Cornélie Huygens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cornélie Huygens
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nouveau cimetière de l'Est d'Amsterdam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Militante pour les droits des femmes, suffragette, écrivaine, éditriceVoir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Darwin - Marx. Bernstein als bestrijder van eene natuur-philosophische leer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Grab Cornelie Huijgens.jpg
Vue de la sépulture.

Cornélie Lydie Huygens (13 juin 1848 à Haarlemmerliede - 31 octobre 1902 à Amsterdam) est une écrivaine néerlandaise, sociale-démocrate et militante féministe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Huygens est née le 13 juin 1848 à Haarlemmerliede[1],[2]. Elle est la fille de Gerard William Otto Huygens, brûleur et fabricant de chaux, et de Cornelia Adelaide Henriette Elias (1824-1848). Sa mère décède quatre semaines après sa naissance. Son père s'installe avec la jeune fille à Leyde et elle est élevée par sa tante paternelle Jeanne Marie Huygens, une amie de la féministe Mina Kruseman, et une de ses grand-mères. Dès 1864, elle faisait partie du cercle d'amis de Kruseman qui la protégeait.

En 1870, la famille s'installe à Valkenburg. Desirant devenir chanteuse, Kruseman la présente à un professeur de chant à Bruxelles.

Militante[modifier | modifier le code]

Huygens se fait connaître très tôt pour ses articles féministes et fait ses débuts en tant que romancière en 1877. En 1896, elle a rejoint le Parti social-démocrate ouvrier (SDAP) nouvellement fondé en tant que première femme membre et la première femme aux Pays-Bas à être membre d'un parti politique, et elle est devenue connue sous le nom de «Dame rouge». Cornélie Huygens était une idéologue socialiste connue et active et une participante au débat politique, et par son travail pour le droit de vote des femmes, elle a fait du travail pour les droits des femmes, qui aux Pays-Bas avait été auparavant un problème pour les femmes de la classe supérieure, une partie de le mouvement socialiste pour les droits des travailleurs[3].

Fin de vie malheureuse[modifier | modifier le code]

En 1901, elle rencontre l'homme d'affaires allemand d'origine amstellodamoise Ignatius Bahlmann et deviennent amants. Malgré son opposition de principe à l'institution du mariage, elle épouse le , à l'âge de 54 ans, Ignazius Bahlmann (1852-1934)[1]. Ce dernier est connu pour avoir traduit son roman Barthold Meryan en allemand. Apparemment très malheureuse dans son mariage, elle s'est noyée moins d'un mois après ce mariage dans un étang du Vondelpark[3]. Elle est décédée le à Amsterdam[2],[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Ger Harmsen, « Huygens, Cornélie Lydie », BWSA, no 5,‎ , p. 125-132 (lire en ligne, consulté le )
  2. a et b (nl) « Cornélie Huygens », sur DBNL (consulté le )
  3. a et b (nl) Elsbeth Etty, « Huygens, Cornélie Lydie (1848-1902) », sur Digitaal Vrouwenlexicon van Nederland, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]