Cormoret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cormoret
Blason de Cormoret
Héraldique
Image illustrative de l'article Cormoret
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Jura bernois
communes limitrophes
(voir carte)
Villeret, Nods,Courtelary, Les Breuleux
Maire Francis Ramseier (Groupement intérêts communaux)
Code postal 2612
N° OFS 0432
Démographie
Population 509 hab. (31 décembre 2010)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 30″ N 7° 03′ 20″ E / 47.175004, 7.055568 ()47° 10′ 30″ Nord 7° 03′ 20″ Est / 47.175004, 7.055568 ()  
Altitude 706 m
Superficie 1 349 ha = 13,49 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Cormoret

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Cormoret

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Cormoret
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Cormoret est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la partie médiane du Vallon de Saint-Imier, à 15 km à vol d’oiseau de Bienne et à 1 km de Courtelary, chef-lieu de l'arrondissement. Deux affluents viennent grossir la Suze à Cormoret : la Doux et la Raissette.

Le point culminant du territoire communal se situe à 1607 m d’altitude, au sommet de Chasseral. Sur la Montagne du Droit, le point le plus élevé se trouve à 1268 m.

Le sous-sol de Cormoret est riche en eau. Il alimente une grande partie des Franches-Montagnes, mais aussi les communes de Saint-Imier et de Courtelary.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Cormoret comptait 275 âmes en 1800, 478 en 1850, 669 en 1900, 746 en 1910, 663 en 1950, 530 en 2000 et enfin 488 aujourd'hui[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du village, déjà sous le nom de Cormoret, date de 1178. Le chapitre de Saint-Imier détenait des biens à Cormoret. Le village appartint à l’évêché de Bâle, mais subit l’influence croissante de Bienne. En 1530, les Biennois introduisirent la réforme dans le vallon de Saint-Imier.

En 1795, un incendie a détruit de nombreuses maisons.

De 1797 à 1815, Cormoret a fait partie de la France, au sein du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1800, du département du Haut-Rhin, auquel le département du Mont-Terrible fut rattaché. Par décision du congrès de Vienne, le territoire de l’ancien Evêché de Bâle fut attribué au canton de Berne, en 1815.

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, Cormoret était un village principalement agricole, avec quelques moulins au bord de la Suze. À partir de 1880 ouvrirent quelques petites fabriques de montres dans la localité. La dernière ferma en 1983.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune de Cormoret est desservie par la ligne Bienne – La Chaux-de-Fonds depuis le 30 avril 1874, date à laquelle ouvrit une gare à Cormoret sur la ligne reliant Bienne aux Convers.

Distinction[modifier | modifier le code]

En 2003, la bourgeoisie de Cormoret reçoit par le Prix Binding pour la forêt. Cette distinction honore la mise en valeur optimale des ressources forestières et agricoles, la sauvegarde d'un paysage caractéristique ainsi que le façonnage d'un espace naturel à vocation d'accueil.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Julien Calame, peintre[4]

Curiosités[modifier | modifier le code]

Ferme avec toit à quatre pans, à proximité de la Suze, construite en 1597 par le meunier Isaac Liengme. La cuisine d'origine est encore présente. Il y a au centre du village quelques fermes datant du XVIIe au XIXe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frank Vaucher, Cormoret : un village raconte son histoire, Commune municipale 1994

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Cormoret sur le dictionnaire historique de la Suisse
  4. Article du Dictionnaire du Jura

Liens[modifier | modifier le code]