Coregonus oxyrinchus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Corégone oxyrhynque (ou « bondelle, » mais ce nom est aussi donné à d'autres corégones) ou Coregonus oxyrinchus décrit par Linné en 1758 est une espèce de poissons démersale et migratrice de type « anadrome» [1] appartenant au genre Coregonus. Cependant dans les eaux intérieures, une partie de la population des eaux douces (lacs.. ) n'est pas migratrice[2].

Sa « vulnérabilité naturelle » est considérée comme basse ou moyenne[3], mais facilement confondu avec le saumon et de plus très recherché par les amateurs de poissons parmi les poissons à chair blanche, il était déjà dans les années 1970-1980 en forte et rapide voie de régression dans toute l'Europe, et ce malgré un statut élevé de protection à partir des années 1970-1980[4] comme presque tous les corégones menacés de disparition. En 2005, il n'était plus présent à l'état sauvage que dans six petits bassins fluviaux danois.

Il est protégé par l'appendice III de la Convention de Berne.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un poisson argenté dont la forme rappelle celle d'autres salmonidés ou poissons du même genre. Il mesure jusqu'à 50 cm (longueur totale pour des mâles ou poissons non sexés), avec un poids atteignant 2 kg, selon la littérature[5]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit de zooplancton quand il est jeune, et pour l'adulte aussi d'invertébrés benthiques.

Habitats & répartition[modifier | modifier le code]

Il était autrefois abondant dans le nord-ouest de l'Europe (Atlantique Nord-Est, de l'Irlande aux Pays-Bas, mais aussi en Allemagne et sur les littoraux de la mer Baltique. Il était notamment encore abondant au début du XXe siècle dans la mer de Wadden d'où il remontait vers les sources des Pays-Bas, de l’Allemagne et du Danemark. On le trouvait jusqu'en Europe centrale, mais ses stocks marins et de certaines eaux douces fermées avaient déjà fortement régressé dans les années[6] et semblent aujourd'hui épuisés ou éteints[7].

  • En mer : habitat mal connu. On sait qu'il en existait des populations autrefois abondantes en mer de Wadden
  • En eaux douces : eaux claires et propres, riches en oxygène, d'une température comprise entre 4 et 20 °C selon profondeur et saison[8].

Migrations[modifier | modifier le code]

C'est une espèce qui peut localement ne pas migrer, et au sein d'une population, certains individus semblent migrer précocement vers la mer ou une zone saumâtre, alors que d'autres ne descendent le cours d'eau que tardivement[9].

Aquaculture, pêche[modifier | modifier le code]

Il fait ou a fait l'objet d'aquaculture et est considéré comme de grande valeur halieutique.

Protection, efforts de restauration de populations[modifier | modifier le code]

Dans le Rhin d'où il a disparu dans les années 1940, il a fait l'objet d'une réintroduction dans les années 1990.

En 2005, il a justifié le projet LIFE Nature le plus cher (8 millions d'euros sur un budget total de 15 millions) pour le sauver de l'extinction grâce à un ultime effort du Danemark qui abritait la dernière population estimée raisonnablement viable dans le monde ; dans les fleuves côtiers et rivière du sud-ouest du Jütland, d'où les individus migraient vers la mer de Wadden pour y pondre. La dégradation des rivières et la pêche au filet qui y était pratiquée de manière semi-commerciale y avaient aussi entraîné le déclin de l'espèce. Le projet vise à conforter ses populations et à étudier la possibilité d'un plan de réintroduction dans d'autres rivières dont il a récemment disparu. On pense qu'à la différence des saumons, le corégone oxyrhynque est incapable de sauter des obstacles, même modestes. Les barrages infranchissables, les sections polluées de rivière et les échelles à poissons trop raides sont des entraves à sa circulation et donc à son cycle de vie. Des perturbateurs endocriniens pourraient aussi être en cause. Le projet Life vise à au moins éliminer les obstacles physiques à sa circulation (grâce au démantèlement de deux centrales hydroélectriques et de trois fermes piscicoles). Les pêcheurs et hydrobiologistes espèrent aussi que cela profitera à d'autres espèces menacées telles que loutre, saumon, lamproie fluviatile et la loche

Causes de disparition[modifier | modifier le code]

Elles sont sans doute multifactorielles ; certaines populations des pays baltes ont pu être affectées par la dégradation (zones mortes, pollution par les munitions immergées (et autres munitions non-explosées des deux guerres mondiales) et de nombreux rejets industriels, agricoles et urbains non ou mal épurés confinés dans la mer presque fermée qu'est la Baltique. Pour d'autres populations (celles de la mer de Wadden ou d'Irlande), il semble que ce n'est pas à cause de la régression de ses habitats marins (qui au moins localement ne s'étaient que peu dégradés), mais plutôt à cause de la dégradation générale des cours d'eau (dégradation physique et écologique) que l'espèce a disparu d'abord dans certaines régions puis de pays entiers au point d'être aujourd'hui en limite d'extinction dans le monde.

Sa surpêche (ce poisson était considéré comme une espèce "noble" et du fait était très recherché) est l'une des causes de sa régression[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Riede, K., 2004. Global register of migratory species - from global to regional scales. Final Report of the R&D-Projekt 808 05 081. Federal Agency for Nature Conservation, Bonn, Germany. 329 p.
  2. Kottelat, M., 1997. European freshwater fishes. Biologia 52, Suppl. 5:1-271.
  3. Cheung, W.W.L., T.J. Pitcher and D. Pauly, 2005. A fuzzy logic expert system to estimate intrinsic extinction vulnerabilities of stine fishes to fishing Biol. Conserv. 124:97-111.
  4. exemple : en Belgique cette espèce est dans le Décret 6/12/2001 : Annexe 2a modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui en fait une espèce intégralement protégée (espèce strictement protégée en vertu de l'annexe IVa de la Directive 92/43/CEE et de l'annexe II de la Convention de Berne), mais dans les années précédentes, sa pêche était autorisée sans restriction
  5. Muus, B.J. and P. Dahlström, 1968. Süßwasserfische. BLV Verlagsgesellschaft, München. 224 p.
  6. 1940Kottelat, M. and J. Freyhof, 2007. Handbook of European freshwater fishes. Publications Kottelat, Cornol, Switzerland. 646 p.
  7. Robins, C.R., R.M. Bailey, C.E. Bond, J.R. Brooker, E.A. Lachner, R.N. Lea and W.B. Scott, 1991. World fishes important to North Americans. Exclusive of species from the continental waters of the United States and Canada. Am. Fish. Soc. Spec. Publ. (21):243 p.
  8. Baensch, H.A. and R. Riehl, 1991. Aquarien atlas. Bd. 3. Melle: Mergus, Verlag für Natur- und Heimtierkunde, Germany. 1104 p.
  9. Borcherding Jost & al.; Migration history of North Sea houting (Coregonus oxyrinchus L.) caught in Lake IJsselmeer (The Netherlands) inferred from scale transects of 88Sr:44Ca ratios ; Revue : Aquatic Sciences - Research across Boundaries, Ed : Springer ; Volume 70, Number 1, April 2008, pp. 47-56(10)
  10. Communiqué européen référence IP/05/1155 du 19 septembre 2005 intitulé « LIFE Nature 2005 : la Commission fournit 69 millions d'euros pour 54 projets de conservation de la nature dans 20 pays  »

Liens externes[modifier | modifier le code]