Cosmétique biologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les cosmétiques biologiques ont la même fonction d'hygiène et d'embellissement que les cosmétiques issues de l'industrie chimique cependant leurs règles de fabrication diffèrent par l'utilisation de matières premières naturelles issues de l'agriculture biologique et la proscription des extraits d'origine animale et des produits chimiques de synthèse[1].

Origine[modifier | modifier le code]

Le produit cosmétique étant destiné, à la base, à être mis en contact avec la peau ou toute autre partie du corps humain, certains utilisateurs (notamment ceux souffrant d'allergie à certains produits chimiques de synthèse) souhaitent avoir la garantie, via les cosmétiques biologiques, de ne pas utiliser des cosmétiques qui pourraient être néfastes pour leur santé. De plus, la prise en compte grandissante des questions environnementales participe à l'essor de ces cosmétiques. Ils sont reconnus comme tels par la présence d'un label. Différents labels existent et ont des cahiers des charges différents.

Dans le langage courant, la cosmétique biologique se distingue ainsi de la cosmétique conventionnelle portée par l'industrie traditionnelle. Il convient également de distinguer la cosmétique biologique de la cosmétique naturelle : les produits cosmétiques biologiques sont des produits naturels alors qu'un produit cosmétique naturel n'est pas nécessairement biologique.

On peut désigner de cosmétique biologique :

- un produit de l'industrie ayant un label

- un cosmétique fait maison suivant une recette

- une matière première seule (par exemple l'utilisation d'une huile végétale comme démaquillant).

Règles de composition[modifier | modifier le code]

En effet, pour qu'un produit cosmétique soit reconnu « biologique », il doit respecter des règles de fabrication, de composition et de tests répondants aux cahiers des charges d'un label existant actuellement sur le marché. Ces labels ont été mis en place par des groupements ou des associations portant intérêt à la santé des consommateurs.

Ces labels sont :

Chaque label a un cahier des charges différent et plus ou moins restrictif quant à la composition des produits. Ainsi, BDIH ou Ecocert demandent un pourcentage minimum de composants naturels ou issus de l'agriculture biologique. AIAB-ICEA quant à eux, encouragent à l'utilisation d'ingrédients et composants naturels mais sans donner de minima.

En tout état de cause, dans leur majorité, ces labels répondent à trois obligations principales :

Il peut être intéressant de comparer les cahiers des charges de chaque label car les obligations en terme de pourcentage de produit naturels et de produits issus de l'agriculture biologique ne sont pas les mêmes. Il faut également regarder les produits qui doivent être bannis des compositions car selon le label, certains sont autorisés ou non.

Les produits cosmétiques biologiques[modifier | modifier le code]

Les produits cosmétiques biologiques couvrent, comme leur cousin les cosmétiques classiques, la totalité de la gamme : le visage, le corps, les cheveux... Leur efficacité, si elle n'est pas immédiate, est cependant réelle puisqu'ils ont, dans leur composition, une concentration élevée de principes actifs naturels. De plus, pour ce qui est de leur conservation, là encore, aucun problème car les fabricants essaient d'utiliser le plus possible des flacons à pompes qui évitent le contact avec l'air.

Autrefois cantonnés dans les magasins bio et les pharmacies, ils se sont par la suite répandus dans les grandes surfaces et les sites internet.

S'ils sont plus chers que les cosmétiques classiques, ils sont considérés par leurs utilisateurs comme étant des produits plus sains et comportant moins de risques que leur cousins.

La législation concernant les Date Limite d'Utilisation (et DLUOptimale) est aussi stricte que pour les cosmétiques traditionnelles.

  • DLU : le produit cosmétique peut être commercialisé jusqu’à un mois avant sa DLU.
  • DLUO : le produit cosmétique peut être commercialisé jusqu’à cette dernière. Cependant des nouveaux types de magasins voient le jour proposant aux clients des produits dont la DLUO est dépassée (légal à condition que le consommateur en soit informé)[2].

Économie des produits cosmétiques biologiques[modifier | modifier le code]

En 2005, les produits cosmétiques dits naturels ne représentaient que 1 % du marché, et un chiffre d'affaires de 5,9 milliards d'euros en 2007[3]. En 2008, les cosmétiques biologiques sur le marché français représentaient 250 millions d'euros de chiffres d'affaires soit une hausse de 20 % par rapport à 2007[4]. Les prévisions suggèrent que les cosmétiques bio et naturels représenteront 10 % du marché à l’horizon 2010-2012 et 30 % du marché total des cosmétiques d'ici 5 ans[5].

En 2013 s'est tenu à Londres le premier salon mondial consacré exclusivement aux produits cosmétiques biologiques. Ce salon s'appelle Organic & natural beauty show.

On en parle de plus en plus[modifier | modifier le code]

On a vu fleurir sur la toile de nombreux blogs ou chaînes youtube, toujours plus nombreux avec des approches, des visions et des niveaux d’exigence différents. Ce mouvement semble s'inscrire dans une dynamique de retour à la nature, de prise de conscience de sa valeur, de sa promotion et de son respect.

Chaîne youtube :

Les cheveux de Mini ; des cheveux au naturel

Alys BOUCHER ; soins naturels des cheveux, de la peau, zéro déchets, ... avec des produits simple

Pin-up Bio ; maquillage, soins du corps et des cheveux, éthique, beauté...

Il est possible de trouver beaucoup d'autres chaînes ou blogs qui traitent de ce sujet parmi d'autres, mais ceux cités ici sont plus spécifiques.

On trouve également de plus en plus de livres sur les cosmétiques biologiques.

Références[modifier | modifier le code]