Courçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Courçon
Courçon
La mairie de Courçon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement La Rochelle
Intercommunalité Communauté de communes Aunis Atlantique
Maire
Mandat
Nadia Boireau
2020-2026
Code postal 17170
Code commune 17127
Démographie
Gentilé Courçonnais
Population
municipale
1 879 hab. (2020 en augmentation de 8,05 % par rapport à 2014)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 41″ nord, 0° 48′ 38″ ouest
Altitude Min. 1 m
Max. 43 m
Superficie 19,11 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction La Rochelle
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Marans
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courçon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courçon
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Courçon
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Courçon
Liens
Site web www.courcon.fr

Courçon est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Courçonnais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Son prend sa source au fond de l'impasse de la Fontaine, au Nord du bourg. Il est constitué en partie par les eaux de pluie du village quand la météo est pluvieuse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Courçon est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Rochelle, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 72 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[8][modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (92,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (80,1 %), zones agricoles hétérogènes (10,4 %), zones urbanisées (5,4 %), forêts (3,7 %), prairies (0,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Courçon est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[10]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[11].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1999 et 2010[12],[10].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Courçon.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des tassements différentiels[13].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 92,8 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (54,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 783 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 782 sont en en aléa moyen ou fort, soit 100 %, à comparer aux 57 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[14],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[15].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1991, 2003, 2005 et 2017 et par des mouvements de terrain en 1999 et 2010[10].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon une légende locale, le village tire son nom du petit ruisseau du Son (ou Çon). La phrase : « le village où 'court le son' » donnera le nom « Courçon » au village[réf. souhaitée]. Cette hypothèse est cependant peu probable car elle joue sur le nom tel qu'il s'écrit actuellement sans tenir compte de l'évolution du nom du lieu à travers les siècles.

D'après le toponymiste Ernest Nègre, l'origine du nom de Courçon est plutôt à rechercher dans l'occupation dense de la bordure des marais dès l'époque gallo-romaine : "Courçon: nom de personne romaine, Curtius+ onem"[17].

Dès le 10e siècle, il est possible de retrouver des traces écrites de Courçon, mais sous le vocable d'Arsonia' ou Arsonio. Par exemple dans la notice des dons que Guillaume IV d'Aquitaine fit à l'abbaye de Saint-Jean-d' Angély, nous pouvons lire: "eclesia Sanctae Mariae, quae vocatur Arsonia"[18].

De 1200 à 1300, environ, le nom de Courçon se retrouve écrit avec les prononciations et orthographes suivantes : Corsaum[19], Corceon[19], Corçaon (Corçaonium)[19], Courson (dans un acte de donation de 1297)[20].

À partir de 1300, environ, Courçon est écrit soit Corso, soit Courson[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une occupation (au sens archéologique du terme) néolithique entre le Ve et le IVe millénaire av. J.-C est attestée par la présence de deux nécropoles (les tumuli de Champ Châlon) en bordure des communes de Benon et Courçon (sur le territoire de Benon cependant).

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2014 Bernard Drappeau DVD Conseiller général
2014 En cours Nadia Boireau DVD[22] Employée
Les données manquantes sont à compléter.

Circonscription électorale[modifier | modifier le code]

Depuis le découpage électoral de (loi Pasqua), Courçon et son canton appartiennent à la Deuxième circonscription législative[Note 3] de la Charente-Maritime, également dénommée Circonscription de Rochefort-Pays d'Aunis.

Depuis le , le député est Suzanne Tallard, qui succède à Jean-Louis Léonard.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2020, la commune comptait 1 879 habitants[Note 4], en augmentation de 8,05 % par rapport à 2014 (Charente-Maritime : +2,92 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7367997039551 0491 0791 0841 1711 189
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1951 2791 2631 2171 2941 3351 2491 1201 093
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0961 0431 1381 0351 016992923902856
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9479469569919901 0971 4561 6811 757
2020 - - - - - - - -
1 879--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Courçon.
  • L'église Notre-Dame, a vraiment l'apparence d'une église fortifiée, mais en fait, les créneaux et autres mâchicoulis ne sont que des ornements ajoutés au début du XXe siècle. L'église actuelle construite à la fin du XIe siècle est essentiellement de style roman. Pendant la guerre de Cent Ans, l'église joua un rôle militaire, ce qui entraîna la création d'une salle haute sur la nef. Les murs furent rehaussés et l'épaisseur de la façade nettement augmentée. La grande nef terminée au XIIe siècle est romane. les deux chapelles latérales datent du XVe siècle. Les voûtes à l'entrée de la nef sont de style roman alors que celles au niveau du chœur sont de style gothique. Une des richesses de l'église est une copie de la Sainte Famille de Raphaël. Cette toile du XVIe siècle est attribuée à Jules, dit Le Romain (1499-1546).


Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le groupe scolaire

Courçon dispose d'un groupe scolaire situé rue du Stade rassemblant une école maternelle publique et une école élémentaire publique.

  • Le collège

Le collège Jean-Monnet a reçu 717 élèves issus de l'ensemble du canton de Courçon à la rentrée scolaire 2010 qui sont encadrés par 38 professeurs[27].

Services de la santé[modifier | modifier le code]

Courçon dispose d'un certain nombre de services dans le secteur médical, paramédical et médico-social[28] qui en font un chef-lieu de canton assez bien équipé dans ce domaine en Charente-Maritime.

  • Les services médicaux

Courçon dispose d'un cabinet médical rassemblant trois médecins généralistes.

Courçon ne dispose d'aucuns médecins spécialistes, les habitants vont habituellement consulter ceux installés à Surgères et principalement à La Rochelle.

De même, Courçon n'est pas équipée d'un centre de radiologie médicale ou IRM, le chef-lieu de canton dépend de Surgères et de La Rochelle pour ce type de prestation[Note 5].

Les centres hospitaliers les plus proches sont ceux de Niort et La Rochelle, situé à une trentaine de kilomètres à l'Est et l'Ouest, offrant une palette extrêmement étendue de soins.

  • Les services paramédicaux

Dans ce domaine, Courçon dispose de trois centres de soins infirmiers, de deux cabinets de kinésithérapie, d'un cabinet de pédicure-podologue ainsi que d'un orthophoniste. Le bourg ne dispose pas d'un laboratoire d'analyses médicales, le plus proche étant situé à Surgères[Note 6].

À cela s'ajoute une pharmacie.

La prestation de service d’ambulanciers est assurée par une société agréée de taxi-ambulance privée située à Courçon. l'autre service ambulancier le plus proche est située dans la commune voisine de Saint-Jean-de-Liversay. Son rayon d'intervention s'étend sur toute la communauté de communes Aunis Atlantique.

Courçon est équipée d'un centre de secours de première intervention où les pompiers sont habilités à intervenir dans les situations d'urgence. Ce centre, qui relève du SDIS de la Charente-Maritime, dépend plus précisément du Centre de secours principal de La Rochelle.

Une clinique vétérinaire est en activité et exerce ses services sur l'ensemble du canton de Courçon.

  • Les services médico-sociaux

Une résidence privée pour l'accueil de personnes retraitées est implantée dans le bourg de Courçon. La MDR Beauséjour dispose de 29 lits, permettant l'accueil de personnes valides et semi-valides et une unité spécifique pour les personnes atteintes de maladies dégénératives telles que la maladie d'Alzheimer. La maison de retraite a également le statut d'établissement d'hébergements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. La deuxième circonscription électorale regroupe du nord au sud les cantons suivants : Marans, Courçon, La Jarrie, Aytré, Aigrefeuille d'Aunis, Surgères, Rochefort-Centre, Rochefort-Nord et Rochefort-Sud
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  5. Les onze villes de la Charente-Maritime à être équipées au moins d'un centre de radiologie médicale sont par ordre alphabétique les suivantes : Jonzac, Marennes, Rochefort, La Rochelle, Royan, Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Pierre-d'Oléron, Saujon et Surgères
  6. Liste des villes de la Charente-Maritime équipées au moins d'un laboratoire d'analyses de biologie médicale (par ordre alphabétique) : Aytré, Châtelaillon-Plage, Jonzac, Marans, Marennes, Montendre, Pons, Puilboreau, Rochefort, La Rochelle, Royan, Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Pierre-d'Oléron, Saujon, Surgères, Tonnay-Charente et La Tremblade. À cette liste de 19 villes s'ajoute le centre rural de Montguyon dans la Double saintongeaise.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Archives Départementales de la Charente Maritime, IJ 553
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Courçon », sur Géorisques (consulté le )
  11. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  12. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  13. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  14. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  15. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Courçon », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  16. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  17. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux (4 volumes), Genève, Droz, 1990-1998.
  18. Cartulaire de Saint-Jean d'Angély, Paris, Musset, Georges (1844-1928). Éditeur scientifique, (lire en ligne)
  19. a b et c Archives historiques du Poitou no 19.
  20. En 1297, Courçon et plusieurs lieux-dits sont répertoriés dans une donation à l'abbaye de la Grâce-Dieu par Jehan de La Vau, chevalier, seigneur de Nuaillé en Aunis, de tout ce qu'il possède dans l'étendue de la seigneurie de la Névoire : "... dès le port de la Grève en juque au chemin par où l'en vait de Nion envers Ardigné et de Ardigné par où l'en vait au puy de la Faye... " •... treis mailles de rende et dous boesseaux d'aveine de rende que il me deveient, chascun an, rendre à Courson en la feste de la circoncision nostre seignor."
  21. Archives historiques de l'Aunis et la Saintonge
  22. https://www.linternaute.com/elections-municipales/resultats/courcon/ville-17127
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  27. Fiche de présentation du collège public de Courçon
  28. Site de l'annuaire de la santé
  29. Fiche de présentation sommaire de la MDR Beauséjour de Courçon