moyenne, 4 semaines après le chasselas
Caractéristiques culturales
Port Érigé puis incliné en forme de parasol
Vigueur ...
Fertilité ...
Taille et mode
de conduite
Taille longue
Productivité Faible
Exigences culturales
Climatique ...
Pédologique Sensible à l'oïdium, résistant au mildiou
Potentiel œnologique
Potentiel alcoolique Faible
Potentiel aromatique ...

Le courbu noir est un cépage noir autochtone du vignoble pyrénéen.

Origine et répartition géographique[modifier | modifier le code]

Le courbu noir est un cépage originaire du Sud-Ouest de la France et plus particulièrement du vignoble pyrénéen. Il ne correspond pas à la variété noire du courbu blanc. Des analyses génétiques ont permis de découvrir qu'il appartient à la famille des Mansiens (petit manseng, gros manseng, etc.) et qu'il est parent avec plusieurs cépages dont le camaraou noir[1],[2],[3].

Le cépage était cultivé dans la région d'Irouléguy en assemblage avec le manseng noir et commercialisé sous l'appellation Noirs du Pays (herriko beltza en basque).

Le courbu noir fait partie de l'encépagement autorisé pour les rouges et les rosés de l'appellation Béarn (Pyrénées-Atlantiques) mais également des indications géographiques protégées Landes, Côtes-de-gascogne, Bigorre, Gers, Var, Alpes Maritimes et Atlantique[4].

La variété, cultivée sur un peu plus d'un hectare en 2018, est presque éteinte[5].

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

Les jeunes feuilles sont rouges et très bronzées. Le début des nervures ainsi que le point pétiolaire sont de couleur rouge[6]. Les feuilles adultes ont cinq lobes et des sinus latéraux ouverts. Elles ont un sinus pétiolaire ouvert avec fréquemment une dent sur le bord et de petites dents avec des cotés rectilignes. Leur limbe a une face inférieure moyennement à fortement couverte de poils couchés. Les grappes et les baies, rondes, sont petites et de couleur noir bleuté[5].

Aptitudes culturales[modifier | modifier le code]

Les aptitudes culturales du courbu noir sont les suivantes[7] :

Il est sensible à l'oïdium mais résiste en général au mildiou[5].

Potentiel technologique[modifier | modifier le code]

Le courbu noir donne un vin fin, de couleur claire, peu alcoolisé mais relativement astringent[6].

Il est très rarement utilisé en mono-cépage mais plutôt assemblé, en petite proportion, avec du cabernet franc, du cabernet sauvignon et du tannat pour produire des vins rouges et rosés.

Clones[modifier | modifier le code]

Le courbu noir compte deux clones agréés, le 728 et le 729[6].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Les synonymes du courbu noir sont Courbu Rouge, Courbut, Dolceolo, Dolcedo Gruenstieliger et Noir du Pays[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Courbu noir (cépage) », sur lescepages.free.fr.
  2. Thierry Lacombe, « Liens de parenté entre cépages : De nouveaux enseignements sur l’encépagement du Sud-Ouest » [PDF], INRA, .
  3. Louis Bordenave, Thierry Lacombe, Valérie Laucou, Jean-Michel Boursiquot, « Etude historique, génétique et ampélographique des cépages Pyrénéo Atlantiques », Le Bulletin de l’OIV, vol. 80, nos 920-921-922,‎ , p. 553–586 (ISSN 0029-7127, lire en ligne [PDF]).
  4. « Courbu noir », sur vin-vigne.com.
  5. a b et c « Courbu noir N », sur Pl@ntGrape.
  6. a b et c « Courbu noir », sur Le Figaro.
  7. Olivier Yobregat, « Le Courbu noir N », sur IFV Occitanie.
  8. (en) « Courbu noir », sur vivc.de.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]