Corolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corolis
Image illustrative de l'article Corolis
Logo du réseau

Image illustrative de l'article Corolis
Van Hool New A330 GNV & Renault R312 à Mairie.

Situation Drapeau : France Beauvais et son agglomération
Type Bus
Entrée en service Années 1960
1978 : mise en service du réseau actuel
2010 : sous le nom Corolis
Longueur du réseau 273 km
Lignes 19 (toutes lignes confondues)
Stations 379
Fréquentation 3,7 millions de voyageurs
par an en 2012
Propriétaire Communauté d'agglomération du Beauvaisis
Exploitant Beauvaisis Mobilités
Site internet http://www.corolis.fr/
Slogan Redécouvrez la ville ! (depuis 2016)
Le Bus, naturellement ! (2010-2016)
Lignes du réseau Liste des lignes de bus du Beauvaisis
Réseaux connexes TER Picardie, Ouibus

Corolis est le réseau de transports en commun organisé par la communauté d'agglomération du Beauvaisis, qui dessert 31 communes sur 44 de cette intercommunalité et notamment sa ville centre, Beauvais, chef-lieu du département de l'Oise dans les Hauts-de-France.

Ce réseau est exploité depuis le par Beauvaisis Mobilités, filiale du groupe Transdev.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines du transport collectif à Beauvais remontent aux années 1960 mais prend un essor considérable avec la mise en place d’un réseau structuré en 1978, les Transports urbains de Beauvais (TUB), sous le mandat de Walter Amsallem, et d’ajouts, d’extensions, et de modifications mises en place les trois décennies qui suivent. Les différentes moutures du réseau de bus de Beauvais ont la particularité d’être dressées en étoile : toutes les lignes, à l’exception de la ligne 7, transitent par l’hôtel de ville, dont la cour arrière, anciennement un parking, a été transformée[Quand ?] en pôle d’échanges urbain dans les années 1980.

Années 1960 : l’avènement du transport collectif[modifier | modifier le code]

Années 1980 : l’essor[modifier | modifier le code]

Années 2000 : la modernisation[modifier | modifier le code]

Le réseau des Transports urbains de Beauvais est à l’arrivée de Caroline Cayeux en 2001 un réseau avant tout fonctionnel, exploité à l’aide d’un parc de véhicules vieillissant. Un plan de modernisation sous le premier mandat de la nouvelle municipalité consiste à renouveler le parc de véhicules afin de le rendre accessible, confortable et performant. Le renouvellement s’effectue depuis 2001 à raison de deux nouveaux bus par an, d’abord à propulsion au gaz naturel, puis dès 2010 quand la technologie le permet, avec des bus hybrides rechargeables à propulsion diesel-électrique.

La campagne Dell’Arte[modifier | modifier le code]

Au cours des années 2000, les TUB s’associent à la ville de Beauvais, au conseil général de l'Oise et au musée départemental de l’Oise pour utiliser les transports en commun comme vecteur d’art. Ainsi, dès 2002, plusieurs bus et minibus sont recouverts d’œuvres d’art, notamment de Maurice Duplessis[1]. L’opération « Dell’Arte » ne s’arrête pas aux véhicules puisque les coupons d’abonnement mensuels font également la part belle à des œuvres d’art, de même que les guides horaires, qui présentaient en 2002 une œuvre de Henri Le Sidaner en couverture[1]. Les livrées « Dell’Arte » accompagnent le renouvellement successif du parc de véhicules jusqu’à la disparition des Transports urbains du Beauvaisis, en 2010.

Années 2010 : une nouvelle ère[modifier | modifier le code]

La création de Corolis[modifier | modifier le code]

Exemple de bornes d'information voyageur. Photo d'illustration du réseau de Vienne.

Les cinq premières années de Corolis marquent la continuité dans la modernisation engagée par l’autorité organisatrice de la prestation du réseau. L’année 2010 voit des changements importants pour les Transports urbains du Beauvaisis, renommés Corolis dans le cadre du renouvellement de la délégation de service public (DSP), reconfiée à Cabaro pour la période 2010-2015. Le réseau se dote d’une identité bucolique et champêtre qui tranche avec celle de l’entité précédente. Dès 2011, le syndicat mixte des transports collectifs de l’Oise instaure dans tout le département une billetterie sans contact pour les abonnements et carnets de 10 billets, utilisant la technologie NFC. Un système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageurs ainsi que de géolocalisation des véhicules est également adopté. Des bornes d’information rétro-éclairées sont introduites aux arrêts les plus fréquentés, et un système d’annonces visuelles et sonores est implémenté à bord des autobus.

Cependant, dès les premiers jours du nouveau réseau, la fermeture du pont de Paris (qui menaçait de s’effondrer) entraine des perturbations que l’exploitant et l’autorité organisatrice peinent à altérer. La fermeture du pont, emprunté par les quatre lignes de bus principales qui totalisaient 120 rotations par jour[2], allonge le parcours des bus de 100 km/jour, pour un coût supplémentaire de 80 000 euros[3]. Cette fermeture entraine la suppression d'une trentaine de rotations sur ces lignes. En 2011, grâce à l'ouverture d'une voie en site propre rue Desgroux, le service est considérablement amélioré sur les lignes touchées, bénéficiant d’une offre supérieure par rapport à septembre 2010[4], mais la saturation du réseau artériel en centre-ville entrainera des perturbations conséquentes jusqu’à la réouverture du pont, en décembre 2013.

La même année, la communauté d’agglomération impose à l’exploitant une grille d’évaluation de la qualité de service, avec des critères plus poussés. Cet outil de suivi, basé sur un système de bonus-malus, prévoit des primes ou pénalités pour chaque item pris en compte : la ponctualité, l’entretien des véhicules, la relation avec la clientèle, le confort et la sécurité, et l’information.

L’emphase est mise à partir de la fin 2014 sur l’accessibilité des points d’arrêts et un schéma directeur d’accessibilité (SDA) est mis en place. Le pôle urbain situé place Georges Clemenceau fait l’objet de travaux de mise en accessibilité et est fermé pendant quatre semaines en octobre[5]. Par la suite, des travaux de mise en accessibilité incluant la réfection des trottoirs et l’uniformisation de leur hauteur sont effectués sur la majorité des points d’arrêt du territoire beauvaisien.

Un regain de la fréquentation[modifier | modifier le code]

Après une baisse de la fréquentation de 9 % à la fin des années 2010[6], la mise en place le 5 janvier 2015 du billet unique de transport (BUT) à 1 euro, qui permet d’emprunter toutes les lignes du réseau de façon illimitée pendant une journée, fait grimper la fréquentation de 23 %, si bien que la baisse des recettes liées à cette nouvelle politique tarifaire généreuse a été compensée par la hausse de la fréquentation[7].

Le réseau créé à la fin des années 70 sous l’impulsion de la première mandature de Walter Amsallem souffrait cependant des ajouts et détours successifs apportés aux lignes afin de desservir de nouveaux secteurs en expansion, allongeant ainsi les temps de parcours sur la majorité des tracés. Bon nombre de modifications, faites au gré des demandes et des besoins ponctuels, font progressivement perdre clarté et efficacité au réseau.

Un nouveau réseau en demi-teinte pour 2016[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du plan de déplacements urbains approuvé le 12 avril 2013 par la communauté d'agglomération du Beauvaisis[8], celle-ci s'est fixé comme objectifs pour la période 2012-2022 de réduire la part modale de la voiture de 11 % (de 63 % à 57 %), d’augmenter celle des transports collectifs de 50 % (de 6 % à 9 %), et de tripler celle du vélo — qui passerait de 1 % à 3 % — ; ceci tout en maintenant à un niveau élevé de 30 % la part modale de la marche à pied[9].

Le programme d’actions du PDU est basé sur l’articulation des transports en cohérence avec l’aménagement du territoire, l’attractivité des transports collectifs, la favorisation de l’intermodalité, la promotion des modes doux, la maitrise de la circulation automobile, l’organisation du transport de marchandises, et l'action sur les comportements[10].

La mise en place du billet unique de transport le 5 janvier 2015, dont on escompte l'augmentation de la fréquentation des bus de 23 % avec un peu plus de 110 000 voyages supplémentaires, est un des axes d’un plan global baptisé « Fréquence bus », destiné à rendre plus attractifs les transports en commun. Ce plan, intégré à la nouvelle délégation de service public du réseau qui a pris effet le dernier, comprend une restructuration profonde du réseau, qui passera le de 13 à 9 lignes, résultant de la fusion de tracés existants et de la suppression de doublons[11].

Le réseau « Chrono » : embryon de BHNS[modifier | modifier le code]

Ainsi, deux lignes dites « Chrono » relieront les quartiers à forte densité de population au centre-ville et aux zones d’activité commerciales. Ces deux lignes devraient être exploitées par des bus équipés du Wi-Fi gratuit à bord. Des aménagements devraient être prévus aux points d’arrêt principaux, avec également la mise en place de points d’accès au Wi-Fi. Le réseau « Chrono » sera composé de :

  • la ligne Chrono 1, desservant désormais l’avenue Jean Moulin dans son entièreté, le lycée Félix Faure, le centre commercial du Jeu de Paume. Le reste de son parcours, entre la gare SNCF, l’hôtel de ville, et le quartier Saint-Jean restent inchangé.
  • la ligne Chrono 2 reprend sous son aile différents tracés, notamment celui des anciennes lignes 2, 3 et 9. Elle reliera ainsi le Campus de l'Institut polytechnique LaSalle à la zone d’activité commerciale du Thère, en passant par le centre hospitalier de Beauvais, le quartier Saint-Lucien, le centre-ville, la partie sud-est du quartier Saint-Jean.

Ces deux lignes structurantes, représentant actuellement plus de 80 % de la fréquentation du réseau, posent les bases d’un embryon de réseau de bus à haut niveau de service avec un cadencement prévu aux 10 à 15 minutes, une amplitude de 5 h 30 à 22 h 00, et une desserte dominicale. Ce réseau « Chrono » reprend certains codes du BHNS, avec une rationalisation des tracés et du nombre d’arrêts, la suppression de boucles et de détours, et le passage, autant que possible, par de grandes artères et boulevards. Il n’en reste que ces deux lignes ne répondront pas, à leur mise en service, aux caractéristiques de service ni aux caractéristiques techniques de ce mode de transport. Le manque d’aménagements en sites propres et de priorité au feu ne permet pas de garantir un temps de trajet sur ces lignes, susceptibles aux aléas de la circulation très dense des boulevards. Aucun changement dans les modalités d’exploitation — qu’il s’agisse du système d’information, de la billettique, ou des arrêts — n’a de plus été annoncé.

Le reste du réseau précaire[modifier | modifier le code]

Malgré l’augmentation de l’offre sur le trajet des futures lignes Chrono 1 et 2, la mise en service du nouveau réseau se fera sans augmentation ni du budget alloué au fonctionnement de ce dernier, ni du nombre de véhicules en service voyageurs.

Malgré le but attesté par l’exploitant de vouloir convertir une partie des automobilistes en usagers du transport collectif[12], le reste du réseau se voit alimenté par une desserte précaire. C’est le cas notamment du quartier Marissel, qui était desservi à raison d’un bus toutes les 12 à 20 minutes, et qui ne l'ait plus que toutes les 40 minutes minimum[13]. En effet, les quartiers non-desservis par les lignes « Chrono » devront se contenter d’une fréquence de 40 minutes en heure de pointe, la fréquence pouvant diminuer jusqu’à une heure en heure creuse, pouvant donc laisser penser plus à un réseau suburbain qu’à un réseau urbain. D’autres quartiers voient leur desserte drastiquement dégradée, comme Voisinlieu, dont seule la rue de Paris sera désormais desservie, avec une fréquence du même ordre.

Quant au réseau suburbain, il reste quasiment inexistant, consistant ainsi d’une seule ligne de bus régulière, la 13 — déjà existante —, qui relie la ville-préfecture à Auneuil. D’abord prédite pour être remplacée par un système de covoiturage, la ligne sera finalement conservée à l’identique. Le reste du territoire de la communauté d’agglomération du Beauvaisis, amené à fusionner avec celui de la communauté de communes rurales du Beauvaisis à la fin de l’année pour représenter 93 000 habitants ne se voit donc desservir par aucune autre ligne bus régulière.

Des améliorations pour la rentrée 2017[modifier | modifier le code]

Quelques améliorations sont prévues pour la rentrée 2017. Elles entreront en vigueur à partir du . La principale modification de 2017 concerne les lignes Chrono 1 et Chrono 2. En effet, leurs parcours respectifs dans le quartier Saint-Jean vont être intervertis. La ligne Chrono 1 desservira donc les arrêts Fauqueux, Lebesgue, Briqueterie, Leblond (direction St-Jean) et Dardignac. Quant à la ligne Chrono 2, elle desservira les arrêts Rimbaud, Gide, Rousseau et Dardignac. Ce changement permettra de faciliter l'accès à la ZAC de Thère pour les habitants du quartier en évitant une correspondance entre les deux lignes. De plus, les lignes Chrono 1 et Chrono 2 auront un cadencement strict de 15 minutes durant la journée. Ces lignes conserveront les mêmes horaires du lundi au samedi contrairement à aujourd'hui où certaines courses sont supprimées le samedi.

Le service dominical des lignes Chrono 1, Chrono 2 et 3 débutera plutôt, à 9 heures au lieu de 11 heures actuellement.

Les horaires de la ligne 4 vont également être améliorés et la ligne circulera jusque 20h30 contre 19h actuellement.

Le centre-bourg de Tillé bénificiera de deux passages supplémentaires le midi.[14]

Une nouvelle ligne va être expérimentée. Elle reliera le Plouy Saint-Lucien, la Mie-au-Roy et le centre-ville. Cette nouvelle liaison sera assurée en minibus.

Le service ChronoPro fonctionnera toute la journée alors qu'actuellement il ne fonctionne qu'aux heures de pointe du matin et du soir.[15]

Organisation[modifier | modifier le code]

La livrée TUB d'avant la reprise du réseau par l'agglomération.

L’exploitation du réseau des Transports urbains du Beauvaisis est confiée dès 1999 à Cabaro, alors filiale de Connex, et qui sera soumise aux fusions et acquisitions du groupe aujourd’hui nommé Transdev. En 2009, la communauté d’agglomération du Beauvaisis devient autorité organisatrice de la mobilité (AOM), prenant la main sur une compétence qui était jusque là exercée par la ville de Beauvais. En tant qu’AOM, l'intercommunalité définit l'offre des transports (tracé des lignes, fréquence de passage), détermine la politique tarifaire, supporte les gros investissements et contrôle la gestion de l’exploitant.

Le , la nouvelle délégation de service public allant jusqu’en 2021 confie de nouveau la gestion de l'exploitation à Cabaro, suite à l’abandon rapide de Keolis. Cependant, c’est une nouvelle filiale, Beauvaisis Mobilités, qui est créée pour assurer les activités du réseau[16].

Beauvaisis Mobilités conseille et renseigne la communauté d'agglomération, assure la gestion du réseau, veille à son bon fonctionnement et met en œuvre tous les éléments susceptibles de contribuer au développement de l'utilisation des transports en commun, de la formation du personnel à la politique commerciale, en passant par la démarche qualité et les études générales.

Réseau actuel[modifier | modifier le code]

L'offre de transport actuelle[modifier | modifier le code]

Le réseau actuel, issu de la restructuration totale du réseau le 29 août 2016, comporte 8 lignes régulières et est complété par des services spécifiques au réseau. Il est ainsi composé de :

  • deux lignes dites « Chrono » (C1, C2) reliant les quartiers denses aux pôles générateurs de déplacements. Ces lignes fonctionnent avec un cadencement aux 15 minutes pendant la majeure partie du service. Elles fonctionnent également le dimanche et les jours fériés ;
  • six lignes faisant partie du réseau secondaire (numérotées 3 à 7), constituant un maillage du territoire beauvaisien, avec une fréquence peu élevée allant de 30 à 60 minutes, et une amplitude horaire faible ;
  • le service Chrono Pro, reliant les terminus des lignes « Chrono » aux zones d’activités, avec un système de réservation par le biais d’une application pour téléphones intelligents ;
  • le service de covoiturage intégré au réseau, « Oscar », en complément de la ligne 13 reliant Beauvais à Auneuil ;
  • le GratuitBus, une navette gratuite reliant le parking-relais Saint-Quentin aux principaux points d’intérêt du centre-ville ;
  • la navette express Hôtels, fonctionnant jusqu’à 23h50, et reliant l’aéroport de Beauvais-Tillé aux hôtels beauvaisiens ;
  • le service de transport à la demande, « Corolis à la demande » ;
  • la ligne estivale desservant le Plan d’eau du Canada (numérotée 8) ;
  • une navette sur réservation, reliant la gare de Beauvais au centre pénitentiaire, situé en périphérie ;
  • quatre lignes dites « T » fonctionnant le samedi et desservant les communes alentours de Beauvais ;
  • une navette reliant le hameau du Plouy Saint-Lucien à la gare de Beauvais ;
  • et une navette co-gérée avec le réseau Atriom du Beauvaisis, reliant Beauvais au Parc Saint-Paul.

Ancien réseau (1978—2016)[modifier | modifier le code]

Le réseau totalise, en 2013, 273 km de lignes et compte 379 points d'arrêt. Il est organisé en étoile, et l'ensemble des lignes sauf la ligne 14 dessert la station Mairie, qui est le point central du réseau.

Les lignes 1, 2, 3 et 9 assurent 80 % du trafic du réseau, le nombre de voyageurs par an dépassant le million sur la ligne 1, qui relie les deux quartiers les plus peuplés de Beauvais : Argentine au nord de la ville et Saint-Jean au sud.

Le nombre de courses journalières sur les lignes classiques du réseau s’étend de sept à 57, avec des fréquences de l’ordre d'une dizaine de minutes en heure de pointe sur la ligne 1. Sur les autres lignes, la fréquence est sensiblement plus faible, de 15 minutes pour les lignes les plus desservies à plus d'une demi-heure pour les lignes les moins fréquentées.

En ce qui concerne les navettes « communes », l'offre de transport est faible et n'incite pas à l'usage des transports en commun[17].

Offre de transport[modifier | modifier le code]

Bus Van Hool NewA330 Hyb en 2010.

Le réseau était jusqu’à la rentrée 2016 constitué de :

  • 14 lignes de bus régulières du lundi au samedi (1 à 9, 12 à 14, GratuitBus, Navette Aéroport/Hôtels) ;
  • trois lignes les dimanches et jours fériés (11A, 11B et 11C) ;
  • une ligne estivale de fin-juin à fin-août desservant le plan d'eau du Canada (10) ;
  • sept lignes spéciales dont 5 lignes scolaires, la navette Campus LaSalle et la navette du Centre Pénitentiaire ;
  • six lignes desservant les communes rurales les mercredis et samedis (T1, T25, T3, T6, T7, T8) ;
  • une ligne spécifique pour la « Fête de l'âne » en juin à Aux Marais ;
  • trois lignes spéciales pour la desserte du site de tir du feu d'artifice du 13 juillet ;
  • un service de transport à la demande.

Évolution de l’offre[modifier | modifier le code]

Bien que le cœur du réseau date de 1978, le tracé du réseau a subi des modifications plus ou moins significatives, et des lignes ont été créées. C’est le cas[Quand ?] de la ligne 12, reliant le centre-ville de Beauvais à l’aéroport de Beauvais-Tillé.

En 2009, voient le jour la ligne 13, seule ligne suburbaine régulière de l’agglomération, reliant Beauvais à Auneuil en passant par Goincourt, ainsi que la ligne 14, destinée à desservir la zone d’activité économique du Haut-Villé. Les lignes 5 et 8 sont elles respectivement prolongées vers Fouquenies et Allonne.

Dans le cadre du projet de redynamisation du centre-ville de Beauvais, une navette gratuite, sobrement nommée « GratuitBus » effectue une liaison entre le parking Saint-Quentin, et différents points d’arrêt du centre-ville. Depuis l’ouverture du centre commercial du Jeu de Paume en novembre 2015, elle dessert ce dernier, ainsi que le palais de justice, la Banque de France, l’hôtel de ville, la place des Halles ainsi que la rue Jean Racine et le boulevard Amyot d’Inville.

Dès décembre 2015, une navette relie la gare de Beauvais au centre pénitentiaire de Beauvais nouvellement ouvert au sud de la ville[18].

Dépôt[modifier | modifier le code]

Le dépôt de Corolis est situé dans la zone de Pinçonlieu à Beauvais, sur un terrain de 11 600 m2. Inauguré en 2013 et construit à un coût de 2 millions d'euros, il a été financé à hauteur de 1,2 million d'euros par Cabaro. Le dépôt comprend des zones de parking pour les bus et les voitures du personnel, un atelier d’entretien, une station de lavage, et des bureaux administratifs[19]. Ce dépôt est désormais utilisé par Beauvaisis Mobilités.

Ressources et tarification[modifier | modifier le code]

« La politique tarifaire se caractérise par une part importante et constante de la gratuité et des prix très attractifs[20] », et, globalement, les recettes commerciales représentent environ 10 % des charges de la délégation de service public, le solde étant apporté par la collectivité[20], qui a créé un budget annexe pour les transports en commun, qui s'élevait à 9,2 millions d'euros (8 M € en fonctionnement et un peu plus de 1,2 M € en investissement) en 2013, ainsi qu'un budget annexe « Gaz naturel pour véhicule (GNV) » qui s'élevait également en 2013 à près d'un demi million d'euros[21],[22].

Le budget annexe des transports en commun de la communauté d'agglomération est financé notamment par le versement transport payé par les entreprises et administrations, qui est fixé depuis 2008 à 0,60 % de la masse salariale des organismes assujettis. « Malgré des ressources issues du versement transport en progression de 4 % de 2008 à 2012, la part financée par les entreprises décroît de 4 % pour atteindre 59 % des charges du service en 2012 soit 5,3 M€[23] ».

Billetterie[modifier | modifier le code]

Depuis le 5 janvier 2015, le billet unique de transport (BUT), valable une journée pour un nombre indéterminé de voyages et vendu 1 [24] sert de titre de transport pour les voyageurs occasionnels.

Ce billet journalier permet également de louer, sur réservation, un vélo en libre-service du service Yellow vélo[24], mis en service en 2013[25].

Jusqu’alors, le billet individuel valable pour une heure coûte 0,90 , tandis qu’il était possible de les charger par dix sur un support sans contact au tarif de 5,90 )[26].

Abonnements[modifier | modifier le code]

Des abonnements mensuels sont prévus au prix de 16 . Lorsque les voyageurs sont titulaires d'un abonnement ferroviaire TER, l'abonnement mensuel, dénommé Abonnement mensuel Duo est disponible au tarif réduit de 8 [26]. Les étudiants de 18 à 25 ans domiciliés dans l'agglomération bénéficient également d'un abonnement mensuel à demi-tarif. Les jeunes de moins de 18 ans, les seniors de plus de 60 ans, les demandeurs d’emploi et les personnes en situation de handicap bénéficient d'abonnements gratuits lorsqu'ils résident sur le territoire de l'agglomération.

Globalement, seuls 34 % des voyageurs paient le plein tarif[27].

Agence commerciale[modifier | modifier le code]

Avant le 21 octobre 2017, l'agence commerciale Corolis se situait dans une annexe du bâtiment Malherbe et partageait les locaux avec un bar et l'ascenceur d'accès au parking souterrain de l'hôtel de ville. Cette agence était un simple guichet et elle se situait à proximité des arrêts Hôtel de Ville, principal arrêt du réseau. Depuis le 21 octobre 2017, l'agence a déménagé en face de ses anciens locaux à la place d'un ancien restaurant. La toute nouvelle agence offre un accueil plus agréable à la clientèle. [28]

Personnel[modifier | modifier le code]

En 2017, le réseau emploie en tout 88 personnes.[29]

Beauvaisis Mobilités emploie six contrôleurs et 70 conducteurs urbains ainsi qu’un responsable maintenance et quatre mécaniciens à son atelier d’entretien. Deux agents sont également affectés à l'agence commerciale Corolis[29].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le parc de Corolis est composé de plus de 40 véhicules (32 standards et 8 minibus), dont la majorité sont propulsés au gaz naturel[30],[16][réf. insuffisante]. L'agglomération fait également l'acquisition de bus hybride marchant au diesel et à l'électricité, de type série, mis en service depuis le . Deux bus de ce type ont été commandés et ont été livrés pour début [31].

Modèles
Bus et quantité Date de mise en service Affectations Numéros
Standards (31)
1 Renault R312 mars 1991 Bus info 2036
2 Renault Agora S mai 1998   4    7   13  1570 et 1571
1 Heuliez GX 217 GNV mars 2000   4   9164
7 Van Hool NewA330 GNV Accessible aux personnes handicapées juillet 2003 (8317 et 8318)
novembre 2004 (8709 et 8710)
août 2007 (8709 et 8710)
juillet 2010 (1.8009)
 C1  C2   3    4    5    6    7   8317, 8318, 8416, 8417, 8709, 8710 et 1.8009
3 Irisbus Citelis 12 GNV Accessible aux personnes handicapées juillet 2008  C1  C2   3    5   8826-8828
1 Irisbus Citelis Line Accessible aux personnes handicapées janvier 2008  13  4901
2 Heuliez GX 327 GNV Accessible aux personnes handicapées avril 2009  C1  C2   3   Navette Express Hôtels  8903 et 8904
9 Van Hool NewA330 Hyb Accessible aux personnes handicapées décembre 2010 (1.9010)
octobre 2011 (2.9070 et 2.9071)
juillet 2012 (2.9072 et 2.9073)
juin 2013 (2.9074 et 2.9075)
juin 2014 (2.9076 et 2.9077)
 C1  C2   3    5    6    7  
 Navette Express Hôtels 
1.9010 et 2.9070-2.9077
6 MAN Lion's City Hybrid Accessible aux personnes handicapées juin 2015 (2.9078 et 2.9079)
juin 2016 (2.9080 et 2.9081)
juillet 2017 (2.9082 et 2.9083)
 C1  C2  2.9078-2.9083
Minibus
6 Dietrich Noventis 220 Accessible aux personnes handicapées juillet 2005 (3517 et 3518)
août 2008 (3829)
 Navette Plouy Saint-Lucien 
 Navette Centre Pénitentiaire 
 Chronopro 1  Chronopro 2 
 T1  T2  T3  T4 
3410, 3411, 3517, 3518, 3519, 3829
1 Mercedes-Benz Sprinter City 35 Accessible aux personnes handicapées juillet 2016  GratuitBus  N.C.
Renault Trafic Accessible aux personnes handicapées  Corolis à la demande  N.C.
2 Citroën Jumper Accessible aux personnes handicapées 943 et 944
Ancien matériel
6 Renault R312 juin 1991 (9017)
septembre 1992 (9016)
novembre 1993 (2054)
novembre 1994 (2074)
novembre 1995 (2091)
2038, 2054, 2074, 2091, 9016, 9017
4 Heuliez GX 107 8962, 9349, 9487, 9536
4 Heuliez GX 217 GNV 8103, 8560, 8562, 9163
2 Renault Agora S avril 1997 1546 et 1547

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Patrick Caffin, « Les bus transformés en œuvre d'art », sur Le Parisien, (consulté le 13 juillet 2016)
  2. Frédéric Hennebert, « Le pont de Paris menace de s’effondrer », Le Parisien, (consulté le 25 septembre)
  3. « Les bus vont rouler 100 km de plus par jour », Le Parisien, (consulté le 25 septembre 2010)
  4. « Transports urbains Corolis 2011/2012 », Ville de Beauvais (consulté le 10 septembre 2011)
  5. « La place Clemenceau fait peau neuve ! », Ville de Beauvais, (consulté le 13 juillet 2016)
  6. date= 18 août 2010, « La fréquentation des bus en baisse », Le Parisien (consulté le 13 juillet 2016)
  7. « Beauvaisis : le billet unique de transport attire 100 000 usagers supplémentaires », Le Parisien, (consulté le 13 juillet 2016)
  8. « PDU : Plan de déplacements urbains », sur http://www.beauvaisis.fr, (consulté le 9 novembre 2014).
  9. « Le Plan de déplacements urbains du Beauvaisis 2012-2022 : Partie II - Programme d'actions » [PDF], sur http://www.beauvaisis.fr, (consulté le 9 novembre 2014), p. 25.
  10. « Le Plan de déplacements urbains du Beauvaisis 2012-2022 : Partie II - Programme d'actions » [PDF], sur http://www.beauvaisis.fr, (consulté le 9 novembre 2014), p. 26.
  11. Be Seen, « Corolis - Redécouvrez la ville de Beauvais », sur www.redecouvrezlaville.fr (consulté le 9 juin 2016)
  12. « Beauvais : Opération séduction pour le nouveau réseau de bus » (consulté le 13 juillet 2016)
  13. « Beauvais : les habitants de Marissel inquiets pour leurs bus » (consulté le 13 juillet 2016)
  14. « Beauvais : une amélioration du réseau de bus promise pour la rentrée » (consulté le 23 juin 2017)
  15. « Des améliorations sur le réseau Corolis pour la rentrée scolaire 2017 » (consulté le 29 juin 2017)
  16. a et b « Une grande réforme des transports collectifs en vue », sur http://www.courrier-picard.fr, (consulté le 31 décembre 2015).
  17. Rapport d'observations définitives de la Chambre régionale des comptes, op. cit. en lien externe, pp. 15-17.
  18. « Desserte du nouveau centre pénitencier », Corolis (consulté le 13 juillet 2016)
  19. D. G., « Nouveau dépôt pour Corolis : Le prestataire chargé des transports urbains a investi, avec l'Agglo, 2 M€ pour disposer d'installations neuves dans la zone de Pinçonlieu. », Le Courrier picard, édition de Beauvais et sa région,‎ (lire en ligne).
  20. a et b Synthèse du rapport d'observations définitives de la Chambre régionale des comptes, op. cit. en lien externe, pp.4-5
  21. Rapport d'observations définitives de la chambre régionale des comptes, op. cit. en lien externe, p.9
  22. Denis Girette, « BEAUVAISIS La chambre des comptes note sévèrement les bus : Le rapport présenté, vendredi soir, au conseil de l’agglomération du Beauvaisis accumule les griefs et exige de nombreux correctifs dans la gestion quotidienne des bus urbains », Le Courrier picard, édition Beauvais et sa région,‎ (lire en ligne).
  23. Rapport d'observations définitives de la Chambre régionale des comptes, op. cit. en lien externe, p. 36.
  24. a et b Stéphanie Vivier, « Bus : le pass journée à 1 euro arrive le 5 janvier prochain : Le billet unique de transport à un euro est l’une des premières mesures visant à inciter les habitants à utiliser davantage le bus. L’Agglo va plancher aussi sur une refonte du réseau », L'Observateur de Beauvais, no 867,‎ , p. 7.
  25. « Le service Yellow velo », sur http://www.beauvaisis.fr, (consulté le 9 novembre 2014)
  26. a et b « Guide 2014 : Les tarifs et informations pratiques » [PDF], sur http://www.beauvaisis.fr (consulté le 9 novembre 2014), p. 6
  27. « La gratuité est maintenue », L'Observateur de Beauvais, no 867,‎ .
  28. « Beauvais : enfin une vraie agence pour les usagers des bus », sur www.leparisien.fr,
  29. a et b « Le Réseau Corolis » (consulté le 2 juillet 2017)
  30. « Parc indiqué sur Lineoz », sur http://www.lineoz.net, (consulté le 31 décembre 2015).
  31. [PDF] Agglo Infos Mag de janvier 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chambre régionale des comptes Nord - Pas-de-Calais - Picardie, La gestion des transports urbains de voyageurs (Communauté d'agglomération du Beauvaisis) : Rapport d'observations définitives, (lire en ligne).