Coupe de Belgique de football 1911-1912

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Coupe de Belgique
1911-1912
Généralités
Sport FootballVoir et modifier les données sur Wikidata
Édition Ire
Date du dimanche au lundi

Palmarès
Vainqueur Racing CB

Navigation

Cette page présente la première édition de la Coupe de Belgique. Cette édition initiale ne regroupa que 16 clubs et vit la victoire finale du Racing Club de Bruxelles.

Seuls 11 clubs (sur 14) de la plus haute division (appelée Division d'Honneur 1911-1912) et 5 clubs (sur 14) du deuxième niveau national (appelée Promotion 1911-1912) furent les fondateurs de la nouvelle épreuve.

La Coupe de Belgique de la saison 1911-1912, se déroula en fait en l'espace d'un gros mois et demi en 1912.

Fonctionnement - Règlement[modifier | modifier le code]

Le principe de matchs à élimination directe fut appliqué comme il se doit pour une épreuve de Coupe. À ses origines, la Coupe de Belgique respecta les traditions de la F.A. Cup et appliqua les principes du « Replay ». En cas d'égalité à la fin du temps réglementaires, les équipes devaient disputer une prolongation (longtemps appelée "les prolongations" ou "extra-time"). Si l'égalité persiste, le match est alors rejoué.

Sémantiquement, un match de football se poursuit par une prolongation (joué en deux fois 15 minutes). Dans le langage courant, on fait souvent état des prolongations. Cette propension à employer le pluriel vient du fait qu'il y a deux mi-temps, mais surtout des règlements anciens. En effet, pendant longtemps, selon l'évolution du règlement des épreuves (et pas uniquement en Coupe de Belgique), on pouvait jouer une prolongation de 2x15 minutes, suivie... d'une autre prolongation de 2x 7 minutes 30, si l'égalité subsistait ! Il n'est pas rare de trouver dans les archives des matchs ayant donné lieu à... trois prolongations !

En Huitièmes de finale, une erreur de l'arbitre sanctionna la rencontre entre l'Antwerp FC et le Racing CB. À la fin des 90 minutes réglementaires, le score était de parité (1-1). Ignorant le règlement, qui ne sera publié que quelques jours plus tard (!), l'arbitre Monsieur Barette renvoya les équipes aux vestiaires sans faire disputer de prolongation. L'erreur de Monsieur Barette ne lui fut pas préjudiciable puisqu'il fut désigné pour arbitrer la finale.

Calendrier[modifier | modifier le code]

La majorité des rencontres furent jouées un dimanche après-midi. À cette époque, la plupart de clubs ne disposent pas encore de terrain éclairé permettant de jouer en soirée. Mais aussi parce qu'à cette époque, d'une part, les joueurs ne sont pas professionnels et que, d'autre part, le samedi n'est pas un jour de congé.

Certains matchs eurent lieu le jeudi de l'Ascension (jour férié).

La finale fut disputée le lundi de Pentecôte (jour férié), soit le lendemain d'une des deux demi-finales ! Cela car un des quarts de finale impliqua un "replay" et que celui fut joué le dimanche prévu pour les demi-finales. La deuxième demi-finale devant donc être décalée d'une semaine.

"Titanic"[modifier | modifier le code]

Les premiers matchs de l'Histoire de la Coupe de Belgique eurent lieu le dimanche 14 avril 1912. Dans les jours suivants la presse ne relata guère l'événement. L'actualité était ailleurs ! Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le paquebot britannique Titanic fit naufrage dans l'Atlantique Nord, après avoir heurté un iceberg, lors de son voyage inaugural.

Avec le recul du temps, on ne peut que constater que la Coupe de Belgique sembla marquée par cet événement tragique, car l'épreuve belge sombra rapidement dans l'anonymat pour ne..."refaire surface et atteindre sa vitesse de croisière" qu'un demi-siècle plus tard.

Légende[modifier | modifier le code]

  • (P) = signifie qu'à cette époque, le club évoluait alors en Promotion.

Huitièmes de finale[modifier | modifier le code]

Outre l'erreur de Mr Barette, expliquée ci-dessus, les Hutièmes de finale furent marqués par deux victoires sur tapis vert, à la suite de forfaits, et par l'exploit de Verviers, alors en Promotion, qui élimina l'Union.

Date Matchs 90 min Prol' Remarques
14/04/1912 Antwerp FC (H) – Racing CB (H) 1-1 Erreur de l'arbitre...à rejouer !
14/04/1912 FC Liégeois (P) - RC de Gand (H) 1-1 1-1 Replay nécessaire
14/04/1912 Daring CB (H) - FC Malinois (P) 4-0
21/04/1912 Standard CL (H) - CS Courtraisen (P) 5-0 Forfait (1)
21/04/1912 Léopold CB (H) - Beerschot AC (H) 5-0 Forfait (2)
05/05/1912 CS Brugeois (H) - Excelsior SC (H) 4-1
12/05/1912 CS Verviétois (P)- Union St-Gilloise (H) 1-0
12/05/1912 FC Brugeois (H)- RC de Malines (P) 5-0
  • (1) Le match se termina par un partage (1-1). Ls Courtraisiens refusèrent de jouer la prolongation. Ils prétextèrent que le but du Standard avait été marqué alors que tous leurs joueurs n’étaient pas encore sur le terrain. En fait, ils savaient que s'ils disputaient la prolongation, ils n’auraient plus eu de trains pour retourner !
  • (2) Le Beerschot refusa de se déplacer et perdit donc par forfait.

Replays - Huitièmes[modifier | modifier le code]

Date Matchs 90 min Prol' Remarques
05/05/1912 Racing CB (H)- Antwerp FC (H) 4-0
05/05/1912 RC de Gand (H)- FC Liégeois (P) 1-0

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

Les Quarts de finale virent le Daring aligner son équipe Réserves pour le déplacement au Standard. Cela parce que l'équipe fanion du club Bruxellois était en tournée de gala en Espagne !

Date Matchs 90 min Prol' Remarques
16/05/1912 CS Verviétois (P)- Racing CB (H) 0-3
16/05/1912 RC de Gand (H)- FC Brugeois (H) 0-0 0-0 Replay nécessaire
16/05/1912 Léopold CB (H)- CS Brugeois (H) 3-1
16/05/1912 Standard CL (H) -Daring CB (H) 3-1 (3)
  • (3) Le Daring aligna son équipe Réserves.

Replays - Quarts[modifier | modifier le code]

Date Matchs 90 min Prol' Remarques
19/05/1912 FC Brugeois (H) - RC de Gand (H) 1-2 Terrain du...CS Brugeois

Demi-Finales[modifier | modifier le code]

Date Matchs 90 min Prol' Remarques
19/05/1912 Léopold CB (H)- Racing CB (H) 1-4 Terrain du Racing (4)
26/05/1912 RC de Gand (H) - Standard CL (H) 2-0 Terrain du RC de Malines
  • (4) Le Léopold fut club visité pour sa demi-finale qui se joua sur les terrains du club...visiteur !

Finale[modifier | modifier le code]

La première finale de la Coupe de Belgique fut joué, le lundi de Pentecôte 1912.

lundi 27 mai 1912 Racing Club de Bruxelles 1-0 Racing Club de Gand du Daring CB, à Jette.[1]
86e Cyrille Bunyan (1-0) But inscrit (0-0) Spectateurs : 600
Arbitrage : M. Charles Barette
Roger Fischlin
Émile Andrieu
Maurice Mahy
Hector Raemaekers
Alphonse Wright
Camille Van Hoorden
Adolphe Becquevort
Maurice Bunyan
Camille Nys
Cyrille Bunyan
René Piron
Équipes Maurice Colman
Guillaume Visser
Julien De Croebele
Léon Demol
René Schietse
Albert Parmentier
Jean Meulders
Carlos Strubbe
Alois De Wulf
Harold Austin
Gyselinck

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Nombre de finales jouées: 1 - (1 but marqué)
    • Nombre de finales avec prolongation: 0 (0 but marqué)
    • Nombre de finales avec tirs au but: 0
  • Clubs participant aux finales
Digest des finales de la Coupe de Belgique de football
# Provinces[note 1] Vainqueurs Finalistes Total
1 Drapeau de la province d'Anvers Province d'Anvers 0 0 0
2 Province de Brabant 1 0 1
3 Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Occidentale 0 0 0
4 Drapeau de la province de Flandre-Orientale Province de Flandre-Orientale 0 1 1
5 Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut 0 0 0
6 Drapeau de la province de Liège Province de Liège 0 0 0
7 Drapeau de la Province de Limbourg Province de Limbourg 0 0 0
8 Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg 0 0 0
9 Drapeau de la province de Namur Province de Namur 0 0 0
Détail Province de Brabant
# Provinces[note 1] Victoires Place de
finaliste
Total
1 Flemish Brabant Flag.png Province du Brabant flamand 0 0 0
2 Drapeau Province BE Brabant Wallon.svg Province de Brabant wallon 0 0 0
3 Flag Belgium brussels.svg Bruxelles 1 0 1

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pour rappel, auprès de l'URBSFA, le Brabant reste unitaire, même après sa scission administrative.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Daring CB connut plusieurs "terrains". Jouant initialement à Koekelberg, il déménagea lorsque les travaux pour la construction de la basilique débutèrent. Il s'installa alors à Jette. En 1913, il décida d'émigrer à nouveau car ses installations devenaient trop petites. Les club connaissait le succès (champion pour la première fois en 1912). Le club hésita entre les localités de Berchem-Sainte-Agathe, de Moortebeek (au sud d'Anderlecht) et de Molenbeek-Saint-Jean. La Première Guerre mondiale retarda l'achèvement des travaux. Le club joua à différents endroits, dont des matchs à... Anderlecht. Ce fut le 12 septembre 1920 que le Daring CB s'installa dans ce qui allait devenir son antre de Légende, l'actuel Stade Edmond Machtens à...Molenbeek.

Sources[modifier | modifier le code]