Cour Damoye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

11e arrt
Cour Damoye
Image illustrative de l’article Cour Damoye
Cour Damoye.
Situation
Arrondissement 11e
Quartier Roquette
Début 12, place de la Bastille
Fin 12, rue Daval
Morphologie
Longueur 124 m
Largeur m
Géocodification
Ville de Paris 2523
DGI 2529

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Cour Damoye
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La cour Damoye est une voie du 11e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La cour Damoye est une voie privée qui débute au 12, place de la Bastille et se termine au 12, rue Daval.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette voie privée porte le nom d'un ancien propriétaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette cour été établie par M. Damoye en 1780, sur les terrains de l'ancien égout des fossés Saint-Antoine et sur l'emplacement du glacis du bastion de la porte Saint-Antoine qui s'étendaient devant la porte éponyme[1]. Pendant la Première Guerre mondiale, on y réparait les charrettes. Depuis, les boucheries et les cafés auvergnats ont laissé la place à des établissements plus branchés, alors que le passage a été entièrement rénové. Ateliers, bureaux, commerces et galeries d'art ont remplacé les vieilles enseignes, et seul un ancien monte-charge rénové donne encore un air industriel à l'endroit.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Dans un recoin, côté place de la Bastille, se trouve une fontaine murale qui est surmontée d'une niche qui contient une statue de la Vierge.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Avant sa rénovation, dans les années 1990, le réalisateur Bertrand Tavernier y avait tourné La Fille de d'Artagnan, qui fut salué à l'époque pour la qualité de ses décors.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), t. 1, p. 409.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]