Costas Ferris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Costas Ferris
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (86 ans)
Le CaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Κώστας ΦέρρηςVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Ioannides and Vamvakas Cinema School (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Costas Ferris (grec moderne : Κώστας Φέρρης) né le au Caire en Égypte est un réalisateur, acteur, monteur et producteur grec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Costas Ferris, né au Caire en Égypte, de parents grecs, déménage en Grèce en 1957, où il étudie en cinématographie. Il travaille sur plus de soixante films en tant qu'assistant directeur avant de réaliser son propre court métrage en 1961[1]. Il réalise d'abord surtout des comédies parmi lesquelles, en 1965, une parodie de Certains l'aiment chaud : Certains l'aiment kaki[2].

À la suite du coup d'État des colonels en 1967, il s'exile à Paris, où il s'associe à divers groupes français d'avant-garde[1]. C'est pendant son séjour à Paris qu'il écrit les paroles de l'album 666 des Aphrodite's Child.

Costas Ferris retourne en Grèce en 1973, après la fin de la dictature, où il est critique de films pour le journal Mesimvrini pendant deux ans. Il travaille pour la télévision en réalisant des documentaires et des fictions, entre autres[1]. Son premier grand film est La Meurtrière. La couleur (alternance de noir et blanc et de couleurs) et de la profondeur de champ y sont utilisées pour exposer l'état d'esprit des personnages : le spectateur n'a accès qu'à leur perception de la réalité[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur au cinéma[modifier | modifier le code]

Acteur au cinéma[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Démopoulos 1995, p. 217
  2. a et b Karalis 2012, p. 153

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]