Controverse concernant Donald Trump et l'Ukraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La controverse Trump-Ukraine commence en , après qu’un lanceur d'alerte de la communauté du renseignement des États-Unis révèle la teneur d'une conversation téléphonique au cours de laquelle le président américain, Donald Trump, a suggéré au président ukrainien, Volodymyr Zelensky, de faire déclencher une enquête sur Hunter Biden, fils de Joe Biden, potentiel candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine de 2020. Le 24 septembre 2019, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, lance la procédure d’impeachment.

Contexte[modifier | modifier le code]

Donald Trump et Joe Biden, pressentis pour s’affronter lors de l’élection présidentielle américaine de 2020.

Nomination de Joe Biden comme représentant de la Maison Blanche en Ukraine[modifier | modifier le code]

Après la révolution ukrainienne de 2014, l'administration Obama essaie de soutenir diplomatiquement le nouveau gouvernement d'Ukraine, conduit par Arseni Iatseniouk. Le vice-président américain, Joe Biden, est particulièrement impliqué dans ces efforts[1]. Il se rend à Kiev le et exhorte le gouvernement de l'Ukraine à diminuer sa « dépendance » envers la Russie en matière d'approvisionnement en gaz naturel[2]. Il propose une expertise technique des États-Unis pour accroître leur production intérieure en gaz naturel[3].

Activités de Hunter Biden chez Burisma[modifier | modifier le code]

Peu de temps après, en , Hunter Biden, fils de Joe Biden, rejoint le conseil d'administration de Burisma Holdings (en), une société énergétique ukrainienne. Burisma est alors le plus grand producteur non gouvernemental de gaz naturel en Ukraine[4],[5], dont le propriétaire l'oligarque Mykola Zlochevsky, est suspecté à travers Burisma de blanchiment d'argent, d'évasion fiscale et de corruption[6] par la justice ukrainienne et britannique[7].

Avocat chez Boies Schiller Flexner, le fils du vice-président américain est engagé pour aider la compagnie en matière « de transparence, de gouvernance et responsabilité des entreprises, ainsi que d'expansion internationale »[8], alors qu'il n'a aucune expérience en Ukraine[9] et aucune qualifications évidentes dans le secteur de l'énergie[10]. Hunter Biden reçoit un montant variable, pouvant atteindre 50 000 dollars par mois[6], ce qui est, selon le Washington Post, « une somme princière pour ne rien faire (ni la société, ni Hunter Biden n’a identifié de contribution spécifique de sa part)[11] ».

Des relevés bancaires montrent en outre que de 2014 à 2015, Burisma a effectué des virements au bénéfice de Rosemont Seneca Partners LLC, à hauteur de 166 000 $ par mois (~ 151 000 €), la société de Hunter Biden[7].

Le journal New York Times indique en 2015 que l'appel de la lutte contre la corruption de Joe Biden à Kiev est compromis par l'activité de son fils Hunter, qui pourrait être impliqué dans une affaire de blanchiment d'argent entachant une compagnie gazière ukrainienne[12].

Le , le New York Times indique que « Hunter Biden et ses partenaires américains ont pris part au vaste effort de Burisma visant à rassembler des démocrates bien connectés à une époque où la société faisait face à des enquêtes soutenues non seulement par les forces ukrainiennes mais également par des responsables de l’administration Obama »[13],[14].

Rôle de Joe Biden[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, le magazine Vice écrit que l'ambassadeur américain à Kiev a appelé le gouvernement ukrainien pour protéger le propriétaire corrompu d’une entreprise énergétique qui emploie Hunter Biden[15].

La façon dont le procureur général Viktor Chokine s'acquitte de sa tâche déplaît aux États-Unis[16].

Lors d'un débat organisé en par le groupe de réflexion (think tank) Council on Foreign Relations, Joe Biden raconte comment, alors vice-président, il a menacé en le président ukrainien Petro Porochenko de ne pas accorder un milliard de dollars d'aide si le procureur général Viktor Chokine (en) n'était pas congédié dans les six heures[17],[18]. Il déclare : « Je me souviens être allé en Ukraine 12 ou 13 fois. Une fois, j'ai dit au Premier ministre Iatséniouk et au président Porochenko que je ne libérerais pas le milliard de dollars de garantie de prêts si le procureur Chokine n'était pas viré dans les six heures. Six heures plus tard, ce fils de pute était viré. Et remplacé par quelqu'un de plus solide »[7].

Viktor Chokine est licencié le mois suivant les menaces de Joe Biden[19] et le successeur de Chokine, Iouri Lutsenko, boucle l’enquête contre Burisma au bout de dix mois[9], annonçant que toutes les charges contre le propriétaire de Burisma sont abandonnées[6].

Certains médias considèrent que la présence de Hunter Biden dans le conseil d'administration de Burisma devait protéger la société de poursuites judiciaires[20].

Soupçons de Donald Trump à l'égard des personnes mêlées à l'affaire[modifier | modifier le code]

Le Washington Post du 22 juillet 2019 souligne que quand Joe Biden annonce en avril sa candidature à la présidence, son fils Hunter quitte son poste au sein de la plus grande société gazière privée d’Ukraine, après cinq années de service[21].

Selon Donald Trump et Rudy Giuliani, le motif pour lequel Joe Biden exigea la démission de Chokine était le désir de mettre fin à l'enquête sur Burisma, dont Hunter Biden, était administrateur. Cette explication est contredite par des sources ukrainiennes, notamment gouvernementales, et américaines selon lesquelles ce qu'on reprochait à Chokine était au contraire son manque de diligence[22]. D’après les partenaires de Zlochevsky, Chokine, sans montrer un grand zèle, utilisait la menace de poursuites contre Burisma comme un moyen de leur extorquer de l'argent[23]. Chokine, lui, estime qu'il a été démis parce qu'il refusa d'abandonner l'enquête sur Burisma[24]. Il a signé en ce sens un témoignage devant notaire publié le 26 septembre 2019 par John Solomon (en) dans les pages d'opinion du journal The Hill[25]. Rudy Giuliani a défendu la crédibilité de Viktor Chokine sur Fox News en disant «est-ce qu'on a prouvé qu'il était corrompu?» et «Si vous rencontrez ce gars, vous verrez qu'il n'est pas très bon en corruption parce qu'il est très pauvre[26]».

Le 23 septembre 2019, Donald Trump déclare que « Joe Biden et son fils sont corrompus »[27].

Dénonciation[modifier | modifier le code]

Les conversations présidentielles étant retranscrites et archivées, un signalement est formulé le 12 août 2019 par un lanceur d'alerte auprès de Michael Atkinson, inspecteur général de la communauté du renseignement. Le lanceur d'alerte, qui ferait partie des services de renseignement américains, « n'a pas été le témoin direct de l'entretien téléphonique », mais en recoupant certaines de ses informations dans le cadre des « relations régulières inter-agences », affirme que le président américain a utilisé sa fonction « pour solliciter l'ingérence d'un pays étranger dans l'élection de 2020 aux États-Unis »[28]. Selon le lanceur d'alerte, le président américain aurait fait une « promesse troublante »[29].

Le 19 septembre, Michael Atkinson témoigne à huis clos devant la commission du renseignement de la Chambre[30], mais n'a rien pu dire[31]. Le président démocrate de la commission du Renseignement, Adam Schiff, déplore le fait de n'avoir « obtenu aucune réponse parce que le ministère de la Justice et le Directeur du renseignement national (DNI) n'ont pas autorisé l'inspecteur général à entrer dans les détails »[32].

Dans leurs éditions du soir du 19 septembre 2019, le Washington Post et le New York Times affirment que le dirigeant étranger est le président ukrainien, Volodymyr Zelensky[32].

Faits établis[modifier | modifier le code]

Transcription déclassifiée de la conversation téléphonique entre Donald Trump et Volodymyr Zelensky

Le 25 , le président Donald Trump demande lors d'une conversation par téléphone à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, d'enquêter pour savoir si l'ancien vice-président Biden a mis fin à une enquête sur une entreprise ukrainienne pour laquelle travaillait son fils Hunter Biden[33] par ses mots transmis par les services de la Maison-Blanche : « On parle beaucoup du fils de Biden, du fait que Biden a arrêté la procédure, et beaucoup de gens veulent savoir, ce serait donc formidable si vous pouviez faire quelque chose avec le procureur général. […] Biden s'est vanté d'avoir arrêté l'accusation, alors si vous pouviez vous renseigner. […] Tout ça me semble horrible[34]. ».

Le 20 septembre 2019, Donald Trump reconnaît avoir mentionné les noms de l'ancien vice-président et de son fils lors d'un appel téléphonique avec Volodymyr Zelensky en précisant devant les journalistes que « c'était largement sur le fait que nous ne voulions pas que nos citoyens, comme le vice-président Biden et son fils, ajoutent à la corruption en Ukraine »[35]. Le même jour, Joe Biden exige que Trump publie la retranscription de l'appel[36]. Le président américain et le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo sont pour que la publication de sa conversation avec son homologue ukrainien soit rendue publique[37].

Le 24 septembre 2019, le compte rendu intégral de la conversation entre Donald Trump et Volodymyr Zelensky a été déclassifié[38].

Faits non établis[modifier | modifier le code]

Volodymyr Zelensky et Donald Trump en .

Les démocrates accusent Donald Trump d'avoir utilisé un levier financier pour faire pression sur Volodymyr Zelensky[39]. Donald Trump aurait ordonné à son chef d'état-major de suspendre quelque 400 millions de dollars sur l'aide militaire prévue pour l'Ukraine. Selon le Washington Post, les responsables ont reçu pour instruction de dire aux parlementaires que ce gel était lié à "un processus inter-organismes"[40]. Or comme le fait remarquer le magazine Marianne, dans la transcription de la conversation téléphonique « à aucun moment il ([Donald Trump) n’exige réellement des investigations anti-Biden à Zelenski et surtout il n’évoque jamais le possible gel de 400 millions de dollars d’aide militaire à l’Ukraine s’il n’obtient pas satisfaction »[34]. Le 21 septembre 2019, Donald Trump a farouchement réfuté avoir fait pression sur l'Ukraine pour tenter de nuire à Joe Biden[41]. Donald Trump a affirmé qu'il avait retenu cette enveloppe parce qu'il voulait que d'autres pays mettent de l'argent, notamment les Européens[42]. Le 25 septembre 2019, Volodymyr Zelensky réfute toute pression sur lui en disant que « personne ne peut faire pression sur [lui], car [il est] président d’un pays indépendant » et que « la seule personne qui peut faire pression sur [lui], c’est [s]on fils de six ans »[43].

Les fonds sont versés le 12 septembre 2019[44].

Le 4 octobre 2019, des SMS de l'affaire en question sont révélés. C’est notamment le cas d’un sms de William B. Taylor Jr., un diplomate américain, qui écrit le 9 septembre 2019 à Gordon Sondland, un important donateur de la campagne Trump nommé ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union européenne : « Comme je l’ai dit au téléphone, je trouve ça dingue de suspendre l’aide sécuritaire en échange d’un coup de main pour une campagne politique ». Gordon Sondland lui répond : « Bill, vous avez tort concernant les intentions du président Trump. Le président a été très clair, pas de contrepartie, d’aucune sorte »[45].

Réactions et conséquences[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le 24 septembre 2019, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, annonce le lancement d'une procédure d’impeachment à l'encontre de Donald Trump, après s’y être montrée longtemps réticente en raison de ses faibles chances de succès et de sa proximité avec l’élection présidentielle de 2020[46],[47].

Le 27 septembre 2019, l'émissaire des États-Unis pour l'Ukraine, Kurt Volker, démissionne à la suite de sa convocation par le Congrès dans le cadre de l'enquête en vue d'une procédure de destitution contre le président Trump[48]. Selon le lanceur d'alerte, Kurt Volker a rencontré de hauts responsables ukrainiens pour évoquer les demandes faites par Donald Trump à Volodymyr Zelensky[49].

Kurt Volker déclare aux enquêteurs démocrates qu'il a averti Rudy Giuliani de ne pas se fier aux « informations indignes de confiance » de la part de personnalités politiques ukrainiennes au sujet des Biden, en expliquant que ses sources, y compris l'ancien procureur général ukrainien Yuri Lutsenko, n'étaient pas fiables[50].

En Ukraine[modifier | modifier le code]

Iouri Loutsenko, procureur à partir de mai 2016, affirme avoir rencontré l'avocat de Donald Trump pour évoquer le sujet d'Hunter Biden, mais avoir finalement décidé qu'il n'y avait pas de raison d'ouvrir une enquête contre lui. Il affirme que si une enquête est ouverte sur Joe Biden et son fils, elle doit l’être aux États-Unis et non en Ukraine[51]. Iouri Loutsenko est limogé au mois d'août 2019 par le président Volodymyr Zelensky. Le , une enquête est ouverte contre Loutsenko pour abus de pouvoir : il est suspecté d'avoir « autorisé un business de paris illégaux »[52].

Le 4 octobre 2019, le parquet ukrainien, par la voix du procureur Rouslan Riabochapka, déclare réexaminer des dossiers liés au groupe gazier Burisma, impliquant notamment Mykola Zlochevsky. Le procureur Rouslan Riabochapka garantit que cette décision n’a pas été prise sous pression politique, en disant qu'« aucun politique étranger ou ukrainien ne [lui] a téléphoné ou tenté d’influencer [s]es décisions »[53].

Réactions[modifier | modifier le code]

Rudy Giuliani déclare sur Fox News que « la réalité est que si le président des Etats-Unis n'avait pas demandé une enquête sur ça, il n'aurait pas fait son travail » et ajoute que « Si vous rencontrez ce gars (l'ex procureur général Viktor Chokine), vous verrez qu'il n'est pas très bon en corruption parce qu'il est très pauvre »[54].

Le secrétaire d'Etat, Mike Pompeo a déclaré sur CBS que « s'il se passe quelque chose avec le président ou sa famille qui a causé un conflit d'intérêts et que le vice-président Biden s'est comporté d'une manière incompatible avec la façon dont les dirigeants devraient fonctionner, je pense que le peuple américain mérite de le savoir »[55].

Le sénateur Lindsey Graham, déclare qu' « il fallait que quelqu'un vérifie si Joe Biden avait illégalement fait virer le procureur» ukrainien »[26]. Le sénateur Marco Rubio répond qu'il ne parlerais pas de Joe Biden à un dirigeant étranger, mais que cette faute n'est pas passible d'une procédure de destitution[56].

Le 29 septembre 2019, Donald Trump tweete : « Comme tout Américain, je mérite de rencontrer celui qui m'accuse. Cette personne était-elle en train d'espionner le président des USA ? Graves conséquences[57] ! »

Adam Schiff, un élu démocrate qui supervise l’enquête de destitution, compare Trump à un mafieux tout en le paraphrasant, le 30 septembre : « C’est comme cela qu’un chef mafieux parle : qu’avez-vous fait pour nous ? Nous en avons tellement fait pour vous mais cela n’est pas très réciproque. J’ai un service à vous demander[58] ». Le président américain tweete : « Adam Schiff a fait, illégalement, une déclaration fausse et terrible, sur mon échange avec le président ukrainien, en assurant que c'était moi qui l'avais tenue. Cela n'a rien à voir avec ce que j'ai dit. Doit-il être arrêté pour trahison[59] ? ». Le quotidien Les Échos juge les déclarations de Adam Schiff digne d'un dialogue de Martin Scorsese mais admet que ce ne sont pas ceux que Donald Trump a réellement tenus et se demande si ce genre de dialogue imaginaire a sa place au Congrès[60].

Un prédicateur baptiste du Texas, Robert Jeffress, déclare sur Fox News que « si les démocrates réussissent à contraindre le président à quitter son poste, cela entraînera une fracture digne de la guerre civile dont notre pays ne guérira jamais ». Donald Trump retweete les propos de l'homme d'église[61]. Le , Donald Trump dénonce dans un tweet un « coup d'État »[62].

Le 3 octobre 2019, Donald Trump annonce qu'il pourrait demander au président chinois d'enquêter sur les Biden, pensant qu'ils « ont arnaqué la Chine et l'Ukraine »[63]. Plus tard, Donald Trump évoque Hunter Biden en disant : « Il venait d’être viré de la Navy et soudainement, il récolte des milliards de dollars [en Chine]. Vous savez comment on appelle ça ? On appelle ça un pot-de-vin[64]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stephen Braun et Lynn Berry, « The story behind Biden's son, Ukraine and Trump's claims », Associated Press,‎ (lire en ligne)
  2. Andrew Higgins et Andrew Roth, « Biden Offers Strong Support to Ukraine and Issues a Sharp Rebuke to Russia », New York Times Company, New York City,‎ (lire en ligne)
  3. Scott Wilson, « Biden arrives in Ukraine to show U.S. support as crisis with Russia continues », Nash Holdings LLC, Washington DC,‎ (lire en ligne)
  4. « Vice President Joe Biden's son joins Ukraine gas company », sur BBC News, London, England, BBC,
  5. « Another Biden Has Waded Into the Ukraine Crisis - The vice president's son has taken a new role in the country's energy industry », National Journal & Atlantic Media, Washington DC,‎ (lire en ligne)
  6. a b et c Kenneth P. Vogel, « Trump, Biden and Ukraine: Sorting Out the Accusations », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  7. a b et c « États-Unis-Ukraine: Trump visé, Biden piégé », sur LExpress.fr, (consulté le 2 octobre 2019)
  8. « Trump's Ukraine call, a whistleblower and the Bidens: What we know, what we don't », PolitiFact (consulté le 24 septembre 2019)
  9. a et b « Hunter Biden, un fiston sous les feux des projecteurs », sur L'Echo, (consulté le 2 octobre 2019)
  10. Le Point magazine, « L'affaire ukrainienne percute aussi la campagne de Biden pour la Maison Blanche », sur Le Point, (consulté le 29 septembre 2019)
  11. (en) « The Unter Biden story is a troubling tale of privilege », sur www.washingtonpost.com, Washington Post, (consulté le 5 octobre 2019)
  12. (en-US) James Risen, « Joe Biden, His Son and the Case Against a Ukrainian Oligarch », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019)
  13. Cécile Lussato, « Comprendre l’« affaire ukrainienne » qui se retourne contre Trump en 6 questions », sur www.nouvelobs.com, Nouvel Obs, (consulté le 21 octobre 2019)
  14. (en-US) Kenneth P. Vogel et Iuliia Mendel, « Biden Faces Conflict of Interest Questions That Are Being Promoted by Trump and Allies », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 2 octobre 2019)
  15. (en) Simon Ostrovsky, « Joe Biden Is Visiting Ukraine — And It Could Get Really Awkward », sur Vice, (consulté le 29 septembre 2019)
  16. Alan Cullison, « Biden’s Anticorruption Effort in Ukraine Overlapped With Son’s Work in Country », sur Wall Street Journal,
  17. (en) « Joe Biden's 2020 Ukrainian nightmare: A closed probe is revived », sur thehill.com,
  18. (en) « Foreign Affairs Issue Launch with Former Vice President Joe Biden », sur cfr.org,
  19. Andrew E. Kramer, « Ukraine Ousts Viktor Shokin, Top Prosecutor, and Political Stability Hangs in the Balance », New York Times,‎ (lire en ligne)
  20. « Que faisait le fils de Joe Biden en Ukraine? », sur www.20minutes.fr (consulté le 2 octobre 2019)
  21. Michael Kranish et David L. Stern, « As vice president, Biden said Ukraine should increase gas production. Then his son got a job with a Ukrainian gas company. », The Washington Post, 22 juillet 2019, en ligne.
  22. "Messrs. Trump and Giuliani have suggested that Joe Biden pushed for the firing of Ukraine's general prosecutor, Viktor Shokin, in March 2016 to stop an investigation into Burisma. In Ukraine, government officials and anticorruption advocates say that is a misrepresentation. ... Mr. Shokin had dragged his feet into those investigations, Western diplomats said, and effectively squashed one in London by failing to cooperate with U.K. authorities. ... In a speech in 2015, the U.S. ambassador to Ukraine, Geoffrey Pyatt, called the Ukrainian prosecutor “an obstacle” to anticorruption efforts" — Alan Cullison, « Biden’s Anticorruption Effort in Ukraine Overlapped With Son’s Work in Country », sur Wall Street Journal,
  23. Kenneth P. Vogel, « Trump, Biden and Ukraine: Sorting Out the Accusations », The New York Times, 22 septembre 2019, en ligne.
  24. Stephanie Baker et Daryna Krasnolutska, « Timeline in Ukraine Probe Casts Doubt on Giuliani’s Biden Claim », 7 mai 2019, en ligne.
  25. John Solomon, « These once-secret memos cast doubt on Joe Biden's Ukraine story », The Hill, 26 septembre 2019, en ligne.
  26. a et b « Donald Trump défendu par ses alliés qui ciblent Joe Biden », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 2 octobre 2019)
  27. « «Biden et son fils sont corrompus», assure Trump », sur La Presse, (consulté le 2 octobre 2019)
  28. Nicolas Barreiro, « Affaire ukrainienne : Donald Trump en guerre contre un lanceur d'alerte », sur www.rtl.fr, RTL, (consulté le 21 octobre 2019)
  29. « Ce que l'on sait de l'affaire du "lanceur d'alerte" », sur RTL.fr (consulté le 2 octobre 2019)
  30. Sophie-Hélène Lebeuf, « Un lanceur d'alerte aurait dénoncé une conversation de Trump avec un dirigeant étranger », sur radio-canada.ca,
  31. « Services secrets: Trump dément toute «gaffe» auprès d'un dirigeant étranger », sur RFI, (consulté le 2 octobre 2019)
  32. a et b Paris Match, « Donald Trump ironise sur la "conversation risquée" avec un dirigeant étranger », sur parismatch.com (consulté le 2 octobre 2019)
  33. « Trump a bien demandé au président ukrainien d'enquêter sur Biden », sur Le Figaro,
  34. a et b « Ukrainegate : la retranscription qui met à mal Trump », sur Marianne, (consulté le 2 octobre 2019)
  35. « Appel au président ukrainien : Trump reconnaît avoir mentionné Joe Biden et son fils », sur LExpress.fr, (consulté le 2 octobre 2019)
  36. « Lanceur d’alerte: Biden exige que Trump publie la retranscription de l'appel », sur La Presse, (consulté le 2 octobre 2019)
  37. BFMTV, « Biden et Trump relancent les hostilités sur l'affaire du lanceur d'alerte », sur BFMTV (consulté le 2 octobre 2019)
  38. « Impeachment : voici la retranscription de l'appel téléphonique entre Donald Trump et le président ukrainien », sur www.franceinter.fr, (consulté le 2 octobre 2019)
  39. « Affaire Trump-Zelensky : chez les démocrates, la destitution infuse de toutes parts », sur Libération.fr, (consulté le 2 octobre 2019)
  40. BFMTV, « Trump a gelé une aide militaire à l'Ukraine peu avant sa conversation controversée avec le président ukrainien », sur BFMTV (consulté le 2 octobre 2019)
  41. Le Point magazine, « Donald Trump a-t-il fait pression sur l'Ukraine pour nuire à Joe Biden ? », sur Le Point, (consulté le 2 octobre 2019)
  42. « Donald Trump rejette les accusations de pressions sur l'Ukraine », sur RTL.fr (consulté le 2 octobre 2019)
  43. « Trump? «Personne ne peut faire pression sur moi», dit Zelensky », sur La Presse, (consulté le 2 octobre 2019)
  44. « Trump, l'Ukraine et Joe Biden : tout comprendre à l'affaire du "lanceur d'alerte" », sur LExpress.fr, (consulté le 2 octobre 2019)
  45. « Des sms compromettants pour Donald Trump », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 4 octobre 2019)
  46. (en) Rachael Bade et Mike DeBonis, « Pelosi announces impeachment inquiry, says Trump’s courting of foreign political help is a ‘betrayal of national security’ », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  47. « Nancy Pelosi, lanceuse malgré elle de la procédure de destitution de Trump », sur nouvelobs.com, (consulté le 25 septembre 2019).
  48. « Première démission au sein de l'administration Trump après le scandale avec l'Ukraine », sur Le Huffington Post, (consulté le 2 octobre 2019)
  49. Le Point magazine, « États-Unis : démission de l'émissaire américain pour l'Ukraine », sur Le Point, (consulté le 2 octobre 2019)
  50. « Ukraine : l'ancien envoyé spécial américain aurait tenté de prévenir Kiev », sur radio-canada.ca, Radio Canada, (consulté le 21 octobre 2019)
  51. « Le fils Biden n'a rien fait d'illégal selon l'ancien procureur ukrainien », sur rfi.fr,
  52. « Ukraine: enquête contre un ex-procureur cité dans l'affaire Trump », sur lefigaro.fr,
  53. « L'Ukraine réexamine des affaires sur une société liée au fils de Joe Biden », sur www.nouvelobs.com, Nouvel Obs, (consulté le 5 octobre 2019)
  54. La Libre.be, « Les alliés de Trump volent à son secours et chargent le démocrate Joe Biden », sur www.lalibre.be, (consulté le 2 octobre 2019)
  55. « Une conversation de Trump avec le président ukrainien sous le feu démocrate », sur Les Echos, (consulté le 2 octobre 2019)
  56. L'essentiel, «Joe Biden et son fils sont corrompus», sur L'essentiel (consulté le 2 octobre 2019)
  57. « Trump veut rencontrer Biden et l'accuse d'espionnage », sur MosaiqueFM (consulté le 2 octobre 2019)
  58. AFP, « Adam Schiff, discret élu démocrate devenu visage des efforts pour destituer Trump », sur Le Journal de Montréal (consulté le 2 octobre 2019)
  59. « Un parlementaire démocrate accusé "de trahison" par Donald Trump », sur rts.ch, (consulté le 2 octobre 2019)
  60. « Adam Schiff, meilleur ennemi de Donald Trump », sur lesechos.fr, Les Échos (consulté le 8 octobre 2019)
  61. « ETATS-UNIS. "Trahison", "guerre civile" : Donald Trump se lâche sur Twitter », sur www.ledauphine.com (consulté le 2 octobre 2019)
  62. « Procédure d'impeachment : Donald Trump dénonce un "coup d'Etat" des démocrates », sur Europe 1 (consulté le 2 octobre 2019)
  63. BFMTV, « Trump, menacé de destitution, appelle Pékin à enquêter sur Joe Biden », sur BFMTV (consulté le 4 octobre 2019)
  64. « Il faut qu'on parle de Hunter Biden », sur lapresse.ca, La Presse (consulté le 21 octobre 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]