Control Data Corporation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un CDC 6600
Un CDC 3800

Control Data Corporation était une entreprise américaine pionnière dans la fabrication de supercalculateurs. Elle a été créée en 1957 à Minneapolis Saint Paul (twin cities) dans le Minnesota (États-Unis) par des scientifiques américains issus des centres de recherche de la Navy, dont le célèbre Seymour Cray qui fonda en 1972 la société Cray Research et William Norris.

La valeur en Bourse de l'entreprise a très vite progressé. Trois ans après la première augmentation de capital, réalisée par l'émission de 600.000 actions à un dollar en 1958, sa valeur est montée à 150 dollars l'action[1], soit 90 millions de dollars.

Après plusieurs exercices déficitaires au début des années 1980, CDC décida de se séparer de la branche Superordinateurs, ce qui fut finalisé en 1992 par la création de Control Data Systems, qui a plus tard été rachetée par une filiale de British Telecom. L'activité restante de CDC existe aujourd'hui sous le nom de Ceridian.

La gamme des supercalculateurs superscalaires qu'il créa fut appelée CYBER. Ces cybers fonctionnaient grâce à des systèmes d'exploitation appelés NOS : Network Operating System.

Les différents gammes furent les Cyber 6600/7600, Cyber 170, Cyber 180 et une gamme orientée calcul vectoriel : les cyber 200 prolongés chez ETA. Une dernière catégorie de processeurs avait été développée : les AFP, qui étaient des processeurs spécialisés pilotés depuis les Cyber 180.

L'histoire de cette équipe de recherche de la Navy, passée quelque temps chez Sperry, commence avec une première machine de 48 bits conçue par Seymour Cray : le CDC 1604 livrée en 1959. Une version 12 bits sort en 1960 : le CDC 160A. Sur la base du CDC 1604 allait naître la gamme CDC 3000 au début des années 1960. Un peu après elle lance le surpuissant Control Data 6600.

L'entreprise est à l'origine du logiciel de sauvegarde NetBackup appelé dans sa première version AWBUS qui deviendra Backup Plus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]