Conwoïon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Conwoïon
Image illustrative de l’article Conwoïon
Conwoïon —- illustration pour le Buhez ar Sent de Jean-Marie Perrot en 1912.
Saint
Naissance v. 800
Comblessac (Armorique)
Décès  
Saint-Maxent (Bretagne)
Fête 5 janvier

Saint Conwoïon ou Convoyon ou Konvoion serait né vers 790[1] à Comblessac (actuelle Ille-et-Vilaine) d'une famille d'origine gallo-romaine de rang sénatorial (« ex genere senatorio »).

À la suite des attaques fréquentes des Vikings dans les années 860, Conwoïon et ses collègues se déplacèrent jusqu'à Maxent, près de Plélan-le-Grand, soutenus par Salomon de Bretagne et en renonçant provisoirement l'abbaye Saint-Sauveur de Redon[2]. C'est la raison pour laquelle il décéda le à Maxent, dans la région forestière[2].

Saint Conwoïon est fêté le 5 janvier[3].

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Boulevard Saint-Conwoïon à Rennes.

Encore jeune, il reçoit des mains de Raynarius (évêque de Vannes) le titre d'archidiacre. Néanmoins, il désire embrasser une vie monastique et quitte ainsi Vannes en étant suivi de 5 prêtres[4].

En 833, avec le soutien du tiern (prince local) Ratvili et de Nominoë, il obtient de l'empereur Louis le Pieux (qui le confirmera en 834[1]) le droit de fonder une abbaye placée sous l'invocation du Saint-Sauveur à Redon et y fait suivre la règle de saint Benoît.

Il devient le conseiller de Nominoë dans la partie délicate que celui-ci joue quand le dux fidèle à Louis le Pieux décide en 840 de ne plus faire allégeance à Charles le Chauve. Le futur saint aurait même fait le voyage de Rome pour le défendre devant le pape.

Le pape Léon IV chargera par la suite Conwoïon d'apporter en Bretagne le corps de saint Marcellin, pape et martyr, ainsi que divers objets de culte pour son abbaye[1].

Vers 866-867, Ritcand le remplace à l'abbatiat de Redon. Les normands envahissent par la suite la vallée de la Vilaine, l'obligeant à se replier au monastère de Plélan-le-Grand avec plusieurs de ses moines, où il meurt vraisemblablement en 868[1].

La forme trouvée dans les chartes est Konuuoion, mais on rencontre plus tard la forme française Convoyon et le breton Konvoion. D'origine celtique, le nom propre « Conwoion » est composé de kon, « guerrier », et de uuoion, « sincère »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Alain Stéphan, Tous les prénoms bretons, Editions Jean-paul Gisserot, (ISBN 978-2-87747-172-5, lire en ligne), p. 65
  2. a et b Daniel Pichot et Georges Provost (dir.), Histoire de Redon de l'abbaye à la ville, Presses universitaires de Rennes et Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine, novembre 2015, p. 71
  3. Nominis : Saint Conwoïon
  4. A. Auteur du texte Kalvez, Saint Conwoion, premier abbé de Redon / A. Kalvez, (lire en ligne), p. 4
  5. SiteL'arbre celtique

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :