Controverse autour de l'écriture inclusive en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La controverse autour de l'écriture inclusive en France désigne l’ensemble des débats concernant l’utilisation de l’écriture inclusive en France.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Hatier publie en le premier manuel scolaire rédigé en écriture inclusive[1] intitulé Questionner le monde[2],[3] et destiné au CE2. Mais la pratique double genrée à l’aide du point n’y est pas exhaustive. Le manuel suscite une forte opposition parmi les personnes militant au sein de la mouvance La Manif pour tous[1].

À la rentrée suivante, une série de critiques initiées par le journal Le Figaro donne naissance à une polémique nationale. Le , Le Figaro publie un article intitulé « Un manuel scolaire écrit à la sauce féministe »[4]. Le , lors d'une chronique à Europe 1[5], Raphaël Enthoven accuse l'écriture inclusive d'être un « lifting du langage qui croit abolir les injustices du passé en supprimant leur trace »[3] et la compare à la novlangue du livre 1984 de George Orwell[1]. Le même jour, le linguiste Alain Bentolila interviewé par Le Figaro affirme que « voir un complot machiste dans la langue française manifeste une totale ignorance »[6]. Le , dans Le Figaro, l'universitaire et académicien Marc Fumaroli affirme qu'« il faut défendre la langue française contre les Trissotin du féminisme », et qu'elle « relève de la grammaire, et non de la sociologie politique »[7]. Pour la journaliste scientifique Peggy Sastre, il s'agit d'un « terrorisme intellectuel », dans le sens où les défenseurs de l'écriture inclusive optent, selon elle, « pour une argumentation morale : le camp du bien contre celui du mal, les progressistes contre les réactionnaires, les féministes contre les phallocrates, la bonne marche de l'histoire contre la mauvaise, etc. »[8].

Le , Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale dans le gouvernement Édouard Philippe II, s'oppose à l'usage de l'écriture inclusive en jugeant qu'elle est source de « polémiques inutiles » qui abîment une cause respectable, l'égalité hommes-femmes[9]. Il déclare que l'expression « le masculin l'emporte sur le féminin » n'est « sûrement pas une bonne formule », mais qu'il est défavorable à la remise en question du fond de la règle. Il propose de « dire simplement qu'en cas de pluriel, on accorde au masculin, ce qui dans la langue française s'apparente souvent au genre neutre ». Enfin il déclare s'inquiéter de ce qu'il perçoit comme des « attaques répétées sur la langue française » et que « la langue française n'est pas à instrumentaliser pour des combats aussi légitimes soient-ils »[10].

Le , l'Académie française publie une déclaration sur « l'écriture dite « inclusive » »[11]. Elle y réaffirme dans une « solennelle mise en garde » un avis fortement négatif sur les formes complexes proposées par le « langage inclusif »[11] et qualifie l'usage de l'écriture inclusive de « péril mortel »[12],[7].

Selon le linguiste Geoffrey Roger, l'utilisation d'un discours alarmiste de mise en garde est constitutif d'une pratique élitiste[12],[13],[14] :

« De tels discours idéologiques, s'agissant du français comme d'autres langues dominantes, s'interprètent comme constitutifs de la reproduction des élites : il s'agit en définitive de défendre le monopole sur la norme standard exercé par des classes dirigeantes majoritairement masculines, pour mieux légitimer leur accès exclusif au pouvoir. »

Le , contre l'avis de leur ministre de l'Éducation nationale et pour suivre les recommandations du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, 314 fonctionnaires de l'Éducation nationale s'engagent à ne plus enseigner la règle de la prééminence du masculin sur le féminin en classe[15] et signent un manifeste publié par Slate[16], puis lancent une pétition en ligne[17],[18] pour trois raisons : que c'est une « règle nouvelle du XVIIe siècle »[19], qu'il faut préférer l'accord de proximité[20] et qu'il ne faudrait pas que les enfants pensent que le masculin l'emporte toujours sur le féminin[21].

Le , Jean-Michel Blanquer déclare devant l'Assemblée nationale[22] : « La France a comme emblème une femme Marianne, l'un de ses plus beaux mots est féminin, la République »[22].[pertinence contestée]

Le , à la suite de la polémique suscitée par la réception de communications officielles émanant de l'administration publique rédigées en écriture inclusive[23] et à la plainte notamment de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Édouard Philippe émet une circulaire intitulée Circulaire du 21 novembre 2017 relative aux règles de féminisation et de rédaction des textes publiés au Journal officiel de la République française[24]. Cette dernière recommande l'utilisation du masculin générique, la féminisation des titres et fonctions lorsque la personne qui l'exerce est de genre féminin, et invite à ne pas utiliser les règles de l'écriture inclusive en matière faisant usage de tiret ou de point médian « graphie faisant ressortir l'existence d'une forme féminine »[25],[23],[26],[24]. Il estime que « le masculin est une forme neutre qu’il convient d’utiliser pour les termes susceptibles de s'appliquer aussi bien aux femmes qu'aux hommes. ». Néanmoins en ce qui concerne la féminisation des titres et fonctions, il suggère de féminiser la fonction à l'aide du guide Femme, j'écris ton nom… écrit par l'unité mixte de recherche Analyse et traitement informatique de la langue française du Centre national de la recherche scientifique et de l'université de Lorraine[25]. Il propose également que les formes inclusives soient à privilégier comme « le candidat ou la candidate »[27].

Cette circulaire adoptant le principe de la féminisation des titres est cependant considérée par les médias comme un refus officiel des règles d'écriture inclusive[28] alors qu'elle en adopte le principe de féminisation des titres[25].

Publié en 2019, Le féminin & le masculin dans la langue : l’écriture inclusive en questions, sous la direction de Danièle Manesse et Gilles Siouffi, tente de rendre compte des enjeux de l'écriture inclusive. Toutefois l'ouvrage est partial[29], mal documenté[30], n'interroge pas « la suprématie du masculin » et postule une stricte séparation entre l'ordre de la langue et celui du monde[31].

2020 : prises de position d'associations handis sur l'accessibilité[modifier | modifier le code]

Françoise Garcia, vice-présidente de la Fédération nationale des orthophonistes (FNO), note en 2020 un manque d'études scientifiques sur l'accessibilité de l'écriture inclusive, qui selon elle, « ajoute de la confusion » au travail de conversion grapho-phonétique, c'est-à-dire la conversion entre le terme entendu et le terme écrit qui est l'une des difficulté pour les personnes dyslexiques[32],[33],[34],[35]. Une seule étude a testé la lisibilité du point médian mais pas sur une population DYS (pour dyslexie, dyspraxie et dysphasie) et a constaté un léger ralentissement à la première occurrence puis un retour à la vitesse habituelle[36],[37],[38].

Toutes les associations et fédérations ne s'opposent à pas à l'écriture inclusive[39],[40]. Plusieurs associations de personnes en situation de handicap; telle que la Fédération des aveugles de France[41],Association handicap[42],la Fédération française des DYS (dyslexie, dyspraxie et dysphasie); conseillent de ne pas exposer les lecteurs précaires ou débutants aux signes typographiques dans l'écriture inclusive[33], les considérant comme un obstacle majeur pour la lecture par des systèmes à synthèse vocale[43],[44] utilisés par les aveugles, les personnes dyslexiques ou encore celles avec un handicap cognitif[45]. Ainsi pour Association handicap « seul le point médian est bloquant, mais il peut exister d'autres manières »[42] et la Fédération française des DYS constate que l'usage du point médian représente une difficulté supplémentaire pour un lectorat débutant n'ayant pas automatisé la reconnaissance des mots.

Le fait que les lecteurs d'écran et systèmes de synthèse vocale ne lisent pas le point médian (et autres signes typographiques utilisés pour abréger les doubles flexions) est identifié comme un problème par les différentes associations handis et DYS[40],[39],[46],[47],[41],[44],[43]. L'accessibilité pour les personnes en situation de handicap face à l'écriture inclusive est critiqué comme étant une récupération par ses opposants[40],[48]. Ainsi le Réseau d’Études HandiFéministes (REHF) juge non représentative les associations y ayant émis un avis défavorable, et estime que le problème réside dans la programmation des logiciels d'aide à la lecture considérant que le problème lié au point médian est uniquement technique et pourrait être résolu par une évolution des logiciels de synthèse vocale[46],[47].

 : circulaire contre une partie de l’écriture inclusive[modifier | modifier le code]

Le , dans une circulaire publiée au Bulletin officiel[49] (la cinquième à propos de la langue et du genre[50]), et adressée aux recteurs d’académie, aux directeurs de l’administration centrale et aux personnels du ministère de l’Éducation nationale, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer proscrit une partie de l'écriture inclusive à l'école, en particulier son utilisation du point médian[51],[52],[53],[54]. Élianne Viennot décrypte cette circulaire, qui vise selon elle à « mettre les personnels de l’Éducation nationale au garde-à-vous – quitte à énoncer des sottises [et à] effrayer (objectif qui sert évidemment le premier) – quitte à passer à côté de l’information et de la réflexion qui s’imposent.L’écriture inclusive est « proscrite », mais pas définie »[50]. La linguiste note que la circulaire n'a pas de pouvoir effectif pour contraindre les personnes administrées à ne pas employer le point médian, qu'elle est la seule à s’ouvrir sur une massive citation de l'Académie française (1/5 de la circulaire) et qu'elle condamne aussi les accords traditionnels[50]. Viennot relève l'insistance portée sur la féminisation des fonctions (« bataille » des années 90' résolue par la circulaire Jospin-Chirac de 1998 )[50]. Elle note aussi que la circulaire censée interdire l'écriture inclusive en utilise pourtant deux de ses quatre principes, à savoir « nommer les femmes avec des noms féminins » et l'utilisation des doublets (« Texte adressé aux recteurs et rectrices d’académie ; aux directeurs et directrices de l’administration centrale ») et se focalise sur le point médian, mais sans le nommer, ce qui exclut aussi les autres signes typographiques d'abréviation, y compris les parenthèses employées dans l'administration publique[50].

Cette circulaire est rejetée par des féministes[Qui ?] et personnes progressistes[Qui ?] plus rapidement et massivement que celle de 2017. Ainsi six syndicats du corps enseignants (Sud-Éducation,SNUipp-FSU, CGT Ferc, UNSA, CNT-FTE ) s'y opposent et enjoignent une pratique non-sexiste de la langue[50].

Novembre 2021[modifier | modifier le code]

L'intégration dans l'édition en ligne 2021 du pronom iel, un néopronom inclusif « rare »« pour évoquer une personne quel que soit son genre » , suscite en France[55] une polémique portée par des groupes conservateurs sur la « culture woke »[56],[57].

Le pluriel iels et la forme alternative ielle (au pluriel ielles) sont aussi mentionnés[58],[59].

Le député LREM François Jolivet twitte contre l'entrée de iel dans le dictionnaire et saisit l'Académie française, qui est incompétente en linguistique et lexicographie[60]. Le ministre de l'éducation Jean-Michel Blanquer, lùi aussi connu pour sa longue opposition à l’écriture inclusive[61], apporte son soutient au député. D'autres membres du gouvernement, dont la ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes Élisabeth Moreno, soutiennent l'entrée du pronom[62]. Le Robert justifie sa position dans un communiqué[63].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elmiger, Daniel. (2019). GLAD! Les genres récrits n° 4 Pour ou contre l'écriture inclusive : l'injuste milieu ?[lire en ligne].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Florian Delafoi, « Écriture inclusive, le désaccord », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  2. Yves Souben, « Hatier publie le premier manuel scolaire en écriture inclusive », Le HuffPost,‎ (lire en ligne).
  3. a et b Lacroux 2017.
  4. Marie-Estelle Pech, « Un manuel scolaire écrit à la sauce féministe », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  5. « Le désir d'égalité n'excuse pas le façonnage des consciences par Europe 1 », sur Dailymotion, .
  6. Alain Bentolila et Eugénie Bastié, « Voir un complot machiste dans la langue française manifeste une totale ignorance », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  7. a et b Marc Fumaroli et Vincent Trémolet de Villiers, « Il faut défendre la langue française contre les Trissotin du féminisme », Le Figaro,‎ , p. 16 (lire en ligne).
  8. Peggy Sastre et Eugénie Bastié, « Peggy Sastre : « La notion de « culture du viol » n'est absolument pas démontrée » », Le Figaro,‎ , p. 18 (lire en ligne).
  9. « Écriture inclusive : c'est « non » pour Jean-Michel Blanquer », Le Point,‎ (lire en ligne).
  10. Ludovic Galtier, « Blanquer opposé à l'arrêt de la règle du “masculin l'emporte sur le féminin” », RTL,‎ (lire en ligne).
  11. a et b « Déclaration de l'Académie française sur l'écriture dite « inclusive » », sur Académie française, .
  12. a et b Geoffrey Roger, « L’écriture inclusive est-elle vraiment un « péril mortel » ? », Le HuffPost,‎ (lire en ligne).
  13. Geoffrey Roger, « Débat : L’écriture inclusive, un « péril mortel », vraiment ? », The Conversation,‎ (lire en ligne).
  14. Gadet Françoise, La variation sociale en français, Paris, Ophrys, , 186 p. (ISBN 978-2-7080-1154-0, présentation en ligne).
  15. Catherine Frammery, « Cher.e.s lecteur.rice.s, l'écriture inclusive déchaîne les passions », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  16. 314 fonctionnaires de l'éducation nationale, « Nous n'enseignerons plus que “le masculin l'emporte sur le féminin” », Slate,‎ (lire en ligne).
  17. « Sign the Petition », sur Change.org (consulté le ).
  18. Arièle Bonte, « 314 profs n'enseigneront plus la règle du “masculin l'emporte sur le féminin” », RTL,‎ (lire en ligne).
  19. Yves Souben, « Plus de 300 professeurs refusent d'enseigner que “le masculin l'emporte sur le féminin” », Le HuffPost,‎ (lire en ligne).
  20. Christelle Rebière et Stéphane Carpentier, « 314 enseignants vent debout contre la règle du “masculin l'emporte sur le féminin” », RTL,‎ (lire en ligne).
  21. Fabien Soyez, « 314 enseignant(e)s cessent d'enseigner la règle du « masculin qui l'emporte sur le féminin » », sur VousNousIls, .
  22. a et b « La langue française est-elle égalitaire ? 3 questions à Eliane Viennot, chercheuse en littérature française », Brut,‎ (lire en ligne).
  23. a et b Mathilde Damgé, « Les contradictions de la circulaire sur l’écriture inclusive », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  24. a et b Circulaire du relative aux règles de féminisation et de rédaction des textes publiés au Journal officiel de la République française.
  25. a b et c « Édouard Philippe décide de bannir l'écriture inclusive des textes officiels », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  26. « Le Premier ministre annonce bannir l'écriture inclusive des textes officiels (mais c'est plus compliqué que ça) », sur France Info, .
  27. Mathilde Damgé, « Les contradictions de la circulaire sur l'écriture inclusive », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  28. Cécile Bouanchaud, « Cinq idées reçues sur l’écriture inclusive », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  29. Claire Hugonnier, « Danièle Manesse et Gilles Siouffi (dir.), Le féminin et le masculin dans la langue : l’écriture inclusive en questions. Paris, ESF Sciences humaines, 2019, 208 p. », Lidil. Revue de linguistique et de didactique des langues, no 62,‎ (ISSN 1146-6480, lire en ligne, consulté le )
  30. Maria Candea, Compte rendu d'ouvrage : Manesse et Siouffi : Le féminin et le masculin dans la langue, l'écriture inclusive en questions, Centre interdisciplinaire de recherche sur les langues et la pensée (CIRLEP), (lire en ligne)
  31. Agnès Steuckardt, « Danièle Manesse et Gilles Siouffi éd., Le féminin & le masculin dans la langue : l’écriture inclusive en questions. Paris, ESF Sciences humaines, 2019, 208 p. », Mots. Les langages du politique, no 122,‎ , p. 136–142 (ISSN 0243-6450, DOI 10.4000/mots.26502, lire en ligne, consulté le )
  32. « L'écriture inclusive est-elle incompatible avec la dyslexie ? », sur Mots-Clés, agence de communication éditoriale et d'influence (consulté le )
  33. a et b « Écriture inclusive et dyslexie: l’avis de la FFDys », sur Fédération Française des DYS, (consulté le ).
  34. La-Croix.com, « L'écriture inclusive, difficulté de plus pour les dyslexiques? », sur La Croix, lacroix.journal, (consulté le ).
  35. « L'écriture inclusive, difficulté de plus pour les dyslexiques? », sur Le Point, (consulté le ).
  36. « La rédaction non-sexiste et inclusive dans la recherche : enjeux et modalités pratiques. », sur Ined - Institut national d’études démographiques (consulté le )
  37. Pascal Gygax et Noelia Gesto, « Féminisation et lourdeur de texte », L’Année psychologique, vol. 107, no 02,‎ , p. 239 (ISSN 0003-5033 et 1955-2580, DOI 10.4074/s0003503307002059, lire en ligne, consulté le )
  38. Julia Tibblin, Le langage inclusif :attitudes et évaluation de texte,Centre de Langues et de Littérature, Université de Lund, 2019
  39. a et b « L’écriture inclusive est-elle vraiment un obstacle pour les personnes en situation de handicap ? », sur KOMITID, (consulté le )
  40. a b et c « L’écriture inclusive exclut-elle les personnes en situation de handicap ? », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  41. a et b « L'écriture inclusive, indéchiffrable pour les non-voyants », sur Handicap.fr
  42. a et b « Lyon : l'écriture inclusive pose des problèmes aux handicapés », sur Le Point,
  43. a et b « Les Aveugles de France disent « non au mélange des genres » », sur Fédération des Aveugles de France
  44. a et b Handicap.fr, « L'écriture inclusive, indéchiffrable pour les non-voyants », sur Handicap.fr (consulté le ).
  45. « Ecriture inclusive: galère des lecteur.rice.s handicapé.e.s », sur Handicap.fr
  46. a et b « L’écriture inclusive exclut-elle les personnes en situation de handicap ? », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  47. a et b Réseau d’Études HandiFéministes, « Contre la récupération du handicap par les personnes anti écriture inclusive », (consulté le )
  48. « Écriture inclusive à l'école : quand le masculin reste la norme à laquelle tout doit se conformer », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  49. Ministère de l'Education nationale, de la jeunesse et des sports, « Règles de féminisation dans les actes administratifs du ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et les pratiques d'enseignement », (consulté le )
  50. a b c d e et f Éliane Viennot, « Décryptage », Cahiers du Genre, vol. n° 70, no 1,‎ , p. 199–214 (ISSN 1298-6046, DOI 10.3917/cdge.070.0199, lire en ligne, consulté le )
  51. le figaro, « Jean-Michel Blanquer interdit officiellement l’écriture inclusive à l’école », sur Le Figaro Etudiant
  52. Julien Baldacchino, « Ce que dit la circulaire de Jean-Michel Blanquer qui interdit (une partie de) l'écriture inclusive », sur www.franceinter.fr,
  53. « L'écriture inclusive proscrite officiellement dans l’Éducation nationale », sur BFMTV
  54. « Ecriture inclusive : Jean-Michel Blanquer exclut l’utilisation du point médian à l’école », sur Le Monde,
  55. Alice Develey, Maguelonne de Gestas et Marie-Liévine Michalik, « Le «pronom iel», nouveau combat des militants de l’écriture inclusive », sur lefigaro.fr, .
  56. « Inclusion. « Iel », trois lettres dans le dictionnaire et une polémique entretenue à dessein », sur L'Humanité, (consulté le )
  57. « Eiel est un con.ne ? L'obsession gramscienne des nouveaux conservateurs », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  58. « iel », Définitions, sur dictionnaire.lerobert.com, (consulté le ).
  59. Alice Kachaner, « Ni féminin, ni masculin, le pronom "iel" est entré au dictionnaire Le Robert », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  60. Luc Peillon, « Pronom «iel» : l’Académie française a-t-elle autorité sur la langue française ? », sur Libération (consulté le )
  61. « Écriture inclusive: Jean-Michel Blanquer s'offusque de l'entrée du pronom "iel" dans Le Petit Robert », sur BFMTV (consulté le )
  62. la rédaction numérique de France Inter, « Le gouvernement divisé sur l'ajout du pronom "iel" au dictionnaire Le Robert », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  63. « Le Robert ajoute le mot "iel" dans son édition en ligne et se défend d'avoir été "atteint de 'wokisme'" », sur Franceinfo, (consulté le )