Coryphaenoides rupestris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le grenadier de roche est un poisson abyssal vivant dans l'Atlantique nord.

Il vit de 180 à 2600 m de profondeur et n'est pêché par la pêche industrielle que depuis la fin du XXème siècle ; Il peut mesurer jusqu'à 1,20 m pour 3 kg.

Sa longévité peut atteindre 60 ans et sa maturité sexuelle est très tardive.

Sa dynamique de population le rend très vulnérable à la surpêche. En Europe il est notamment pêché au large de l'ouest de l’Écosse depuis 1989 (pour trouver une solution à la régression du lieu noir largement surexploité[1]. En 1990 la France était responsable de 99% du prélèvement sur le stock ouest-Ecosse, via des chalut de grand fond à mailles de 9 à 10 cm tirés par des navires industriels ou semi-industriels venant de Boulogne, Lorient, Concarneau et Douarnenez, alors que les captures internationales des autres pays (Féroé, Allemagne et Grande Bretagne) étaient encore marginales (moins de 30 t/an).

Une étude faite dans les années 1990 (à l'ouest de l'Angleterre) sur des poissons vivant en profondeur en bordure du plateau continental a montré que la réduction de leur biomasse suite à la pêche au chalut se fait très rapidement (en quelques années), mais d'une manière plus ou moins marquée selon d'espèce (dans ce cas par exemple le grenadier de roche a mieux résisté que l'hoplostèthe orange (Hoplostethus atlanticus) a plus rapidement et fortement décliné qu[2]. Ifremer a estimé que pour le stock Ouest-Ecosse il y aurait surexploitation à partir de 7000 a 8000 t/an, tonnage qui était déjà atteint en seulement 2 ans (dès 1991 dont 7300t prélevées par des pêcheurs français)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. DUPOUY, H., & KERGOAT, B. (1992). La pêcherie de grenadier de roche de l'ouest de l'Écosse : reproduction, mortalité par pêche et rendement par recrue
  2. a et b Lorance P (1998) Structure du peuplement ichtyologique du talus continental à l'ouest des îles Britanniques et impact de la pêche. Cybium, 22(4), 309-331.

Liens externes[modifier | modifier le code]