Cotriade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cotriade
Image illustrative de l'article Cotriade
Cuisson des coquillages et crustacés de la cotriade

Lieu d’origine Finistère
Place dans le service Mets principal
Température de service Chaude
Ingrédients Rouget, merlu ou merlan, congre, maquereau, grondin, vieille, moules, coques, étrilles, crevettes et langoustines
Accompagnement vin blanc sec
bandol, alsace grand cru, patrimonio, bellet ou cassis

La cotriade doit son nom au breton, kaoteriad, qui désigne le contenu d'une marmite.

Origine[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une spécialité du sud du Finistère, à la limite du Morbihan (petit port de Brigneau), et est aux Bretons ce que la bouillabaisse est aux Méridionaux : un plat traditionnel et populaire élaboré avec les espèces locales de poissons.

Ingrédients[modifier | modifier le code]

Poissons et légumes de la cotriade.

Plus la liste de poissons est longue, plus la cotriade est considérée comme raffinée. L'ordre d'introduction des différentes espèces pendant la cuisson est primordiale dans la réussite de ce plat (le congre en premier, la sardine en dernier), afin que tous les poissons aient le même niveau de cuisson.

L'ajout de crustacés, de légumes et d'aromates est un apport ultérieur permettant de « civiliser » ce plat et de le proposer dans la restauration.

Consommation[modifier | modifier le code]

Il est servi de la même façon que la bouillabaisse, c'est-à-dire qu'on boit le bouillon d'abord puis on déguste les différents poissons ensuite. Ce plat est servi avec des pommes de terre cuites à l'eau, le tout arrosé d'un filet d'huile et de vinaigre.

Accord mets/vin[modifier | modifier le code]

Ce mets appelle un vin blanc sec tel que le bandol, un alsace grand cru, un patrimonio, un bellet ou encore un cassis[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quel vin boire avec la cotriade ?.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :