Controverse identitaire en République de Moldavie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moldavie (homonymie).

La Controverse identitaire en République de Moldavie se déroule dans cet état entre d’une part les « roumanistes » (en roumain Româniști, en russe Румынисты) partisans d’une inclusion de leur identité dans l’identité roumaine, et qui sont dans leur quasi-totalité des autochtones roumanophones, et d’autre part les « moldavistes » (en roumain Moldoveniști, en russe Молдава́нисты) partisans d’une exclusion de leur identité de l’identité roumaine, et qui sont dans leur majorité des électeurs des partis communiste et socialiste, regroupant la quasi-totalité des colons slavophones (soit un tiers de la population du pays) ainsi qu’environ un quart de la population autochtone[1],[2].

Aux termes de la déclaration d’indépendance de 1991 et de l’arrêt no 36 de la Cour constitutionnelle du 5 décembre 2013[3] la langue officielle du pays (langue maternelle de 77 % de la population) est dénommée « Roumain » (limba română /'limba ro'mɨnə/) : c’est le nom utilisé par les pro-européens et aussi par le pays voisin, la Roumanie, dont la région contigüe est également appelée « Moldavie » et a aussi fait partie de l’ancienne principauté de Moldavie. Aux termes de l’article 13 de la Constitution[4] cette même langue ausbau, « moderne » ou « savante » est dénommée « Moldave » (limba moldovenească /'limba moldoven'e̯ascə/) : c’est le nom utilisé par les minorités slavophones et les partis communiste et socialiste.

Ces deux dénominations concernent la même langue romane orientale parlée en Moldavie et Roumanie par environ 24 millions de locuteurs, dont 3,5 millions en République de Moldavie.

Deux courants coexistent parmi les « roumanistes » : une minorité (représentée par le parti libéral) milite pour l’union politique de la Moldavie et de la Roumanie (et, par là, pour l’intégration de la Moldavie dans l’Union européenne et l’OTAN, et pour sa sortie de la CEI), tandis que la majorité revendique seulement la reconnaissance de son identité roumaine dans les frontières de l’état indépendant actuel, et sans forcément sortir de la sphère d’influence russe), par une modification constitutionnelle offrant sans discrimination à tous les groupes ethniques de Moldavie la liberté de se définir comme membres d’ensembles linguistiques et culturels dépassant le cadre du pays (ce qui est déjà le cas des Russes, Ukrainiens, Bulgares, Gagaouzes etc., mais pas des autochtones roumanophones qui (voir leur « définition constitutionnelle » plus bas)[5].

Deux courants coexistent aussi parmi les « moldavistes » : une minorité (représentée par des mouvements comme „Grande Moldavie”[6], „Mouvement « Voïvode »” ou „Bouclier moldave”[7]), affirme que tous les Moldaves y compris ceux de la Moldavie roumaine (regiunea Moldova) sont des « non-Roumains » et que « leur langue est différente du roumain » tandis que la majorité affirme, comme à l’époque soviétique, que seuls les « Moldaves » de la République de Moldavie (Republica Moldova) sont des « non-Roumains »[8].

Symbole de la controverse identitaire, la louve romaine de Chișinău, cachée à la vue des Moldaves, officiellement pour la protéger.

Histoire[modifier | modifier le code]

Évolution des définitions[modifier | modifier le code]

Si le terme moldave désigne en français tout ce qui appartient ou relève de la Moldavie en tant que principauté historique, en tant que région roumaine et en tant qu'État indépendant, l'identité moldave a connu différentes étapes :

  • une étape médiévale, antérieure à l'émergence des consciences nationales au XIXe siècle et reliée à la Principauté de Moldavie, comme ce fut le cas dans toute l'Europe où l'identité était définie par l'appartenance à tel ou tel empire, royaume, principauté ou duché ; cette identité moldave était présente non seulement dans l'actuelle République de Moldavie, mais aussi en Moldavie roumaine ;
  • une étape romantique nationaliste, là encore comme dans toute l'Europe, lorsque l'ancienne identité médiévale s'est progressivement estompée au cours du XIXe siècle, comme ses équivalents transylvain ou valaque, au profit de l'identité roumaine basée sur la culture commune des roumanophones de ces différents territoires, culture manifestée par une même langue, une même cuisine, une même musique, des arts populaires communs ;
  • la métamorphose de l'identité purement locale (moldave, transylvaine ou valaque) en identité nationale (roumaine) a d'abord été contrariée et retardée, dans les territoires de l'actuelle République de Moldavie, par le processus de russification commencé par l'Empire russe au XIXe siècle (à partir de l'annexion de la Bessarabie au traité de Bucarest) ; en revanche, elle a été favorisée et accélérée entre 1918 et 1940, pendant la période où ces territoires ont appartenu à la Roumanie ;
  • enfin l'étape soviétique, postérieure à l'émergence de l'identité roumaine, commence à prendre politiquement corps en 1924 avec la fondation en Ukraine soviétique d'une région autonome moldave, mais devient intensive à partir de 1940 lorsque soviétisation et russification vont de pair, rendant l'identité moldave solidaire de la fidélité au communisme, et reliant l'identité roumaine sur le territoire de l'actuelle République de Moldavie au « nationalisme bourgeois », au « monarchisme » et au « fascisme »[9].

Le voit la création en URSS de la République socialiste soviétique autonome moldave, en Podolie, sur la rive est du Dniestr, au sein de la République socialiste soviétique d'Ukraine (la Bessarabie étant alors roumaine). Dans cette République socialiste soviétique autonome moldave, deux lignes politiques ont été appliquées à tour de rôle : Grigore Kotovski, l'un des fondateurs de cette République, soutenait qu'elle devait propager le communisme en Roumanie voisine, et que l'identité de sa population moldave devait être reconnue comme roumaine : jusqu'en 1938, les écoles enseignèrent en roumain écrit en caractères latins, l'accent étant mis sur l'idéologie, et la Roumanie voisine étant présentée comme une « mère-patrie gémissant sous le joug de la monarchie, des bourgeois et des boyards ». Mais Gueorgui Tchitcherine, commissaire du peuple aux Affaires étrangères, était d'un autre avis. Il estimait que cette politique favorisait « l'expansion d'un chauvinisme roumain » et qu'il fallait l'abandonner. C'est lui le véritable initiateur soviétique du « moldavisme », en suggérant de définir les Moldaves comme une ethnie « différente des Roumains, de langue romane différente, issue du mélange des Volokhs avec les slaves Oulitches et Tivertses ayant formé les Volochovènes, ancêtres des Moldaves mi-slaves, mi-romans, vivant principalement en République socialiste soviétique autonome moldave, où ils sont libres, et en Bessarabie, sous le joug roumain, où ils attendent leur libération de l'URSS ». Cela permettait de justifier les revendications territoriales soviétiques sur la Bessarabie. Tchitchérine, contrairement à Kotovski, soutenait en effet la position de Staline : celle de la « construction du socialisme d'abord dans un seul pays » : l'URSS. La « ligne Tchitcherine » finit par être adoptée le . Un « alphabet moldave » écrit en caractères cyrilliques russes fut adopté, et toute mention de la Roumanie autrement que comme une « puissance impérialiste occupant indûment un territoire soviétique » (la Bessarabie) fut dès lors assimilée à une trahison (punissable de la peine de mort)[10].

Ainsi apparaissent dans la RASS de Moldavie « une langue et une littérature nouvelle », langue que la plupart des habitants ne savait ni lire ni écrire : le « moldave ». Première étape de rapprochement des langues (donc des populations) « moldave » et russe, cette nouvelle langue est définie comme « romane, mais différente du roumain », considéré comme un élément dangereux par le pouvoir soviétique (la Roumanie était une démocratie parlementaire entre 1921 à 1938). Dans cette nouvelle langue, l'intention russificatrice des autorités de Moscou se manifeste clairement par la substitution de très nombreux mots russes aux mots roumains/moldaves (par exemple mălină au lieu de zmeură pour une framboise, ou bien văgzal au lieu de gară pour une gare de chemin de fer), par le choix systématique des mots d'origine slave au détriment des mots équivalents d'origine romane existant dans la langue usuelle (par exemple duh au lieu de suflet pour l'esprit), par l'interdiction de l'alphabet latin en 1938 (alors que depuis 1859 le roumain s'écrit en caractères latins y compris en RASSM) et par l'adoption du cyrillique russe (alors qu'avant 1859, le roumain s'écrivait en caractères gréco-slavons différents du cyrillique russe, y compris en Bessarabie).

À l'époque soviétique, statistiques et cartes ethnographiques ont fait une distinction entre les communautés roumanophones du nord de la Bucovine (région détachée de la Moldavie en 1775 par l'Autriche), comptées en tant que румыны (roumaines), et celles de Bessarabie (région détachée de la Moldavie en 1812 par la Russie), comptées en tant que Молдаване ("Moldaves"). Cette distinction vise à renforcer la thèse soviétique selon laquelle il existe une nationalité moldave distincte de la nationalité roumaine, y compris en URSS.

En août 1940, lors de l'annexion de la Bessarabie par l'URSS, en application du Pacte germano-soviétique, la RASSM est érigée en République « unionale » à égalité avec l'Ukraine, mais la nouvelle République, officiellement créée « pour » les roumanophones d'URSS, se révèle en pratique être dirigée « contre » eux, et c'est pourquoi lors de la « perestroïka » de Gorbatchev, les autochtones revendiqueront en masse leur rattachement à la Roumanie et c'est un unioniste, Mircea Druc, qui est élu président du Conseil des ministres de la République socialiste soviétique moldave (-).

De 1989 à 1991, le retour à l'alphabet latin, l'adoption du drapeau, d'un hymne et d'un nom de monnaie roumains semble sonner le glas du « moldavisme », mais ensuite, les russophones et les ex-communistes se ressaisissent, réalisent que la Moldavie restera dans l'orbite géopolitique de la Russie et, après la cuisante défaite moldave dans la guerre du Dniestr, refondent le un puissant Parti communiste. Le président moldave Mircea Snegur (agrarien) développe alors la doctrine « un seul peuple, deux États » pour affirmer l'indépendance de la Moldavie sans nier l'identité roumaine de ses autochtones (pas plus que l'identité russe de ses russophones, etc.) mais les communistes et russophones le combattent âprement et parviennent, lors des élections législatives de 1994, à réintroduire de « moldavisme » dans la législation, lorsque la langue roumaine fut de nouveau officiellement définie comme « moldave », comme à l'époque soviétique[11].

Accalmies[modifier | modifier le code]

La controverse identitaire en Moldavie orientale a connu trois périodes d'accalmie[12] :

  • Entre les dates du et du lorsque les autorités soviétiques ont provisoirement abandonné le « moldavisme » pour donner priorité à la diffusion des idées communistes dans toute la Roumanie, quitte à renoncer à revendiquer la Bessarabie comme ancien territoire de l'Empire russe.
  • Entre les années 1948 et 1975 lorsque la Roumanie communiste s'est docilement alignée sur les positions « moldavistes » de l'URSS : durant cette période, dans les deux pays, quiconque osait suggérer que la doctrine officielle pourrait être discutable, risquait de sévères sanctions allant de la perte d'emploi à la déportation en camp de travail forcé. Après 1975, avec l'apparition de la ligne « national-communiste » en Roumanie sous la présidence Ceaușescu[13] et après 1988 avec l'introduction de la « glasnost » et de la « perestroïka » en URSS sous la présidence Gorbatchev, le « roumanisme » a ressurgi.
  • Entre les années 1990 et 1992 lorsque le « roumanisme » devînt officiel dans les deux pays à la faveur de l'effondrement du « bloc de l'Est » : durant cette période, la Moldavie fut officiellement un état multinational où Bulgares, Gagaouzes, Roumains, Russes, Ukrainiens et autres pouvaient tous, à égalité, se définir comme membres de peuples et de cultures dépassant les frontières de la Moldavie.

Reprise[modifier | modifier le code]

Avec la reconstitution des mouvements communistes et la reconnaissance internationale de facto d’une zone d’influence exclusive de la Russie sur 12 des 15 anciennes républiques unionales soviétiques[14] (dont la Moldavie), la controverse est réapparue dans le paysage politique, dégradant les relations entre la Moldavie et la Roumanie et aboutissant, à la date du , à ré-officialiser le « moldavisme » en République de Moldavie. Depuis lors, les autochtones qui se déclarent « moldaves » sont officiellement des « citoyens titulaires » (cetăţeni titulari), mais n’ont légalement plus le droit de se définir comme membres d’un peuple et d’une culture roumaine dépassant les frontières de la Moldavie, tandis que ceux qui se déclarent « roumains » le peuvent, mais sont officiellement considérés comme une « minorité nationale » dans leur propre pays et sont accusés par les d’être des « vecteurs de l’impérialisme roumain »[15].

Définition constitutionnelle actuelle de l’identité moldave[modifier | modifier le code]

Celle-ci ne concerne que la majorité autochtone, et non les minorités. C’est la majorité autochtone et elle seule qui est définie comme « moldave » par l’article 13 de la Constitution[16].

En revanche, les autres langues (minoritaires) également officielles localement, peuvent librement être dites respectivement russe, ukrainienne, bulgare ou gagaouze, sans qu’il soit fait référence à d’éventuels impérialismes russe, ukrainien, bulgare ou turc.

Il est également précisé dans plusieurs décrets que le « moldave » est historiquement antérieur au roumain, puisque la Moldavie a existé comme Principauté (depuis 1359) bien avant la naissance de la Roumanie (1859)[17].

Cette définition officielle de l’identité moldave réserve donc le nom de « Moldaves » aux seuls roumanophones, tout en niant leur roumanophonie (puisque le moldave est défini comme « langue différente du roumain ») : elle se réfère ainsi clairement au « droit du sang ». Si la législation moldave suivait le « droit du sol », tous les habitants du pays seraient également des « Moldaves » quelles que soient leurs langues, et le « roumain » serait la langue de 70 % d’entre eux, à côté du russe, de l’ukrainien, du gagaouze et du bulgare… sur le modèle suisse où tous les habitants du pays sont également des « Suisses » quelles que soient leurs langues, l'« allemand » (et non le « suisse ») étant la langue de 70 % d'entre eux, à côté du français, de l’italien, du romanche[18].

Jusqu’en 2013 et notamment durant la gouvernance communiste (2001-2009), plusieurs décrets[17] précisèrent que l’identité « Moldave » (naționalitatea moldovenească) excluait l’identité « roumaine » (naționalitatea română) : les enseignants de cette langue qui osaient la qualifier de « roumaine » et revendiquer l’égalité avec les Russes ou les Ukrainiens, soit la liberté de se définir comme membres d’une culture dépassant les frontières de l’État et également présente à l’étranger (dans leur cas, en Roumanie), étaient qualifiés par le gouvernement Voronine de partisans de l’impérialisme roumain et de ses agents (décrits comme des ennemis de la nation)[19], ce qui a généré de nombreuses manifestations de protestation du corps enseignant. En référence à l’article 13 de Constitution[16], quelques-uns ont été poursuivis et parfois sanctionnés, mais leurs avocats, arguant du fait que dans la Déclaration d’indépendance de 1991, antérieure à la Constitution actuelle, la langue du pays est définie comme roumaine, ont fait appel auprès de la Cour constitutionnelle qui, par son arrêt no 36 du [20] a annulé les sanctions en admettant officiellement que le moldave est du roumain, et que les deux mots sont interchangeables, sans pour autant contester la dénomination officielle de la langue et des habitants d’origine autochtone, telles qu’elles figurent dans l’article 13 de la Constitution.

Ainsi, le « roumanisme » est implicitement reconnu, même si le « moldavisme » demeure constitutionnel : le pays est donc revenu à la situation du lorsque le Soviet suprême de la Moldavie soviétique reconnut officiellement que « moldave » et « roumain » sont « deux langues identiques »... Si ce compromis devait être remis en cause, le parti communiste, qui a 45 % de sièges au parlement, a menacé le gouvernement d’une grève générale ; la région autonome Gagaouze et l’état séparatiste de Transnistrie ont évoqué leur rattachement à la Nouvelle-Russie[21], le mouvement russe des Nashi a évoqué un blocage informatique du pays[22] et le millionnaire moldo-russe Renato Usatyi (ru), chef du parti pro-russe RPP (en), a déclaré vouloir construire une nouvelle muraille de Chine entre la Moldavie et la Roumanie[23].

Références historiques et idéologiques[modifier | modifier le code]

Le modèle « suisse » d’une Moldavie réformée, selon les « roumanistes » modérés (non-unionistes), en 1990 (sur la base des raïons de l'époque), et en 2010.

Même s’ils ne sont pas tous hostiles à un partenariat avec l’Union européenne (du moins sur le plan économique), les « moldavistes » se réfèrent explicitement au modèle soviétique et à ses définitions ethniques : Vladimir Voronine, chef du parti communiste et président du pays de 2001 à 2009, et Igor Dodon, président de la Moldavie élu en novembre 2016, sont leurs chefs de file politiques et considèrent les « roumanistes » comme « des fascistes ». Héritiers du passé soviétique, les « moldavistes » craignent le modèle roumain et occidental, et affirment que même si les Moldaves sont linguistiquement proches des Roumains, on ne peut pas effacer le fait que la Moldavie a fait partie d'une communauté soviétique constituant elle-même « un univers entier » (Vladimir Voronine)[24]. Les « moldavistes » réclament que le russe (déjà « langue de communication inter-ethnique » légalement) devienne aussi langue d’état à côté du « moldave », et un changement du drapeau national, jugé trop proche de celui de la Roumanie, au profit d’un drapeau aux deux couleurs horizontales rouge en haut, bleu en bas, avec les armoiries jaunes au centre, proche de celui du gouvernement communiste sud-viêtnamien victorieux en 1975[25].

Parmi les « moldavistes », deux idéologies s'affrontent :

  • pour l'une, ce sont périodes russe (1812-1917) puis soviétique (1940-1941 et 1944-1991) qui ont forgé l'identité moldave et par conséquent celle-ci n'existe qu'à l'Est de la frontière séparant les deux Moldavies, dans l'actuelle République et en Ukraine voisine ;
  • pour l'autre, l'identité moldave remonte aux Volochovènes du Moyen Âge, mi-slaves, mi-valaques, et préside donc à la formation de l'ancienne Principauté de Moldavie que les panslavistes modernes considèrent comme un état issu de la Rus' de Kiev, à reconstituer comme République fédérale au sein d'une nouvelle communauté regroupée autour de la Russie ; dans cette idéologie l'identité moldave couvre tout le territoire y compris en Roumanie[26].

Les « moldavistes » sont tous en accord pour réclamer un « bilinguisme moldave-russe » officiel à tous les échelons étatiques et territoriaux, pour que le statut « langue de communication inter-ethnique » reste dévolu au russe, et pour donner au terme « moldave » le sens ethnique hérité de l'Union soviétique, qui en fait une nation différente des Roumains.

Cartes ethniques soviétiques de 1988 et de 1991 (en ukrainien) montrant les "peuples roumains et moldave" (le premier en jaune, le second en vert clair) comme différents : la première est conforme à la position officielle soviétique des années 1938-1990 (qui est aussi la position officielle actuelle des états membres de la CEI), la seconde au point de vue des « moldavistes maximalistes » qui incluent parmi les Moldaves, ceux de la Roumanie voisine.

Parmi les « roumanistes » aussi, deux idéologies s'affrontent :

  • le référentiel « traditionnel roumain » qui domine parmi les partisans de la réunification cultive la nostalgie de la Bessarabie en tant que province de la Roumanie Unie ; une minorité regroupée dans le mouvement « Pro Basarabia et Bucovina » ne reconnaît pas même la légitimité à l’État moldave (considéré comme un instrument soviétique de répression contre les Roumains), réclame l’« abolition des conséquences du Pacte germano-soviétique et le retour aux frontières de 1939[27] ». Cette idéologie « traditionnelle roumaine » souhaite une organisation territoriale unitaire en « Județe » comme en Roumanie. Pour ces « roumanistes » unionistes, l’indépendance de la Moldavie ne constituait que le premier pas vers une réunion à la « mère-patrie » roumaine et vers une intégration à l’Union européenne par ce biais, sur le modèle de la réunification allemande ;
  • le référentiel « suisse » se réfère au système des cantons et des langues en Suisse : il souhaite une organisation territoriale fédérale mais en entités (« Ocoluri », dans les limites des « raïons » d’inspiration soviétique) égales en droits, autonomes et libres de choisir leurs langues officielles locales, et une politique linguistique nationale donnant à tous les groupes, et pas seulement aux minorités, le droit d’affirmer librement leur appartenance à des cultures dépassant le cadre de la République, y compris la culture roumaine. Ce modèle « suisse » est issu de la doctrine « un peuple, deux pays » de l’ancien président (de 1990 à 1997) Mircea Snegur, qui postule la Moldavie comme un « état multinational, à l’instar de la Suisse et de la Belgique, dans lequel on parle les langues des pays voisins mais qui a sa propre histoire et identité »[28]. Pour ces « roumanistes » non-unionistes, l’indépendance de la Moldavie doit être le moyen de la liberté d’être Roumains au sein d’un état multiculturel dont tous les habitants pourraient se dire Moldaves selon le droit du sol, et non le moyen d’un retour au modèle soviétique discriminant la majorité autochtone, comme c’est le cas actuellement.

Les « roumanistes » sont tous en accord pour réclamer que le roumain, langue d’état, devienne aussi la « langue de communication inter-ethnique » (rôle actuellement dévolu au russe), et pour donner au terme « moldave » le sens de l’identité régionale de la Moldavie en tant que région géographique et historique transnationale.

Si les partis communiste et socialiste (environ la moitié des sièges au Parlement) ont toujours été et demeurent fermement les pivots du « moldavisme », le parti chrétien-démocrate, jadis pivot du « roumanisme » avec le libéral, a infléchi ses positions en 2005-2006, à la suite de la visite en Moldavie du commissaire européen Günter Verheugen, passant de l’unionisme, jugé depuis lors « facteur de tensions entre l'U.E. et la Russie », à la doctrine « un peuple, deux pays » et au modèle « suisse »[29].

Enjeux[modifier | modifier le code]

L'identité historique moldave est compatible tant avec l'identité roumaine (dans laquelle elle est incluse) qu'avec le droit du sol (selon lequel tout habitant de la Moldavie est un moldave quelles que soient ses origines, sa culture, sa langue). L'identité moldave soviétique et post-soviétique, en revanche, n'est compatible ni avec le droit du sol, ni avec l'identité roumaine. Elle relève clairement du droit du sang, car selon cette définition, seuls les autochtones de la Moldavie sont des « moldaves », et cette « moldavité » les exclut des Roumains.

De cette incompatibilité découle la controverse identitaire, dont le résultat sur le terrain est qu'à l’ouest du Prut (en Moldavie occidentale, roumaine et incluse dans l'Union européenne soit 43 % de la Moldavie historique, et où les Moldaves sont 98 % de la population) peuvent être la fois Moldaves et Roumains, tandis qu'à l'est du Prut (en Moldavie et en Ukraine, soit 57 % de la Moldavie historique, où les Moldaves sont 63 % de la population) ils doivent choisir entre être Moldaves ou Roumains (plus de 90 % choisissent la première solution, qui a les faveurs des autorités)[30].

Enjeux linguistiques[modifier | modifier le code]

Graffitis politiques "roumaniste" et "moldaviste" en Moldavie : à gauche, sur la plaque de l'association moldaviste "Limba noastră" ("Notre langue") à Chișinău, on a tagué "Română" ("Roumaine") ; la formule à droite (signifiant "je suis moldave, je parle la langue moldave") est calquée du russe Я Молдаване, я говорю на Молда́вский язы́к: un locuteur natif du moldave aurait écrit Sînt moldovean, vorbesc moldovenește[31].

Si des arguments historiques et ethnologiques sont parfois invoqués dans cette controverse essentiellement politique, c’est le champ linguistique qui est l’enjeu principal de l'argumentation des deux "écoles", « roumaniste » et « moldaviste ». Sur le plan scientifique, leur opposition empêche l’émergence de recherches indépendantes et embrigade toutes les études dans des démonstrations opposées dont l'enjeu est la reconnaissance ou non :

  • d'un ensemble roumanophone des deux côtés de la frontière séparant Roumanie et Moldavie, ensemble différent de l’ensemble politique des citoyens roumains ou moldaves (qui ne sont pas tous roumanophones) et dont les locuteurs se comprennent spontanément et intégralement sans avoir besoin de traducteur ;
  • de l’antériorité de l'endonyme de "roumain" sur celle de "moldave" pour désigner les habitants et leur langue[32] ;
  • du fait que les parlers régionaux anciens (de Moldavie, de Transylvanie, de Valachie et de Dobrogée) étaient des variantes régionales du roumain et non des langues différents, variétés inter-intelligibles à l’ensemble des locuteurs et unifiées au XIXe siècle par-delà les frontières politiques, grâce aux progrès de l’éducation, comme ce fut le cas ailleurs en Europe avec d’autres langues.

Du point de vue strictement linguistique, le roumain et le moldave sont une seule et même langue : le daco-roumain, langue abstand en termes de sociolinguistique, c’est-à-dire langue dont les dialectes passés ou actuels présentent assez de traits structurels communs scientifiquement établis, pour constituer une langue unitaire dont tous les locuteurs natifs se comprennent spontanément et intégralement. Le cas du daco-roumain comme langue recevant des dénominations différentes (voire des alphabets différents) dans des états différents pour des raisons politiques, n’est pas unique : voir Bosnien-Croate-Monténégrin-Serbe ou Hindi-Ourdou.

Alphabet[modifier | modifier le code]

La principauté de Moldavie, comme celle de Valachie et comme les roumanophones transylvains utilisaient initialement l’alphabet cyrillique gréco-slavon[33].

La plupart des lettrés et des journaux de Bessarabie sont passés progressivement à l’alphabet latin dans le courant du XXe siècle, comme ceux de Transylvanie, de Bucovine et de Valachie: ce mouvement était corrélatif du développement du sentiment national roumain dans ces pays. Lors de la première déclaration d'indépendance en 1917, le "Sfatul Ţării" de la République démocratique de Moldavie adopta officiellement l'alphabet latin que le Royaume de Roumanie maintint (et que la République socialiste soviétique autonome moldave d'Ukraine, créée en 1924, utilisa jusqu'en 1938).

En 1938, les Soviétiques décident de revenir à l'alphabet cyrillique dans la RSSA moldave, et en 1940 ils l'étendent à toute la République socialiste soviétique moldave. L'intention officiellement déclarée est alors de revenir aux racines du peuple moldave, d'avant l'occupation impérialiste roumaine. Pourtant, l'alphabet cyrillique adopté n'est pas l'ancien alphabet gréco-slavon[34] de la Principauté de Moldavie, mais l'alphabet russe, légèrement adapté. Et la langue de communication inter-ethnique n'est pas le moldave, mais le russe, ce qui fait qu'en pratique, tous les Moldaves sont obligés de connaître le russe, alors que les non-Moldaves peuvent très bien ignorer la langue du pays.

En 1989, le Soviet suprême de la RSS de Moldavie de celle-ci proclame le roumain « langue de communication inter-ethnique » et décide de revenir à l'alphabet latin, mais la mesure n'est pas appliquée dans les « rayons » de la rive gauche du Dniestr ("Transnistrie"). Depuis l'indépendance (août 1991) la situation inaugurée en 1989 perdure : la langue d'État (officiellement appelée "roumain" de 1991 à 1994) est écrite en caractères latins sur la rive droite du Dniestr, et en caractères cyrilliques russes sur la rive gauche. Depuis 2004, le russe est à nouveau la seule « langue de communication inter-ethnique », ce qui fait qu'en pratique, un tiers des citoyens moldaves sont officiellement dispensés de connaître la langue d'État.

Noms des lieux[modifier | modifier le code]

La toponymie moldave avait été progressivement russifiée aux époques russe et soviétique[35] : Chișinău (rendu par « Quichinaou » ou par « Kichenaou » sur les cartes d'état-major napoléoniennes d'avant l'annexion russe) est devenue Кишинев (Kichinev ou Kichiniov), Orhei est devenue Оргэев (Orgeev ou Orgueïov) et ainsi de suite. Lorsque l'autorité russe ou soviétique avait à choisir entre un nom moldave et un nom turc, ukrainien ou autre, elle choisit le second : Akkerman, Bender, Bolgrad, Ismail ou Kagul plutôt que Cetatea Albă, Tighina, Palada, Obluciţa ou Frumoasa. À l'époque soviétique, même des noms de villages ont été russifiés : Ciubărciu est devenu Чобручь (Cioburciu), Ediniţa : Единець (Edineţ), Codăeşti et Jibrieni : Приморске (Primorske), Gălileşti : Десантне (Desantne), Zoreni : Староселье (Staroselje).

En outre, sur le plan étymologique, pour occulter tout lien avec la Moldavie historique, l'historiographie soviétique a systématiquement attribué des origines tatares aux toponymes, fussent-elles difficilement soutenables et sans sources[36]. C'est le cas par exemple de Dubăsari, Chișinău ou Orhei, signifiant respectivement "coracliers" en roumain (un coracle est un bac rond manœuvré à la rame), Kis-Jenö "le petit coté" et Vàrhély "la citadelle" en hongrois (il y avait ici des garnisons de mercenaires sicules transylvains postés par les voïvodes moldaves pour précisément empêcher les raids des Tatars). La version soviétique officielle (toujours en vigueur en Russie et Ukraine, et de ce fait dans de nombreux articles en anglais et allemand) est que ces trois toponymes auraient des origines composites principalement tatares, respectivement de Dîmbu-Sarî (du tatar Sarî, "jaune", avec le roumain Dîmb, "colline" devant), de Kîşla-Nouă (du tatar Kychla, "hivernage", avec l'adjectif roumain Nouă, "nouvelle") et de Yanği-Şer (du tatar Yanği, "nouvelle" et de l'arabe Shehr, "ville" - cette version allant de pair avec la version fantaisiste qui figure dans certaines éditions de l'Encyclopédie soviétique, selon laquelle nom de « Bessarabie » signifierait "région désarabisée" par l'Empire russe, version sans aucune source et sans fondement historique, puisqu'il n'y a jamais eu d'Arabes dans la région, mais qui occultait, pour le lecteur profane, l'origine roumaine du nom de « Bessarabie »)[37].

Après 1989, le professeur Anatol Eremia de l'Académie des Sciences de Moldavie et son équipe de géographes, d'historiens, de philologues et de cartographes se sont attelés à la tâche de "restauration toponymique", mais lors du changement constitutionnel de 1994, le processus est interrompu et la toponymie officielle de la République de Moldavie officialise les noms de lieux hérités des époques russe et soviétique (Edineţ et Bender plutôt qu'Ediniţa et Tighina, mais aussi les nombreux villages rebaptisés par exemple Krasnoarméïsk, Oktiabrskoe ou Pervomaïsk soit « de l'Armée Rouge », « d'Octobre » ou « du 1-er mai »)[38].

Nom de la majorité autochtone[modifier | modifier le code]

Alors que les « moldavistes », s'appuyant sur Ernest Gellner qui écrit que "ce sont les États qui créent les nations", affirment que seule la notion de Moldave est historique et que l'introduction de l'identité roumaine en Bessarabie est artificielle, venant de quelques intellectuels citadins et anti-russes du XIXe siècle, et de l’impérialisme roumain qui a annexé le pays en 1918, les « roumanistes », pour leur part soulignent que les premiers témoignages de l'utilisation de l'ethnonyme “Romain” par les roumanophones, pour se désigner eux-mêmes, datent du XVIe siècle. Ainsi Francesco della Valle en 1532 et Tranquillo Andronico en 1534, traversant la Transylvanie et la Moldavie, attestent que les Roumains ("Valachi") "s’appellent eux-mêmes Romains"[39]. En 1542, le saxon transylvain Johann Lebel note que les "Valaques" se désignent eux-mêmes sous le nom de « Romuini“[40] alors que le chroniqueur polonais Orichovius (Stanisław Orzechowski) observe en 1554 qu’ «en leur langue les Moldaves s’appellent Romini»[41]. L'Italien Ferrante Capeci écrit vers 1575 écrit que les habitants de ces Principautés s’appellent eux-mêmes Roumains (Romanesci)[42] tandis que Pierre Lescalopier remarque en 1574 que "Dans tout ces pays de Wallachie et Moldavie et la plupart de la Transilvanie… ceux du pays se disent vrais successeurs des Romains et nomment leur parler romanechte, c'est-à-dire romain… "[43]. Le croate Antonio Veranzio remarque vers 1570 que les roumanophones vivant en Transylvanie, Moldavie et Valachie se nomment eux-mêmes Romains (Roumains)[44].

Les chroniqueurs moldaves, tels Grigore Ureche, utilisaient en parallèle le terme Moldave (pour les habitants de la Moldavie) et Roumain (pour ceux de ce pays, de la Valachie et de la Transylvanie)[45].

À cela, les "moldavistes" rétorquent qu'au Moyen Âge, la dénomination ethno-linguistique rumân/român signifiait surtout « roturier » et « serf », de même que la dénomination valaque signifiait aussi « berger ». Pour eux, ces termes n'ont donc pas de sens ethno-linguistique, celui-ci n'étant apparu que tardivement, au XIXe siècle.

Ainsi, les mêmes sources historiques, interprétées dans un sens ou dans l'autre, sont utilisées dans la controverse identitaire moderne, au grand dam des historiens, tels Nicolae Chetraru, Anatol Eremia ou Anatol Petrencu, qui auraient aimé pouvoir, après 1991, faire des recherches indépendantes des considérations politiques actuelles.

Nom et symboles du pays[modifier | modifier le code]

Lors de la première indépendance de la république de Moldavie, le , le Sfatul Ţării choisit le nom de "Moldavie" plutôt que "Bessarabie", parce que "Bessarabie" (qui ne désignait avant 1812 que l'actuel "Boudjak") avait été donné en 1812 par les Russes, et parce que les députés voulaient souligner l'identité entre la Moldavie russe et la Moldavie roumaine[46].

Mais paradoxalement, après l'union moldo-roumaine du , la Roumanie choisit d'utiliser le nom de Bessarabie pour ce qui devint alors une nouvelle province du royaume. Pour l'administration roumaine, c'était plus commode de distinguer ainsi ce pays de la Moldavie occidentale, appelée « Moldavie » tout court. Du coup, ce sont les Soviétiques qui, le , utiliseront le nom de « Moldavie » pour la région autonome qu'ils créent alors en… Ukraine, sur la rive podolienne du Dniestr, dans le but de reprendre à leur compte l'identité moldave… pour mieux l'opposer à l'identité roumaine[47]. Lors de l'érection de la RSS de Moldavie en république fédérée soviétique en août 1940, sur un territoire incluant désormais 60 % de la "Bessarabie" prise à la Roumanie, le nom de Moldavie est maintenu (traduit en anglais par Moldavian SSR et en allemand par Moldauischer SSR).

Lors de la seconde indépendance, en août 1991, le nom de « Moldavie » n'est pas remis en question, mais il est utilisé contradictoirement par les « roumanistes » et les « moldavistes ». Les premiers s'en servent, comme le Sfatul Ţării jadis, pour souligner l'identité entre la république de Moldavie et la Moldavie roumaine ; au contraire, les « moldavistes » essaient de différencier le nom de la Moldavie indépendante, de celui de la Moldavie historique. Alors que les « roumanistes » utilisent en anglais, français et allemand les noms historiques de "Moldavia", "Moldavie" et "Republik Moldau"[48], les « moldavistes » parviennent à accréditer à l'ONU, en anglais et dans les langues latines, le néologisme "Moldova" (forme pourtant roumaine du nom) par opposition à la forme historique Moldavia, Moldavie[49] ; et en allemand, le néologisme "Moldawien" par opposition à la forme historique Moldau. L'effacement du nom historique s'accompagne, comme à l'époque soviétique, de distorsions et d'occultations de l'histoire moldave : la tendance est de séparer (notamment dans les livres scolaires d'histoire) le territoire de l'actuelle république du reste de l'ancienne principauté (l'actuelle région roumaine de Moldavie), en affirmant que ce territoire n'a pas été partie intégrante de la Moldavie historique, mais successivement de la Rus' de Kiev, de la Lituanie, puis de l'Empire ottoman[50].

Le sort de l'un des deux symboles emblématiques de la controverse : la statue de la louve romaine de Chișinău, située devant le Musée d'Archéologie et d'Histoire, est révélateur de cette lutte culturelle : bien que personne ne conteste la romanité de la langue locale, cette statue a été vandalisée à de nombreuses reprises par les « moldavistes » (parfois légèrement : tags, excréments, mélasse, purin, goudron, lisier, jets de couleurs acryliques... mais parfois sévèrement : mise en pièces) et elle a été à chaque fois réparée ou réinstallée à grands frais et en grande cérémonie par les « roumanistes »[51].

L'autre symbole emblématique est le drapeau du pays, adopté lors de l'indépendance en 1991 et que le président Igor Dodon élu en 2016 juge trop proche du drapeau roumain et souhaite remplacer par un nouveau drapeau[52],[53].

Les humoristes moldaves, tels Valentin Stratan, ont fait de ces controverses un prétexte à rire : « -Comment s’appelle notre langue ? » demandent-ils. « - Notre langue ! » répondent-ils, par allusion à l’hymne national (dont c’est le titre).

Clivage religieux[modifier | modifier le code]

Si 98 % des habitants de la Moldavie sont orthodoxes, cette confession n'est pas non plus épargnée par la controverse, les « roumanistes » étant, lorsqu'ils le peuvent, affiliés à l'église roumaine de Moldavie dépendant du Patriarcat de Bucarest, tandis que les « moldavistes » préfèrent l'église russe de Moldavie dépendant du Patriarcat de Moscou et de toute la Russie (mais dont les liturgies utilisent aussi le roumain là où les fidèles le demandent). Dans la pratique, les deux églises se partagent les fidèles, les paroisses et le territoire (dans certains quartiers et villages, on trouve ainsi deux églises) ; jusqu'en 2002, chacune revendiqua seule la légitimité canonique, les « roumanistes » arguant de l'obédience historique jusqu'en 1836 aux Métropoles de Suceava puis de Iași, et de 1918 à 1944 au Patriarcat de Roumanie, les « moldavistes » arguant de l'obédience au Patriarcat de Moscou de 1836 à 1918 et depuis 1944. Depuis 2002, après une décision de la Cour européenne des droits de l'homme, les deux obédiences coexistent[54].

Clivage politique[modifier | modifier le code]

Sur le plan politique les enjeux sont un héritage de l'histoire soviétique.

Composition du Parlement moldave en juillet 2009.
Composition du Parlement en novembre 2014.

Politique intérieure[modifier | modifier le code]

Sur le plan politique intérieur, la controverse identitaire exprime les tensions de la société moldave qui peine à trouver des compromis satisfaisants entre les courants qui la traversent :

  • elle suscite des confusions sémantiques en raison de la divergence entre les définitions scientifiques de l'ethnologie et de la linguistique, et celles de la sphère politique[55] ;
  • l’article 13 de la Constitution introduit parmi les citoyens des discriminations légales, en empêchant la majorité autochtone de développer aussi librement que les minorités, sa culture par delà les frontières de l’État ;
  • en réservant le terme « Moldaves » aux seuls autochtones selon de « droit du sang », cet article exclut les minorités de la communauté politique moldave (telle qu'elle serait selon le « droit du sol ») et empêche la construction d’un patriotisme local concernant tous les citoyens, qui donnerait à l’ensemble de la population confiance dans l’avenir du pays (comme on le voit à travers les graves problèmes de l’enseignement et à travers la proportion élevée de doubles ou triples citoyennetés parmi les ressortissants Moldaves) ;
  • la controverse et la lutte politique entre « moldavistes » et « roumanistes » entretient une instabilité constitutionnelle et législative (la Constitution, de nombreuses lois, l’hymne de l’État, l’organisation territoriale, les uniformes, les institutions, ont subi de nombreux changements depuis l’indépendance) ce qui peut décourager des investisseurs (le PIB de la Moldavie a longtemps été inférieur à celui du Bangladesh et reste le plus bas d’Europe ; 34 % de la population active est expatriée) ;
  • elle s’est traduite par une organisation territoriale où le fédéralisme n’est pas une association à égalité entre unités territoriales aux mêmes droits, mais une discrimination juridique et économique au profit de deux d’entre elles (et au détriment des autres) : celles où le gouvernement n’a aucune autorité et qui constituent des zones de non-droit ouvertes à divers trafics (capitaux illicites, armes, tabac, stupéfiants, prostitution, sang, organes) ;
  • elle biaise les relations de la Moldavie avec les pays voisins, car pour rassembler ses électeurs, chaque parti politique se sert de ses relations privilégiées avec l’un des pays voisins et dénonce les relations privilégiées des partis adverses avec d’autres pays.

Politique internationale[modifier | modifier le code]

Lors de sa déclaration d'indépendance, la Moldavie a condamné l'annexion soviétique de 1940 et ses conséquences, affirmant qu'elle ne reposait sur aucune base légale[56], mais le Traité de Paris de 1947 constitue une reconnaissance internationale des pertes territoriales roumaines de l'été 1940, auxquelles se sont ajoutés en 1948 encore 3,2 km2 d'îles (sur le bras danubien frontalier de Chilia et en mer Noire) dont la perte n'a été reconnue qu'un demi-siècle plus tard par le traité frontalier roumano-ukrainien de Constanza, signé le . Au total la Roumanie a donc perdu 50,138 km2 au profit de l'URSS entre 1940 et 1948.

Les conséquences territoriales de l'occupation soviétique de la Bessarabie et de la Bucovine du Nord ont ainsi été admises par la communauté internationale, Roumanie incluse, contrairement à celles de l'occupation des États baltes eux aussi envahis conformément au protocole secret du pacte Hitler-Staline, mais dont ni les États-Unis[57], ni le Parlement européen[58],[59],[60], ni la CEDH, ni le Conseil des droits de l'homme de l'ONU[61] n'ont reconnu l'incorporation parmi les 15 Républiques socialistes soviétiques ; de plus, la plupart des pays non-communistes membres de l'ONU ont continué à reconnaître de jure l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie[62],[63],[64] qui, après la dislocation de l'URSS fin 1991, ont été les trois seules anciennes républiques soviétiques à pouvoir quitter la sphère d'influence de la Russie, à n'intégrer ni la CEI-Eurasec, ni l'OCCA, ni l'OTSC, et à rejoindre l'OTAN et l'Union européenne[65]. La reconnaissance internationale des pertes territoriales roumaines a empêché le mouvement unioniste de parvenir à ses fins (l'union entre Moldavie et Roumanie) et laissé le champ libre aux pressions géopolitiques de la Russie à travers le séparatisme pro-russe en Transnistrie et à travers les positions du parti communiste de Moldavie (reconstitué dès 1993, et qui remporte entre un tiers et la moitié des députés au parlement selon les élections), parti qui exprime l'opposition des descendants des colons soviétiques (un tiers de la population) à tout rapprochement avec la Roumanie en particulier et avec l'occident en général[66]

Sur le plan politique international, depuis les élections de 1994, la controverse détériore les relations entre la Roumanie et la République de Moldavie sans pour autant améliorer celles de la Moldavie avec la Russie ou l’Ukraine, et surtout, sans permettre de réaliser les espérances du gouvernement actuel, à savoir d’établir la souveraineté de l’État sur l’ensemble du territoire et notamment en Transnistrie. Depuis que la frontière de l'Union européenne s’est établie sur le Prut, en 2007, la question linguistique grève les relations de la Moldavie avec l’Union européenne, dont la Roumanie fait partie et qui ne reconnaît pas la langue moldave, car la Roumanie refuse de ratifier tout document déniant la « roumanité » des autochtones de la République de Moldavie. Or, dans les pays slaves de l’ex-URSS (et à leur suite, chez beaucoup d’auteurs anglo-saxons et allemands), les habitants roumanophones de la République de Moldavie et d’Ukraine sont comptés comme "Moldaves", ce qui correspond à la position des « moldavistes ». En revanche, concernant la diaspora des citoyens moldaves à travers le monde, ceux-ci sont comptés comme "Moldaves" toutes langues confondues, conformément aux sources du Ministère moldave des affaires étrangères et au droit international ; mais les Moldaves de Roumanie, eux, sont exclus de ce décompte puisque les autorités roumaines les comptent comme Roumains. Ainsi, dans l’approche exclusivement politique et statistique de ces pays et de ces auteurs, le sens du mot Moldaves (russe : Молдаване, anglais : Moldovans) devient confus pour deux raisons :

  • il peut signifier deux choses différentes (seulement un roumanophone en Moldavie et Ukraine, mais un citoyen de la Moldavie y compris de langue russe, ukrainienne, bulgare ou autre, dans la diaspora), emmêlant ainsi les notions d’"ethnie" (telle qu’elle était définie en Union soviétique) et de citoyenneté ;
  • il ne s’applique pas aux Moldaves de Roumanie qui représentent pourtant plus de la moitié des Moldaves (en tant qu’autochtones du territoire de l’ancienne principauté).

Il y a donc, au sein même de l’Union Européenne, dont la Roumanie fait partie, des divergences directement issues de la controverse identitaire, dans l’acception des notions de « Moldaves » et de « Roumains », au point qu’en 2007, le Comité des ministres de l’Union européenne a été pris à témoin et sollicité pour en juger. En effet, le , les députés communistes moldaves Irina Vlah et Grigori Petrenko ont été élus, lors du IIe congrès du Parti de la gauche européenne, à Prague, membres du bureau exécutif de ce parti (à dominante communiste).

Courant 2007, Grigori Petrenko a contribué à la fondation en Roumanie d'une « Association des Moldaves de Roumanie » réservée aux natifs de la République de Moldavie, déclarés en tant que « nationalité ». Connaissant la loi roumaine et jouant sur le fait qu’en droit roumain « nationalité » et « citoyenneté » sont deux choses différentes (« nationalité » y signifie « ethnie »), Grigori Petrenco s’attendait à ce que la Roumanie (dont les lois ne reconnaissent pas d’ethnie moldave différente de l'ethnie roumaine) réagisse en interdisant cette association. Ce qui se produisit par la décision no 4094/866/2007 du tribunal de Paşcani (une ville de la Moldavie roumaine).

À la publication de cette décision, Grigori Petrenko, jouant sur le fait qu’en Union européenne (et en droit international) « nationalité » signifie « citoyenneté », accusa la Roumanie de ne pas reconnaître aux Moldaves et aux personnes originaires de la république de Moldavie, le droit constitutionnel de s’associer. « La décision des autorités roumaines », écrit-il, « viole les droits des personnes déclarant appartenir à la nationalité moldave (droit d’association, liberté d’expression, liberté de conscience et identité). Les mesures prises par les autorités roumaines visant à imposer à certaines personnes une identité ainsi que la non-reconnaissance de l’identité des personnes se définissant comme Moldaves, en Roumanie et au-delà des frontières de ce pays, sont inacceptables (les Moldaves ne font même pas partie de la liste officielle des minorités vivant en Roumanie) ».

Le Grigori Petrenko a présenté au Comité des ministres de l’Union européenne, la question no 551 relative au « refus des autorités roumaines de reconnaître aux personnes déclarant appartenir à la nationalité moldave le droit d'association, la liberté d'expression, la liberté de conscience et d'identité » (document no 11668): « Dans quelle mesure l’attitude des autorités roumaines est conforme avec les normes du Conseil de l’Europe et quelles dispositions le Comité des Ministres compte prendre pour prévenir la violation du droit des Moldaves à l’identité nationale en Roumanie et pour mettre fin à cette violation ? »[67].

Le , à l'occasion de l'Examen périodique universel au Palais des Nations, la délégation moldave, en majorité « moldaviste », a demandé que l'on utilise en français République de Moldova[68], au dépit des « roumanistes » qui tiennent à ce que le mot Moldavie désigne toutes les entités situées sur le territoire de l'ancienne Principauté de Moldavie ; en France, suite aux efforts d'Anca Dumitrescu, le gouvernement, par la circulaire Juppé, ainsi que le code ISO 639, ont consenti, conformément aux vœux des « moldavistes », à adopter le néologisme Moldova[69], suivis en cela par une partie des média[70], tandis que l'Académie française s'y refuse et emploie toujours le mot français Moldavie, conformément aux vœux des « roumanistes ».

Plus récemment, le , James Pettit, ambassadeur des États-Unis en Moldavie, à l'occasion du 25-ème anniversaire de l'indépendance du pays, a affirmé dans les interviews qu'il a accordées en anglais à la chaîne Moldova 1[71] et en roumain à Prime 1[72], que c'était un État multinational et que par conséquent une union avec la Roumanie poserait plus de difficultés qu'elle n'en résoudrait. Dans ces interviews, il a aussi adopté la position « moldaviste » définissant les Moldaves vivant dans cet État comme une ethnie différente des Roumains, en raison de leur longue séparation d'avec ces derniers : c'est précisément l'ancien point de vue soviétique, aujourd'hui pro-russe. Cela a soulevé une tempête de protestations dans les cercles « roumanistes », tant en Moldavie[73] qu'en Roumanie[74], amenant James Pettit à revenir sur ses propos en affirmant le que si un peuple veut s'unir, nul ne saurait l'en empêcher et certainement pas les États-Unis[75].

Géopolitique[modifier | modifier le code]

Sur le plan géopolitique, la Moldavie présente ainsi un exemple de ces inventions d'identités nationales par des États post-soviétiques ou post-yougoslaves à la fin du XXe siècle[76]. Cette réinvention, que les dirigeants de ces États ont estimée nécessaire pour légitimer leur indépendance (plutôt que de s'appuyer sur des valeurs universelles et transculturelles), repose sur deux développements principaux :

  • la construction d'une histoire propre insistant sur tout ce qui sépare l'État de ses voisins ;
  • l'affirmation de l'existence d'une langue locale (ici moldave, ailleurs monténégrine ou macédonienne).

L'élite politique et culturelle s'est ainsi divisée en une fraction « pro-unification » (avec la Roumanie en Moldavie, avec la Serbie au Monténégro, avec la Bulgarie en Macédoine) et une fraction indépendantiste (qui dans les trois cas a obtenu la majorité).

Comme en Moldavie, ces constructions d'identités nouvelles ont donné lieu à des dérives hors du champ scientifique : ainsi, des auteurs macédoniens s'appuient sur des sources qui prouveraient un lien de filiation entre le macédonien actuel (langue slave apparue avec la migration des Slaves dans les Balkans au VIe siècle de notre ère) et la langue macédonienne antique (langue thrace hellénisée bien antérieure)[77]

On retrouve ces querelles identitaires en Biélorussie et en Ukraine, où les anciens dissidents de l'époque soviétique, pro-européens et pro-occidentaux, cherchaient à s'éloigner du modèle soviétique et à se rapprocher du modèle polonais ou balte (cf. Révolution orange et Euromaïdan), tandis que les « pro-russes » tels Alexandre Loukachenko ou Viktor Ianoukovytch, craignant ce modèle, cherchent au contraire à reconstituer le monde soviétique et à se rapprocher de Moscou : à cet égard, la politique du gouvernement Voronine en Moldavie a été la même que celle du gouvernement biélorusse[78].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Trifon, « La Langue roumaine au cœur de la problématique de reconstruction nationale de la république de Moldavie », in Wanda Dressler (éd.), Le Second Printemps des nations, p. 257-281
  2. Alain Ruzé, La Moldova, L'Harmattan, Paris, 1997, (ISBN 2-7384-6018-6).
  3. [1]
  4. Constitution de la République de Moldavie
  5. Stella Ghervas, "Les Moldaves, le passeport roumain et l'Europe: incompréhensions sur fond de misère", Regard sur l'Est, 15 novembre 2006 et Nicolas Trifon, « La Langue roumaine au cœur de la problématique de reconstruction nationale de la république de Moldavie », in Wanda Dressler (éd.), Le Second Printemps des nations, p. 257-281.
  6. Voir Încă un PARTID MOLDOVENIST în R. Moldova. Președinte este un fost ambasador
  7. Voir [2]
  8. Gheorghe Negru, La Politique ethnolinguistique en Moldavie, Prut International, Chișinău 2000, (ISBN 9975-69-100-5).
  9. Gheorghe E. Cojocaru, Le Komintern et les origines du Moldavisme, Editura Civitas, Chișinău 2010.
  10. Gheorghe Negru, La politique ethnolinguistique en Moldavie, éd. Prut International, Chisinau 2000, (ISBN 9975-69-100-5).
  11. Charles King, The Moldovans : Romania, Russia, and the Politics of Culture, Hoover Press 2000, 62 p.
  12. Politica etnolingvistică în R.S.S. Moldovenească (Politique ethnolinguistique en RSS Moldave), éd.: „Prut Internaţional”, Chişinău, 2000, 132 pp.
  13. Catherine Durandin: Histoire des Roumains, Ed.: Fayard, 1995, (ISBN 978-2-213-59425-5)
  14. La zone d’influence exclusive de la Russie s'étend sur 12 des 15 anciennes Républiques unionales soviétiques car elle n’inclut pas les trois pays baltes, intégrés dans l’Union européenne.
  15. Sergiu Musteață, Dilemmes moldaves, article dans « Archiva Moldaviæ » IV, Iași 2012, (ISSN 2067-3930) et recensement Statistica Moldovei.
  16. a et b Constitution de la République de Moldavie.
  17. a et b http://www.parlament.md/download/laws/ro/546-XV-19.12.2003.doc
  18. La législation moldave suit le « droit du sang » : lors du recensement de 2004 visible ici rezultatele oficiale ale recensămîntului din Republica Moldova, les citoyens pouvaient au choix se déclarer « Moldaves » ou « Roumains », mais s'ils prenaient la seconde option, ils étaient considérés comme « minoritaires » dans leur propre pays, car les autorités encouragent l’identité moldave, et considèrent l’identité roumaine comme l'expression d’un expansionnisme étranger ; toutefois, un « Moldave » pouvait déclarer le « roumain » comme langue maternelle. Résultats : parmi les 2 742 005 locuteurs du daco-roumain langue maternelle (70 % de la population),
    • 2 667 729 se sont déclarés « Moldaves », dont :
      • 2 183 497 avec le « moldave » comme langue maternelle (78,42 % des locuteurs) ;
      • 484 232 avec le « roumain » comme langue maternelle ;
    • 74 276 (3 % de la population) ont osé se déclarer « Roumains » avec le « roumain » comme langue maternelle, soit 558 508 locuteurs déclarés du roumain (21,58 % des locuteurs) : voir Statistica Moldovei.
  19. Academia Romana combate "limba moldoveneasca": ZIUA
  20. [justice.md 350850]
  21. Mikhaïl Bourla, président du Soviet Suprême de Transnistrie, sur [3] consulté le 4 décembre 2014.
  22. Réactions à la décision de la Cour Constitutionnelle du 5 décembre 2013 sur [4]
  23. Usatyi veut financer une nouvelle "muraille de Chine" entre la Moldavie et la Roumanie", site du journal Adevărul Moldova consulté le 14 octobre 2014.
  24. Article 20 minutes 07/04/09
  25. Voir site du parti communiste : [5].
  26. Tudor Chifac, Comunistul sur Moldova de Vest — zonă colonizată ?, Rouslan Sevtchenko sur le portail graiesc.md Stalin a fost cerut să unească Moldova de Est cu Moldova de Vest, Marius Bâtcă dans Ziua Veche du 23 juillet 2012 sur Merkel, Băsescu și federalizarea românilor : Fota trage un semnal de alarmă, Paul Ghițiu dans Evenimentul Zilei du 21 février 2015 sur Rusia vrea o bucată din România. Dar nu Insula Șerpilor, et interview de Mircea Druc du 12 janvier 2014 sur Ce fel de Moldova e fara Putna ? – Interviu cu Mircea Druc.
  27. Site de ce mouvement : [6]
  28. Site du parti « Renaissance et Conciliation » (Partidul Renaşterii şi Concilierii din Moldova) dirigé par Mircea Snegur : [7]
  29. Positions du Parti communiste sur [8], du Parti chrétien-démocrate sur [9] et du Parti libéral sur Site officiel
  30. Article 13 de la Constitution de la république de Moldavie
  31. Cette précision est systématiquement revertée sur le Wikipédia anglophone par des contributeurs "moldavistes".
  32. Voir notes plus bas.
  33. Denis Deletant, Inscriptions slavonnes de Moldavie, Transylvanie et Valachie du Xe au XVIIe siècle, Ed. Encyclopédique, Bucarest 1991
  34. Costache Negruzzi, Courrier des deux sexes, I, nr. 22, p. 337–343 et Denis Deletant, Slavonic letters in Moldova, Wallachia & Transylvania from the tenth to the seventeenth centuries, Ed. Enciclopedică, Bucharest 1991 montrent que l'alphabet cyrillique moldave moderne, utilisé pour la langue roumaine en URSS depuis 1938, est dérivé de l'alphabet cyrillique russe, étant différent de l'ancien alphabet cyrillique gréco-slavon utilisé par la langue roumaine avant 1857 (mais ponctuellement jusqu'en 1918 en Bessarabie): А а, Ъ ъ (= ă), Б б, Β β, Ґ γ, Δ δ, Є є, ζ ʝ, С с, І ι, К к, Λ λ, М м, Ν н, О о, П п, Р р, Т m, Υ υ, Ф ф, Х х, Џ џ (= ț), Ч ч, Ш ш, Щ щ (= șt), Ђ ђ (= î, â), Ξ ξ (= x), Ζ z
  35. Anthony Babel, La Bessarabie, Ed. Félix Alcan, Genève 1935.
  36. Gheorghe Negru : La politique ethno-linguistique en RSS de Moldavie, éd. Prut international, Chişinău, 2000, (ISBN 9975-69-100-5).
  37. Charles King, The Moldovans : Romania, Russia, and the Politics of Culture, 2000, Hoover Institution Press. (ISBN 0-8179-9791-1).
  38. Anatol Petrencu, Au service de la muse Clio, université d'État, Chişinău, 2001, (ISBN 9975-78-118-7) et Que faire de la toponymie soviétique ? sur Toponimia sovietică, ce facem cu ea? (Part I) et Toponimia sovietică, ce facem cu ea? (Part II-a).
  39. "nunc se Romanos vocant" A. Verress, Acta et Epistolae, I, p. 243 "...si dimandano in lingua loro Romei...se alcuno dimanda se sano parlare in la lingua valacca, dicono a questo in questo modo: Sti Rominest ? Che vol dire: Sai tu Romano ?…" Cl. Isopescu, Notizie intorno ai romeni nella letteratura geografica italiana del Cinquecento, in Bulletin de la Section Historique, XVI, 1929, p. 1- 90
  40. "Ex Vlachi Valachi, Romanenses Italiani, /Quorum reliquae Romanensi lingua utuntur…/Solo Romanos nomine, sine re, repraesentantes./Ideirco vulgariter Romuini sunt appelanti", Ioannes Lebelius, De opido Thalmus, Carmen Istoricum, Cibinii, 1779, p. 11 – 12
  41. St. Orichovius, Annales polonici ab excessu Sigismundi, in I. Dlugossus, Historiae polonicae libri XII, col 1555
  42. “Anzi essi si chiamano romanesci, e vogliono molti che erano mandati quì quei che erano dannati a cavar metalli…” in Maria Holban, Călători străini despre Ţările Române, vol. II, p. 158 – 161
  43. Voyage fait par moy, Pierre Lescalopier l’an 1574 de Venise a Constantinople, fol 48 in Paul Cernovodeanu, Studii şi materiale de istorie medievală, IV, 1960, p. 444
  44. „…Valacchi, qui se Romanos nominant…„ “Gens quae ear terras (Transsylvaniam, Moldaviam et Transalpinam) nostra aetate incolit, Valacchi sunt, eaque a Romania ducit originem, tametsi nomine longe alieno…“ De situ Transsylvaniae, Moldaviae et Transaplinae, in Monumenta Hungariae Historica, Scriptores; II, Pesta, 1857, p. 120
  45. " În Ţara Ardealului nu lăcuiesc numai unguri, ce şi saşi peste seamă de mulţi şi români peste tot locul…", Grigore Ureche, Letopiseţul Ţării Moldovei, p. 133-134
  46. Anthony Babel, La Bessarabie, Félix Alcan, Genève, 1929
  47. Gheorghe Negru, La Politique ethnolinguistique en RSS moldave, Prut international, Chişinău 2000, (ISBN 9975-69-100-5)
  48. Gouvernement de Moldavie : La République de Moldavie, Universitas, Chişinău, 1991, com. 10.969
  49. L'Académie française n'a pas adopté "Moldova" en français, mais le gouvernement français et certains média oui, comme en témoignent la circulaire Juppé (Le code ISO 639 ne prend en compte que le nom roumain : Moldova) et le livre d'Alain Ruzé : La Moldova, L'Harmattan, Paris 1997, (ISBN 2-7384-6018-6).
  50. (ro) Anatol Petrencu, În serviciul Zeiței Clio [« Au service de la muse Clio »], Chișinău, Tipografia Centrala, (ISBN 9-975-78118-7)
  51. Ziarul de Gardă no 192, 14 août 2008 sur [10].
  52. Modèle {{Lien brisé}} : paramètre « titre » manquant. http://jurnal.md/ro/news/dodon-vrea-referendum-i-cere-sprijinul-pcrm-217985/(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  53. (ro) « Igor Dodon vrea REFERENDUM pentru a SCHIMBA steagul tricolor al R. Moldova », sur timpul.md,
  54. Jean-Arnault Dérens : Orthodoxie en Moldavie: les défis identitaires d’un petit pays malmené par l’histoire, « Religioscope », 9 avril 2005 sur [11]
  55. Ainsi, le terme « Moldave » est devenu polysémique :
    * pour le droit international, il désigne les citoyens de la République de Moldavie quelles que soient leurs origines et langues ;
    * pour les slavophones et les communistes de Moldavie, « Moldave » ne désigne que roumanophones des pays anciennement russes et soviétiques et eux seuls (à l’exclusion des Moldaves de Roumanie auxquels slavophones et communistes dénient le qualificatif de « Moldaves ») ;
    * pour les habitants et les média de Roumanie, mais aussi pour la majorité des géographes et des historiens, « Moldave » désigne les habitants roumanophones du territoire de l’ancienne principauté de Moldavie, qu’ils soient aujourd’hui citoyens roumains, moldaves ou ukrainiens ;
    * quant aux autorités de la République de Moldavie, comme décrit dans cet article, elles utilisent officiellement en parallèle les deux dénominations : « moldave » aux termes de l’article 13 de la Constitution, conformément à la praxis russe et soviétique des slavophones, des communistes et des socialistes, et « roumain » aux termes de la déclaration d’indépendance de 1991 et de l’arrêt no 36 de la Cour constitutionnelle du 5 décembre 2013, conformément à la praxis des Moldaves pro-européens et des linguistes.
  56. (en) Declaration of Independence of the Republic of Moldova, Moldova.org
  57. Ferdinand Feldbrugge, Gerard Pieter van den Berg et William B. Simons, Encyclopedia of Soviet law, BRILL, (ISBN 90-247-3075-9, lire en ligne), p. 461 :

    « On March 26, 1949, the US Department of State issued a circular letter stating that the Baltic countries were still independent nations with their own diplomatic representatives and consuls. »

    .
  58. (en) Motion for a resolution on the Situation in Estonia par le Parlement européen, B6-0215/2007, 21.05.2007; passée le 24.05.2007. Consulté le 1er janvier 2010.
  59. (en) Renaud Dehousse, « The International Practice of the European Communities: Current Survey », European Journal of International Law, vol. 4, no 1,‎ , p. 141 (lire en ligne)
  60. (en) European Parliament, « Resolution on the situation in Estonia, Latvia, Lithuania », Official Journal of the European Communities, vol. 42/78,‎ (lire en ligne)
  61. (en) « Seventh session Agenda item 9 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), United Nations, Human Rights Council, Mission to Estonia, (consulté le 1er mai 2009) : « The Molotov–Ribbentrop Pact in 1939 assigned Estonia to the Soviet sphere of influence, prompting the beginning of the first Soviet occupation in 1940. After the German defeat in 1944, the second Soviet occupation started and Estonia became a Soviet republic. »
  62. (en) David James Smith, Estonia: independence and European integration, Routledge, 2001, (ISBN 0-415-26728-5), pXIX
  63. Bruce Parrott, State building and military power in Russia and the new states of Eurasia, M.E. Sharpe, (ISBN 1-56324-360-1), « Reversing Soviet Military Occupation », p. 112–115
  64. Peter Van Elsuwege, Russian-speaking minorities in Estonian and Latvia: Problems of integration at the threshold of the European Union, Flensburg Germany, European Centre for Minority Issues, (lire en ligne), p. 2 :

    « The forcible incorporation of the Baltic states into the Soviet Union in 1940, on the basis of secret protocols to the Molotov-Ribbentrop Pact, is considered to be null and void. Even though the Soviet Union occupied these countries for a period of fifty years, Estonia, Latvia and Lithuania continued to exist as subjects of international law. »

    .
  65. Ian Costello-Cortes (dir.), Atlas encyclopédique mondial, Nathan 1996, (ISBN 2091814016).
  66. Jean Nouzille, La Moldavie, histoire tragique d'une région européenne, Ed. Bieler, (ISBN 2952001219).
  67. [assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc08/FDOC11668.htm - 15k -] et - 22k -
  68. webcast.un.org
  69. [12]
  70. Alain Ruzé : La Moldova, L'Harmattan, Paris 1997, (ISBN 2-7384-6018-6).
  71. Voir : [13]
  72. Voir : <
  73. Voir : [14]
  74. Voir : [15]
  75. Voir : [16]
  76. Petar Bojanic, « Souveraineté, pseudo-souveraineté, tutorat: l'exemple des états ex-yougoslaves », Revue d'études politiques et constitutionnelles est-européennes, n° spécial, Presses universitaires de la faculté de droit de Clermont-Ferrand, ISSN 1632-451X
  77. SystХme universitaire de documentation - Search Short List
  78. Cf. Matei Cazacu et Nicolas Trifon (éds), La Moldavie ex-soviétique : histoire et enjeux actuels, Paris, éd. Acratie, 1993.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stella Ghervas, "La réinvention de l'identité moldave après 1989", Regard sur l'Est, 9 août 2005
  • Stella Ghervas, "Les Moldaves, le passeport roumain et l'Europe: incompréhensions sur fond de misère", Regard sur l'Est, 15 novembre 2006
  • Junien Javerdac, « Moldaves : ils ne sont pas tous roumains », dans Balkan, no 12, 1991, Bordeaux-Pessac.
  • Ion Cepleanu, Moldaves et Moldavie entre Prut et Dniestr, MMSH, Aix-en-Provence, 1997
  • Charles King, The Moldovans: Romania, Russia, and the Politics of Culture, Hoover Press, 2000
  • Alain Ruzé, La Moldova entre la Roumanie et la Russie : de Pierre le Grand à Boris Eltsine, Paris Montréal, L'Harmattan, (ISBN 2-738-46018-6)
  • (ro) Gheorghe Negru, Politica etnolingvistică în R.S.S. Moldoveneasca [« La Politique ethnolinguistique en Moldavie »], Chișinău, Prut Internațional, (ISBN 9-975-69100-5)
  • Nicolas Trifon, « La Langue roumaine au cœur de la problématique de reconstruction nationale de la république de Moldavie », in Wanda Dressler (éd.), Le Second Printemps des nations, p. 257-281, Bruylant, Bruxelles, 1999 ; « Retour sur une trouvaille stalinienne, la langue moldave », dans Au sud de l'Est, no 3, Non-lieu, Paris, 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]