Corticolibérine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La corticolibérine est selon son utilisation soit un neurotransmetteur soit une neurohormone produite par l'hypothalamus et agissant au niveau de l'hypophyse sur l'expression du gène codant la pro-opiomélanocortine ou POMC, ainsi que sur sa maturation en hormone corticotrope (ACTH) puis sa sécrétion.

Elle peut également être libérée par le placenta pendant la grossesse, chez l'humain[1].

On utilise souvent l'abréviation CRH (de l'anglais corticotropin-releasing hormone), anciennement CRF (pour corticotropin-releasing factor).

Effets et utilisation en médecine[modifier | modifier le code]

  • La CRH va stimuler la libération d'ACTH par l'hypophyse. L'ACTH va, à son tour, stimuler la production des glucocorticoïdes au niveau des surrénales.
  • La sécrétion de CRH est inhibée par un mécanisme de rétro-contrôle impliquant à la fois les glucocorticoïdes et l'ACTH.
  • En pratique clinique, le test au CRH permet de distinguer une maladie de Cushing d'une sécrétion ectopique d'ACTH dans les syndromes de Cushing ACTH-dépendants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Smith, « Le déclenchement de l'accouchement », Pour la Science,‎ , p. 116 (ISSN 0153-4092, lire en ligne)