Coublanc (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coublanc
Coublanc (Saône-et-Loire)
Centre du village en 2020.
Blason de Coublanc
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Intercommunalité Communauté de communes La Clayette Chauffailles en Brionnais
Maire
Mandat
Nicolas Crasnier
2020-2026
Code postal 71170
Code commune 71148
Démographie
Gentilé Coblandis[1], Coublandis[1],[2]
Population
municipale
838 hab. (2018 en diminution de 4,66 % par rapport à 2013)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 29″ nord, 4° 16′ 25″ est
Altitude Min. 330 m
Max. 570 m
Superficie 8,76 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Chauffailles
(banlieue)
Aire d'attraction Chauffailles
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chauffailles
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Coublanc
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Coublanc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coublanc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coublanc
Liens
Site web coublanc-71.com

Coublanc est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tancon Saint-Igny-de-Roche
(Saône-et-Loire)
Rose des vents
Maizilly
(Loire)
N Écoche
(Loire)
O    Coublanc    E
S
Mars (Loire)

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Entrée dans le hameau de Cadolon par la RD 201

Une ligne régulière d'autocar reliant Chauffailles à Roanne dessert quotidiennement Coublanc avec trois arrêts, l'un à Cadolon, un autre à l'Orme, un autre enfin au Pont des Rigoles. Contribuant aussi à désenclaver la commune et tout le canton la voie ferrée Lyon-Paray-le-Monial place la gare de Chauffailles à 9 km seulement de Coublanc. La gare ferroviaire de Roanne sur la ligne Lyon-Paris se trouve à 28 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Coublanc est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Chauffailles, une agglomération inter-régionale regroupant 5 communes[6] et 6 205 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chauffailles dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 9 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (81,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (57 %), zones agricoles hétérogènes (19,2 %), zones urbanisées (11 %), forêts (10,2 %), terres arables (2,7 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Coublanc
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Christine Delille    
mars 2008 mars 2014 Grégory Dabert    
mars 1971 mars 2008 Jean Lautrey UMP Ancien conseiller général du canton de Chauffailles
mars 1959 mars 1971 Raymond Jolivet    
1957 mars 1959 Emile Perrin    
1955 1957 Joseph Auclerc    
1945 1955 Emile Perrin    
1943 1945 Maxime Bertillot    
1924 1943 Rémy Joly    
1919 1924 Philibert Danière    
1912 1919 Louis Buchet    
1904 1912 Jean-Nicolas Auclair    
1902 1904 Jean-Marie Auclair    
1892 1902 Auguste Joly    
1888 1892 Jean-Marie Auclair    
1881 1888 Pierre Auclair    
Les données manquantes sont à compléter.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2018, la commune comptait 838 habitants[Note 3], en diminution de 4,66 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7836998001 0581 1691 4001 4571 5681 671
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7061 7121 8271 9112 0422 0832 0391 9351 915
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8461 7801 5131 2111 1621 1331 042892850
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
863747779880882898892885851
2018 - - - - - - - -
838--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade de l’église Sainte-Madeleine

Église paroissiale Sainte-Madeleine[17] : elle est construite à partir de 1852, sur les plans de l'architecte Berthier, afin de remplacer une église antérieure en mauvais état et devenue trop petite. Elle fut consacrée le 5 octobre 1869, en présence de Mgr Dubuis et de l'abbé Bellet, curé de Coublanc, L'église est de style néo-gothique, la façade est en calcaire ocre. Elle se compose d'une nef de six travées, de bas-côtés. Petite curiosité : elle possède un « vitrail du souvenir », composé sur le thème de la Première Guerre mondiale (un soldat, tête nue, met un genou en terre devant sainte Thérèse, qui l'invite à se relever)[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lex Jacquelot, Le Langage populaire de Mâcon et des environs, Slatkine Reprints, Genève, 1978, p. 54
  2. habitants.fr
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Chauffailles », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chauffailles », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 3 avril 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 16 mai 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 16 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Archives départementales de Saône-et-Loire, inventaire, Coublanc, église paroissiale », sur archives71.fr (consulté le 11 janvier 2017).
  18. « Les vitraux du souvenir », article de Claude Elly paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 176 de décembre 2013, pages 2 à 4.
  19. Revue « Église d'Autun » n° 15, 2019.