Coryphaenoides rupestris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le grenadier de roche est un poisson abyssal vivant dans l'Atlantique nord.

Il vit de 180 à 2600 m de profondeur et n'est pêché par la pêche industrielle que depuis la fin du XXe siècle ; Il peut mesurer jusqu'à 1,20 m pour 3 kg.

Sa longévité peut atteindre 60 ans et sa maturité sexuelle est très tardive.

Sa dynamique de population le rend très vulnérable à la surpêche. En Europe il est notamment pêché au large de l'ouest de l’Écosse depuis 1989 (pour trouver une solution à la régression du lieu noir largement surexploité[1]. En 1990 la France était responsable de 99 % du prélèvement sur le stock ouest-Écosse, via des chalut de grand fond à mailles de 9 à 10 cm tirés par des navires industriels ou semi-industriels venant de Boulogne, Lorient, Concarneau et Douarnenez, alors que les captures internationales des autres pays (Féroé, Allemagne et Grande Bretagne) étaient encore marginales (moins de 30 t/an).

Une étude faite dans les années 1990 (à l'ouest de l'Angleterre) sur des poissons vivant en profondeur en bordure du plateau continental a montré que la réduction de leur biomasse suite à la pêche au chalut se fait très rapidement (en quelques années), mais d'une manière plus ou moins marquée selon l'espèce (dans ce cas par exemple le grenadier de roche a mieux résisté que l'hoplostèthe orange (Hoplostethus atlanticus) qui a plus rapidement et fortement décliné[2]. L'Ifremer a estimé que pour le stock Ouest-Écosse, il y aurait surexploitation à partir de 7000 a 8000 t/an, tonnage qui était déjà atteint en seulement 2 ans (dès 1991 dont 7300t prélevées par des pêcheurs français)[2].

Comme beaucoup de poissons abyssaux[3], le grenadier de roche est fortement contaminé par des polluants de types organochlorés tels que les polychlorobiphényles (PCB) et le dichloro DDT. Les impacts de ces polluants ne sont pas connus, mais il apparaît que la contamination induirait une hausse des mécanismes de défenses antioxydantes, comme la superoxyde dismutase et la catalase [4]. Des études réalisées sur des tranches de précision de foie indiquent que la forte pression hydrostatique prévalant en profondeur favoriserait l'accumulation de ces polluants en réduisant l'expression des systèmes enzymatiques, tels que les cytochromes P450, assurant l'élimination de ces composés [5].  

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. DUPOUY, H., & KERGOAT, B. (1992). La pêcherie de grenadier de roche de l'ouest de l'Écosse : reproduction, mortalité par pêche et rendement par recrue
  2. a et b Lorance P (1998) Structure du peuplement ichtyologique du talus continental à l'ouest des îles Britanniques et impact de la pêche. Cybium, 22(4), 309-331.
  3. (en) Ballschmiter K.H. et al., « Contamination of the deep-sea », Marine Pollution Bulletin 34(5),‎ , p. 288-289 (lire en ligne)
  4. (en) Lemaire B. et al., « Effects of organochlorines on cytochrome P450 activity and antioxidant enzymes in liver of roundnose grenadier Coryphaenoides rupestris », Aquatic Biology 8,‎ , p. 161-168 (lire en ligne)
  5. (en) Lemaire B. et al., « Precision-Cut Liver Slices To Investigate Responsiveness of Deep-Sea Fish to Contaminants at High Pressure », Environ. Sci. Technol., 46 (18),‎ , p. 10310–10316 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]