Cotylédon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Cotyledon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Umbilicus rupestris pour l'espèce de plantes.
Schéma d'une graine d'avocat avec ses 2 cotylédons.
Les deux cotylédons d'une graine de Jacaranda mimosifolia en phase de germination.

Le cotylédon (scientifiquement nommé feuille cotylédonaire) est une feuille primordiale constitutive de la graine. Le terme vient du grec, κοτυληδών, κοτυληδόνος , de κοτύλη qui désignait une mesure de capacité, c'est-à-dire une cavité, un creux, un contenant. Il est employé pour la première fois le 26 juin 1682 par le naturaliste anglais John Ray dans une notice de son ouvrage Methodus plantarum nova[1].

Les graines des plantes monocotylédones comportent un seul cotylédon (blé, maïs) ; celles des dicotylédones en comportent deux (haricot, pois, marronnier, chanvre) ; ils sont parfois secondairement polycotylés chez les Gymnospermes qui en comptent de 2 (cyprès commun) à 24 (Pinus maximartinezii)[2].

Situés dans la graine, les cotylédons sont nécessaires au développement de la jeune plantule des Spermaphytes. Ils lui fournissent en effet les métabolites nécessaires à sa croissance soit par photosynthèse (les cotylédons verdissent, devenant des préfeuilles ou éophylles notamment chez les monocotylédones), soit en utilisant les réserves nutritives (protéines, lipides, et sucres) mises en place dans la graine, fonctionnant comme des suçoirs[3].

Les graines des plantes monocotylédones, elles, ont une structure totalement différente de celle des dicotylédones. Les monocotylédones semblent ne pas avoir une vraie feuille de réserve et devraient donc être renommées en acotylédones[réf. nécessaire].

Morphologie[modifier | modifier le code]

La forme des cotylédons est en général très différente de celle des feuilles, et peut être extrêmement variable d'une espèce à l'autre. Toutefois les cotylédons, constituant des proto-feuilles primordiales dans l'évolution, ont une variabilité moindre que les feuilles évoluées, avec une forme simple non découpée : linéaire, ovale, elliptique, non incisée ni crénelée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Charles E. Raven, John Ray : naturalist, Cambridge University Press, , p. 195.
  2. (en) Aljos Farjon, Brian Thomas Styles, Pinus (Pinaceae). Flora Neotropica Monograph 75, The New York Botanical Garden, , p. 221-224.
  3. Gérard-Guy Aymonin, Jean-Louis Guignard & Anita Baillet, « Pourquoi les Monocotylédones ? Une introduction pour une clé », Acta Botanica Gallica: Botany Letters, vol. 151, no 2,‎ , p. 144 (DOI 10.1080/12538078.2004.10516029).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]