Courbefy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courbefy
Chapelle de Courbefy
Chapelle de Courbefy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Châlus
Commune Bussière-Galant
Code postal 87230
Code commune 87027
Démographie
Population 0 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 40″ nord, 1° 03′ 08″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 15.svg
Courbefy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 15.svg
Courbefy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Courbefy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Courbefy

Courbefy est un hameau de la commune de Bussière-Galant, dans le département français de la Haute-Vienne.

Abandonné depuis les années 2000, il est principalement connu pour sa mise aux enchères en mai 2012, puis son rachat pour 520 000 euros par le milliardaire coréen controversé Yoo Byung-eun[1], connu en tant qu'artiste photographe sous le pseudonyme d'Ahae[2], propriétaire du navire Sewol qui a fait naufrage en 2014, décédé la même année.

Géographie[modifier | modifier le code]

Courbefy est un petit hameau situé sur la commune de Bussière-Galant dans le département de la Haute-Vienne, à environ 530 mètres d'altitude. Il est distant d'environ 6 km au sud du village de Bussière-Galant à proprement parler. Le hameau de La Gare est situé à 4 km au nord-est et celui de Saint-Nicolas-Courbefy à 2 km au sud-est.

Le village occupe un espace vaguement ovale et est totalement entouré par les bois, à l'exception de sa partie sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une des habitations abandonnées de Courbefy, en mai 2013.

Epoque médiévale et moderne[modifier | modifier le code]

Le village de Courbefy possède initialement une forteresse médiévale royale ; devenue repaire de brigands, elle est détruite au XVIe siècle sur ordre des consuls de Limoges.

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la Révolution française, Courbefy est une commune à part entière. Elle fusionne en 1800 avec Saint-Nicolas pour former Saint-Nicolas-Courbefy. Cette seconde commune est elle-même finalement absorbée par Bussière-Galant en 1974.

À la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, le dernier résident de Courbefy rachète une à une toutes les maisons et les terrains du village, après y avoir aménagé un hôtel-restaurant dans les années 1990[Informations douteuses] [?]. Dans les années 70, un promoteur construit des pavillons dans l'intention de les louer. Il y crée une piscine et un cours de tennis. Il revend à un financier parisien dans les années 80. C'est en 1994 qu'un couple reprend le village pour y créer un gite rural[3] et une activité équestre. Pour des raisons familiales il vend en 2003,[4]. En 2008 le nouvel acquéreur fait faillite et abandonne le village.

En février 2012, une procédure judiciaire attribue sa propriété à la banque créancière, qui met ensuite l'ensemble du hameau aux enchères, le 21 mai 2012, pour une mise à prix de 330 000 [5],[4],[6]. Le village est finalement acquis par le photographe sud-coréen Ahae, pour 520 000 [7].

Le 15 octobre 2015, un collectif informel, le « Centre de Recherche International pour un Monde Meilleur » s'installe dans la partie basse du lieu[8],[9]. Ce CRIMM se veut un lieu non-marchand, ouvert à des activités artistiques, culturelles, associatives. Ses occupants invitent toutes les bonnes volontés à les rejoindre pour expérimenter, dialoguer, imaginer un monde meilleur. Les premiers arrivés ne veulent pas s'accaparer les lieux : ils veulent poser la question de son utilité sociale, de la question du bien commun d'un lieu riche en histoire, et abandonné depuis de trop nombreuses années.[réf. nécessaire] Finalement, la société propriétaire AHAE Press Inc., basée à New-York, décide d'assigner en référé le CRIMM, au Tribunal de grande instance de Limoges. À l'issue de l'audience qui a lieu le 23 octobre 2015, les juges décident l'expulsion du CRIMM sous 8 jours. L'huissier est venu à Courbefy, le soir même à 18h. Une grande fête est organisée le 31 octobre afin de réunir les voisin-ne-s, les ami-e-s et tous ceux et celles qui veulent réfléchir sur l'avenir de ce lieu[10]. Le premier novembre le collectif est parti, à la suite d'une ordonnance de justice[11].

Les ayants-droits du propriétaire coréen réaffirment en 2016 leur souhait de finaliser le projet artistique d'Ahae[12].

Monuments[modifier | modifier le code]

L'une des trois fontaines à dévotion de Courbefy, à droite de l'image, ainsi que sa croix de dévotion à gauche.

Une petite chapelle du XVIIe siècle s'élève à quelques dizaines de mètres de l'ancien donjon.

Courbefy compte trois bonnes fontaines, des fontaines à dévotion situées à quelques centaines de mètres en contrebas de la chapelle. L'une d'entre elles est encore utilisée comme en témoignent les nombreux ex-votos faits de morceaux de tissus, de chaussures d'enfants ou de couches-culottes. Elles semblent être dédiées à Saint Eutrope.

Photos[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. le-milliardaire-en-fuite-et-le-village-francais
  2. Le hameau de Courbefy (Haute-Vienne) adjugé 520.000 euros à l'artiste Ahae, le 21 mai 2012, sur Le Parisien
  3. « Martine Beylot, maire de Courbefy « Nous attendons un repreneur » Passion Locatif », sur passion-locatif.com (consulté le 30 mars 2016).
  4. a et b C. Vanlerberghe, « Les offres d'achat pleuvent sur un village déserté du Limousin », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  5. G. Petitpont, « Un village déserté mis en vente pour 330.000 euros », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  6. C. Olivari, « Vente du village de Courbefy », France 3 Aquitaine,‎ (lire en ligne)
  7. "Le hameau de Courbefy vendu pour 520 000 euros", Le Monde, 21 mai 2012
  8. Christophe Noisette, « L’heure du Crimm a-t-elle sonné à Courbefy ? », Reporterre,‎ (lire en ligne)
  9. Louis Roussel, « Courbefy : un village vide, mais habité ! », France 3 Limousin,‎ (lire en ligne)
  10. Le hameau de Courbefy occupé illégalement par un collectif d'artistes Le Populaire du 17/10/2015
  11. France 3 Limousin A Courbefy, les artistes explusés du village plient bagage ce dimanche 1er novembre
  12. Julie Carnis, « Courbefy, un hameau en plein flou artistique », sur liberation.fr, (consulté le 22 février 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]