Courbe isosonique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une courbe isosonique, ou courbe d'isosonie, représente le niveau de pression acoustique (en dB SPL), en fonction de la fréquence, ayant le même niveau en phones, c'est-à-dire provoquant la même sensation d'intensité sonore pour l'oreille humaine. L'unité de mesure utilisée, le phone, correspond exactement au dB SPL pour une fréquence de 1 000 Hz.

Lindos4FR.svg

Le système auditif humain est sensible à des fréquences allant de 20 Hz à un maximum d'environ 20 000 Hz. Mais l'étendue de fréquences audibles diminue avec l'âge du fait de la presbyacousie. Dans cette gamme de fréquences, l'oreille humaine est le plus sensible entre 1 et 5 kHz. Cela est dû principalement à la résonance du canal auditif et à la fonction de transfert des osselets dans l'oreille moyenne.

Les courbes isosoniques furent mesurées pour la première fois en 1933 par Fletcher et Munson. Dans leur étude, on faisait entendre aux sujets des sons purs (sinusoïdaux) à différentes fréquences et par incréments de 10 dB. On faisait entendre aussi aux sujets un son de référence à 1000 Hz. On ajustait le volume de ce dernier son jusqu'à ce qu'il soit perçu au même niveau sonore que celui en test. Comme la sensation de volume sonore est très subjective et difficile à mesurer, Fletcher et Munson utilisèrent la moyenne des mesures sur plusieurs sujets pour obtenir des moyennes raisonnables.

En 1956, Robinson et Dadson effectuèrent des nouvelles mesures, considérées comme plus précises. Celles-ci furent la base du standard ISO226 qui fut considéré comme définitif jusqu'en 2003.

En raison de divergences entre les mesures anciennes et les récentes, l'Organisation internationale de normalisation (ISO) a actualisé, en 2003, la norme ISO226, en se basant sur plusieurs études de chercheurs japonais, allemands, danois, britanniques et nord-américains.[1]. La nouvelle norme est l'ISO226:2003 (image de droite).

Voir aussi[modifier | modifier le code]