Coulonges (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coulonges.

Coulonges
Coulonges (Vienne)
La rue principale des Herolles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Montmorillon
Intercommunalité Communauté de communes Vienne et Gartempe
Maire
Mandat
Raymond Gallet
2014-2020
Code postal 86290
Code commune 86084
Démographie
Population
municipale
244 hab. (2015 en diminution de 8,96 % par rapport à 2010)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 12″ nord, 1° 09′ 19″ est
Altitude Min. 133 m
Max. 204 m
Superficie 18,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Coulonges

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Coulonges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coulonges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coulonges

Coulonges est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Coulonges est la commune située la plus à l'est du département de la Vienne, aux confins du Poitou, du Berry et du Limousin. Elle est limitrophe des départements de l'Indre et de la Haute-Vienne.

La grande ville la plus proche de Coulonges est Limoges et se trouve à 64 km au sud à vol d'oiseau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Coulonges[1]
Lignac
(Indre)
Thollet Coulonges Tilly
(Indre)
Brigueil-le-Chantre Lussac-les-Églises
(Haute-Vienne)

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit les Hérolles se tient chaque 29 de mois une foire importante attestée dès le Moyen-Âge.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Benaize.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village proviendrait de "colungiis" qui est un mot dérivé du latin "colonica" qui signifie "terre sur laquelle est établi un colon"[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Danièle Leclercq    
mars 2008   Raymond Gallet    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 244 habitants[Note 1], en diminution de 8,96 % par rapport à 2010 (Vienne : +1,8 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
621426360372692721708770785
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
837772807822769825833838858
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
872870834697680653648639547
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
489492431406313256261268244
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

La densité de population de la commune est de 14 hab./km2. Celle du département est de 61 hab./km2. Elle est de 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et de 115 hab./km2 pour la France (INSEE- 2008).

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 269 personnes. À cela il faut soustraire les résidences secondaires (trois personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 266 habitants.

La répartition de la population par sexe, selon l'Insee, est de :

  • en 1999 : 52,5 % d'hommes et 47,5 % de femmes.
  • en 2005 : 52,1 % d'hommes et 47,9 % de femmes.

En 2005, selon l'Insee :

  • Le nombre de célibataires était de : 27,5 %.
  • Les couples mariés représentaient 54,1 % de la population.
  • Le nombre de divorcés s'élevait à 5,2 %.
  • Le nombre de veuves et veufs était de 13,3 % à Coulonges.

Économie[modifier | modifier le code]

Jour de foire.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[8], il n'y a plus que quinze exploitations agricoles en 2010 contre 21 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 1 766 hectares en 2000 à 1 696 hectares en 2010. 14 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre, de l'orge et du maïs), 2 % pour les oléagineux, 38 % pour le fourrage et 43 % reste en herbes[8].

12 exploitations en 2010 (contre 17 en 2000) abritent un élevage de bovins (1 570 têtes en 2010 contre 1 489 en 2000)[8]. C’est un des troupeaux de bovins les plus importants de la Vienne qui rassemblent 48 000 têtes en 2011[9]. 14 exploitations en 2010 (contre 20 en 2000) abritent un élevage très important d'ovins (4 441 têtes en 2010 contre 6 905 têtes en 2000)[8]. Cette évolution est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[9]. L'élevage de volailles se maintient à un faible niveau : 174 têtes en 2000 répartis sur 5 fermes contre 131 têtes en 2010 répartis sur six fermes[8].

Marchés et foires[modifier | modifier le code]

Le hameau les Herolles est situé sur la commune de Coulonges, au carrefour de trois régions : Centre-Val de Loire, Limousin, Poitou-Charentes.

Le hameau accueille tous les 29 du mois une très grande foire aux bestiaux. Sur 11 hectares, 400 exposants reçoivent entre 8 000 et 18 000 personnes selon les mois.

En 2007, l'accordéoniste Manu Blanchet remporte le premier prix du trophée Jean Ségurel de la chanson régionaliste grâce à la chanson En revenant des Herolles[10].

Activité[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité était de 56,8 % en 2005 et 59,4 % en 1999.

Le taux de chômage en 2005 était de 10,8 % et en 1999, il était de 16,3 %.

Les retraités et les pré-retraités représentaient 45,6 % de la population en 2005 et 30,7 % en 1999.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le moulin[modifier | modifier le code]

Un barrage retient l'eau tandis qu'un bief en conduit une partie jusqu'à un barrage équipé de vannes mobiles permettant de libérer un courant plus rapide qui entraine la roue à aubes du moulin. De nombreux moulins à farine ou à foulon furent installés le long de la Benaize dès le Moyen-Âge.

Le château du Pin[modifier | modifier le code]

Le château du Pin dont le donjon est inscrit comme Monument Historique depuis 1979 et les logis, les communs et la terrasse depuis 2002.

Le donjon est une haute tour carrée située à l'arrière du logis. Il date du XIIIe siècle. Réaménagé au XVe siècle à des fins résidentielles, il est alors pourvus de cheminées, de fenètres rectangulaires et de coussièges. Le logis est de style classique. Datant du XVIIIe siècle, il est couvert de petites tuiles plates berrichonnes.

L'église de Coulonges[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul est une ancienne église d'un prieuré qui dépendait de l'abbaye Saint-Augustin de Limoges. Elle devient au XIXe siècle, après la période révolutionnaire, l'église paroissiale du village. Les autres dépendances du prieuré sont vendus comme Bien National durant cette période.

L'église, du XIIe siècle et du XVe siècle, est un bâtiment modeste et sobre. Elle est construite en moellons couverts d'enduit. Le plan est simple: il se compose d'une nef unique avec un chevet plat à triplet.

La nef était charpentée à l'origine et a reçu, par la suite, une voûte sur croisées d'ogives à l'époque gothique. Le clocher est couvert d'ardoises. Il est plus tardif. Le portail Nord est du XVe siècle. Il est en calcaire à grain fin facile à sculpter. Les moulures des pieds droits et l'accolade du linteau sont de style gothique. Il a été inscrit comme Monument Historique en 1937.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  3. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. a, b, c, d et e Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  9. a et b Agreste – Bulletin no 12 de mai 2013
  10. https://www.youtube.com/watch?v=_RQQmejtE_k