Coordination régionale de lutte contre le virus de l'immunodéficience humaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En France, les COREVIH (COordination REgionale de lutte contre le Virus de l’Immunodéficience Humaine) sont des instances de coordination de lutte contre le sida, globalement à l'échelle des régions.

Après plusieurs années de préparation, les COREVIH sont officiellement installés fin 2007. Ce qui les différencie des CISIH (Centre Hospitalier d’Information et de Soins de l’Immunodéficience Humaine) réside dans l'association de ses membres : des acteurs de la recherche et des soins, de la prévention et du dépistage, qu'ils travaillent au sein des hôpitaux ou à l'extérieur, des membres d'associations de malades et d'usagers du système de santé qui représentent au moins 20 % des membres.

Législation relative aux COREVIH[modifier | modifier le code]

  • Décret relatif à la création des COREVIH du 15 novembre 2005
  • Décret du 25 mars 2007, modifiant le décret n° 2005-1421 du 15 novembre 2005
  • Circulaire d'application du 19 décembre 2005
  • Arrêté d'implantation des COREVIH du 4 octobre 2006
  • Arrêté de composition des COREVIH du 4 octobre 2006
  • Circulaire relative la mise en place des COREVIH du 17 janvier 2007
  • Arrêtés préfectoraux désignant les membres titulaires et suppléants - novembre 2007

Composition[modifier | modifier le code]

Les COREVIH sont composés de quatre collèges :

  1. Les représentants des établissements de santé, sociaux ou médico-sociaux
  2. Les représentants des professionnels de santé et de l'action sociale
  3. Les représentants des malades et usagers du système de santé
  4. Les personnalités qualifiées en raison de leur compétence ou de leur rôle particulier dans la lutte contre le VIH

Pour pouvoir avoir des représentants de malades et d'usagers du système de santé au sein du 3e collège des COREVIH, les associations ont dû obtenir un agrément national ou régional. Ce préalable a été à l'origine de difficultés. Aussi, les arrêtés préfectoraux qui devaient paraître en mars 2007 ont été reportés à novembre 2007 pour laisser le temps aux associations de s'organiser. Les associations qui avaient moins de trois années d'existence ou celles qui n'avaient pas encore réussi à diversifier leurs sources de financement ont été d'emblée exclues.

Missions[modifier | modifier le code]

Les trois missions principales des COREVIH reprennent les recommandations du groupe d'experts réuni autour du Professeur Patrick Yéni en 2006 :

  • Favoriser la coordination des professionnels du soin, de l'expertise clinique, paraclinique et thérapeutique, du dépistage, de la prévention et de l'éducation pour la santé, de la recherche clinique et épidémiologique, des actions de coopération internationale, de la formation et de l'information, de l'action sociale et médico-sociale, ainsi que des associations de malades ou d'usagers du système de santé ;
  • Participer à l'amélioration continue de la qualité et de la sécurité de la prise en charge des patients, à l'évaluation et à l'harmonisation des pratiques ;
  • Procéder à l'analyse des données médico-épidémiologiques relatives aux patients infectés par le VIH suivis. L'évolution de la base de données DMI2 est en cours vers une nouvelle version DMI3 ou Domevih qui doit permettre aux COREVIH de participer à l'analyse des données médico-épidémiologiques sur leur territoire et prévoit un recueil régional de données. Chaque COREVIH devra faire l'analyse des données épidémiologiques de son territoire.

Les COREVIH sur le territoire[modifier | modifier le code]

28 COREVIH maillent désormais le territoire national dont 4 pour les départements d'Outre-Mer. Un COREVIH ne recouvre pas forcément une région.

  • La région Provence-Alpes-Côte d'Azur se distingue par la création de deux COREVIH calqués sur les territoires des CISIH :
    • COREVIH Paca Est (Alpes-Maritimes et l'Est du Var)
    • COREVIH Paca Ouest et Corse
  • Pour l'Île-de-France la région est découpée en 5 COREVIH :
    • Île-de-France centre (Pitié-Salpêtrière) : arrondissements 4, 11, 12, 13, 20;
    • Île-de-France nord (Bichat) : arrondissements 16, 17, 18, 19. Territoires de santé : 95-1, 95-3 + Clichy, Levallois, Neuilly;
    • Île-de-France sud (Henri Mondor) : arrondissements 1, 5, 6, 7, 8, 14, 15. Territoires de santé : 92-1, 94-1, 94-2 + Vincennes, St Mandé, Fontenay sous Bois;
    • Île-de-France est (Saint Louis) : arrondissements 2, 3, 9, 10. Territoires de santé : départements 77, 91, 93 et 95-2;
    • Île-de-France ouest (Ambroise Paré) :Territoires de santé : départements 78, 92-2, 92-3 + Argenteuil, Bezons, Cormeilles en Parisis, Sannois.
  • Dans les départements d'Outre-mer,
    • la région Guadeloupe se distingue par la création d'un Corevih Guadeloupe qui maille l'île de la Guadeloupe, ses dépendances (Désirade, Marie-Galante, les Saintes) ainsi que les collectivités de Saint-Barth et de Saint-Martin.