Coupe des vendanges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Coupe des vendanges
Coupe aux vendanges.jpg
Coupe des vendanges
Artiste
Date
Technique
Dimensions (H × L × l)
35 × 27 × 15 cm
Mouvement
Collection
N° d’inventaire
OA 11011[1]
Localisation

La coupe des vendanges est une pièce d'orfèvrerie réalisée par François-Désiré Froment-Meurice en 1844 et conservée au musée du Louvre.

Une réalisation à plusieurs mains[modifier | modifier le code]

Plusieurs artistes ont participé à la réalisation de cette œuvre au sein de l'atelier de Froment-Meurice : Jules Wiese (1818-1868), Antoine Vechte, et Louis-Augustin Mulleret. Ce d'après un dessin de Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume, auteur de la fontaine du Jardin des Plantes (Paris).

Description[modifier | modifier le code]

L’œuvre est représentative de la période par la présence d’agates jaune et grise, et d'une coquille en agate grise. Le pied est en argent partiellement doré et émaillé. L’œuvre est ainsi l'expression du XIXe siècle d'une certaine fascination pour les objets polychromes des XVIe siècle et XVIIIe siècle.

L'iconographie est typiquement romantique. Sur le pied trilobé en argent qui évoque un objet médiéval, trois personnages, Noé, le poète Anacréon, Loth et ses filles. Il s'agit donc de la représentation de l'ivresse bachique, de l'ivresse poétique, et de l'ivresse amoureuse. Au-dessus, un personnage féminin, la Raison endormie par l'ivresse et autour de laquelle rodent des amours. Elle est couchée sur un cèpe de vigne. Thème romantique également présent, celui de l'amour maternelle, à travers la représentation de l'oiseau défendant son nid.

Réception[modifier | modifier le code]

Le modèle de cette œuvre fut présenté à l'Exposition des Produits de l'Industrie de 1844 et connut un fort succès. Plusieurs exemplaires furent réalisés. Honoré de Balzac en acheté un, le duc de Montpensier en acheté une pour sa belle-sœur et le prince Jérôme en offre une à Mathilde. L'œuvre transcende donc les clivages politiques du XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]