Coupe du monde de futsal de 2004

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Coupe du monde de 2004
Généralités
Sport Futsal
Organisateur(s) FIFA
Édition 5e
Lieu(x) Drapeau : Taipei chinois Taipei chinois[1]
Date au
Participants qualifications : 83
phase finale : 16
Matchs joués 40 rencontres
Affluence 50 923 (1 273 par match)[2]
Site(s) Deux : Taipei et Taoyuan[2]
Site web officiel fifa.com

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Espagne Espagne
Vainqueur Drapeau : Espagne Espagne (2e titre)
Finaliste Drapeau : Italie Italie
Troisième Drapeau : Brésil Brésil
Buts 237 (5,9 par match)[2]
Averti Cartons Jaunes 96[3] (2,5 par match)[4]
=Double jaune Doubles Jaunes 2[4]
Red card.svg Cartons Rouges 5[3] (0,2 par match)[4]
Meilleur joueur Drapeau : Brésil Falcão
Soulier d'or Drapeau : Brésil Falcão (13 buts)

Navigation

La Coupe du monde de futsal de 2004 est la cinquième édition de la Coupe du monde de futsal et se déroule du au au Taipei chinois.

D'août 2003 à septembre 2004, les sélections nationales participent à une phase de qualification, dans le but de désigner les quinze équipes pouvant prendre part au tournoi final en compagnie du pays hôte, qualifié d'office en tant qu'organisateur. La compétition compte autant de membres qu'à l'accoutumée, seize : cinq européens, quatre asiatiques, trois sud-américains, deux représentants de la CONCACAF, un africain et un océanien.

L'Espagne conserve son titre de champion du monde devant l'Italie. Le Brésil, sélection majeure de l'histoire du sport, manque pour la première fois la finale et termine troisième.

Préparation de l'évènement[modifier | modifier le code]

Désignation du pays organisateur[modifier | modifier le code]

Fin octobre 2002, cinq associations nationales se portent candidates pour l’organisation du cinquième Championnat du Monde de Futsal de la FIFA 2004, par ordre de dépôt des candidatures : Bahreïn, la Thaïlande, l’Égypte, le Paraguay et l’Iran. Ces associations nationales ont jusqu’au 30 novembre 2002 pour confirmer ou retirer leur candidature et jusqu’au 20 décembre 2002 pour soumettre à la FIFA leur dossier de candidature. Lors de la séance de la Commission de Futsal, le Président de la FIFA Joseph Blatter se félicite que cinq associations nationales fassent part de leur intérêt pour l’organisation du Championnat du Monde. « Il s’agit-là d’un excellent témoignage de la popularité croissante du futsal » déclare-t-il[5]. L'Australie et Taïwan se rajoute avant la date butoir.

Début mars 2003, la FIFA annonce que le Championnat du Monde de Futsal de la FIFA 2004 aura lieu à Taïwan[6]. Pour la première fois de son histoire centenaire, la FIFA choisi ce pays mineur d'Asie comme organisateur d'une phase finale d'une de ses compétitions. Le football n’y est pas le sport national, bien que de plus en plus s’y intéressent, notamment les enfants et les jeunes. Le base-ball reste numéro un[RT 1].

Ville et salles retenues[modifier | modifier le code]

Taipei Linkou
NTU Sports Center (en) Gymnase de Linkou
Capacité : 3 500 Capacité : 15 000
Comic World Taiwan at NTU Sports Center 20130302.jpg

La compétition se déroule dans deux gymnases au Nord de Taïwan.

Le NTU Sports Center (en) situé dans l'Université nationale de Taïwan, dans la capitale Taipei, est le lieu principal de la 5e Coupe du monde de futsal. Douze matchs du premier tour (groupes A et B), six du second (groupe F) ainsi que les demi-finales et les finales y ont lieu. La salle peut contenir jusqu'à 3 500 spectateurs[RT 2].

Le second lieu est le gymnase du district de Linkou, dans l'actuel Nouveau Taipei. Il sert de site à douze matches du premier tour (groupes C et D) et à six du second (groupe E). La salle peut accueillir jusqu'à 15 000 spectateurs et se trouve à proximité de l'aéroport international Taiwan-Taoyuan. Le lieu est situé à quinze kilomètres du centre-ville de Taipei[RT 2].

À noter que toutes les dernières journées de phase de groupes sont jouées au même moment, dans chacun des deux gymnases donc, pour l'équité sportive.

Tirage au sort[modifier | modifier le code]

Préalablement au tirage au sort des groupes le 5 septembre 2004, les 16 équipes qualifiées sont réparties le 6 décembre dans quatre chapeaux en fonction de critères sportifs, pour que les meilleures nations ne se rencontrent pas au premier tour, et de critères géographiques, pour éviter de concentrer des équipes d'une même confédération dans un groupe[7].

Ainsi les quatre nations asiatiques, dont le pays hôte, forment le chapeau A. Quatre européennes le B. L'Espagne, cinquième équipe d'Europe fait partie du groupe C avec le Brésil, derniers finalistes, et les deux autres participants sud-américains. Le dernier chapeau comporte les quatre restants : Nord-américains, Africain et Océanique[7].

Quatre autres chapeaux permettent de définir la position des équipes dans les différents groupes (le chapeau 1 pour le Groupe A, le chapeau 2 pour le Groupe B, etc.). Chinese Taipei se retrouve automatiquement en position A1[7].

Chapeaux
Chapeau A Chapeau B Chapeau C Chapeau D
Drapeau : Taipei chinois Taïwan (hôte)
Drapeau : Iran Iran (AFC 1)
Drapeau : Japon Japon (AFC 2)
Drapeau : Thaïlande Thaïlande (AFC 3)
Drapeau : Italie Italie (UEFA 2)
Drapeau : Ukraine Ukraine (UEFA 3)
Drapeau : République tchèque République tchèque (UEFA 4)
Drapeau : Portugal Portugal (UEFA 5)
Drapeau : Argentine Argentine (CONMEBOL 1)
Drapeau : Brésil Brésil (CONMEBOL 2)
Drapeau : Paraguay Paraguay (CONMEBOL 3)
Drapeau : Espagne Espagne (UEFA 1)
Drapeau : États-Unis États-Unis (CONCACAF 1)
Drapeau : Cuba Cuba (CONCACAF 2)
Drapeau : Égypte Égypte (CAF)
Drapeau : Australie Australie (OFC)

Jérôme Champagne, secrétaire général adjoint de la FIFA, procède au tirage au sort le 5 septembre 2004 dans l'auditorium du Grand Hôtel de Taipei City[8]. Celui-ci permet d'établir quatre groupes de quatre[7].

Après le tirage, le groupe D est considéré comme le plus relevé, équilibré[8] voire « groupe de la mort ». L'entraîneur de l'équipe du Portugal, Orlando Duarte, se montre résigné en apprenant le résultat du tirage au sort. « En principe, c'est le groupe le plus compliqué. L'Iran et l'Argentine sont deux très grosses écuries et les plus faibles sont peut-être les Cubains. La qualification se jouera sans doute entre le Portugal, l'Argentine et l'Iran », indique le technicien lisitanien. Javier Lozano, sélectionneur espagnol, se dit satisfait du sort réservé à son équipe, versée dans un Groupe A d'apparence facile[9].

Tirage au sort
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D
Drapeau : Égypte Égypte
Drapeau : Espagne Espagne
Drapeau : Taipei chinois Taïwan
Drapeau : Ukraine Ukraine
Drapeau : Australie Australie
Drapeau : Brésil Brésil
Drapeau : République tchèque République tchèque
Drapeau : Thaïlande Thaïlande
Drapeau : États-Unis États-Unis
Drapeau : Italie Italie
Drapeau : Japon Japon
Drapeau : Paraguay Paraguay
Drapeau : Argentine Argentine
Drapeau : Cuba Cuba
Drapeau : Iran Iran
Drapeau : Portugal Portugal

Acteurs[modifier | modifier le code]

Équipes qualifiées[modifier | modifier le code]

Un total de 85 associations concourent pour les 15 places finales, soit 22 de plus que quatre ans plus tôt. Taiwan, en tant qu'hôte, est automatiquement qualifié.

En Europe, il y a dix groupes de qualification, chacun avec trois ou quatre équipes dans chacun desquels le premier est qualifié pour des barrage. Les vainqueurs des cinq matches de barrage sont qualifiés pour la phase finales. La Russie, quatrième de la Coupe du monde de 2000, échoue au premier tour.

En Amérique du Sud, les qualifications sont déterminées lors du championnat sud-américain de futsal 2003. Les dix membres de la CONMEBOL participent à la compétition, les champions sud-américains argentins, les finalistes du Brésil, et le Paraguay troisième sont qualifiés.

Les deux places de la CONCACAF sont joués au championnat de la CONCACAF de futsal 2004. En plus des États-Unis, qui remportent le tournoi, Cuba s'est à nouveau qualifié pour le tournoi final.

Pour l'Afrique, une seule place est disponible. Dans des qualifications chaotiques où plusieurs matchs n'ont pas lieu, l'Égypte se qualifie sans difficultés.

En Asie, les participants jouent les places pour le Mondial lors de la Coupe d'Asie de futsal 2004 à Macao. En plus de l'Iran, le Japon et la Thaïlande sont qualifiés.

En Océanie, il y a eu un tournoi de qualification fin juillet 2004 à Canberra (Australie), qui est également considéré comme le championnat d'Océanie. L'Australie domine le tournoi, comme lors des éditions précédentes, sans perdre de points ni prendre de buts.

Outre l'équipe de l'hôte Taiwan, la République tchèque est la seule à participer pour la première fois à une Coupe du monde de futsal de la FIFA.

Les 16 équipes nationales qualifiées pour la phase finale par confédération et par participations[10]
Carte Europe (UEFA, qualification)
5 places
Amérique du Sud (CONMEBOL, qualification)
3 places
Asie (AFC, qualification)
4 places dont une au pays hôte
Planisphère représentant les pays dont les équipes se sont qualifiées pour la Coupe du monde 2004
Océanie (OFC, qualification)
1 place
Amérique du Nord, centrale et Caraïbes (CONCACAF, qualification)
2 places
Afrique (CAF, qualification)
1 place

Joueurs[modifier | modifier le code]

Les sélectionneurs annoncent la liste des joueurs retenus pour participer au tournoi une semaine avant le début de la compétition[11].

Arbitres[modifier | modifier le code]

Dix-huit arbitres issus des six confédérations sont sélectionnés pour diriger les rencontres. Chacun représente un pays différent[RT 3]. Pour l'Espagnol Pedro Galan et le Saoudien Seyed Sadreddin Moosavi, il s'agit de la troisième Coupe du monde de futsal consécutive. Les deux représentants africains, le Sénégalais Yaya Djiba et l'Égyptien Mohamed Ibrahim Farag, le Guatémaltèque Carlos Del Cid étaient déjà présents en 2000.

Technical Study Group[modifier | modifier le code]

Depuis la Coupe du monde de football de 1966, la FIFA comporte un groupe d'étude chargé d'étudier les évolutions techniques et tactiques du jeu, le Technical Study Group (TSG, en français : Groupe d'Étude Technique). Le TSG détermine l'équipe all-star et le prix du meilleur joueur du tournoi. Il comprend quatre membres tous ex-joueur et/ou sélectionneur de futsal : le Hollandais Victor Hermans, le Portugais João Rocha, le Costaricain Carlos Quiros et l'Argentin Vicente de Luise, ex-international et sélectionneur[RT 4] passent le tournoi à analyser les tactiques des équipes, évaluer leurs performances et récolter des statistiques. À l'issue de la compétition, les travaux du TSG sont regroupés dans un rapport technique, lequel rassemble les détails observés durant la course au titre[13].

Compétition[modifier | modifier le code]

Format et règlement[modifier | modifier le code]

Les équipes sont réparties en quatre groupes de quatre sélections, disputés en tournoi toutes rondes. Les deux premiers de chaque groupe se qualifient pour une seconde phase de poule à deux groupes. Ceux-ci déterminent les quatre équipes pour les demi-finales, jouées en matchs à élimination directe. Le classement des groupes utilise le système suivant d'attribution de points :

  • 3 points pour un match gagné;
  • 1 point pour un match nul;
  • 0 point pour un match perdu.

Si à l’issue du premier tour, plusieurs équipes ont le même nombre de points, les buts marqués et encaissés sont pris en compte. Les critères suivants sont utilisés pour déterminer le classement des équipes :

  1. le plus grand nombre de points acquis dans les trois matchs de groupe;
  2. la meilleure différence de buts entre les buts marqués (buts pour) et les buts encaissés (buts contre) dans les trois matchs de groupe;
  3. le plus grand nombre de buts marqués dans les trois matchs de groupe;
  4. le plus grand nombre de points obtenus dans les matchs entre équipes à égalité;
  5. la meilleure différence de buts dans les matchs entre équipes à égalité;
  6. le plus grand nombre de buts marqués dans les matchs entre équipes à égalité;
  7. si l'égalité subsiste, les équipes sont départagées par tirage au sort.

Premier tour[modifier | modifier le code]

Groupe A[modifier | modifier le code]

Après une première sortie réussie contre l'Ukraine (2-0), l'Espagne remporte deux larges victoires contre Chinese Taipei (10-0) puis l’Égypte (7-0)[2].

Équipe Pts J V N D Bp Bc Diff
Drapeau : Espagne Espagne 9 3 3 0 0 19 0 +19
Drapeau : Ukraine Ukraine 6 3 2 0 1 12 8 +4
Drapeau : Égypte Égypte 3 3 1 0 2 16 12 +4
Drapeau : Taipei chinois Taïwan 0 3 0 0 3 2 29 -27


Groupe B[modifier | modifier le code]

Équipe Pts J V N D Bp Bc Diff
Drapeau : Brésil Brésil 9 3 3 0 0 23 2 +21
Drapeau : République tchèque République tchèque 6 3 2 0 1 8 5 +3
Drapeau : Thaïlande Thaïlande 3 3 1 0 2 5 13 –8
Drapeau : Australie Australie 0 3 0 0 3 2 18 –16


Groupe C[modifier | modifier le code]

Équipe Pts J V N D Bp Bc Diff
Drapeau : Italie Italie 9 3 3 0 0 15 5 +10
Drapeau : États-Unis États-Unis 4 3 1 1 1 7 8 –1
Drapeau : Paraguay Paraguay 3 3 1 0 2 8 11 –3
Drapeau : Japon Japon 1 3 0 1 2 5 11 –6


Groupe D[modifier | modifier le code]

Les Argentins font forte impression lors du premier tour où, placés dans un groupe relevé avec le Portugal, Cuba et l'Iran, ils remportent trois victoires. Le succès 1-0 contre le Portugal constitue la première performance, tout comme le succès 3-0 contre Cuba, dont le gardien, Wilfredo Carbo, retarde l'échéance. Pour leur dernier match du premier tour, les hommes de Fernando Larrañaga infligent une correction à l'Iran (6-1), qui fait pourtant figure d'épouvantail[2].

Équipe Pts J V N D Bp Bc Diff
Drapeau : Argentine Argentine 9 3 3 0 0 10 1 +9
Drapeau : Portugal Portugal 6 3 2 0 1 9 1 +8
Drapeau : Iran Iran 3 3 1 0 2 9 13 –4
Drapeau : Cuba Cuba 0 3 0 0 3 3 16 –13


Second tour[modifier | modifier le code]

Groupe E[modifier | modifier le code]

Les choses s'avérent nettement plus difficiles pour les tenants du titre espagnols au second tour, qui doivent cravacher pour atteindre les demi-finales. En effet, après un succès laborieux (2-0) contre la République Tchèque, l'Espagne s'incline (2-3) devant l'Italie et se retrouve dans une position des plus délicates au moment d'affronter son troisième et dernier adversaire, le Portugal. Toutefois, les Espagnols parviennent à faire parler l'expérience pour s'imposer 3-1 et atteindre ainsi les demi-finales[2].

Avant ce tournoi, jamais une rencontre de Championnat du Monde de Futsal de la FIFA ne s'était terminée sur le score de 0-0. Le match nul et vierge entre l'Italie et le Portugal est donc le premier de l'histoire de la compétition[2].

Équipe Pts J V N D Bp Bc Diff
Drapeau : Italie Italie 7 3 2 1 0 6 2 +4
Drapeau : Espagne Espagne 6 3 2 0 1 7 4 +3
Drapeau : Portugal Portugal 4 3 1 1 1 9 7 +2
Drapeau : République tchèque République tchèque 0 3 0 0 3 4 13 –9


Groupe F[modifier | modifier le code]

Au second tour, tout commence bien pour les Argentins par une courte victoire 2-1 contre les États-Unis. Par la suite, une défaite 1-2 face au Brésil les contraint à jouer leur qualification dans le dernier match contre l'Ukraine. Les Sud-américains arrachent le match nul 0-0 qui leur suffit pour accéder aux demi-finales, au terme d'une rencontre tendue[2].

Équipe Pts J V N D Bp Bc Diff
Drapeau : Brésil Brésil[2] 9 3 3 0 0 16 7 +9
Drapeau : Argentine Argentine 4 3 1 1 1 3 3 0
Drapeau : Ukraine Ukraine 4 3 1 1 1 4 7 –3
Drapeau : États-Unis États-Unis 0 3 0 0 3 7 13 –6


Phase finale[modifier | modifier le code]

Tableau[modifier | modifier le code]

Demi-finales Finale
 3 décembre 2000 - Taipei      5 décembre 2000 - Taipei
 Drapeau : Espagne Espagne  2 (tab 5)
 Drapeau : Brésil Brésil  2 (tab 4)  
 Drapeau : Espagne Espagne  2
 3 décembre 2000 - Taipei
   Drapeau : Italie Italie  1
 Drapeau : Argentine Argentine  4
 Drapeau : Italie Italie  7  
Troisième place
 5 décembre 2000 - Taipei
 Drapeau : Brésil Brésil  7
 Drapeau : Argentine Argentine  4

Demi-finales[modifier | modifier le code]

En demi-finale, les Brésiliens attendent les Espagnols de pied ferme pour la revanche de la finale de l'édition 2000. Le jeu passe rapidement d'un but à l'autre et les deux équipes se procurent tour à tour l'occasion d'emporter la décision. Au final, les Européens s'imposent aux tirs au but devant les artistes sud-américains[2].

3 décembre 2004 Brésil Drapeau : Brésil 2 – 2 (ap) Drapeau : Espagne Espagne NTU Sports Center (en), Taipei
18h00
Pablo But inscrit après 26 minutes 26e
Simi But inscrit après 35 minutes 35e
(0 - 0) But inscrit après 23 minutes 23e Andreu
But inscrit après 35 minutes 35e Marcelo
Spectateurs : 3 400
Arbitrage : Drapeau du Paraguay Nestor Valiente
rapport
Simi Réussi
Euler Réussi
Índio Manqué
Falcão Réussi
Schumacher Réussi
Neto Manqué
Tirs au but
4–5
Manqué Kike
Réussi Torras
Réussi Julio
Réussi Limones
Réussi Javi Rodríguez
Réussi Andreu

Face aux Italiens, l'Argentine passe à côté de sa premier période. La Squadra Azzurra en profite pour prendre une avance que les Argentins sont incapables de combler, même si la deuxième mi-temps leur donne l'occasion de montrer au public de Taipei quelques bribes de leur talent[2].

3 décembre 2004 Argentine Drapeau : Argentine 4 – 7 Drapeau : Italie Italie NTU Sports Center (en), Taipei
20h30
Sánchez But inscrit après 28 minutes 28e
Gimenez But inscrit après 34 minutes 34e But inscrit après 40+1 minutes 40+1e
Wilhelm But inscrit après 35 minutes 35e
(0 - 3) But inscrit après 2 minutes 2e But inscrit après 12 minutes 12e But inscrit après 35 minutes 35e Bácaro
But inscrit après 9 minutes 9e Fabiano
But inscrit après 32 minutes 32e Vicentini
But inscrit après 34 minutes 34e Foglia
But inscrit après 38 minutes 38e (csc) Giustozzi
Spectateurs : 3 500
Arbitrage : Drapeau de l'Égypte Ibrahim Mohamed
rapport

Match pour la 3e place[modifier | modifier le code]

Le Brésil assure l'essentiel en remportant une nette victoire 7:4 sur l'Argentine lors du match pour la troisième place. En contraste flagrant avec la première rencontre ayant opposé les deux équipes six jours auparavant, les Argentins sont dépassés. Ce n'est qu'en deuxième période qu'ils parviennent à répondre aux assauts des Brésiliens, après une première mi-temps catastrophique[14].

5 décembre 2004 Brésil Drapeau : Brésil 7 – 4 Drapeau : Argentine Argentine NTU Sports Center (en), Taipei
14h00
Falcão But inscrit après 1 minutes 1re But inscrit après 6 minutes 6e But inscrit après 12 minutes 12e
Schumacher But inscrit après 17 minutes 17e But inscrit après 36 minutes 36e
Euler But inscrit après 18 minutes 18e
Índio But inscrit après 19 minutes 19e
(6 - 4) But inscrit après 10 minutes 10e But inscrit après 16 minutes 16e Sánchez
But inscrit après 29 minutes 29e But inscrit après 30 minutes 30e Giustozzi
Spectateurs : 3 500
Arbitrage : Drapeau de l'Espagne Pedro Galan
rapport

Finale[modifier | modifier le code]

Avant de pouvoir conserver leur titre, il reste aux Espagnols à franchir un dernier obstacle, l'Italie, championne d'Europe, contre qui ils perdent quelques jours auparavant. L'Espagne, forte de ses trois finales de Championnat du Monde de Futsal consécutives, met toute son expérience dans la bataille. Les Italiens s'inclinent 1-2[2].

5 décembre 2004 Espagne Drapeau : Espagne 2 – 1 Drapeau : Italie Italie NTU Sports Center (en), Taipei
16h00
Kike But inscrit après 24 minutes 24e
Marcelo But inscrit après 30 minutes 30e
(0 - 0) But inscrit après 40 minutes 40e Zanetti Spectateurs : 3 500
Arbitrage : Drapeau de l'Argentine Juan Carlos Sciancalepore
rapport

Titulaires :
Luis Amado Gardien de but - Julio Capitaine, Orol, Javi Rodríguez, Marcelo
Remplaçants :
Torras, Fran Serrejon, Pipe, Kike, Andreu, Limones, Rafa Gardien de but
Sélectionneur :
Javier Lozano
Titulaires :
Feller Gardien de but - Carlinhos, Zaffiro Capitaine, E. Bertoni, Seco
Remplaçants :
Nando Grana, Dè, Bacaro, Fabiano, Foglia, Morgado, Ripesi Gardien de but
Sélectionneur :
Alessandro Nuccorini

Statistiques et récompenses[modifier | modifier le code]

Classement des équipes[modifier | modifier le code]

Classement de la coupe du monde :
  •      Champion du monde
  •      Vice-champion du monde
  •      Troisième
  •      Quatrième
  •      Deuxième tour
  •      Premier tour

La Coupe du monde 2000 est remportée par l'Espagne devant l'Italie et le Brésil. Il s'agit du second titre de champion du monde des Espagnols. Les Sud-américains sont la seule équipe invaincue mais n'obtiennent que la troisième place suite à leur défaite aux tirs-au-but en demi-finale.

Le classement complet des seize équipes ayant participé au tournoi prend en compte, en plus du stade de la compétition atteint, le nombre total de points obtenus, puis la différence de buts et enfin le nombre de buts inscrits. Le nombre de points est calculé de la même manière que pour le premier tour, à savoir en attribuant deux points pour un match gagné, un point pour un match nul et aucun point pour une défaite.

Statistiques générales[modifier | modifier le code]

237 buts sont marqués durant les quarante rencontres de la compétition soit une moyenne de 5,93 par match[2], le plus faible total après la première édition en 1989[RT 6].

Le Brésil a la meilleure attaque avec cinq-cinq buts marqués et le meilleur ratio (6 buts par match).

Prix et équipe-type[modifier | modifier le code]

FIFA All-Star-Team Réserve

Drapeau : Espagne Luis Amado Gardien de but
Drapeau : Espagne Kike
Drapeau : Espagne Marcelo
Drapeau : Brésil Falcão
Drapeau : Espagne Javi Rodríguez
Ent : Drapeau : Espagne Lozano

Drapeau : Brésil Farnaklin Gardien de but
Drapeau : Italie Salvatore Zaffiro
Drapeau : Brésil Simi
Drapeau : Brésil Euler
Drapeau : Italie Vinicius Bacaro
Ent : Drapeau : Italie Nuccorini

Falcão s'impose comme la star de ce cinquième Championnat du Monde de Futsal de la FIFA. Avec 13 buts, il s'adjuge non seulement le titre de meilleur réalisateur de la compétition mais aussi celui de meilleur joueur. À chaque rencontre, l'attaquant brésilien, âgé de 27 ans, émerveille les spectateurs par sa technique individuelle mais aussi par sa capacité à mettre son talent au service de ses partenaires. Le Brésilien devance l'Espagnol Javi Rodríguez, récompensé pour sa vivacité et sa combativité, et l'Italien Vinicius Bacaro[2],[15],[RT 7], pilier important du collectif transalpin[16].

Le prix du fair-play, déterminé par des critères établis par la FIFA, est conservé par le Brésil[15],[RT 7]. Avec 889 points, les Brésiliens devancent les Américains (857) et les Tchèques (834). En outre, le Brésil termine la compétition en ayant reçu seulement quatre cartons jaunes et pas un seul carton rouge, un des critères important. L'attitude des joueurs à l'égard des arbitres ou de leurs adversaires est également prise en compte[16].

L'équipe-type choisie par la FIFA est constituée de quatre espagnols Kike, Marcelo, Javi Rodríguez et le gardien Luis Amado complétée par Falcão et entraînée par l'Ibère Javier Lozano. Une seconde équipe est constituée et nommée « réserve ». Elle se constitue des Brésiliens Farnaklin (gardien), Simi, Euler et des Italiens Salvatore Zaffiro et Vinicius Bacaro, le tout gérée par Alessandro Nuccorini[RT 7].

Buteurs[modifier | modifier le code]

Avec 13 buts, le Brésilien Falcão s'adjuge le titre de meilleur réalisateur (en plus du meilleur joueur)[2]. Avant l'ultime rencontre, face à l'Espagne, il est à la lutte avec l'Espagnol Marcelo et son coéquipier Indio, mais son triplé dans la petite finale contre l'Argentine lui permet de s'adjuger le Soulier d'Or. Son compatriote Indio et l'Espagnol d'origine brésilienne Marcelo prennent respectivement la seconde et troisième place[15] avec dix et neuf réalisations[16]. 94 joueurs différents inscrivent au moins un but dans le tournoi[17].

Falcao confirme son talent lors de la compétition.
Meilleurs buteurs de la compétition[17],[RT 8],[RT 7]
Place Joueur Sélection Buts PD Matches
Médaille d'or Falcão Drapeau : Brésil Brésil 13 5 8
Médaille d'argent Indio Drapeau : Brésil Brésil 10 3 8
Médaille de bronze Marcelo Drapeau : Espagne Espagne 9 3 8
4 Joel Queiros Drapeau : Portugal Portugal 7 2 6
5 Leandro Simi Drapeau : Brésil Brésil - 8
6 Javi Rodríguez Drapeau : Espagne Espagne 6 3 8
7 Abou El Komsan Drapeau : Égypte Égypte - 3
8 5 joueurs 5 - -
13 6 joueurs 4 - -
19 11 joueurs 3 - -
30 21 joueurs 2 - -
51 43 joueurs 1 - -

Bilan de la coupe du monde[modifier | modifier le code]

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Nombre d'équipes par confédération et par tour
Confédération Premier tour Second tour Demi-finales Finale Victoire
UEFA 5 5 2 2 1
CONMEBOL 3 2 2 - -
CONCACAF 2 1 - - -
AFC 4 - - - -
CAF 1 - - - -
OFC 1 - - - -
Total 16 8 4 2 1

L'Europe assoie sont hégémonie sur la compétition en voyant passer toutes ses équipes au second tour. En demi-finale, les deux duels entre Sud-américains et Européens tournent en faveur du Vieux continents, pour la première finale de l'histoire de la Coupe du monde de futsal entre deux équipes de la même confédération.

Équipes[modifier | modifier le code]

Si le Championnat du Monde de Futsal de la FIFA s'est montré plutôt avare en surprises, les spectateurs ont pu assister à des rencontres d'un bon niveau et souvent très disputées car l'écart entre les équipes s'est considérablement resserré en quatre ans. Pour cette édition 2004, les matches sont beaucoup plus serrés. Des pays comme le Japon, la Thaïlande, l’Égypte ou Cuba progressent et ne font pas juste de la figuration. En dépit de ses trois défaites, l'équipe australienne fait bonne impression, tout comme les États-Unis, qui proposent un jeu attractif malgré le manque d'expérience de ses joueurs. L'Espagne, le Brésil et l'Italie profitent de ce tournoi pour réaffirmer leur position dominante dans le futsal. La quatrième place de l'Argentine est l'une des bonnes surprises de la compétition[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « FIFA Futsal World Cup 2004 », sur rsssf.com, (consulté le 9 avril 2018)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « L'Espagne conserve son titre », sur fifa.com (consulté le 9 avril 2018)
  3. a et b « Equipes - Plus grand nombre de cartons », sur fifa.com (consulté le 9 avril 2018)
  4. a, b et c « Statistiques », sur fifa.com (consulté le 9 avril 2018)
  5. « Cinq candidats pour le Championnat du Monde de Futsal de la FIFA 2004 », sur fifa.com, (consulté le 17 avril 2018)
  6. « La Chine Taipei accueillera le Championnat du Monde de Futsal de la FIFA 2004 », sur fifa.com, (consulté le 17 avril 2018)
  7. a, b, c et d « Suspense avant le tirage au sort de Taipei », sur fifa.com, (consulté le 19 avril 2018)
  8. a et b « Le Groupe D en vedette », sur fifa.com, (consulté le 19 avril 2018)
  9. « Les sélectionneurs peuvent espionner leurs adversaires », sur fifa.com, (consulté le 19 avril 2018)
  10. « Équipes », sur fifa.com (consulté le 9 janvier 2018)
  11. « L'excitation monte à Chinese Taïpei avec l'annonce des listes de joueurs ! », sur fifa.com, (consulté le 20 avril 2018)
  12. L'âge est calculé au premier jour de la compétition.
  13. « Chinese Taipei 2004 à la loupe du TSG », sur fifa.com, (consulté le 20 avril 2018)
  14. « Le Brésil s'adjuge la médaille de bronze (7:4) », sur fifa.com, (consulté le 20 avril 2018)
  15. a, b et c « Prix », sur fifa.com (consulté le 11 avril 2018)
  16. a, b et c « Soulier et Ballon d'Or pour Falcão, le Brésil, l'Espagne et l'Italie à nouveau récompensés », sur fifa.com, (consulté le 20 avril 2018)
  17. a et b « Joueurs - Plus grand nombre de buts », sur fifa.com (consulté le 11 avril 2018)