Corps d'armée italien en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

IIe Corps d'armée
Image illustrative de l’article Corps d'armée italien en France
président Poincaré visite le 2e corps d'armée italienne

Création 1918
Dissolution 1919
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Branche Armée de Terre
Type Corps d'armée
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles Bataille de la Marne, Bataille de Champagne
Commandant historique Alberico Albricci

Le IIe Corps d'armée était un Corps d'armée de l'Armée royale italienne de la Première Guerre mondiale qui a combattu en France la Bataille de la Marne et de Champagne.

La Légion garibaldienne[modifier | modifier le code]

Peppino Garibaldi en 1915

Le 5 novembre 1914 est la date de création du 4e régiment de marche du 1er étranger, une unité militaire de la Légion étrangère, appelée couramment «Légion garibaldienne» dont les membres étaient tous italiens. Après s’être illustrée en Argonne (Bois de Bolante) en décembre 1914 le régiment est finalement dissous le 5 mars 1915 du fait de l’entrée en guerre de l’Italie et du départ de la majorité des effectifs vers leur pays d’origine[1]. Le Chef de corps était le Lieutenant-colonel Peppino Garibaldi, petit-fils du « héros des deux mondes » Giuseppe Garibaldi.

Les T.A.I.F.[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1917 les seules troupes du Regio Esercito présentes sur le sol français sont les unités des T.A.I.F. (Truppe Ausiliarie Italiane in Francia) (« Troupes auxiliaires italiennes en France »), chargées d'effectuer des travaux à proximité du front. L'enjeu est de taille, puisqu'il s'agit de démontrer que l'armée a atteint un niveau d'excellence et que l'Italie peut être considérée, en dépit du désastre de Caporetto, comme une alliée digne de confiance.

Le Corps d'armée[modifier | modifier le code]

Le IIe Corps d'armée italien en France combat d'avril à novembre 1918. Il est constitué des 3e et 8e divisions ayant combattu en Argonne, dans le secteur de Reims et à l'est de Soissons[2].

Composition[modifier | modifier le code]

Fin avril 1918, le 2e corps d'armée du général Alberico Albricci est à Arcis-sur-Aube. Il se compose de deux divisions d'infanterie et de diverses troupes de corps d'armée. La 3e division, commandée par le général Vittorio Emanuele Pittaluga, comprend les brigades Napoli (75e et 76e régiments d'infanterie) et Salerno (89e et 90e régiments d'infanterie). La 8e division, commandée par le général Giovanni Beruto, comprend les brigades Brescia (19e et 20e régiments d'infanterie) et Alpi (51e et 52e régiments d'infanterie).

La brigade Alpi est commandée par le colonel-brigadier Peppino Garibaldi qui a déjà combattu sur le front français en 1914/1915, avant l'entrée en guerre de l'Italie, à la tête de la Légion garibaldienne.

Au total, le 2e corps d'armée compte environ 60 000 hommes, aguerris par plusieurs années de combats sur le front italien.

Actions[modifier | modifier le code]

Entre le 11 et le 13 juin 1918, le 2e corps d'armée est déployé le long de la rivière Ardre, intégré dans la 5e armée française. Le général Albricci établit son état-major à Hautvillers. À partir du 14 juillet, le 2e corps d'armée doit faire face à la dernière grande offensive allemande de la Première Guerre mondiale (4e bataille de Champagne). Lors des violents combats de Bligny, les troupes italiennes parviennent à stopper l'offensive au prix de 4 000 morts et 4 000 prisonniers, empêchant l'armée allemande de s'emparer de son objectif sur ce secteur du front, à savoir la ville d'Épernay[3].

Après une brève période de repos, le 2e corps d'armée est transféré dans l'Aisne, à l'extrémité du Chemin des Dames. Il participe à l'offensive alliée finale, effectuant fin septembre 1918 une percée près de Chavonne et poursuivant son avancée jusqu'à Rocroi et les rives de la Meuse.

Fin des opérations[modifier | modifier le code]

Après l'armistice, le 2e corps d'armée s'établit en Belgique. Le rapatriement débute le 21 janvier 1919 et se termine le 8 mars.

Avant son départ, le maréchal Pétain adresse au général Albricci la lettre suivante : «   Au moment où vous allez retourner en Italie, je tiens à vous exprimer la satisfaction que j'ai éprouvée à avoir sous mes ordres le 2 °C.A. italien. Quand, en avril 1918, le 2e C.A. italien arriva en France, sa réputation de vaillance était déjà consacrée (...). Je savais que je pouvais beaucoup demander à de pareilles troupes. Elles furent en effet de celles qui, le 15 juillet, contribuèrent à repousser les assauts furieux de l'ennemi. Elles furent ensuite appelées à reprendre les crêtes fumeuses du chemin des Dames et participèrent ardemment avec les troupes françaises à la poursuite qui chassa l'ennemi hors de France. Au nom du peuple de France, je les remercie. »

Composition du corps d'armée[modifier | modifier le code]

3e division
  • brigade Napoli
  • brigade Salerno
8e division
  • brigade Brescia
  • brigade Alpi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les garibaldiens », sur Argonne1418.com
  2. « Cimetiere-militaire-italien », sur Picardie1418.com
  3. « Notice », sur free.fr

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mario Caracciolo, Bligny, Ardre, chemin des Dames, Roma, Libreria del Littorio, 1928.
  • Vittorio Emanuele Pittaluga, In Italia, in Francia, a Fiume (1915-1919), Milano, Unitas, 1926.
  • Julien Sapori, Les troupes italiennes en France pendant la Première Guerre mondiale, Parçay-sur-Vienne, éditions Anovi, 2008.