Cossacks: European Wars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cossacks
European War
Éditeur cdv Software Entertainment
Développeur GSC Game World

Date de sortie EUR [1]
AN [2]
Genre Stratégie en temps réel
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Windows
Média CD-ROM
Contrôle Clavier, souris

Évaluation ESRB : T ?
PEGI : 12+ ?

Cossacks: European Wars est un jeu vidéo développé par GSC Game World et édité par CDV Software Entertainment. Il s’agit d’un jeu de stratégie en temps réel dont l'action se déroule aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le joueur est amené à diriger une armée pouvant atteindre plusieurs milliers d'hommes (il est possible d'afficher près de 8 000 unités en simultané sur l'écran), le jeu permettant ainsi de reconstituer de grandes batailles.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Scène de bataille.

On distingue dans le jeu les différentes armes existantes durant la période couverte par le jeu, notamment l'infanterie dont les particularités sont très variables d'une nation à une autre. La cavalerie, arme d'élite, est un peu plus standardisée entre quelques sortes de cavaliers avec quelques types en plus selon les nations (par exemple : les Russes disposent de deux sortes de cosaques). Enfin, l'artillerie est la même d'un pays à un autre.

Il se trouve également des unités de marines qui vont du navire de transport de troupes aux vaisseaux de lignes. Les particularités locales font que certains pays disposent de navires que d'autres nations n'ont pas mais il s'agit généralement de navires de classes moyenne ou d'adaptation de navires à un groupe culturel particulier (les pays musulmans n'ont pas de frégate mais un équivalent : le chébec) ce qui ne déséquilibre pas le jeu.

Les arbres technologiques sont complets (grâce aux académies) et chaque nation (16 en tout, dont l'Angleterre, la France, l'Autriche ou la Prusse) comporte ses unités et graphismes spécifiques rappelant de véritables monuments que l'on peut toujours contempler dans les grandes villes d'Europe.

L'attrait principal du jeu est, en plus d'un ancrage important à l'histoire de l'Europe du XVIe et XVIIe siècle, la capacité de créer et de gérer des armées bien plus importantes que dans les autres jeux du même type. Ceci n'étant pas pénalisé par une saturation des capacités de l'ordinateur, l'esthétique des batailles est alors particulièrement appréciable.

En outre, le jeu se veut plus proche de la réalité, contrairement à certains jeux de stratégie en temps réel, comme Age of Empires où toutes les unités pouvaient tout détruire (un paysan pouvait détruire une muraille à lui tout seul). Le gameplay de Cossacks se voit ainsi modifié, le terrain ennemi doit être pris en compte afin d'y envoyer des forces importantes. Ainsi si on se trouve devant des murailles, il va falloir prévoir de l'artillerie ou des grenadiers pour dégager le terrain et permettre aux troupes de passer.

Développement[modifier | modifier le code]

Extensions[modifier | modifier le code]

Le jeu bénéficie de deux extensions : Cossacks: The Art of War, sorti en novembre 2001, puis Cossacks: Back to War, sorti en octobre 2002.

Cossacks: The Art of War[modifier | modifier le code]

Cossacks: The Art of War est la première extension de Cossacks: European Wars, celui qui a connu le plus gros succès. En effet, le jeu atteint en Europe un succès qui attira plus d'un million de joueurs de tout âge[réf. nécessaire]. Ce nouveau volet comporte de nombreux changements : cinq nouvelles campagnes (30 missions), un éditeur de cartes et de missions, 18 nations dont la Bavière et le Danemark, 6 nouveaux navires dont le Victory de Nelson, des nouveaux modes de jeux (trêve, armées déjà constituées, défense, avec ou sans brouillard de guerre), des formations pour la cavalerie[3].

Cossacks: Back to War[modifier | modifier le code]

Cossacks: Back to War est la deuxième et dernière extension de Cossacks: European Wars. Tout comme son prédécesseur, Cossacks: The Art of War, il apporte de substantielles améliorations tout en conservant le statut de stand-alone (ne nécessite pas de posséder le jeu original) : 2 nouvelles nations (la Suisse et la Hongrie) avec 4 unités spécifiques pour chacune et 20 architectures spécialement conçues, de nouvelles unités de bédouins pour l'Algérie et la Turquie, 100 nouvelles missions solos, le système VIZOR permettant de visionner les parties multijoueurs, un mod intégré permettant d'inclure 30 nouvelles unités, un système de championnat automatique, 4 niveaux de difficulté sélectionnables[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Cossacks: European Wars
Média Pays Notes
Computer Gaming World US 3.5/5[5]
Eurogamer US 8/10[6]
Gamekult FR 7/10[7]
GameSpot US 71 %[8]
Gen4 FR 15/20[9]
IGN US 75 %[10]
Jeuxvideo.com FR 15/20[11]
Joystick FR 71 %[12]
Compilations de notes
GameRankings US 77.2 %[13]
Metacritic US 74 %[14]

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2002, GSC Game World lance American Conquest sur la conquête de l'Amérique avec le même mécanisme de jeu.

La suite, Cossacks II: Napoleonic Wars est sortie en avril 2005.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de Cossacks: European Wars », sur Gamekult
  2. (en) « Cossacks: European Wars release summary », sur GameSpot
  3. David Le Roux, « Le feu aux poudres - Cossacks : The Art of War », Gen4, no 151,‎ , p. 60-65 (ISSN 1624-1088).
  4. Pete Boule, « Cossacks: Back to War », Joystick, no 141,‎ , p. 122 (ISSN 1145-4806).
  5. (en) Loyd Case, « An Age, Writ Large », Computer Gaming World, no 205,‎ , p. 72 (ISSN 0744-6667).
  6. (en) Gestalt, « Cossacks: European Wars », sur Eurogamer, .
  7. Christian Sonnic, « Test : Cossacks: European Wars », sur Gamekult, .
  8. (en) Scott Osborne, « Cossacks: European Wars Review », sur GameSpot, .
  9. Rémy Goavec, « Chair et canons : Cossacks », Gen4, no 144,‎ , p. 98-100 (ISSN 1624-1088).
  10. (en) « Cossacks: European Wars », sur IGN, .
  11. Pilou, « Test : Cossacks: European Wars », sur Jeuxvideo.com, .
  12. Kika, « Cossacks: Europeans Wars », Joystick, no 125,‎ , p. 104-105 (ISSN 1145-4806).
  13. (en) « Cossacks: European Wars », sur GameRankings.
  14. (en) « Cossacks: European Wars », sur Metacritic.