Coquainvilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coquainvilliers
Coquainvilliers
Église de Coquainvilliers et maison augeronne.
Blason de Coquainvilliers
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Pont-l'Évêque
Intercommunalité Communauté d'agglomération Lisieux Normandie
Maire
Mandat
Évelyne Le Barbier
2014-2020
Code postal 14130
Code commune 14177
Démographie
Gentilé Coquainvillais
Population
municipale
859 hab. (2016 en augmentation de 0,7 % par rapport à 2011)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 56″ nord, 0° 12′ 40″ est
Altitude Min. 22 m
Max. 146 m
Superficie 11,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Coquainvilliers

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Coquainvilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coquainvilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coquainvilliers

Coquainvilliers est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 859 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire, situé à quelques kilomètres au nord de Lisieux, est traversé par la route départementale no 48 reliant Lisieux et Pont-l'Évêque (route dite basse à l'ouest de la Touques) et par la RD 270 reliant Coquainvilliers à la RD 45 qui la borde à l'ouest (Lisieux-Villers-sur-Mer, passant par le bourg voisin de Manerbe). Coquainvilliers est au croisement de la vallée de la Touques et du val du Pré d'Auge, son affluent. Le GR 26 passe par Coquainvilliers.

Communes limitrophes de Coquainvilliers[1]
Le Torquesne Le Breuil-en-Auge Le Breuil-en-Auge
Manerbe Coquainvilliers[1] Norolles
Manerbe Ouilly-le-Vicomte Ouilly-le-Vicomte

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cauquainvilla en 1172[2],[3], Cauquenviler en 1197[2], Chaukainviler[2] et Cauquainvilliers[3] en 1198 et Couquainviller en 1319[2]. Il serait issu d'un anthroponyme germanique tel que Gaugenus[2],[4] ou le féminin Gaugina[3]. L'élément Villiers est issu du gallo-roman villare (voire ici tardivement de villa si l'on considère la forme de 1172).

Le gentilé est Coquainvillais[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Coquainvilliers a été le domaine de la marquise de Prie, dont le manoir, en ruines, subsiste dans les herbages de la vallée, à faible distance du bourg.

Paul Cornu, marchand de cycles à Lisieux, a été le premier homme à y avoir décollé à bord d'un hélicoptère de sa fabrication, le . Un lycée professionnel de cette ville porte son nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Coquainvilliers

Les armes de la commune de Coquainvilliers se blasonnent ainsi :
de gueules aux trois cœurs de lys d’or[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2008 Michel Picot[7] SE Fonctionnaire Sécurité sociale
mars 2008[8] mars 2014 Yves Victor SE Retraité de l'enseignement
mars 2014[9] En cours Évelyne Le Barbier SE Secrétaire-comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2016, la commune comptait 859 habitants[Note 2], en augmentation de 0,7 % par rapport à 2011 (Calvados : +1,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
717719713670605606593584535
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
487446458455526530536485422
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
373381339358390425416412414
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
415427523669712765723852867
2016 - - - - - - - -
859--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Gîtes de séjour et chambres d'hôtes.
  • Cidrerie et distillerie de calvados, marque de tradition Boulard, anciennement restaurant où l'on mange dans des tonneaux. Même groupe que le Père Magloire à Pont-l'Évêque. Société créée au XIXe siècle.
  • Fabrication de palettes (groupe PGS, ex-société Perurena)
  • Transformateur EDF
  • Transport collectif mis à disposition des habitants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Fontaine vouée à saint Martin.
  • Le manoir du Pontif fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 4 juillet 2005[15].
  • Église Saint-Martin, du XVIIe siècle, implantée sur un promontoire élevé dominant la vallée de la Touques. Clocher normand d'ardoises à tour carrée et flèche à couverture octogonale. L'église est illuminée le soir. Elle abrite une grande cloche nommé Louise Adrienne et une petite cloche nommée Marie Célestine Augustine, fondues vers 1867-1868 par les Établissements Louis Bollée au Mans (Sarthe), une poutre de toiture en bois avec forme en T et un maître-autel avec retable baroque. La charpente est datée de 1686.
  • Le manoir de la marquise de Prie, abandonné, est situé dans un herbage auprès de la Touques. En 1832, selon le cadastre, il appartenait à monsieur Devilliers et comportait plusieurs bâtiments[réf. nécessaire].
  • Illuminations de Noël.
  • Maisons augeronnes à pans de bois.

Activité, label et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Label[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (trois fleurs) au concours des villes et villages fleuris[16].

Activité[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Peulevey (1815 à Coquainvilliers - 1885), avocat, homme politique, député du Havre, dont le frère Théodule sera maire de Lisieux.
  • Paul Cornu (1881-1944), inventeur et aviateur, dont le lycée professionnel de Lisieux porte le nom. Il est le premier à avoir fait décoller un hélicoptère de sa fabrication à Coquainvilliers, le . Paul Cornu (alors âgé de 26 ans) effectue le premier décollage vertical d’un engin motorisé sans élan. Une semaine plus tard, il recommencera l’expérience avec une machine améliorée pesant 330 kg. Cette fois-ci, il est à bord, mais, fort de l’expérience du 13 novembre, a pris soin d’amarrer l’engin avec de fortes cordes. Il meurt sous les bombes des Alliés à 62 ans en 1944.
  • Philippe Trouvé (1936-2005), peintre et poète, y a installé un atelier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a b c d et e Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 981
  3. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  4. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253-247-9), p. 132
  5. « La question bête. Les Coquainvillais sont-ils des coquins ? », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 juin 2018)
  6. « GASO, la banque du blason - Coquainvilliers Calvados » (consulté le 11 septembre 2014)
  7. « Michel Picot ne sollicitera pas un nouveau mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 septembre 2014)
  8. « Yves Victor a été élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 septembre 2014)
  9. « Évelyne Le Barbier élue maire à l'unanimité », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 avril 2014)
  10. « Coquainvilliers (14130) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 septembre 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. « Manoir du Pontif », notice no PA14000052, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 11 septembre 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :