Coupe-papier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un coupe-papier ouvrant une enveloppe
Coupe-papier souvenir fait en matériaux de récupération sur le front français de la Première Guerre mondiale.
Un coupe-papier gravé « Concorde Air France »

Un coupe-papier, ou ouvre-lettres, est une lame destinée à couper, le long de son pli, une feuille de papier pliée.

On utilise un coupe-papier principalement :

  • en reliure, pour couper les pages d'un livre, lorsqu'elles ne sont pas séparées. Cet usage était bien plus répandu avant les années 1960, car de nos jours la plupart des livres ont leurs pages séparées les unes des autres et le lecteur n'a pas besoin de les couper lui-même ;
  • pour ouvrir une enveloppe, en la coupant avec le fil de la lame du coupe-papier, le long du pli supérieur de l'enveloppe.

Un coupe-papier peut servir à bien d'autres choses en rapport avec les livres ou la papeterie. Ainsi, en 1916, les dadaïstes trouvent le nom de leur mouvement, dada, en glissant au hasard un coupe-papier entre les pages du dictionnaire Larousse.

Dans certains cas marginaux, il peut servir d'arme blanche. C'est ainsi que Robert Stewart, vicomte de Castlereagh, s'est suicidé en se tranchant la gorge avec un coupe-papier. De même, Patrick Henry est célèbre pour avoir prononcé un discours devant la Chambre des Bourgeois de Virginie le , disant « Give me Liberty or give me Death! » (« Donnez-moi la Liberté ou donnez-moi la Mort ! ») avant de faire semblant de se planter un coupe-papier dans la poitrine[1].

Pendant la seconde guerre mondiale, Franklin Roosevelt aurait reçu en cadeau, par un membre du Congrès des États-Unis, un coupe-papier fait d'un bras humain prélevé sur le cadavre d'un soldat japonais [2],[3].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kukla et Kukla 2002, p. 112
  2. Weingartner 1992, p. 65.
  3. Harrison 2006, p. 825.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Amy Kukla et Jon Kukla, Patrick Henry: Voice of the Revolution, PowerPlus Books,‎ (ISBN 0-8239-5725-X), p. 45-46
  • (en) Simon Harrison, « Skull Trophies of the Pacific War: transgressive objects of remembrance », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 12,‎ (lire en ligne)
  • (en) James J. Weingartner, « Trophies of War: U.S. Troops and the Mutilation of Japanese War Dead, 1941-1945 », Pacific Historical Review, vol. 61, no 1,‎ , p. 53–67 (JSTOR 3640788, lire en ligne)