Corythosaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Corythosaurus
Description de cette image, également commentée ci-après
Squelette de Corythosaurus casuarius
au Musée royal de l'Ontario.
Classification
Règne Animalia
Sous-embr. Chordata
Classe Sauropsida
Super-ordre Dinosauria
Ordre  Ornithischia
Sous-ordre  Ornithopoda
Super-famille  Hadrosauroidea
Famille  Hadrosauridae
Sous-famille  Lambeosaurinae
Tribu  Lambeosaurini

Genre

 Corythosaurus
Brown, 1914

Espèces de rang inférieur

Synonymes

  • Corythosaurus excavatus
    Gilmore, 1923
  • Stephanosaurus intermedius
    Parks, 1923
  • Procheneosaurus erectofrons
    (Parks, 1931 [originally Tetragonosaurus])
  • Tetragonosaurus erectofrons
    Parks, 1931
  • Corythosaurus bicristatus
    Parks, 1935
  • Corythosaurus brevicristatus
    Parks, 1935

Corythosaurus est un genre éteint de dinosaures ornithopodes de la famille des hadrosauridés et de la sous-famille des lambéosaurinés. Il a vécu au Crétacé supérieur (Campanien), il y a environ entre 76 à 75 Ma (millions d'années)[1],[2], en actuelle Amérique du Nord. Ses fossiles ont été découverts en Alberta, au Canada.

Corythosaurus est connu par de nombreux spécimens quasiment complets, dont l'holotype découvert par Barnum Brown en 1911. Ces nombreux spécimens ont donné lieu, dans un premier temps, à l'érection de plusieurs espèces. Seules deux sont aujourd'hui considérées comme valides :


Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Corythosaurus signifie « lézard casqué » et vient du grec κορυθως/korythos qui signifie « casque » et σαυρος/sauros qui signifie « lézard ». Il lui a été attribué en raison de la ressemblance de sa crête avec un casque de soldat corinthien.

Découverte et histoire[modifier | modifier le code]

Le premier spécimen a été découvert en 1912 par Barnum Brown près de la rivière de Red Deer, en Alberta au Canada. Il s'agit d'un squelette presque complet, la découverte est remarquable car une grande partie de la peau fossilisée de la créature avait également survécu. Le 6 décembre 1916, le navire canadien (Canadian Pacific Lines) Mount Temple transportant deux spécimens et d'autres fossiles du Canada jusqu'en Grande-Bretagne fut coulé par le raider de surface allemand SMS Möwe, envoyant au fond de l'Atlantique Nord la cargaison de 75 millions d'années, où elle repose encore aujourd'hui[3], l'épave se trouvant à une trop grande profondeur pour être explorée.

Les fossiles ont été trouvés dans la partie supérieure de la formation d'Oldman et inférieure de la formation de Dinosaur Park au Canada[1].

Description[modifier | modifier le code]

Crâne de jeune Corythosaurus.

Corythosaurus mesurait environ 9 mètres de long et pesait de 2,3 à 4 tonnes selon les sources[4],[5],[6].

Comme les autres hadrosauridés, c'était était un herbivore bipède/quadrupède avec un bec sans dents, l'arrière des joues contenant des batteries de dents composées de centaines de petites dents intercalées. Il les utilisait pour couper et broyer les plantes, les remplaçait continuellement et ne les utilisait pas toutes en même temps afin de réduire leur usure.

Paléobiologie[modifier | modifier le code]

Vue d'artiste de 'Corythosaurus.

Plus de 20 crânes de ce dinosaure ont été trouvés. Comme pour d'autres lambéosaurinés, Corythosaurus possédait une grande crête osseuse élaborée au-dessus de son crâne qui contenait ses voies nasales allongées, lesquelles s'étendaient d'abord dans des poches séparées, puis dans une seule chambre et au-delà dans le système respiratoire[7].

Chaque vocalisation voyageait à travers ces chambres élaborées et en sortait probablement amplifiée[7]. Les scientifiques pensent que Corythosaurus pouvait émettre des cris aigus, bruyants ou faibles, à la manière d'un instrument à vent ou un cuivre[7]. Ces sons lui permettaient d'avertir ses congénères de la présence de nourriture ou de l'approche d'un prédateur[7].

Certains paléontologues ont avancé que ce dinosaure vivait principalement dans l'eau, en raison de l'apparence palmée de ses mains et de ses pieds. Toutefois, il a été découvert plus tard que les prétendues « palmes » étaient en fait des sortes de coussinets plantaires (ici écrasés par la fossilisation), un peu comme ceux trouvés sous les pattes de nombreux mammifères modernes[8]. La théorie était que ces animaux pouvaient nager en profondeur dans l'eau et utiliser leur crête pour respirer. Cependant, il a maintenant été prouvé que la crête ne comportait aucun trou à son extrémité et que la pression de l'eau, même à 3 mètres de profondeur, serait trop importante pour que les poumons puissent se gonfler.

La grande taille des orbites et la présence d'anneaux sclérotiques impliquent qu'ils avaient une vue perçante et des habitudes diurnes, la vue étant importante pour ces animaux. Le sens de l'ouïe des hadrosauridés semble également avoir été très développé. La présence d'un mince étrier (os retrouvé dans l'oreille des reptiles), combiné à un grand tympan implique l'existence d'une oreille moyenne sensible[8].

Paléobiogéographie[modifier | modifier le code]

Thomas M. Lehman a observé que Corythosaurus n'a jamais été découvert en dehors du sud de l'Alberta alors qu'il est l'un des dinosaures du Campanien les plus abondants de la région[9]. Les grands herbivores, comme les hadrosaures vivant en Amérique du Nord pendant le Crétacé supérieur, possédaient des aires géographiques « remarquablement limitées » en dépit de leur grande taille et de leur grande mobilité[9]. Cette distribution restreinte contraste fortement avec les aires géographiques des grands mammifères herbivores modernes qui eux ont parcouru des continents entiers[9].

Classification[modifier | modifier le code]

Corythosaurus est un hadrosauridé de la sous-famille des Lambeosaurinae. Il est proche d'autres hadrosauridés comme Hypacrosaurus et Lambeosaurus et, dans une moindre mesure, Olorotitan[10],[2],[11]. Il a été un temps le type potentiel d'une tribu restée informelle : les Corythosaurini[12],[2].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Il y avait initialement sept espèces décrites : C. casuarius, C. bicristatus, C. brevicristatus, C. excavatus, C. frontalis et C. intermedius. En 1975, Peter Dodson étudia les différences entre les crânes et entre les crêtes des différentes espèces de dinosaures lambéosaurinés et trouva que les différences de taille et de forme étaient peut-être dues à l'âge et/ou au sexe de l'animal. C'est pour cela que le genre ne contiendrait plus que deux espèces valides, Corythosaurus casuarius[13] et Corythosaurus intermedius[14].

Cladogramme[modifier | modifier le code]

Le cladogramme d'Albert Prieto-Márquez et ses collègues, réalisé en 2013, indique la position de Corythosaurus dans la tribu des Lambeosaurini entre les genres Lambeosaurus et Hypacrosaurus[2] :

 Lambeosaurinae 
Aralosaurini

Aralosaurus



Canardia





Jaxartosaurus



Tsintaosaurini

Tsintaosaurus



Pararhabdodon




Parasaurolophini

Charonosaurus


Parasaurolophus

Parasaurolophus cyrtocristatus




Parasaurolophus tubicen



Parasaurolophus walkeri





Lambeosaurini
Lambeosaurus

Lambeosaurus lambei



Lambeosaurus magnicristatus




Corythosaurus

Corythosaurus casuarius



Corythosaurus intermedius





"Hypacrosaurus" stebingeri




Hypacrosaurus



Olorotitan




Arenysaurus



Blasisaurus





Magnapaulia




Velafrons




Amurosaurus



Sahaliyania













Un cladogramme plus large, plus complet et plus récent, établi par les mêmes auteurs en 2016, se trouve dans l'article Hadrosauridae[11].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Jeux vidéos[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Arbour, et al. (2009).
  2. a b c et d (en) Albert Prieto-Márquez, Fabio M. Dalla Vecchia, Rodrigo Gaete et Àngel Galobart, « Diversity, Relationships, and Biogeography of the Lambeosaurine Dinosaurs from the European Archipelago, with Description of the New Aralosaurin Canardia garonnensis », PLoS ONE, vol. 8, no 7,‎ , e69835 (DOI 10.1371/journal.pone.0069835)
  3. Dinosaurs in the Deep
  4. (en) R.S. Lull et N.E. Wright, « Hadrosaurian Dinosaurs of North America », Geological Society of America Special Papers, vol. 40,‎ , p. 1–272 (DOI 10.1130/SPE40-p1)
  5. (en) Holtz, Thomas R. Jr. (2011) Dinosaurs: The Most Complete, Up-to-Date Encyclopedia for Dinosaur Lovers of All Ages, Winter 2010 Appendix.
  6. (en) R.B.J. Benson, Brussatte, M. et Xu, X., Prehistoric Life, London, Dorling Kindersley, , 344–345 p. (ISBN 978-0-7566-9910-9)
  7. a b c et d "Corythosaurus," Dodson, et al. (1994); page 137.
  8. a et b Schmitz and Motani (2011)
  9. a b et c "Endemism Among Herbivorous Dinosaurs," Lehman (2001); page 311.
  10. Godefroit, et al. (2003).
  11. a et b (en) A. Prieto-Marquez, G.M. Erickson et J.A. Ebersole, « A primitive hadrosaurid from southeastern North America and the origin and early evolution of 'duck-billed' dinosaurs », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 36, no 2,‎ , e1054495 (DOI 10.1080/02724634.2015.1054495)
  12. (en) Cruzado-Caballero P, Pereda-Suberbiola X, Ruiz-Omeñaca JI (2010a) Blasisaurus canudoi gen. et sp. nov., a new lambeosaurine dinosaur (Hadrosauridae) from the Latest Cretaceous of Arén (Huesca, Spain). Can J Earth Sci 47: 1507–1517
  13. Dodson (1975).
  14. (en) Référence Paleobiology Database : Corythosaurus

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) V. M. Arbour, M. E. Burns et R. L. Sissons, « A redescription of the ankylosaurid dinosaur Dyoplosaurus acutosquameus Parks, 1924 (Ornithischia: Ankylosauria) and a revision of the genus », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 29, no 4,‎ , p. 1117–1135 (DOI 10.1671/039.029.0405)
  • Dinosaurs in the Deep
  • (en) Peter Dodson, « Taxonomic implications of relative growth in lambeosaurine dinosaurs », Systematic Zoology, vol. 24, no 1,‎ , p. 37–54 (DOI 10.2307/2412696, JSTOR 2412696)
  • Dodson, Peter & Britt, Brooks & Carpenter, Kenneth & Forster, Catherine A. & Gillette, David D. & Norell, Mark A. & Olshevsky, George & Parrish, J. Michael & Weishampel, David B. The Age of Dinosaurs. Publications International, LTD. p. 137. (ISBN 0-7853-0443-6).
  • (en) Pascal Godefroit, Yuri Bolotsky et Vladimir Alifanov, « A remarkable hollow-crested hadrosaur from Russia: an Asian origin for lambeosaurines », Comptes Rendus Palevol, vol. 2, no 2,‎ , p. 143–151 (DOI 10.1016/S1631-0683(03)00017-4)
  • Lehman, T. M., 2001, Late Cretaceous dinosaur provinciality: In: Mesozoic Vertebrate Life, edited by Tanke, D. H., and Carpenter, K., Indiana University Press, p. 310–328.
  • (en) L. Schmitz et R. Motani, « Nocturnality in Dinosaurs Inferred from Scleral Ring and Orbit Morphology », Science, vol. 332, no 6030,‎ , p. 705–8 (PMID 21493820, DOI 10.1126/science.1200043)