Cornille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cornille (homonymie).

La cornille (Vigna unguiculata subsp. unguiculata), dite aussi dolique à œil noir, pois à vache ou niébé est une sous-espèce végétale originaire d'Afrique de l'Ouest[1] (zones de savane du Burkina Faso, du Ghana, du Togo, du Bénin, du Niger, du Nigeria et du Cameroun). Probablement introduit en Amérique tropicale au XVIIe siècle par les Espagnols, le niébé est aujourd'hui largement cultivé dans le Sud des États-Unis, aux Caraïbes et au Brésil.

Il en existe de nombreux cultivars.

En anglais, on la nomme black-eyed pea, nom repris par le célèbre groupe de hip-hop américain The Black Eyed Peas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le niébé fut probablement introduit en Europe vers 300 av. J.-C. et en Inde vers 200 av. J.-C.. Suite à la sélection par l’homme en Chine, en Inde et en Asie du Sud-Est, le niébé a connu une nouvelle diversification qui a abouti à deux groupes de cultivars :

  • le Groupe Sesquipedalis, aux longues gousses utilisées comme légume,
  • et le Groupe Biflora, cultivé pour ses gousses, ses graines sèches et son fourrage.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un haricot à graines de taille moyenne en forme de rognon. Il a une saveur légèrement sucrée. Son temps de cuisson est de 10 minutes frais ou réhydratés par une nuit de trempage, 40 minutes secs.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Fèves de cornille

Le niébé est le légume sec le plus important des zones de savane d’Afrique occidentale et centrale, où il constitue aussi un important légume vert et une précieuse source de fourrage. En Afrique orientale et australe, il a également de l’importance aussi bien comme légume que comme légume sec. Il n’y a qu’en Afrique centrale humide qu’il est moins présent.

Le niébé joue un rôle important dans l’alimentation humaine en raison de son apport important en protéines (plus du double de la plupart des céréales classiques), mais il apporte aussi beaucoup d’amidon, de l’acide folique très important chez les femmes enceintes pour la lutte contre la malformation du nouveau-né. La graine est également riche en fer, zinc ou calcium.

On fait cuire les graines mûres et on les consomme seules ou avec des légumes, des épices et souvent de l’huile de palme, pour produire une soupe de haricots épaisse, qui accompagne l’aliment de base (manioc, igname, banane plantain). Pour une meilleure digestion, on conseille de peler les graines.

Il est fréquemment utilisé dans le régime méditerranéen, et notamment dans la cuisine chypriote, et aussi dans la cuisine portugaise, se consomme chaud ou en salade.

Le niébé sert de fourrage en Afrique de l’Ouest, en Asie (en Inde surtout) et en Australie ; soit les animaux le broutent directement, soit il est coupé et mélangé à des céréales sèches destinées à l’alimentation du bétail.

Aux États-Unis et ailleurs, le niébé se cultive comme engrais vert et plante de couverture.

Au Nigeria, on fait pousser des cultivars spéciaux pour leur fibre, extraite des pédoncules ; la fibre solide est particulièrement adaptée aux équipements de pêche et elle produit un papier de bonne qualité. Les graines sèches ont jadis été utilisées comme succédané du café.

Plusieurs usages médicinaux du niébé ont été signalés : les feuilles et les graines s’emploient en cataplasme pour traiter les enflures et les infections de la peau, les feuilles sont mâchées pour traiter les maladies dentaires, des graines carbonisées réduites en poudre sont appliquées sur les piqûres d’insectes.

Production[modifier | modifier le code]

D’après la FAO, en 2003, 3,3 millions de t/an étaient produites en Afrique subsaharienne sur 9,3 millions d’ha, principalement en Afrique de l’Ouest (3 millions de t/an sur 8,8 millions d’ha), les principaux pays producteurs étant le Nigeria (2,2 millions de t/an sur 5,1 millions d’ha) et le Niger (400 000 t/an sur 3,3 millions d’ha).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Guillaume, Ils ont domestiqué plantes et animaux : Prélude à la civilisation, Éditions Quæ, , 456 p. (ISBN 978-2-7592-0892-0, lire en ligne), « Annexes ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]