Cornillac (Drôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cornillac.
Cornillac
Cornillac (Drôme)
Église de Cornillac.
Blason de Cornillac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Nyons et Baronnies

Rémuzat (avant mars 2015)

Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Georges Combel
2014-2020
Code postal 26510
Code commune 26104
Démographie
Population
municipale
81 hab. (2015 en diminution de 4,71 % par rapport à 2010)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 26′ 38″ nord, 5° 23′ 13″ est
Altitude Min. 471 m
Max. 1 455 m
Superficie 19,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Cornillac

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Cornillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cornillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cornillac

Cornillac est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de la commune sont appelés les Cornillacois et les Cornillacoises.

La commune fait partie de la Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale. Il s'agit d'une communauté de communes, qui depuis 2017 regroupe 67 communes et s’occupe principalement d’actions sociales, d’associations sportives, du tourisme, entre autres choses.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montagne de Raton.

Cornillac s'étend sur 19,4 km² et se trouve à 600 mètres d'altitude.[1] Le village est situé à 34 km à l'est de Nyons. Les communes les plus proches sont Cornillon-sur-l'Oule, La Motte-Chalancon, Rémuzat et Rottier. La rivière Oule arrose la commune, ainsi que l'un de ses affluents, le ruisseau de Cénas[2], dont la vallée forme le relief le plus plat du territoire, ouvert vers l'ouest. La montagne du Raton, au sud, culminant à 1 362 m, et les monts Saint-Romans, au nord, à 1 288 m, forment les points les plus élevés de la commune.

La commune est proche du parc naturel régional des Baronnies provençales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le temps féodal, le nombre d’églises de quartier augmenta au XIe siècle. Chaque seigneur voulait une église paroissiale dans son territoire dont il pouvait être le patron et nommer le prêtre.

En 1251, Cornillac qui était possédée par les barons de Mévouillon, fut donné en hommage aux abbés de l’Île Barbe (puissant monastère fondé par Charlemagne dans une île de la Saône au nord de Lyon).

Cependant, 1261, les barons de Mévouillon décidèrent de reprendre les terres que l’Abbaye de l’Ile-Barbe possédait tout au long de la Vallée de l’Oule, donc les communes de Montmorin, Bruis, Sainte-Marie, La Charce, Pommerol, Cornillac, Cornillon, Rémuzat, Lemps, Saint-May.

Cet ensemble de commune qui pris le nom de Claverie de la Val d’Oule et dont le siège était au château de Cornillon, devint la propriété de la Provence en 1305 et forma donc une véritable enclave au milieu des terres dauphinoises.

L’enclave de la Val d’Oule pris le nom en 1551, des Terres Adjacentes de Provence, puis a été intégrée en 1641 à la Provence et enfin, incluse dans la circonscription judiciaire de Sisteron.[3]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cornillac

D'or à la fasce ondée d'azur chargée d'un poisson d'argent[4]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 en cours Georges Combel[5] PS Retraité Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2015, la commune comptait 81 habitants[Note 1], en diminution de 4,71 % par rapport à 2010 (Drôme : +4,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400 375 382 411 410 391 350 360 383
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
344 349 354 314 320 303 280 274 248
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
258 271 242 172 146 143 130 122 108
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
105 74 71 59 76 81 87 85 81
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerce cherche acheter[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château, vestiges du castrum médiéval détruit.
  • L'église Sainte Marie-Madeleine est une église paroissiale dans le haut du village, qui a sans doute été précédée d’un sanctuaire établi dans la campagne. Le curé de Cornillac, qui est mentionné dans les textes dès 1274, dépendait du prieur de Cornillon, donc de l’abbé de l’Ile-Barbe. Enfin, l’église qui date du XIIIe siècle est de tradition romane tardive, très largement remaniée. De plus, bien que discret, l’édifice rassemble plusieurs siècles d’histoire de nos campagnes.[10]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mairie de Cornillac, la Commune de Cornillac et son village (26510) », sur Annuaire-Mairie (consulté le 26 avril 2018)
  2. ruisseau de Cénas sur le site du SANDRE
  3. « Le temps des seigneurs », sur patrimoinedecornillac.e-monsite.com (consulté le 26 avril 2018)
  4. Armorial des communes de la Drôme
  5. Cornillac sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 14 novembre 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Cornillac », sur patrimoinedecornillac.e-monsite.com (consulté le 26 avril 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]